Le Book Club de Markaz

Bienvenue au club de lecture de Markaz Review, animé par Rana Asfour,
nous nous réunissons en ligne chaque mois pour discuter du dernier titre.

Rejoignez notre
Book Club !

Nous vous tiendrons au courant des dernières nouvelles et des derniers événementsconcernant le livre
.

Nous ne partageons jamais votre adresse e-mail, point final !


 

Le roman de juillet est The Oud Player of Cairo de Jasmin Attia (dimanche 28 juillet).

Nous nous réunirons pour discuter du livre en ligne le dimanche 28 juillet à 13 heures (heure de l'Est)/19 heures (heure d'Europe centrale).

Ce premier roman historique de Jasmin Attia est l'histoire passionnante d'une jeune Égyptienne, Laila, qui défie les rôles traditionnels restrictifs assignés aux femmes de l'époque et suit la voie inspirée par son père musicien, un joueur d'oud très apprécié, pour devenir chanteuse et interprète à part entière.

Après s'être extirpée d'un mariage abusif, Laila lutte pour conserver son indépendance en tant que chanteuse dans les boîtes de nuit internationales chics du Caire, et s'engage dans une liaison qui la met en grave danger, la forçant à prendre une décision qui changera à jamais le cours de sa vie.

Publié par Schaffner Press, 360 pages.


Le roman de septembre est Stories from the Center of the World : New Middle East Fiction, édité par Jordan Elgrably.

Nous nous réunirons pour discuter du livre en ligne le dimanche 29 septembre à 13 heures (heure de l'Est)/19 heures (heure d'Europe centrale).

L'un des livres les plus attendus du printemps selon The Millions!

En vedette dans les nouveaux livres du mois de mai du magazine Alta!

Des nouvelles de 25 écrivains émergents et confirmés d'origine moyen-orientale et nord-africaine, un recueil unique de voix et de points de vue qui éclairent la vie dans le monde arabo-musulman.

" Provocantes et subtiles, nuancées et surprenantes, ces histoires démontrent comment cette région riche et complexe peut être abordée au mieux, par le biais du pouvoir de la littérature.

Histoires du centre du monde rassemble les nouveaux écrits du Grand Moyen-Orient (ou SWANA), une vaste région qui s'étend de l'Asie du Sud-Ouest à l'Afrique du Nord, en passant par le Moyen-Orient et la Turquie. Les 25 auteurs présentés ici sont issus d'un large éventail de cultures et de pays, dont la Palestine, la Syrie, le Pakistan, l'Iran, le Liban, l'Égypte et le Maroc, pour n'en citer que quelques-uns.

Dans "Asha et Haaji", Hanif Kureishi prend fait et cause pour les étrangers qui se retrouvent déracinés lorsque la guerre ou une catastrophe survient et qu'ils fuient pour trouver un refuge. Dans "L'emplacement de l'âme selon Benyamin Alhadeff" de Nektaria Anastasiadou, deux étudiants d'Istanbul issus de classes différentes - et de religions qui ont souvent été en désaccord l'une avec l'autre - croient qu'ils peuvent surmonter tous les obstacles. L'histoire de MK Harb, "Counter Strike", traite de l'amour queer chez les adolescents beyrouthins ; et "The Long Walk of the Martyrs" de Salar Abdohnous invite dans le monde d'anciens militants, des combattants qui ont combattu ISIS ou Daesh en Irak et en Syrie, qui ont du mal à se réadapter à la vie civile. Dans "Eleazar", Karim Kattan raconte une histoire palestinienne inattendue dans laquelle les antagonistes habituels - les forces d'occupation israéliennes - sont pour la plupart absents, tandis qu'une autre force malveillante semble s'emparer d'une famille qui ne se doute de rien. The Icarist" d'Omar El Akkadest une histoire de passage à l'âge adulte sur le monde souterrain dans lequel les immigrés clandestins sont forcés de vivre, et sur ce qui se passe lorsqu'on ose s'en détacher.

Parmi les contributeurs figurent : Salar Abdoh, Leila Aboulela, Farah Ahamed, Omar El Akkad, Sarah AlKahly-Mills, Nektaria Anastasiadou, Amany Kamal Eldin, Jordan Elgrably, Omar Foda, Mai Haddad, Danial Haghighi, Malu Halasa, MK Harb, Alireza Iranmehr, Karim Kattan, Hanif Kureishi, Ahmed Salah Al-Mahdi, Diary Marif, Tariq Mehmood, Sahar Mustafah, Mohammed Al-Naas, Ahmed Naji, Mai Al-Nakib, Abdellah Taia et Natasha Tynes.

Publié par CityLights Books, 2024 (342 pages).


Le roman d'octobre est The Jinn Daughter de Rania Hanna.

Nous nous réunirons pour discuter du livre en ligne le dimanche 27 octobre à 13 heures (heure de l'Est)/19 heures (heure d'Europe centrale).

Nadine est un djinn chargé d'une seule tâche : raconter l'histoire des morts. Elle se lève tous les matins pour ramasser les graines de grenade - les âmes des morts - tombées pendant la nuit. Avec sa fille Layala à ses côtés, elle mange les graines et raconte leur histoire. Ce n'est qu'alors que les défunts peuvent franchir la dernière porte de la mort.

Mais lorsque les graines cessent de tomber, Nadine sait que quelque chose ne va pas du tout. Ses pires craintes se confirment lorsqu'elle reçoit la visite de Kamuna, la Mort elle-même et souveraine du monde souterrain, qui lui révèle qu'elle veut quelqu'un pour la remplacer : c'est Layala qu'elle veut.

Nadine est prête à tout pour mettre sa fille à l'abri, mais Kamuna n'a guère de patience et est animée d'une volonté impitoyable d'obtenir ce qu'elle est venue chercher. Le destin de Layala, quant à lui, est en suspens.

Enracinée dans la mythologie du Moyen-Orient, Rania Hanna tisse habilement une magie subtile, mais époustouflante, à travers cette histoire vivante et captivante dont le cœur est le désir universel de l'être humain de, d'une manière ou d'une autre, déjouer la mort.

Publié par AUC Press (Hoopoe), 274 pages.


Le roman de novembre est Selamlik de Khaled Alesmael.

Nous nous réunirons pour discuter du livre en ligne le dimanche 24 novembre à 13 heures (heure de l'Est)/19 heures (heure d'Europe centrale).

Une histoire sans fard sur la masculinité arabe et l'homoérotisme.

