Pourquoi Berlin ?

15 Septembre, 2022 -

Ces dernières années, avec le flux de réfugiés d'Asie de l'Ouest et d'Afrique affluant vers l'Europe, beaucoup ont lutté pour trouver l'acceptation et l'asile au Royaume-Uni, en Allemagne et dans plusieurs pays nordiques, mais une ville se distingue par le fait qu'elle est devenue la destination préférée des immigrants arabes et d'autres pays du Moyen-Orient, et c'est BERLIN.

Le24e numéro de TMR est consacré à Berlin du point de vue de ses immigrants et réfugiés SWANA, en particulier des artistes et écrivains, des militants et des éducateurs originaires d'Afghanistan, d'Iran, de Syrie, d'Égypte, d'Algérie, de Palestine et d'autres pays du sud et de l'ouest de la Méditerranée. Berlin est-elle la "nouvelle Damas" ou le "nouveau Caire", comme certains l'ont appelé ? Cette population a eu le précédent d'une importante migration turque ; en conséquence, les Allemands de Berlin sont-ils plus réceptifs et acceptent-ils mieux les immigrants musulmans ?

Une grande partie de notre travail à la Markaz Review consiste à travailler avec des écrivains et des artistes qui se déplacent ou sont nomades, qui quittent un pays pour recommencer dans un autre, parfois par choix, souvent par nécessité. Si certains font des allers-retours, beaucoup ne peuvent pas rentrer chez eux. Que vous vous définissiez comme un simple voyageur, un nomade ou une personne déplacée à la recherche d'un refuge, BERLIN offre aujourd'hui bon nombre des conforts de la maison, dans une société libérale qui accepte tous les étrangers.

Notre rédactrice invitée pour BERLIN est la spécialiste du cinéma et documentariste égyptienne d'origine allemande Viola Shafik, qui a passé plus de 20 ans à Berlin, entre deux voyages dans de nombreuses capitales du monde. Shafik dresse le portrait des artistes Jihan El-Tahiri et Myriam El Haik à la Biennale de Berlin, et examine les questions de colonialisme et de restitution dans son essai My Berlin Triptych : On Museums and Restitution. Elle s'entretient également avec Ziad Kalthoum dans Trajectoire d'un cinéaste syrien et présente le photographe palestinien Mohamed Badarne.

Ce numéro s'intéresse à quelques-uns des nombreux artistes berlinois du Moyen-Orient : Ala Younis, artiste et commissaire jordanien basé à Berlin, s'entretient avec l'artiste irakien Ali Yass au sujet de ses nouvelles œuvres ; Noushin Afzali dresse le portrait de l'artiste multimédia Shirin Mohammad, qui fait des allers-retours entre Berlin, Brême et Téhéran ; et Melissa Chemam présente l'artiste contemporain franco-algérien Kader Attia, qui parle de son rôle à la Biennale de Berlin.

Iskandar Abdalla critique le nouveau film de Mohammed Shawky Hassan, une ode à l'amour homosexuel, et Necati Sönmez, critique de cinéma et conservateur berlinois, critique le nouveau documentaire musical du réalisateur germano-turc Cem Kaya sur la musique turque immigrée en Allemagne.

Dans Berlin Gastronomique, l'auteur et professeur de littérature Randa Aboubakr, qui fait des allers-retours entre le Caire et Berlin, explore l'offre alimentaire arabe de la ville, tandis que Mohamed Radwan raconte son expérience à la tête de Kairo Koshary, le food truck égyptien de Berlin.

Dans The Intruders and the City, Rasha Abbas, un écrivain syrien qui s'aventure dans le surréalisme, examine sa relation conflictuelle avec Berlin, dans une traduction de Katharine Halls. La romancière palestinienne Shada Mustafa, quant à elle, écrit une nouvelle intitulée "Paranoïaque à Berlin", et Ahmed Awadalla parle de l'amour à Berlin dans sa nouvelle "Un autre Allemand".

Et la pièce maîtresse de ce numéro, "What Are You Doing in Berlin ?", de l'écrivain égyptien Ahmed Awny, oscille entre fiction et réalité dans sa nouvelle décentrée.

L'historienne de la culture Diana Abbani médite sur la scène musicale SWANA à Berlin, dans un article intitulé Exile, Music, Hope & Nostalgia Among Berlin's Arab Immigrants. Se plongeant également dans l'histoire de Berlin, Ahmed Farouk, le traducteur arabe de Günter Grass, W. G. Sebald et Rosa Luxemburg, entre autres, se débat avec Translating Walter Benjamin on Berlin, a German-Arabic Journey. Irit Neidhardt, conservatrice et spécialiste du cinéma, cherche des indices sur la disparition à Berlin du magnat du gramophone Michel Baida, dans The Mystery of Tycoon Michel Baida in Old Arab Berlin. Enfin, l'écrivain et journaliste palestinien Abir Kopty affirme dans un article d'opinion que la culpabilité allemande est utilisée pour faire taire les Palestiniens et ceux qui protestent en leur nom.


Le Who's Who de Berlin

Mais pour autant d'histoires que nous incluons dans ce numéro spécial BERLIN (20), il en reste des milliers d'autres à découvrir. Parmi celles que nous espérons aborder dans les prochains numéros de The Markaz Review, citons :

L'éclectique Muhammad Jabali, originaire de Taybeh (Palestine), écrivain et entrepreneur social, a étudié le droit à l'université de Tel Aviv. Cofondateur d'Anna Loulou à Jaffa, il a également cofondé Al.Berlin, devenu ces dernières années un pilier du Berlin arabe, qui attire également les Berlinois intéressés par le Moyen-Orient et les arts arabes.

Oum Hals, une pièce en 7 actes, présentée le 14 octobre au Festsaal Kreuzberg Berlin, organisée par AL-Berlin.

Al.Berlin produit sontroisième festival artistique annuel à Kreuzberg le 14 octobre 2022, qui "transformera l'espace immersif de Festsaal Kreuzberg en une journée de célébration de la musique et de l'art contemporains d'Asie occidentale et d'Afrique du Nord". Plus d'informations.

Jabali est un artiste multidisciplinaire, un écrivain, un poète, un DJ et un magicien de l'internet. Il poste son art sur sa page Instagram, et vous pouvez trouver certains de ses écrits ici.

Georges Khalil, un autre berlinois, est le coordinateur académique du Forum Transregionale Studien basé à Berlin et de son programme de recherche Europe in the Middle East-The Middle East in Europe(EUME), qui cherche à repenser les concepts clés et les prémisses qui lient et divisent l'Europe et le Moyen-Orient. Il a coédité Di/Visions, Kultur und Politik des Nahen Ostens (2009), Islamic Art and the Museum, Approaches to Art and Archeology of the Muslim World in the Twenty-First Century (2012) et Commitment and Beyond : Reflections on/of the Political in Arabic Literature since the 1940s (2015). Il a récemment coordonné une conversation fascinante avec l'auteur et universitaire (et membre du comité éditorial de TMR) Ella Shohat, sur "Writing the Arab-Jew : Reflections on Displacement and Middle Eastern Diasporas" (voir ici).

D'autres personnes sur lesquelles TMR espère écrire à l'avenir sont le romancier Muhammad Rabie, copropriétaire avec Fadi Abdel Nour de la librairie arabe Khan al Janub, et bien d'autres encore.

-JordanElgrably

 

La librairie arabe Khan al-Janub de Berlin, détenue conjointement par le romancier égyptien Muhammad Rabie et l'entrepreneur social palestinien Fadi Abdel Nour (photo avec l'aimable autorisation de Khan al-Janub).

 

1 commentaire

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.