Pourquoi COMIX ? Un nouveau moyen d'expression écrite au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

15 août, 2021 -
La popularité des bandes dessinées au Moyen-Orient et en Afrique du Nord continue d'exploser - Hshouma, de l'auteur et artiste marocain Zainab Fasiki, a atteint 10 tirages depuis sa sortie en 2019. Plus d'informations ici .
La popularité des bandes dessinées au Moyen-Orient et en Afrique du Nord continue d'exploser — Hshouma, de l'autrice et artiste marocaine Zainab Fasiki, a atteint 10 tirages depuis sa sortie en 2019. Plus d'informations ici.

Aomar Boum, rédacteur invité, TMR

Je ne suis pas un artiste ou un expert de l'al-qissa al-muṣawwara (roman graphique/livre comique) ou des bandes dessinées (BD). Je ne dessine pas et n'ai jamais fréquenté une école d'art. Cependant, je me suis récemment intéressé aux romans graphiques en tant que support d'écriture. En fait, je collabore actuellement avec Nadjib Berber (voir sa biographie dans ce numéro spécial) sur une histoire graphique des réfugiés européens et juifs détenus dans les camps de Vichy en Afrique du Nord pendant la Seconde Guerre mondiale, basée sur les archives du United States Holocaust Memorial Museum.

Bien que mon intérêt pour le graphisme et la bande dessinée en tant que mode d'écriture soit assez récent, j'ai été exposé, enfant, à une culture pop de la BD pendant mon enfance au Maroc. Mon passe-temps après l'école était limité car je vivais dans un petit village saharien. Cependant, j'ai déménagé à Marrakech pour vivre avec mon frère aîné à la fin des années 1970 et au début des années 1980. Mon frère ne possédait pas de téléviseur à l'époque, je devais donc improviser pour occuper mon temps libre. L'un de mes rituels du début de soirée consistait à sortir en douce de la maison et à rejoindre le fils de mon voisin pour regarder les anime japonais Grendizer, Goldorak et Captain Majid(Captain Tsubasa). Il n'était jamais question de manquer la série. Avec le succès des deux séries à la télévision nationale, elles ont été sérialisées et traduites dans des magazines de bandes dessinées et vendues dans les kiosques à journaux et les librairies. À la même époque, mon frère m'a inscrit au Centre culturel français voisin, à quelques kilomètres du mellah de Marrakech. C'est là que j'ai été initié, comme beaucoup de jeunes lecteurs de cette génération, aux Aventures de Tintin et à Astérix le Gaulois. Les séries japonaises doublées et sérialisées et les bandes dessinées françaises étaient au centre de la culture populaire au Maroc à l'époque. Si la bande dessinée française dominait la scène culturelle, l'existence de traductions en arabe nous permettait de lire également les versions arabes de Goldorak, Bissat al Rih et Tarzan, que nous faisions circuler entre nous, enfants.

Pendant des décennies, le Maroc a été un importateur de bandes dessinées. Bien qu'il ne manquait pas de graphistes formés principalement à l'École des Beaux-Arts de Casablanca et à l'Institut national des Beaux-Arts de Tétouan, il n'existait pas de soutien institutionnel et national cohérent pour la production, la publication et la distribution locales de bandes dessinées à l'intérieur et à l'extérieur du Maroc. Par conséquent, les lecteurs devaient compter sur la production étrangère, ce qui limitait le marché en grande partie à cause de l'accès linguistique entre l'arabe et le français et, souvent, à cause du prix élevé des livres. Cette histoire marocaine est générale au reste du monde arabe et du Moyen-Orient, où il y a beaucoup de potentiel pour une tradition de bande dessinée locale, mais où le soutien institutionnel et financier est difficile à trouver.

Le manque de soutien institutionnel et financier est aggravé par la censure et l'incrimination des caricaturistes. Pendant des décennies, les autorités publiques ont censuré les caricaturistes et sont même allées jusqu'à accuser certains d'entre eux de blasphème. Les artistes et les caricaturistes politiques ne pouvaient pas caricaturer les chefs d'État au Moyen-Orient et en Afrique du Nord sans être arrêtés et emprisonnés. Les normes culturelles interdisant de caricaturer les religions limitent également la représentation artistique, même lorsque les artistes tentent d'éviter les représentations grossières. Les rédacteurs en chef de journaux et les éditeurs évitent certaines formes d'expression par crainte de fermeture, d'amendes ou de prison. Par exemple, en 2008 et avant le « printemps arabe », Magdy El Shafee a publié Metro : A story of Cairo, un roman graphique qui dénonce l'injustice, la pauvreté et la corruption dans l'Égypte de Moubarak à travers l'histoire de Shehab, un jeune ingénieur en informatique qui vole pour rembourser ses dettes. El Shafee a été emprisonné pour atteinte à la morale publique et son livre graphique a été interdit. Cette tendance s'est poursuivie même après les soulèvements arabes de 2011.