Furat, un Syrien d'une vingtaine d'années, visite le parc Sibki à Damas, l'un des lieux de drague les plus populaires de la ville. C'est là qu'il apprend l'existence des hammams, lieux de rencontre secrets pour les homosexuels situés dans toute la vieille ville. Dans ces bains publics, l'air est imprégné de l'odeur du savon de laurier et des hommes nus se cachent dans la vapeur. Furat est confronté à la désapprobation parfois violente de toutes les couches de la société, de la religion et de l'homme de la rue. Pourtant, il parvient à trouver l'amour qu'il recherchait juste avant que son monde ne s'effondre et qu'il ne soit contraint de fuir. 

Selamlik est l'histoire du voyage de Furat et d'autres réfugiés. Ce voyage les confronte à des difficultés physiques et économiques, à des lois draconiennes sur l'immigration, ainsi qu'au chagrin, à la honte et à la haine qu'ils ont emportés avec eux de leur passé de plus en plus lointain. Malgré tout, Furat reste inébranlable dans sa quête de passion, de plaisir et d'amour.

Publié par World Editions, traduit par Leri Price, 2024 (pages 240).


Événements passés :

Le roman de juin 2024 est Sur l'île d'Antioche d'Amin Maalouf, traduit par Natasha Lehrer.

Dans ce roman dystopique d'Amin Maalouf, auteur de renommée internationale, une panne d'électricité totale frappe une petite île dont les deux habitants solitaires sont soudain obligés de dépendre l'un de l'autre. 

Alec, artiste de presse au palmarès impressionnant, s'installe sur une île isolée de l'océan Atlantique. Il n'a que peu de contacts avec sa voisine, une femme solitaire qui a écrit un livre culte il y a des années, avant de se retirer de la vie publique. Jusqu'à ce qu'une gigantesque panne d'électricité les coupe du reste du monde et qu'ils se retrouvent soudain dépendants l'un de l'autre. Le monde semble au bord de la guerre nucléaire et l'effondrement de la civilisation semble imminent. Qui sont les mystérieux amis d'Empédocle, cette bande de protecteurs venus d'ailleurs pour interférer avec la présidence américaine et guérir toutes les maladies ? Devons-nous leur faire confiance ? Sur l'île d'Antioche est un roman à suspense aux racines mythologiques, écrit dans la langue onirique des classiques, par l'universitaire de renommée internationale Amin Maalouf.

Publié par World Editions. Nous nous réunirons pour parler du livre en ligne le dimanche 30 juin à 13 heures (heure de l'Est)/19 heures (heure d'Europe centrale).

A propos de l'auteur :

AMIN MAALOUF est né à Beyrouth et y a vécu jusqu'à l'éclatement de la guerre civile libanaise en 1975. Il s'est installé à Paris en 1976 et a publié son premier livre, Les croisades vues par les Arabes, en 1983. En 1993, Le rocher de Tanios, son cinquième roman, a reçu le prix Goncourt, le plus prestigieux des prix littéraires français. Maalouf est membre de l'Académie française et a reçu en 2010 le prix Prince des Asturies de littérature pour l'ensemble de son œuvre. En 2021, il a été élu l'un des 12 écrivains internationaux par la Royal Society of Literature, une initiative qui célèbre le pouvoir de la littérature à transcender les frontières et à rassembler les gens. Il a reçu le prix Terzani et le prix Malaparte pour Adrift, également publié en anglais par World Editions. Son œuvre a été traduite en 50 langues et son dernier roman à succès disponible en anglais est The Disoriented.

A propos du traducteur :

NATASHA LEHRER est une écrivaine, traductrice et éditrice primée. Ses articles de fond et ses critiques de livres ont été publiés dans le Guardian, l'Observer, le Times Literary Supplement, The Nation, Haaretz et Fantastic Man, entre autres, et elle est rédactrice littéraire du Jewish Quarterly. Elle a contribué à plusieurs ouvrages, dont un chapitre sur la France dans Looking for an Enemy : 8 Essays on Antisemitism, édité par Jo Glanville. Parmi les écrivains qu'elle a traduits figurent Nathalie Léger, Chantal Thomas, Vanessa Springora, Victor Segalen, Robert Desnos et Georges Bataille.

Voir les questions du club de lecture ICI.

Le roman de mai 2024 est Where the Wind Calls Home de Samar Yazbek, traduit par Leri Price.

DansPlanète d'argile, nouveau roman de l'auteur syrien finaliste le plus en vue du National Book Award Samar Yazbek, un soldat blessé de l'armée syrienne, âgé de dix-neuf ans, se souvient de sa vie vécue dans la tradition alaouite.

Ali, un soldat de l'armée syrienne âgé de dix-neuf ans, est allongé sur le sol, sous un arbre. Il voit un corps descendre dans un trou. Est-ce son enterrement ? Il y a eu cette explosion soudaine, n'est-ce pas ... Tout en essayant de comprendre l'étendue des dégâts, Ali se rapproche de l'arbre. Son ultime désir est de s'envoler vers l'une de ses branches, vers la sécurité. À travers de riches vignettes des souvenirs d'Ali, nous découvrons les difficultés de son village alaouite syrien traditionnel, mais aussi la richesse et la beauté de son patrimoine culturel et religieux. Yazbek explore ici les secrets de la foi alaouite et sa relation avec la nature et les éléments dans un roman poétique et serré, dense de vie, d'espoir et d'amour.

Publié par World Editions. Nous nous sommes réunis pour discuter du livre en ligne le mercredi 29 mai à 13 heures (heure de l'Est)/19 heures (heure d'Europe centrale).

A propos de l'auteur :

Samar Yazbek est une écrivaine, romancière et journaliste syrienne. Née à Jableh en 1970, elle a étudié la littérature avant d'entamer une carrière de journaliste et de scénariste pour la télévision et le cinéma syriens. Son roman Planète d'argile également publié par World Editions, a été finaliste du National Book Award et a figuré sur la liste des candidats au Warwick Women in Translation Prize. Ses récits sur le conflit syrien comprennent A Woman in the Crossfire : Diaries of the Syrian Revolution et The Crossing : My Journey to the Shattered Heart of Syria (Mon voyage au cœur brisé de la Syrie).. L'œuvre de Mme Yazbek a été traduite dans de nombreuses langues et a été récompensée par de nombreux prix, notamment le prix français du meilleur livre étranger et les prix PEN-Oxfam Novib, PEN Tucholsky et PEN Pinter. Elle a récemment été sélectionnée pour participer au programme international d'écrivains de la Royal Society of Literature.

A propos du traducteur :

Leri Price est une traductrice littéraire primée de romans arabes contemporains. Elle a été deux fois finaliste du National Book Award for Translated Literature, en 2021 pour ses traductions de Samar Yazbek, dont Planète d'argile, et en 2019 pour le roman de Khaled Khalifa La mort est un travail difficile. Sa traduction de La mort est un travail difficile de Khalifa a également remporté le prix Saif Ghobash Banipal 2020 pour la traduction littéraire arabe.

Voir les questions du club de lecture ICI.

Lire un extrait du livre ICI.


A Nearby Country Called Love: a Novel,de Salar Abdoh était le roman d'avril 2024.

Un roman puissant sur les familles dans lesquelles nous naissons et celles que nous nous créons, dans lequel un homme lutte pour trouver sa place dans un Iran au bord de l'explosion.

Dans les ruelles du quartier de Zamzam à Téhéran, une femme s'immole par le feu dans un acte de défi désespéré, déclenchant une réaction en chaîne de violence et de protestation. Hanté par la mort de cette femme, Issa est contraint d'affronter les contradictions de sa propre histoire familiale, au cours de laquelle son défunt frère Hashem, un artiste queer de premier plan dans l'underground de Téhéran, a défié leur père, un habile artiste des arts martiaux lié aux notions traditionnelles d'honneur et de masculinité.

Issa se retrouve rapidement projeté dans un cercle de personnes vivant en marge de la société, négociant un code de conduite qui récompense la loyauté et encourage l'agression et l'intolérance dans la même mesure. Alors que la ville explose autour de lui, Issa se rend compte que ce sont les petits actes de gentillesse qui comptent le plus, l'humanité quotidienne des individus qui trouvent l'amour et font le bien les uns des autres.

Vibrant et évocateur, intime et intelligent, A Nearby Country Called Love est à la fois une fenêtre captivante sur l'Iran contemporain et le portrait des destins parallèles d'un homme et de son pays - un homme qui reconnaît le bagage maussade et grondant de l'histoire, mais qui choisit ensuite de dépasser son héritage violent.

Publié par Viking. Nous nous sommes rencontrés pour parler du livre en ligne le mercredi 24 avril à 13 heures (heure de l'Est)/19 heures (heure d'Europe centrale).

A propos de l'auteur :

Salar Abdoh est né en Iran et partage son temps entre Téhéran et New York. Il est l'auteur des romans Téhéran au crépuscule, Le jeu du poète, Opium et Out of Mesopotamia et le rédacteur en chef de Téhéran Noir. Il enseigne dans le cadre du programme de maîtrise en beaux-arts du City College de New York.

Écouter un extrait du livre ICI.

Lire un extrait du roman ICI.


Le roman de mars 2024 est The Applicant de Nazli Koca.

Nous sommes en 2017 et Leyla, une jeune Turque d'une vingtaine d'années vivant à Berlin, nettoie les toilettes d'une auberge sur le thème d'Alice au pays des merveilles après avoir échoué à sa thèse, perdu son visa d'étudiante et intenté un procès à son université allemande dans une tentative kafkaïenne de revenir sur son échec.

De plus en plus éloignée de ce qu'elle avait à portée de main - ses ambitions littéraires, ses amitiés soudées, un endroit où se sentir chez elle - Leyla tente de trouver du réconfort dans les rythmes techno de la vie nocturne berlinoise, sans grand succès. Au moment où son visa est suspendu, Leyla rencontre un touriste suédois conservateur et, à l'encontre de ses convictions politiques et de son bon sens, commence à tomber amoureuse, ou à peu près. Acceptera-t-elle une vie IKEA avec le vendeur de Volvo et renoncera-t-elle à ses rêves créatifs, ou retournera-t-elle en Turquie auprès de sa mère et de sa sœur, codépendantes et enchevêtrées, le fantôme de son père hantant toujours leur vie ?

Alors qu'elle attend le verdict du tribunal allemand sur son avenir, dans les pages de son journal, Leyla commence à analyser son passé non résolu et son présent insoutenable. Personnage indélébile, à la fois précoce et menacé, Leyla donne une voix à la lutte de la classe ouvrière et des immigrés pour trouver la sécurité, l'expression de soi et le bonheur. The Appliquant est une extraordinaire dissection d'une vie liminale entre frontières et identités, un premier roman original et sombrement drôle.

Publié par Grove Atlantic. Nous nous sommes réunis pour discuter du livre en ligne le dimanche 31 mars à 13 h 00 (heure de l'Est)/19 h 00 (heure d'Europe centrale).

A propos de l'auteur :

Nazlı Koca est une écrivaine et poète turque qui vit aujourd'hui aux États-Unis. Ses écrits ont été publiés dans la Threepenny Review, Bookforumet Second Factory, entre autres. La requérante est son premier roman.

Consultez le guide de lecture ICI.


Woman Life Freedom : Voices and Art from the Women's Protest in Iran, édité par Malu Halasa était le livre de février 2024.

Nous fêtons le premier anniversaire des marches pour la liberté des femmes en Iran.

La mort de Jina Mahsa Amini aux mains de la police morale iranienne le 16 septembre 2022 a déclenché de vastes manifestations dans tout le pays. Les femmes sont descendues dans la rue, se découvrant les cheveux, brûlant leur foulard et scandant "Woman Life Freedom" - "Zan Zendegi Azadi" en persan et "Jin Jîyan Azadî" en kurde - lors de manifestations de masse. Une explosion de résistance créative s'en est suivie : l'art et la photographie partagés en ligne sont devenus viraux et les gens du monde entier ont vu ce qui se passait réellement en Iran.

Woman Life Freedom retrace ce moment historique à travers des œuvres d'art et des témoignages. Cette collection saisissante pénètre dans les coulisses de défilés de mode interdits, enregistre le son de la dissidence en Iran, où il est illégal pour les femmes de chanter sans accompagnement en public, et arpente les rues de Téhéran avec les "Smarties" - des femmes de la génération Z qui se colorent et montrent leurs cheveux en défiant les autorités, malgré les conséquences potentiellement dévastatrices que cela implique. Prônant le pouvoir de l'art, de l'écriture et de la politique du corps - féminin et queer - ce recueil est un appel universel au rassemblement et une célébration des femmes que le régime a tenté, en vain, de réduire au silence.

Publié par Saqi Books, Londres. Nous avons rencontré l'éditeur, Malu Halasa, pour parler du livre en ligne, le dimanche 25 février à 13 heures (heure de l'Est)/19 heures (heure d'Europe centrale).


