La Palestine en morceaux : Le "Salon de Huda" de Hany Abu-Assad

21 mars, 2022 -

 

Manal Awad dans le rôle de "Huda" dans le film Huda's Salon de Hany Abu-Assad (photo reproduite avec l'aimable autorisation de IFC Films).
 
Huda's Salon est disponible dans certains cinémas américains et européens et partout où vous louez des films. Aux États-Unis, visitez ce site pour obtenir des billets.
 

Jordan Elgrably

 

Maisa Abd Elhadi dans le rôle de "Reem" dans Huda's Salon (photo reproduite avec l'aimable autorisation d'IFC Films/an IFC Films Release).

Palestine. Israël.

Il ne s'agit pas seulement de vivre sous l'apartheid - il s'agit de vivre dans la trahison, de ne pas savoir à qui faire confiance. 

Pour un couple de Bethléem, la vie n'est pas seulement définie par l'apartheid, mais par la menace quotidienne de se faire tirer dessus par des colons, des policiers ou des soldats à la gâchette facile, qui paient rarement le prix d'un meurtre. Et tout le monde est susceptible d'être espionné ou transformé.

Pour être clair, Bethléem se trouve en Palestine, pas en Israël, mais Israël a divisé la Cisjordanie occupée en trois zones de contrôle ; Bethléem, qui se trouve à environ 10 kilomètres au sud de Jérusalem/Al Quds, est dans la zone dite "zone A" administrée par l'Autorité palestinienne.

Alors qu'Israël nie la validité du rapport d'Amnesty International du 1er février 2022 sur la manière dont son système d'apartheid contrôle les Palestiniens, il exerce néanmoins un contrôle sur tous les Palestiniens à l'intérieur d'Israël et de la Cisjordanie, tout en maintenant Gaza enfermée dans un siège qui dure maintenant depuis près de 15 ans.

Dans son dernier film, Huda's Salon, Hany Abu-Assad revient à son sujet central, la Palestine, ou les fragments de celle-ci. Le film commence par une conversation bavarde entre Huda (Manal Awad), une coiffeuse, et Reem (Maisa Abd Elhadi), une jeune femme qui se fait coiffer, tandis que son bébé somnole à proximité. L'histoire prend rapidement une tournure sombre, et l'on se demande immédiatement quelle est la part de réalité et quelle est la part de fiction dans ce qui suit ?

Abu-Assad, qui a écrit le scénario, confesse : "L'histoire est basée sur des événements réels. Il est arrivé en Palestine que des agents des services secrets utilisent certains salons de coiffure pour droguer des femmes, les mettre dans une position inconfortable et prendre des polaroïds, afin de les faire chanter pour qu'elles deviennent des traîtres à la Palestine. Et ils ont utilisé des femmes vulnérables dans la société arabe, des femmes qui ne recevraient pas le soutien de leur mari ou de leur famille... Le film est basé sur une histoire réelle, mais je tiens à préciser que ces personnages restent fictifs."

Abu-Assad a déjà visité des thèmes similaires de loyauté et de trahison dans Omar (2013), dans lequel un jeune révolutionnaire palestinien en puissance se fait retourner par un agent du Shin-Bet. Contraint de trahir ses convictions politiques, la question posée à Omar et au spectateur est la suivante : combien êtes-vous prêt à sacrifier, pour survivre ? 

Dans le Salon de Huda, tout se passe sous la surface. Comme l'insiste Hassan, le personnage de "résistance" d'Ali Suleiman, "les traîtres dans notre société sont comme un cancer dans le corps". Le spectateur s'interroge sur la santé de la société de Bethléem, qui est constamment agressée et contrôlée par le Shin-Bet, ainsi que par les autorités palestiniennes, la "résistance", et bien sûr les colons et l'armée israélienne.

Huda est censée être une figure tragique, mais elle semble être l'un des rares Palestiniens de l'histoire à avoir un rôle à jouer. Elle a perdu la garde de ses enfants lors d'un méchant divorce, ce qui est sa tragédie, mais elle se bat contre la société patriarcale en coopérant avec les mukhabarat - la police secrète est ici constituée d'agents de l'occupation israélienne, qui se font souvent passer pour des Arabes ou qui parlent couramment l'arabe, mais ils sont de toute façon en arrière-plan ; ils sont en fait invisibles, comme des djinns maléfiques.

