L'attaque contre Salman Rushdie est la pointe choquante de l'iceberg

15 août 2022 -
1
Salman Rushdie à New York en 2019 (photo Christopher Lane pour le Times of London).

 

Jordan Elgrably

 

Soyons brutalement honnêtes avec nous-mêmes - l'attaque effrontée de vendredi contre le romancier Salman Rushdie est une menace pour la liberté d'expression partout dans le monde, mais ce n'est que le dernier incident en date parmi des milliers de cas où des écrivains, des poètes, des journalistes et des cinéastes sont censurés, emprisonnés et même tués. Ils sont traqués parce qu'ils sont des penseurs critiques qui ne suivent pas la ligne du parti, qui dénoncent des gouvernements répressifs ou qui osent heurter les sensibilités conservatrices.

Si nous ne connaissons pas encore le motif qui a poussé Hadi Matar, 24 ans, à s'attaquer à Rushdie avec un couteau, est-il vraiment possible de douter qu'il l'a fait à cause de la fatwa contre l'auteur des Versets sataniques? Même s'il le nie, on a du mal à le croire. Je considère cette attaque comme emblématique du type d'intolérance des États répressifs à l'égard de toute critique. La torture et le meurtre sanctionnés par l'Arabie saoudite du journaliste Jamal Khashoggi en 2018 et l'assassinat choquant de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh par un soldat de Tsahal en mai dernier en sont deux des cas les plus flagrants.

Ces dernières années, la Turquie est devenue l'un des plus grands oppresseurs d'écrivains, d'universitaires et d'intellectuels, avec la plus grande population carcérale de détenus politiques d'Europe continentale. Le président Recep Tayyip Erdoğan, consolidant son pouvoir, a licencié plus de 5 000 universitaires et 50 000 enseignants dont la politique progressiste ou l'héritage kurde lui déplaisaient, ou qui, en tant que journalistes/rédacteurs/éditeurs, s'étaient montrés trop francs, comme le romancier et rédacteur en chef d'un journal largement traduit Ahmet Altan, 72 ans. Auteur d'œuvres internationalement admirées comme les romans de son Quatuor ottoman et le mémoire de prison Je ne reverrai jamais le monde, Altan a été condamné à la prison à vie en 2016. Il a passé quatre ans derrière les barreaux mais a été libéré de manière inattendue l'année dernière. Il a récemment déclaré : "La prison n'a pas éteint mon désir d'écrire."

Au début du mois, la poétesse, écrivaine et éditrice kurde Meral Şimşek, protégée de PEN International, a fui la Turquie pour demander l'asile à Berlin, car elle risquait une nouvelle condamnation à une lourde peine de prison dans sa ville natale de Diyarbakir. Son affaire devait être jugée le 18 juillet, mais un juge l'a reportée au 16 septembre, donnant à Şimşek la possibilité d'échapper à une condamnation certaine. Dans un texte adressé à cet auteur le 8 août, elle se lamente : "Je suis maintenant en exil. Ma patrie me manque."

L'écrivain syrien Faraj Bayrakdar, auteur d'un recueil de poésie récemment traduit, est journaliste et poète primé. Une colombe en vol libreest un journaliste et un poète primé. En 1987, il a été arrêté par le régime d'Hafez al-Assad, qui le soupçonnait d'appartenir au Parti de l'action communiste. Détenu au secret pendant près de sept ans, il a été torturé et finalement condamné à 15 ans de prison, mais 14 mois avant de terminer sa peine, il a été amnistié et a obtenu l'asile en Suède. Parmi les cas similaires, citons l'écrivain irakien Hassan Blasim, qui a trouvé refuge en Finlande, et l'écrivain assyrien irakien Samuel Shimon, qui, après avoir passé du temps dans les prisons irakiennes, syriennes et libanaises, a trouvé le chemin de Londres et, avec Margaret Obank, a fondé Banipal.

Pendant ce temps, les prisons du président égyptien Abdel Fattah El-Sissi débordent de milliers de prisonniers politiques. Selon un article du New York Times paru la semaine dernière, nombre d'entre eux sont soumis à la torture et se voient refuser des médicaments vitaux, et "plus d'un millier de personnes sont mortes en détention égyptienne". Les cas bien connus de l'écrivain égyptien Ahmed Naji (qui contribue désormais régulièrement à The Markaz Review) et du gréviste de la faim et auteur Alaa Abd El-Fattah(You Have Not Yet Been Defeated) ne sont que la partie émergée de l'iceberg.