Traces of Enayat, d'Iman Mersal était le livre de janvier 2024

Traces d'Enayat est un livre extraordinaire et magnifique...
Selma Dabbagh, The Markaz Review

Traces of Enayat est publié par And Other Stories.

Le Caire, 1963 : Le suicide d'Enayat al-Zayyat devient le symbole d'un talent tragiquement fauché, alors même qu'Amour et Silence, son unique roman, reste inédit. Quatre ans après la mort d'al-Zayyat, le roman sera publié, adapté au cinéma et à la radio, loué, puis rapidement oublié. Pendant les trois décennies suivantes, c'est comme si al-Zayyat n'avait jamais existé.

Pourtant, lorsque la poétesse Iman Mersal tombe sur Love and Silence dans les années quatre-vingt-dix, elle est immédiatement séduite. Qui était Enayat ? L'idée du rejet de son roman a-t-elle réellement conduit à son suicide ? D'où vient cette voix surprenante ? Et pourquoi Love and Silence a-t-il disparu de l'histoire littéraire ? Pour répondre à ces questions, Mersal retrace la vie d'Enayat, interroge les membres de sa famille et ses amis, reconstitue l'après-vie d'Enayat dans les médias et retrouve les appartements, les écoles, les instituts archéologiques et les sanatoriums dans lesquels Enayat a passé ses journées. Abordant tous les sujets, des antidépresseurs douteux aux violences domestiques et à la loi sur le divorce, des squats de la Cité des morts jonchés de détritus au glamour du cinéma égyptien de l'âge d'or, ce chef-d'œuvre inclassable nous offre un portrait remarquable d'une femme artiste qui s'efforce de vivre selon ses propres termes.

Publié par And Other Stories au Royaume-Uni. Nous nous sommes réunis pour discuter du livre le dimanche 28 janvier à 13 heures (heure de l'Est)/19 heures (heure d'Europe centrale).


Palestine +100 : histoires d'un siècle après la Nakba était le livre de novembre 2023.

palestine +100 nouvelles
Palestine + 100une anthologie de nouvelles, éditée par Basma Ghalayini, traductrice et universitaire de Gaza.

Palestine + 100 : histoires d'un siècle après la Nakba pose une question à 12 écrivains palestiniens : à quoi pourrait ressembler votre pays en 2048 - un siècle après les tragédies et les traumatismes de ce que l'on appelle désormais la Nakba. Comment cet événement - qui, en 1948, a vu l'expulsion de plus de 700 000 Arabes palestiniens de leurs foyers - pourrait-il traverser un siècle d'occupation, d'oppression et d'isolement politique pour façonner le pays et son peuple ? Une paix durable aura-t-elle finalement été trouvée, ou la technologie future ne fera-t-elle qu'amplifier les souffrances et les mauvais traitements infligés aux Palestiniens ?

Couvrant un large éventail d'approches - de la science-fiction noire à la dystopie cauchemardesque, en passant par la farce high-tech - ces histoires utilisent la toile blanche du futur pour réimaginer l'expérience palestinienne d'aujourd'hui. En chemin, nous rencontrons des essaims de drones, des soulèvements numériques, un camping-car à travers le temps, des traités de paix qui traversent des univers parallèles, et même un super-héros palestinien, dans ce qui est probablement la première anthologie de science-fiction palestinienne jamais réalisée.

Traduit de l'arabe par Raph Cormack, Mohamed Ghalaieny, Andrew Leber, Thoraya El-Rayyes, Yasmine Seale et Jonathan Wright. Publié par Comma Press au Royaume-Uni. Nous nous sommes réunis pour discuter du livre avec l'animatrice Rana Asfour et des écrivains invités le dimanche 26 novembre à 13 heures (heure de l'Est)/19 heures (heure d'Europe centrale).


 No One Prayed Over Their Graves de Khaled Khalifa était le roman d'octobre 2023. 

EN LICE POUR LE 2023 NATIONAL BOOK AWARD FOR TRANSLATED FICTION

"Magnifique... luxuriant, élégiaque [et] márquezien... Un roman d'abondance et de générosité". -Sarah Cypher, The Washington Post


"Richement brodé... La narration galopante [de Khalifa] redonne vie et âme à une ville devenue synonyme de dévastation". -TheEconomist


Khaled Khalifa, finaliste du National Book Award, raconte l'histoire de deux amis dont la vie est bouleversée par une inondation qui dévaste leur village syrien.

Un matin de décembre 1907, deux amis proches, Hanna et Zakariya, rentrent dans leur village près d'Alep après une nuit de beuverie en ville, et découvrent qu'il y a eu une inondation massive. Leurs voisins, leurs familles, leurs enfants sont presque tous morts. Leurs maisons, leurs magasins et leurs lieux de culte ont été rasés. Leur vie ne sera plus jamais la même.

Hanna était autrefois un riche libertin, un propriétaire terrien qui a construit une célèbre citadelle consacrée à la poursuite du plaisir et de l'excès. Mais la perte de sa maison, de sa femme et de sa communauté l'a transformé en un mystique ascétique obsédé par la mort et le sens de la vie. Dans No One Prayed Over Their Graves, nous suivons la vie de Hanna avant et après l'inondation, retraçant ses amitiés, ses amours et ses désirs, sa famille et ses affaires, jusqu'à ce qu'il ne soit plus qu'un fil dans la riche tapisserie d'Alep.

Khaled Khalifa tisse un récit saisissant de vie et de mort dans le tumulte de la société alépine au tournant du XXe siècle. Personne n'a prié sur leurs tombes est le portrait d'un peuple à l'aube de grands changements - des villages de province à la modernité naissante de la ville, où chrétiens, musulmans et juifs vivent et travaillent ensemble, unis dans leur amour pour Alep et leurs rêves d'avenir.

Publié par MacMillan aux États-Unis et Faber au Royaume-Uni. Nous nous sommes réunis pour discuter du livre le dimanche 29 octobre à 14 heures (heure de l'Est)/19 heures (heure d'Europe centrale).


River Spirit de Leila Aboulela était le roman de septembre 2023.

(extrait d'une critique élogieuse du New York Times) "Dans le Soudan du XIXe siècle, alors que l'Empire ottoman est en déclin et que la Grande-Bretagne gagne en influence dans la région, un chef religieux se proclame le Mahdi, ou le rédempteur. Il entend corriger les erreurs des dirigeants étrangers, notamment les impôts excessifs. Mais à mesure que la révolution prend de l'ampleur et que le Mahdi rassemble des adeptes, sa soif de pouvoir ternit la pureté idéologique du mouvement. Le nouveau roman éblouissant de Leila Aboulela, River Spirit, suit le cours de cette révolution qui se transforme en un nouvel instrument d'oppression".