Hany Abu-Assad est un réalisateur, scénariste et producteur palestinien. Né à Nazareth en 1961, il s'est tourné vers la réalisation de films après avoir travaillé pendant plusieurs années comme ingénieur aéronautique aux Pays-Bas. Depuis, Abu-Assad a réalisé plusieurs films primés, parmi lesquels Nazareth 2000, Le mariage de Rana, Ford Transit, Paradise Now, Omar, L'idole et La montagne entre nous. Il a été nommé deux fois aux Oscars et a remporté un Golden Globe, le Felix Award, le Blue Angel Award de Berlin, l'Independent Spirit Award, le prix du film d'Amnesty International, le Golden Calf et le prix spécial du jury du Festival de Cannes.

Le mot "Israël" n'est jamais mentionné.

Au premier abord, Reem semble être une femme au foyer innocente, allant au salon pour une nouvelle coiffure. Elle parle à Huda de son mari Yussef, qui doute d'elle, est jaloux et ne lui fait pas confiance, bien qu'elle insiste sur le fait qu'elle n'a pas d'amant et n'a rien à cacher.

La confiance est la chose dont tout le monde a besoin et que personne ne semble avoir dans cette histoire.

Le Salon de Huda ressemble beaucoup à un huis clos, une pièce sans air - même lorsque Reem se précipite dans une rue de Bethléem, son monde semble petit, étriqué. C'est comme si personne n'avait beaucoup d'air à respirer ; le spectateur a l'impression d'être enfermé, de regarder ces personnages lutter pour exister - oubliez la coexistence, car il n'y a pas de partage Palestine/Israël.

Le rêve de la solution à deux États est mort ; il n'y a plus qu'un seul État, un seul Big Brother, dans lequel les Juifs israéliens jouissent de toutes les libertés d'une démocratie libérale, tandis que les Palestiniens de la Cisjordanie occupée, découpée en zones A, B et C, vivent comme des rats de laboratoire, se déplaçant sans cesse, sachant qu'ils servent de cobayes à Israël - l'armée et la haute technologie israéliennes testent les dernières armes et les gadgets de contrôle des foules sur les Palestiniens, avant de commercialiser leurs produits dans le monde entier - en effet, comme l'a écrit un observateur, "Israël teste des armes en Cisjordanie et à Gaza, puis les présente comme "éprouvées au combat" sur le marché international."

Reem est encore plus limitée : son beau-frère est en prison (nous ne savons pas pourquoi, et cela n'a pas d'importance), elle est donc interdite de voyage. Elle doit obtenir un permis des autorités d'occupation, qui sont précisément les personnes pour lesquelles Huda la fait espionner.

Comment changez-vous votre vie une fois que vous travaillez avec les mukhabarat, une fois que vous espionnez ? Le seul avantage, observe Huda, c'est que les femmes deviennent autonomes vis-à-vis de leurs maris. Hassan, le chef de la résistance, demande avec incrédulité : "En collaborant avec l'ennemi, l'occupation ?"

"Quel ennemi ? Tout le monde est un ennemi."

Huda ajoute : "Il est plus facile d'occuper une société qui se réprime déjà."

À mon sens, tous les personnages du Salon de Huda sont des figures tragiques, car tous luttent pour survivre, pour avoir un rôle dans un monde où l'on n'a que très peu de contrôle sur son propre destin. Les autorités d'occupation contrôlent les actes de naissance et de décès, les impôts, l'accès à l'eau et à l'électricité, et les déplacements. Elles sont les seigneurs, tandis que les Palestiniens sont un peuple qui survit grâce au sumud - une admirable constance qui ne laisse pas assez de place à une existence insouciante, et encore moins à un bonheur durable.

Si le Salon de Huda sert à quelque chose, c'est à souligner la nécessité de mettre fin au système d'apartheid d'Israël sur les Palestiniens, et de faire d'Israël/Palestine un seul État, partagé équitablement avec des droits égaux pour tous ses citoyens, du Jourdain à la Méditerranée.  

 

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.