On s'en voudrait de ne pas souligner que si le président américain Joe Biden a publiquement condamné l'attentat contre Salman Rushdie ce week-end, il est l'ami et l'allié des dirigeants d'Arabie saoudite, d'Israël, de Turquie et d'Égypte. Parlant des deux côtés de la bouche, Biden a refusé d'enquêter sur le meurtre de Shireen Abu Akleh par Israël et continue de faire de bonnes affaires avec Mohammed Bin Salman (MBS), Erdoğan et El-Sissi. Devons-nous donc comprendre que les droits de l'homme sont sacrifiés lorsqu'ils sont mis en balance avec les exigences de la géopolitique ?

Hélas, oui, alors que faire des belles paroles lorsqu'il s'agit de la liberté d'expression, inscrite dans le premier amendement de la Constitution américaine, mais volontiers écartée par les alliés américains et européens ?

Outre le soutien au travail effectué par des ONG telles qu'Amnesty, Human Rights Watch et PEN, nous pourrions apporter notre soutien à Democracy for the Arab World Now (DAWN), une organisation à but non lucratif fondée par Jamal Khashoggi qui promeut la démocratie, l'État de droit et les droits de l'homme pour tous les peuples du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord. DAWN "concentre ses recherches et son plaidoyer sur les gouvernements de la région MENA ayant des liens étroits avec les États-Unis et sur le soutien militaire, diplomatique et économique que les États-Unis apportent à ces gouvernements, car c'est là que nous avons la plus grande responsabilité." 

 

1
Taxi met en scène le réalisateur Jafar Panahi alors qu'il parcourt les rues de Téhéran en se faisant passer pour un chauffeur de taxi collectif. Bande-annonce.

Les cinéastes en danger

Le cinéma iranien est largement apprécié comme l'un des meilleurs au monde, mais en juillet, le cinéaste iranien dissident Jafar Panahi - précédemment condamné pour "propagande contre le système" - a reçu l'ordre de purger une peine de six ans à Téhéran. Il était l'un des trois éminents cinéastes iraniens arrêtés en juin, les deux autres étant Mohammad Rasoulof et Mostafa Al-Amad.

La Coalition internationale des cinéastes en danger existe pour défendre des réalisateurs tels que Panahi, Rasoulof et Al-Amad. L'ICFR défend également les cinéastes iraniennes Mina Keshavarz et Firouzeh Khosravani, qui ont été arrêtées en mai à Téhéran après que leurs domiciles aient été fouillés et que leurs biens personnels et professionnels tels que téléphones portables, disques durs et ordinateurs portables aient été confisqués. Le 17 mai, Keshavarz et Khosravani ont été libérés sous caution et interdits de quitter le pays pendant six mois. Aucune accusation officielle n'a été portée depuis leur arrestation."

Il est difficile de savoir ce qui a motivé ces arrestations ; la République islamique est restée taciturne sur cette question. Toutefois, des rumeurs en provenance de Téhéran laissent entendre que Khosravani a été arrêté pour avoir assisté à un festival de documentaires à Istanbul, auquel participait également un documentariste israélien.

Avec de telles tactiques d'intimidation, on peut se demander si l'autocensure n'est pas une préoccupation croissante pour tous ceux qui osent critiquer leur propre gouvernement dans leur travail créatif.

Samedi, dans une colonne du Guardian, l'ancienne directrice de PEN anglais, Jo Glanville, a affirmé qu'il y a déjà eu un terrible "recul de la liberté d'expression - l'autocensure a remplacé la tolérance comme comportement souhaitable dans une société où la liberté d'expression était encore censée être une référence en matière de droits de l'homme. Et nous souffrons encore tous de ce recul dans tous les domaines du débat public".

Salman Rushdie est l'un des défenseurs les plus visibles de la liberté d'expression depuis qu'il est sorti de la clandestinité, après la fatwa de 1989 contre sa vie et son roman, Les Versets sataniques. Les Versets sataniquesL'Ayatollah Khomeini mourant avait lancé une fatwa contre sa vie et son roman, Les Versets sataniques. Lors d'un discours prononcé en 2012 à New York, il a fait remarquer que le terrorisme est en réalité l'art de la peur. "La seule façon de le vaincre est de décider de ne pas avoir peur", a-t-il déclaré. Mais comme l'a noté samedi un chroniqueur de Jacobin, Rushdie a "fait face à des conséquences beaucoup plus dures pour son travail que la plupart des artistes ne le feront jamais - en particulier le préjudice psychologique d'un isolement forcé et d'une menace constante."

La question est de savoir si le coup de poignard de Rushdie empêchera d'autres écrivains, cinéastes et journalistes de dire la vérité au pouvoir - des artistes qui critiquent les vaches sacrées que sont les gouvernements, les entreprises et la religion ? Les forces extrémistes et répressives, qui abondent dans le monde entier, vont-elles éroder davantage notre courage ou cela renforcera-t-il notre détermination ?

 

invité

0 Commentaires
Feedbacks de Inline
Voir tous les commentaires