River Spirit est l'histoire inoubliable d'un peuple qui, contre toute attente et pendant une brève période, a obtenu son indépendance de la domination étrangère. Il s'agit d'un récit puissant sur la corruption et le dévouement inébranlable - à une cause, à sa foi et aux personnes qui deviennent sa famille.

Nous nous sommes réunis pour parler du livre le dernier dimanche de septembre, le 24, à 13 heures (heure de l'Est)/19 heures (heure d'Europe centrale).


A Stranger in Baghdad d'Elizabeth Loudon était le roman d'août 2023.

Dans une prose magnifiquement rendue, une mère et sa fille luttent en tant qu'étrangères à Bagdad et à Londres dans ce drame intergénérationnel sur fond de tensions et d'intrigues politiques.

"Qui serait charmé par les récits de la vie dans la belle maison ancienne au bord du Tigre, pillée sans doute, aux volets déchirés et à la cour jonchée de matelas ?

Une nuit de 2003, la psychiatre anglo-irakienne Mona Haddad reçoit un visiteur surprise dans son bureau londonien, une vieille connaissance, Duncan Claybourne. Mais pourquoi est-il venu ? Ses aveux vont-ils enfin révéler ce qui est arrivé à sa famille avant qu'elle ne s'échappe d'Irak ?

Leur histoire commence en 1937, lorsque Diane, la mère de Mona, une Anglaise pleine de vie nouvellement mariée à Ibrahim, un médecin irakien ambitieux, rencontre Duncan par hasard. Diane travaille comme nounou pour la famille royale irakienne. Duncan est un jeune officier de l'ambassade britannique à Bagdad. Lorsque le roi meurt dans un mystérieux accident, Ibrahim et sa famille soupçonnent Diane d'être de connivence avec Duncan et les Britanniques.

En évoquant le monde disparu de Bagdad au milieu du XXe siècle, Elizabeth Loudon raconte l'histoire richement évocatrice d'une famille qui remet en question les attitudes et les politiques britanniques en Irak et propose une réflexion pénétrante sur les mariages interculturels et la vie des femmes prises entre deux mondes.

Pour lire un extrait, cliquez ici.

Nous nous sommes réunis pour parler du livre et en discuter avec Elizabeth Louden le dimanche 27 août 2023.


Emissaries, recueil de nouvelles de Youssef Rakha, était notre sélection lecture de juillet 2023.

émissaires-et-autres-histoires-courtes couverture de youssef rakha
Emissaries est publié par Barakunan.

Emissariesest le nouveau recueil de nouvelles du célèbre auteur égyptien Youssef Rakha. Nombre de ces nouvelles ont déjà été publiées dans des revues du Royaume-Uni, des États-Unis et de la région du Moyen-Orient. Dans ces récits centrés sur Le Caire et écrits au plus fort du Printemps arabe, dans son sillage et ses ruines, le lecteur est guidé par une galerie de personnages hauts en couleur à travers un paysage urbain hypnagogique où palpitent les spectres de l'islam post-politique et de la révolution ratée.

Zein El-Amine, critique de TMR, écrit : "Je n'ai pas lu beaucoup d'œuvres d'écrivains arabo-américains écrivant en anglais, mais le recueil de Rakha est original, irrévérencieux et provocateur. Ce qui interpelle le plus à la lecture de ses histoires, c'est le langage qu'il emploie. Même s'il fait référence à la culture pop et aux écrivains occidentaux tout au long du livre, sa voix est originale. En maniant une telle prose, Rakha est un joueur de flûte qui entraîne le lecteur dans ses terriers de lapin. La cohérence de cette voix et les motifs récurrents du livre en font une lecture solide". Lire la critique. Obtenir le livre audio. Imprimer.

Nous nous sommes réunis pour discuter de ces histoires avec Youssef Rakha le dimanche 2 juillet 2023.


La sélection du groupe de lecture de juin 2023 est Entrer dans le fantôme, un roman d'Isabella Hammad

Enter Ghost suit l'actrice Sonia qui retourne en Palestine et joue un rôle dans une production de Hamlet en Cisjordanie. Après des années passées loin de sa terre natale et après avoir vécu une histoire d'amour désastreuse, Sonia Nasir retourne à Haïfa pour rendre visite à sa sœur aînée Haneen. C'est son premier retour depuis la seconde intifada et la mort de leurs grands-parents : alors que Haneen a fait sa vie ici en se rendant à Tel Aviv pour enseigner à l'université, Sonia est restée à Londres pour se concentrer sur sa carrière d'actrice et sur son mariage désormais dissolu. À son retour, elle découvre que sa relation avec la Palestine est fragile, à la fois profonde et nouvelle.

Chez Haneen, Sonia rencontre la charismatique et candide Mariam, une metteuse en scène locale, et se retrouve entraînée dans une production d'Hamlet en Cisjordanie. Sonia répète bientôt les répliques de Gertude en arabe classique et passe plus de temps à Ramallah qu'à Haïfa, en compagnie d'un groupe d'hommes dévoués venus de toute la Palestine historique qui, en dépit d'égos et de priorités divergents, veulent tous apporter Shakespeare de ce côté-ci du mur. Au fur et à mesure que la première approche, on se rend compte de la violence des obstacles qui se dressent devant une troupe d'acteurs palestiniens. Au milieu de tout cela, la vie que Sonia a connue commence à céder la place à la possibilité intimidante et exaltante de trouver un nouveau soi dans la maison de ses ancêtres.

Enter Ghost, qui décrit de manière saisissante la Palestine d'aujourd'hui, est une histoire de diaspora, de déplacement et de liens que l'on peut trouver dans la famille et la résistance partagée. Opportun, réfléchi et passionné, le deuxième roman très attendu d'Isabella Hammad est un exploit exquis, une histoire inoubliable de l'art sous l'occupation.


La sélection du club de lecture d'avril 2023 était Waiting for the Pastroman de Hadiya Hussein, traduit de l'arabe par Barbara Romaine

Le roman poignant de Hadiya Hussein plonge les lecteurs dans une histoire obsédante et puissante de résilience. Situé à la fin du règne brutal de Saddam Hussein, le roman suit Narjis, une jeune femme irakienne, dans sa quête pour découvrir ce qu'il est advenu de l'homme qu'elle aime. Yusef, soupçonné par le régime d'être un dissident, a disparu, probablement emprisonné ou exécuté. Au cours de son voyage, Narjis est hébergée par une famille kurde qui l'accueille chez elle. Elle y rencontre Umm Hani, une femme âgée à la recherche de son fils perdu de vue depuis longtemps. Un lien se crée entre elles et Narjis comprend la profondeur de la perte et du chagrin de ceux qui l'entourent. Parallèlement, elle découvre l'hospitalité chaleureuse de la communauté kurde, s'installe dans leur vie quotidienne et adopte leurs coutumes. La traduction de Barbara Romaine rend habilement cette histoire complexe et stratifiée, offrant aux lecteurs un portrait à la fois sombre et magnifique de l'Irak contemporain.


Mars 2023 La sélection a été La fille qui est tombée sur Terreun mémoire de Sophia Al-Maria (discussion sur le livre le dimanche 26 mars, 12 ET/18:00 CET).

The Girl Who Fell to Earth (La fille qui est tombée sur terre ) de Sophia Al-Maria, cinéaste et écrivaine primée, est un mémoire drôle et ironique sur le passage à l'âge adulte, entre la culture américaine et la culture arabe du Golfe. À la fois saga familiale et quête personnelle, The Girl Who Fell to Earth retrace le parcours de Sophia Al-Maria pour se faire une place dans deux mondes différents.

Lorsque la mère de Sophia Al-Maria l'envoie loin de l'État pluvieux de Washington pour séjourner dans la famille bédouine de son mari, qui vit dans le désert du Qatar, elle a l'intention d'en faire une sorte de camp d'entraînement culturel pour adolescents. Ce que sa mère ne sait pas, c'est qu'il y a des choses universelles dans le fait de grandir. Au Qatar, Sophia est confrontée à un nouveau monde qu'elle n'avait imaginé que dans son enfance. Elle part à la recherche de sa liberté, même dans les endroits les plus improbables.

The Girl Who Fell to Earth (La fille qui est tombée sur terre ) emmène les lecteurs des vallées verdoyantes du nord-ouest du Pacifique aux dunes du golfe Persique, puis au chaos tentaculaire du Caire. S'efforçant de s'adapter à son mode de vie nomade, Sophia est hantée par le sentiment d'être perpétuellement en exil : elle oscille quelque part entre deux familles, deux cultures et deux mondes. Elle doit se faire une place, un voyage complexe qui passe par un amour de jeunesse dans le golfe Persique, une rébellion au Caire et, enfin, la découverte de soi dans les montagnes du Sinaï.

The Girl Who Fell to Earth annonce l'arrivée d'un nouveau talent électrique et nous entraîne dans la plus personnelle des quêtes : le voyage de retour.


Février 2023 La sélection a été Désorientationle roman de Négar Djavadi.

L'histoire d'une jeune fille et de sa famille, au cœur d'une exploration de l'histoire iranienne.

Kimiâ Sadr a fui l'Iran à l'âge de dix ans en compagnie de sa mère et de ses sœurs pour rejoindre son père en France. Aujourd'hui, à vingt-cinq ans, avec une nouvelle vie et la perspective d'un enfant, Kimiâ est submergée par ses propres souvenirs et les histoires de ses ancêtres, qui lui parviennent par vagues irrépressibles et incontrôlables. Dans la salle d'attente d'une clinique de fertilité parisienne, des générations de Sadrs flamboyants lui reviennent, dont son formidable arrière-grand-père Montazemolmolk, avec son harem de cinquante-deux épouses, et ses parents, Darius et Sara, farouches opposants à chaque régime qui leur tombe dessus.

Dans cette histoire pleine d'entrain et kaléidoscopique, des moments clés de l'histoire, de la politique et de la culture iraniennes ponctuent les histoires de drames et de triomphes familiaux. Mais c'est Kimiâ elle-même - aficionado du punk-rock, conteuse hors pair, Shéhérazade de notre temps et, surtout, femme moderne partagée entre les traditions familiales et sa propre "désorientation" - qui constitue le cœur de ce roman à succès très apprécié.


La sélection du club de lecture de janvier 2023 est le roman En Mésopotamiede Salar Abdoh

"Imaginez que vous vous rendiez en Irak et en Syrie en tant qu'observateur de la guerre contre ISIS, et pourtant, très peu de temps après avoir été suffisamment proche des RPG pour sentir l'odeur de l'explosion et sentir le sol trembler, vous vous retrouvez dans votre ancienne vie, à donner des lectures littéraires dans des librairies huppées dans des villes en paix, ou à assister à des conférences universitaires de haut niveau où personne ne meurt, sauf peut-être les membres de l'auditoire qui s'ennuient. Juxtaposer les deux réalités - l'une sauvage et ridicule, l'autre saine et prévisible - est le but recherché par l'auteur dans Out of Mesopotamia". -Jessica ProettThe Markaz Review

 


La sélection du club de lecture de novembre 2022 était Je ne reverrai plus jamais le monded'Ahmet Altan

Le destin que j'ai décrit dans mon roman est devenu le mien. Je suis maintenant arrêté comme le héros que j'ai créé il y a des années. J'attends la décision qui déterminera mon avenir, tout comme il attendait le sien. J'ignore mon destin, qui a peut-être déjà été décidé, tout comme il ignorait le sien. Je subis le tourment pathétique d'une profonde impuissance, tout comme lui.

Comme un oracle maudit, j'ai prédit mon avenir il y a des années sans savoir que c'était le mien.

Confiné dans une cellule de quatre mètres de long, emprisonné sur la base d'accusations absurdes et kafkaïennes, le romancier Ahmet Altan est l'un des nombreux écrivains persécutés par le régime oppressif de Recep Tayyip Erdogan. Dans ces mémoires extraordinaires, écrites depuis sa cellule de prison, Altan revient sur sa condamnation, sur une vie réduite à une cour couverte de barreaux, et sur l'espoir et le réconfort que l'esprit d'un écrivain peut apporter, même dans les endroits les plus sombres. Ces dernières années, la Turquie est devenue l'un des plus grands oppresseurs d'écrivains, d'universitaires et d'intellectuels, avec la plus grande population carcérale de détenus politiques d'Europe continentale. Pour consolider son pouvoir, Erdoğan a licencié plus de 5 000 universitaires et 50 000 enseignants dont il n'appréciait pas les politiques progressistes ou l'héritage kurde, ou qui, en tant que journalistes, rédacteurs ou éditeurs, s'étaient montrés trop francs, comme le romancier et rédacteur en chef de journal Ahmet Altan, 72 ans, dont les œuvres ont été largement traduites. Auteur d'œuvres internationalement admirées telles que les romans de son Quatuor ottoman, Altan a été condamné à la prison à vie en 2016. Il a passé quatre ans derrière les barreaux, mais a été libéré de manière inattendue l'année dernière. Il a récemment déclaré : "La prison n'a pas éteint mon désir d'écrire."

