Lettre à l'éditeur concernant la "réflexion douteuse sur la Syrie".

15 août, 2022 -
1
La ville d'Alep, bombardée par les jets syriens et russes, réduite à des décombres virtuels (photo d'archive prise en janvier 2021).

 

TMR accueille les lettres à la rédaction en réponse à des articles publiés, qui seront éditées dans un souci de brièveté et de clarté. La présente lettre est une réponse à l'article de Fouad Mami intitulé "Questionable Thinking on the Syrian Revolution", paru dans TMR le 1er août 2022.

 

Abdullah Chahin

 

Je tiens tout d'abord à remercier le Dr Fouad Mami d'avoir pris le temps d'examiner mon livre : Nawãr(Savages : Sonder la transformation de la conscience individuelle et collective sous les régimes totalitaires : Syrian Society as an Example, Riad El-Rayyes Books : Beyrouth, Liban. ISBN : 978-9953-21-748-2). Ce livre n'a pas été facile à écrire, pas plus qu'il n'est facile à lire. Il tente de retracer les changements idéologiques et comportementaux des communautés syriennes sous le régime brutal actuellement au pouvoir, et comment ces changements ont remodelé les interactions sociales et interpersonnelles. Le régime totalitaire s'est emparé non seulement de l'arène politique, mais aussi des aspects économiques, culturels et religieux de la vie de la société syrienne. Le régime a pratiqué la punition collective afin de resserrer son emprise sur notre société, qui est devenue une société dans laquelle les gens devaient se surveiller et surveiller leur environnement dans un but d'auto-préservation. Cela a non seulement renforcé le sentiment d'altération de la société, mais a également créé une fausse notion de "tout le monde" par rapport à ceux qui ne sont pas d'accord avec le régime - et sont par conséquent décrits comme ayant rompu avec la société dans son ensemble.

La réponse était dans le titre du livre depuis le début !

La présente réfutation ne s'attaque pas de manière exhaustive à toutes les lacunes de l'argumentation du Dr. Elle se concentre plutôt sur les plus flagrantes. L'une des principales erreurs de lecture du Dr Mami est son incapacité à déterminer la cause et l'effet du bourbier syrien. Le titre du livre indique clairement que l'examen porte sur une transformation sociétale causée par un régime totalitaire brutal, et non l'inverse. Je suis choqué que l'ensemble des prémisses de son argument contre le livre soit réfuté par son titre même ! Affirmer que ce livre rend la société syrienne responsable du régime brutal est un non-sens total et est sans fondement. Il en va de même pour toutes les conclusions auxquelles le Dr Mami est parvenu après avoir lu le livre.

Le Dr Mami, qui exprime une impression positive du deuxième chapitre, cite le passage suivant (il cite par erreur la page concernée en 175, alors qu'il s'agit en fait de 177) : "En collaboration avec plusieurs experts dans des domaines tels que la micro-économie, le leadership humain et le développement durable, nous avons planifié en 2013 un petit projet de développement appelé Mihãd. L'objectif du projet était de renforcer les compétences des individus, précisément celles qui ont été soulignées par les experts et les activistes sur le terrain dans les zones libérées. Bien que la conscience du manque de formation vienne des personnes mêmes qui ont demandé un financement, nous avons constaté que l'interaction était presque inexistante ... sur plus de 200 personnes qui se sont inscrites à l'événement, seules 10 personnes ont participé au premier atelier. Les autres ateliers n'ont pas réuni plus de cinq participants..."

Puis, il affirme à tort que j'ai conclu que "l'absence de participation est catastrophique" et que "les Syriens ordinaires sont irrécupérables, compte tenu de leurs modes actuels de perception et de compréhension du monde". Cette conclusion scandaleuse et farfelue est celle du Dr Mami, et non la mienne. Il suffit de lire le paragraphe suivant pour comprendre ce que j'essayais de dire en mentionnant mon travail sur le renforcement des capacités en Syrie, à savoir que les participants étaient peu perspicaces en ce qui concerne les compétences qu'ils pensaient posséder - dans ce scénario, l'administration et la gestion. Prétendre qu'à cause de cette simple interaction avec un petit groupe de participants, j'ai déclaré irrécupérable une nation entière en dit long sur la qualité de la lecture que le Dr Mami a faite de ce livre.

J'avais espéré que la critique du Dr Mami serait plus détaillée, avec des exemples et des critiques mieux formulés. Au lieu de cela, il rejette le livre comme "un mélange d'idées à moitié digérées et empruntées à la science de pacotille, à la sagesse populaire, à la psychologie de la motivation et à la littérature d'auto-assistance". Cela ne donne pas une bonne image de l'objectivité ou du professionnalisme de l'auteur, d'autant plus qu'il ne parvient pas à présenter un seul exemple de ce qu'il prétend.

En tant qu'asilé politique qui a fait sa première expérience de détention illégale et d'interrogatoire à l'âge de 14 ans, et qui a perdu d'innombrables amis et membres de sa famille dans les massacres du régime et les disparitions forcées, je condamne sa description de moi comme "contre-révolutionnaire par défaut" et "réformiste dépressif". Ce livre m'a valu d'être banni de sept pays arabes. