La révolution vue du nid-de-pie de l'histoire

15 Février, 2021 -

Les révolutions arabes inachevées méritent notre soutien.<

Les révolutions arabes inachevées méritent notre soutien.

Melissa Chemam

Alors que les médias mondiaux commençaient à suivre les premiers jours du mal nommé « Printemps arabe » en janvier et février 2011, je me suis retrouvé en Ouganda, à couvrir l'élection présidentielle de ce pays pour la BBC, où le candidat de l'opposition, Kizza Besigye, n'avait aucune chance de battre le président sortant, Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986. J'avais étudié le journalisme à Paris et l'un de mes meilleurs amis là-bas était originaire de Tunisie. J'ai immédiatement pensé à elle : elle avait grandi sous Ben Ali mais avait toujours espéré qu'elle verrait le changement dans son pays de son vivant. Elle était alors basée au Caire, et a rapidement dû faire face à deux révolutions.  

« C'est avant tout un moment de nouvelles possibilités dans le monde arabe, et même dans tout le Moyen-               Orient », a écrit Rashid Khalidi, le professeur d'études arabes Edward Said de l'université de Columbia, dans la rubrique Politique étrangère du 24 février 2011. « Nous n'avions pas assisté à un tel tournant depuis très longtemps », a-t-il ajouté. « Soudain, des obstacles autrefois insurmontables semblent être surmontables. Les régimes despotiques qui sont enracinés dans le monde arabe depuis deux générations entières sont soudainement vulnérables. Deux des plus redoutables d'entre eux — à Tunis et au Caire — se sont effondrés sous nos yeux en quelques semaines ».  

Je suis rentré de Kampala, ravi pour eux. Ayant grandi en France dans une ville dirigée par un conseil municipal communiste, j'avais toujours considéré la révolution comme une source de changement positive, radicale et nécessaire. À l'école primaire, notre professeur nous a organisé une pièce de théâtre pour célébrer le 200e anniversaire de la Révolution française de 1789. Mes propres parents et grands-parents avaient également participé à leur propre révolution avec la libération de l'Algérie, mais à l'époque — surtout en France — c'était un tabou total. Personne n'a jamais mentionné les Algériens comme des révolutionnaires, en public ou même en privé, pourtant chez nous, c'est ce que nous étions. Plus tard, lorsque j'ai approfondi mes études d'histoire et de politique, j'ai rencontré pas mal de Français et même d'Arabes qui méprisaient les révolutions, les considérant comme une forme de violence venant du « peuple », c'est-à-dire des classes inférieures sans importance. Ce qu'ils valorisaient, c'était l'ordre et la hiérarchie. Cependant, j'ai appris au fil des ans que leur réaction était un symptôme d'allergie au changement, fondée sur la peur, et qu'aucune révolution ne s'achevait jamais en un jour.  

Il n'a pas fallu longtemps pour que des voix sceptiques se mettent à critiquer le Printemps arabe. La Tunisie et l'Égypte peuvent-elles vraiment réussir leurs révolutions populaires ? La Libye et le Yémen parviendront-ils un jour à se débarrasser de leurs despotes... avec des experts qui laissent entendre que la démocratie dans le monde arabe serait toujours un oxymore.  

De retour d'Afrique, en 2013, j'ai rejoint la salle de rédaction de la radio internationale de Paris, RFI, dans la section africaine. Étant la seule Nord-Africaine de l'équipe, j'ai souvent eu l'occasion de couvrir les questions tunisiennes, algériennes et libyennes. L'Afrique du Nord a toujours eu cette place bizarre dans l'actualité étrangère, aussi bien au Royaume-Uni qu'en France : ce n'est pas complètement l'Afrique, mais ce n'est pas non plus le Moyen-Orient… J'ai remarqué que beaucoup de journalistes marchaient souvent sur des œufs quand ils parlaient de la région. Mais en 2013-2014, le sentiment général était que les révolutions avaient échoué… La Tunisie avait un gouvernement islamiste (Ennahda a remporté une majorité de voix lors de l'élection de l'Assemblée constituante d'octobre 2011). L'Égypte était à nouveau une dictature militaire. Et la Libye était dans les limbes.

Mais chaque fois que le sujet des révolutions arabes a été abordé, je me suis demandé à voix haute et je me demande encore pourquoi personne ne les compare jamais, au moins, avec la Révolution française — pour être plus historique, nous devrions dire les révolutions françaises. Victor Hugo, l'un des plus grands écrivains français, est né en 1802 dans une famille bourgeoise, mais est devenu plus tard un véritable républicain. Treize ans après la Révolution française de 1789, il a cependant été contraint à l'exil pendant des décennies. C'est en exil qu'il écrit Les Misérables, publié en 1862. Car après « La Révolution », la France a eu deux empires brutaux — sous Napoléon et Napoléon III — et autant de « Restaurations » royales qui n'ont apporté que des guerres, plus d'inégalités et de conservatisme social. La Révolution française avait-elle échoué ? 