Retrouvez-le sur Goodreads.

Dimanche 27 novembre.


Oct 2022 La sélection était Le dernier homme blanc, de Mohsin Hamid.

Lisez notre critique.

Le dernier roman de Mohsin Hamid était

Le Guardian qualifie le nouveau roman de Mohsin Hamid de "fable raciale hypnotique", dans laquelle "des Blancs se réveillent soudainement en peau brune et sont contraints de se confronter à des vérités inconfortables sur le pouvoir et l'identité".

"Un matin, Anders, un homme blanc, s'est réveillé pour découvrir qu'il avait viré à un brun profond et indéniable." Ainsi commence le nouveau roman inventif de Mohsin Hamid, Le dernier homme blanc. Il s'avère qu'Anders n'est pas un cas isolé. Dans une ville sans nom, d'autres personnes commencent à changer, dont Oona, professeur de yoga et amie d'Anders. La violence éclate inévitablement autour d'eux. Des gangs de justiciers blancs terrorisent les transformés, tandis que certains refusent obstinément d'accepter la fin de la blancheur.

Au fond, il s'agit d'un roman sur le fait de voir, d'être vu, de perdre et de lâcher prise. La perte du privilège que représente le fait d'être perçu comme blanc, et le fait de ne plus être capable de voir le monde à partir de la blancheur, sont quelques-unes des angoisses examinées ici.

(Extrait de la critique du Guardian par Guy Gunaratne).

Dimanche 30 octobre.


La sélection du club de lecture de septembre 2022 était The Unlasting Homede Mai Al-Nakib

Quand on vit dans une société conservatrice, on court le risque d'être censuré. Jusqu'où un professeur de philosophie doit-il aller pour faire valoir son point de vue ? Seriez-vous prêt à tout risquer dans la poursuite de la vérité ou de la justice, ou de ce qui vous guide dans vos intentions ?

Disponible auprès de Harper Collins/Mariner Books.

An Unlasting Home, de la nouvelliste primée Mai Al-Nakib, s'ouvre à l'été 2013. Sara Tarek Al-Ameed, professeur de philosophie à l'université du Koweït depuis onze ans, est en pleine préparation d'un document argumentant l'importance de compléter le programme religieux par une introduction précoce à la philosophie au niveau de l'enseignement primaire public au Koweït. Cependant, un enregistrement téléphonique réalisé par l'une des filles munaqaba dans son cours d'introduction à la philosophie (dans lequel on l'entend soutenir que "Dieu est mort") a été transmis au membre le plus conservateur du Parlement koweïtien - un salafiste - qui a porté plainte. Sara est arrêtée à son domicile et accusée de blasphème, un crime capital assorti de la menace d'exécution, en vertu du code pénal koweïtien récemment modifié. Dans la note de l'auteur, Al-Nakib explique que bien qu'un tel amendement ait effectivement été adopté par une large majorité du parlement élu en 2013, l'émir du Koweït, qui détient l'autorité sur tous les amendements de lois, l'a rejeté. Cette œuvre de fiction, explique l'auteur, imagine le contraire. (D'après la critique de Rana Asfour).

Dimanche 25 septembre, avec la romancière Mai Al-Nakib.


La sélection d'août 2022 était Le beau juifd'Ali Al-Muqri, traduit par Mbarek Sryfi

The Handsome Jew est disponible en version imprimée et Kindle.

The Handsome Jew est un roman stimulant et provocateur qui invite les musulmans et les juifs à s'interroger sur eux-mêmes et sur la façon dont ils voient l'autre à travers une histoire d'amour vouée à l'échec. Ce roman puissant raconte la saga tragique de deux amants, Salem, un juif, et Fatima, une musulmane, qui tombent dans un amour interdit, intense et passionné contre toutes les circonstances destinées à les diviser dans une société liée à la religion. Cette histoire d'amour transfrontalière illustre la relation vouée à l'échec entre juifs et musulmans au Yémen, met en lumière la façon dont chaque communauté perçoit l'autre, interroge les barrières religieuses et sociales et prouve que, contre toute attente, l'amour peut tout conquérir - OU jusqu'à ce que la mort sépare le couple fatal. (Goodreads).

La sélection du club de lecture de juillet 2022 était The Best Place on Earth, de Ayelet Tsabari.

Le dimanche 31 juillet, nous avons parlé des nouvelles d'Ayelet Tsabari dans Le meilleur endroit sur terre.

Confiants, originaux et humains, les récits de The Best Place on Earth sont peuplés de personnages au carrefour des nationalités, des religions et des communautés : expatriés, voyageurs, immigrés et autochtones. Dans le récit d'ouverture, Tikkun, une rencontre fortuite entre un homme et son ancienne amante les mène d'une tragédie proche à une paix inattendue. Dans "Casualties", Tsabari nous emmène dans l'armée - un monde que tous les Israéliens ne connaissent que trop bien - avec une jeune femme soldat brusque et sexy qui falsifie des formulaires de congé médical pour joindre les deux bouts. Poètes, soldats, frères et sœurs et dissidents, les protagonistes sont pour la plupart des Israéliens d'origine mizrahi (juifs du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord), dont l'histoire a rarement été racontée dans la littérature. En illustrant la vie de ceux dont l'identité oscille entre patriotisme farouche et mondialisation puissante, The Best Place on Earth explore l'histoire d'Israël tout en mettant en lumière les liens ténus - forgés, effilochés et parfois détruits - entre les cultures, entre les générations et à travers le gouffre de la transformation et de la perte.[Goodreads] (en anglais)

Juin 2022 Sélection des nouvelles dans TMR 22

La Markaz Review gère un club de lecture international qui se réunit sur Zoom chaque dernier dimanche du mois. Les lecteurs, de Los Angeles à Abu Dhabi, partagent leurs réflexions et leurs idées sur la sélection du mois. Souvent, l'auteur (et parfois son traducteur) se joint au groupe pendant la deuxième moitié de l'heure. Notre groupe de lecture se réunit toujours le dernier dimanche à 13 heures (heure de l'Est).