Ce numéro spécial de TMR sur la bande dessinée au Moyen-Orient et en Afrique du Nord est une tentative de reconnaître le travail accompli par les artistes du Moyen-Orient au cours des dernières décennies. Nous avons essayé de rassembler une liste de contributions représentatives, bien que non exhaustives, de différents experts ainsi que des biographies d'artistes natifs de la région, afin de donner un aperçu d'un domaine d'expression littéraire et artistique très dynamique. Ce numéro est également l'occasion de faire le point sur les réalisations des auteurs et artistes de bande dessinée maghrébins et moyen-orientaux. Malgré la longue histoire de restriction officielle sur le graphisme et la bande dessinée, les jeunes artistes ont travaillé dans des conditions éprouvantes avant de connaître un moment de libération au lendemain des soulèvements arabes de 2011. Alors que le retour de l'autoritarisme se profile à l'horizon et malgré le maintien par les autorités maghrébines et moyen-orientales d'un ensemble de lignes rouges religieuses, sociales et politiques que les artistes de bandes dessinées, de romans graphiques et de dessins animés évitent par peur de la prison, la bande dessinée a gagné en importance et en lectorat.

Dans ce numéro spécial, nous abordons les tendances générales de la bande dessinée au Moyen-Orient et en Afrique du Nord au cours des 20 ou 30 dernières années à travers un article historique sur la bande dessinée arabe de George « Jad » Khoury. Sherine Hamdy, l'une des principales anthropologues du Moyen-Orient, pionnière de l'utilisation de la bande dessinée en tant qu'ethnographie, souligne le rôle des femmes du Moyen-Orient dans la création de bandes dessinées. Susan Slyomovics, grande spécialiste de l'anthropologie visuelle dans la région MENA, fait office de traductrice et nous présente Nadjib Berber et Menouar « Slim » Merabtene, deux dessinateurs algériens, dont les récits illustrent les difficultés rencontrées par les artistes de la région, qui doivent s'adapter aux réalités politiques et économiques de la bande dessinée.

Les contributions d'Amber Sackett, Brahim El Guabli et Paraska Tolan-Szkilnik, respectivement étudiante en études francophones, littéraire et historienne, proposent des lectures variées des différentes manières dont la bande dessinée aborde les questions liées aux archives, à l'histoire et à la mémoire dans les contextes coloniaux et postcoloniaux de la région. Ces contributions, qui couvrent l'Algérie, le Maroc et la Mauritanie, démontrent la richesse et les rôles multiples que joue la bande dessinée dans la vie des sociétés. Jenny White nous guide dans le processus de production d'une bande dessinée à partir de données ethnographiques sur la Turquie moderne. Mon article met en lumière le travail de collaboration d'Abdelaziz Mouride, le doyen de la bande dessinée au Maroc, et sa tentative d'encadrer et de former une nouvelle génération de bédéistes marocains en se concentrant sur son travail sur les questions difficiles de l'immigration clandestine et des violations des droits de l'homme qui continuent de hanter la région. Les frères et sœurs Sherif et Hanna Dhaimish racontent l'histoire de leur père, le regretté Hasan « Alsatoor » Dhaimish, un dessinateur libyen en exil en Angleterre.

On observe dans la région MENA une attitude de plus en plus positive à l'égard de la bande dessinée en tant que moyen viable de production de connaissances, d'autocritique et de démocratisation. Le nombre d'artistes indépendants, de magazines de bande dessinée et d'entreprises locales publiant des romans graphiques est en augmentation. Cette augmentation du nombre de bandes dessinées a conduit à l'émergence de festivals spécialisés qui font la promotion du travail de ces artistes du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord dans toute la région. Ce travail local a également suscité un intérêt international grâce à la traduction et à la circulation mondiale d'œuvres initialement publiées au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. De manière contre-intuitive, de nombreux artistes ont choisi de rester dans la région et de ne pas s'exiler en Occident, malgré la répression occasionnelle à l'encontre de leurs collègues qui s'engagent dans la critique des droits de l'homme et du bilan politique et social des États. Ce choix leur a permis de créer davantage de laboratoires d'art où ils transmettent leurs connaissances et leur savoir-faire artistique aux futures générations de jeunes artistes du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord, qui pourront un jour représenter les thèmes et les problèmes de leur région dans leur langue et leur sensibilité artistique. La bande dessinée est ancrée dans la région, non seulement comme une pratique, mais aussi comme une manière intelligente et subtile de nuancer les problèmes locaux et mondiaux.


Aomar Boum (éditeur invité, COMIX) est anthropologue culturel à UCLA, où il est titulaire de la chaire Maurice Amado d'études sépharades et professeur au département d'anthropologie. Il est l'auteur de Memories of Absence : How Muslims Remember Jews in Morocco, et le coauteur de The Holocaust and North Africa ainsi que de A Concise History of the Middle East (2018) et plus récemment, avec Mohamed Daadaoui, le coauteur du Dictionnaire historique des soulèvements arabes (2020). Il travaille actuellement avec Nadjib Berber sur un roman graphique sur les réfugiés européens dans les camps de Vichy en Afrique du Nord pendant la Seconde Guerre mondiale. Il est né et a grandi dans l'oasis de Mhamid, Foum Zguid dans la province de Tata, au Maroc.

AlgériePrintemps arabeÉgypteromans graphiquesLibanLibyeMaroccaricatures politiquesTunisie

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.