Eh bien, en 1830, Paris a connu une deuxième révolution après l'effondrement du désir égoïste de Napoléon de dominer l'Europe entière… Mais les trois jours de la Révolution de juillet 1830 ont rapidement conduit au retour d'un roi français : Louis-Philippe Ier. Puis en 1848, la France est balayée par un plus vaste mouvement de révolutions qui secoue toute l'Europe, appelé « Printemps des peuples » ou « Printemps des nations ». L'Italie et l'Allemagne n'existaient pas à l'époque, mais étaient constituées d'un ensemble de provinces souveraines parlant des dialectes de l'italien ou de l'allemand. C'était un moment important de l'histoire européenne. La même année, Karl Marx et Friedrich Engels, qui avaient fui l'Allemagne, publient leur Manifeste communiste. Comment cette révolution s'est-elle terminée ? Eh bien, en France, elle s'est terminée par l'élection de Louis-Napoléon Bonaparte en 1851, qui s'est rapidement déclaré… empereur. Dans le reste de l'Europe, sous des régimes oppressifs et conservateurs pour la plupart, Marx a dû quitter la France et la Belgique pour l'Angleterre. 

Tous ces événements révolutionnaires ont conduit à la violence et à des régimes très conservateurs, ce qui a également déclenché la rivalité impériale et coloniale entre les puissances européennes pour le contrôle de la moitié de l'Afrique et de l'Asie. Mais cela ne signifie pas qu'ils ont échoué ; ils faisaient partie d'un processus plus long.

« Si la révolution est un changement de régime impliquant une force physique collective, alors les dates clés sont 1789, 1830 et 1848 », a observé Peter Jones, professeur d'histoire française à l'université de Birmingham au Royaume-Uni. En fin de compte, la France a connu au moins trois révolutions majeures, et sans doute une quatrième — la Commune de Paris au printemps 1871 — avant d'avoir un régime stable, la Troisième République. Pourtant, même ce régime n'a pas conduit la France à devenir entièrement démocratique, du moins pas avant le début du XXe siècle et pas avant que le pays ne soit déchiré par l'affaire Dreyfus de 1894 à 1906. Victor Hugo n'a pas vécu pour voir la Troisième République, car il est mort en 1885, alors que le régime français était encore très conservateur. Bien sûr, même après 1910, les femmes ne pouvaient toujours pas voter (elles ne le purent qu'en 1944 !), et la plus grande partie de la population de l'Algérie colonisée — territoire français déclaré — était privée d'une représentation parlementaire équitable.

Le passage à la république n'a pas empêché Vichy ou Dien Bien Phu. La Troisième République française a connu la douloureuse et désastreuse Seconde Guerre mondiale, et la période humiliante de la collaboration. Puis la Quatrième République, établie après la Seconde Guerre mondiale, s'est éteinte dans une guerre civile, à cause de l'horrible colonialisme des colons en Algérie, en 1958. Cela a donné naissance à une République « d'urgence » ou ce que François Mitterrand a souvent appelé « la République du coup d'État permanent », la Cinquième République et le régime français actuel.

Paris 1968.<

Paris 1968.

Même à cette époque, les révolutions n'étaient pas terminées, car un soulèvement socialiste et ouvrier/étudiant a éclaté à Paris en 1968 et a rapidement envahi le pays, entraînant l'arrêt de l'économie française. Mai 68 a marqué le monde de la même manière que la Révolution de 1789. 

Nous pourrions également établir des parallèles avec l'histoire américaine.

Une révolution trop souvent oubliée est probablement la plus importante de toutes en termes d'équilibre entre l'Occident et le reste du monde : du 21 août 1791 au 1er janvier 1804, la révolution haïtienne a fait de la domination européenne sur les Caraïbes un phénomène réversible. On pourrait dire que la révolution haïtienne n'est pas terminée ; il est certain que Toussaint Louverture est devenu un héros qui inspire les Africains et les Afro-Américains jusqu'à ce jour.

La révolution américaine, qui a eu lieu entre 1765 et 1783, n'a concerné que l'Amérique du Nord coloniale, c'est-à-dire 13 États et leurs colons blancs, dans une lutte pour se libérer de leur oppresseur britannique. Mais tous les autres êtres humains vivant sur le sol nord-américain à cette époque ont été simplement ignorés et se sont vus refuser la citoyenneté, en premier lieu la population autochtone, les Premières Nations, ainsi que les esclaves africains déplacés. Jusqu'au milieu du XXe siècle, la démocratie américaine est restée une réalité nuancée : malgré les 13e, 14e et 15e amendements à la Constitution adoptés dans les années 1860 — tous destinés à émanciper les Noirs américains —, la plupart d'entre eux n'ont pu voter avant l'adoption de la loi sur le droit de vote en 1965. 

La journaliste égypto-américaine Mona Eltahawy, autrice de The 7 Necessary Sins for Women and Girls (Les 7 pêchés nécessaires pour les femmes et les filles) (2019), a en fait qualifié le mouvement des droits civils de révolution sur Twitter le 25 janvier 2021, alors qu'elle commentait le Printemps arabe. Elle a écrit cela : « Une révolution ne se produit pas du jour au lendemain. Et parce que, comme Audre Lorde l'a souligné, "la révolution n'est pas un événement ponctuel". Je n'écrirai pas sa nécrologie ».

Dix ans après 1789, la France était sur le point d'avoir un nouvel empereur et de plonger l'Europe dans la guerre. Dix ans après 1848, c'est l'apogée du Second Empire, et son meilleur auteur écrit en exil. Ainsi, dix ans après le début du printemps arabe, je dirais que nous devrions donner du temps aux révolutions arabes.

<

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.