Le dimanche 26 juin, nous avons parlé des nouvelles incluses dans TMR 22 - STORIES, par des écrivains tels que Hanif Kureishi, Joumana Haddad, Karim Kattan, Ahmed Naji, Mai Al-Nakib, Nektaria Anastasiadou, Sarah Kahly-Mills et d'autres.

 


La sélection du club de lecture de mai 2022 était The Go-Between, des mémoires d'Osman Yousefzada.

De Canongate au Royaume-Uni.

"Un livre magnifiquement observé et drôle" Guardian "Convaincant et humain" Sathnam Sanghera

Cette histoire de passage à l'âge adulte se déroule à Birmingham dans les années 1980 et 1990. The Go-Between ouvre une fenêtre sur une communauté fermée de migrants vivant dans un quartier chaud du mauvais côté de la voie ferrée.

 

Le monde des adultes est vu à travers les yeux d'Osman enfant : sa propre communauté patriarcale pachtoune dévote, avec son clivage entre le monde des hommes et celui des femmes, vivant côte à côte avec des communautés parallèles de migrants. Les orthodoxes fréquentent une mosquée en bas de la rue où se trouvent les prostituées et les proxénètes. Les enfants trouvent un équilibre entre les enseignements scolaires occidentaux et les traditions culturelles.

Revue de livres : "The Go-Between" par Osman Yousefzada

 


La sélection d'avril 2022 était The Monotonous Chaos of Existence (Le chaos monotone de l'existence), des histoires de Hisham Bustani.

Publié par Mason Jar Press.

Les histoires contenues dans The Monotonous Chaos of Existence de Hisham Bustani explorent la transformation turbulente des sociétés arabes contemporaines. Avec une touche habile et poétique, Bustani examine les relations interpersonnelles dans une optique globale, relie les éléments apparemment contradictoires et explore les façons dont les conflits internationaux peuvent déchirer les individus qui peuplent son monde, tout en poussant la forme narrative sur des terrains nouveaux et inattendus.

 

"Ces histoires rappellent les rythmes de la poésie, offrent l'intimité des mémoires et ressemblent souvent plus à des films qu'à des fictions. The Monotonous Chaos of Existence m'a fait penser aux diseurs de vérité semi-surréalistes et extatiques que sont Denis Johnson et Chester Himes, une comparaison qui devra suffire pour l'instant, car je suis encore étourdi et je n'ai pas vraiment les idées claires après avoir lu ces interrogations sur la cruauté et l'absurdité de l'occupation et du soi-disant post-colonialisme. Un récit personnel/politique lucide, passionnant, décalé et stimulant".

-Brandon Soderberg, coauteur de I Got a Monster : L'ascension et la chute de la brigade de police la plus corrompue d'Amérique


La sélection du club de lecture de mars 2022 était Something Strange, Like Hunger, Short Stories de Malika Moustadraf.

Malika Moustadraf (1969-2006) est une icône féministe de la littérature marocaine contemporaine, célèbre pour ses interrogations acerbes sur le genre et la sexualité en Afrique du Nord. Quelque chose d'étrange, comme la faim* est le recueil complet des nouvelles publiées par Moustadraf : des histoires obsédantes et viscérales écrites par un maître du genre. Une adolescente subit un rite de passage dystopique, un homme atteint d'une maladie rénale tente désespérément d'obtenir un traitement, et une mère fait tout pour que sa fille réussisse un test de virginité. Se délectant de détails sensoriels vibrants et d'un argot riche, Moustadraf jette un regard sans complaisance sur le corps sexué, la classe sociale, la maladie, les doubles standards et le désir, tels qu'ils sont vécus par un ensemble diversifié de personnages. Blood Feast est une provocation acerbe contre le pouvoir patriarcal et une célébration de la vie et du génie de l'un des plus grands écrivains marocains.

* Le titre américain est Blood Feast.


La sélection de février 2022 était The Fortune Men, de Nadifa Mohamed.

Finaliste du Booker Prize, le roman de Nadifa Mohamed Les hommes de la fortune est basé sur un événement réel, l'histoire d'un meurtre, d'une erreur judiciaire et d'un homme trop innocent pour son époque - "une chanson de blues qui vient directement du cœur... rendue vivante avec un art subtil et une humanité déchirante" (Walter Mosley, auteur à succès de Le diable en robe bleue). À Cardiff, au Pays de Galles, en 1952, Mahmood Mattan, un jeune marin somalien, est accusé d'un crime qu'il n'a pas commis : le meurtre brutal de Violet Volacki, une commerçante de Tiger Bay. Au début, Mahmood croit pouvoir ignorer les doigts pointés sur lui ; il est peut-être joueur et petit voleur, mais il n'est pas un meurtrier. Il est père de trois enfants, sûr de son innocence et de sa foi en la justice britannique. Mais à mesure que le procès se rapproche, sa perspective de liberté s'amenuise. Mahmood doit maintenant mener un combat terrifiant pour sa vie, avec tous les éléments en sa défaveur : une enquête bâclée, un système judiciaire inhumain et, surtout, un racisme omniprésent et profondément enraciné à chaque étape. À l'ombre de la corde du bourreau, Mahmood commence à comprendre que même la vérité ne suffira peut-être pas à le sauver. Récit obsédant d'une justice déréglée, ce livre jette un regard glaçant sur les recoins sombres de notre humanité.


Les anciens titres lus par le groupe de lecture de TMR incluent :

  • Le roman d'Ayad Akhtar Élégies de la patrie
  • Le roman de Malu Halasa Mère de tous les porcs
  • Laila Lalami Citoyens conditionnels
  • Le court roman de Hassan Blasim Dieu 99
  • Dima Alzayat Alligator et autres histoires
  • Le roman de Sahar Mustafah La beauté de ton visage
  • A Land Like You de Tobie Nathan (chroniqué dans TMR ici)
  • Against the Loveless World de Susan Abulhawa (revue dans TMRici)
  • Voices of the Lost de Hoda Barakat (revue dans TMR ici)
  • I'jaamde Sinan Antoon
  • L'étrange paradis d'Omar El Akkad
  • Le paradis d'Abdulrazak Gurnah
    Le groupe est dirigé par Rana Asfour, rédactrice en chef de TMR.
    Pour rejoindre le club de lecture de The Markaz Review (gratuit, tout le monde est le bienvenu), veuillez remplir ce formulaire.

    Rejoignez notre
    Book Club !

    Nous vous tiendrons au courant des dernières nouvelles et des derniers événementsconcernant le livre
    .

    Nous ne partageons jamais votre adresse e-mail, point final !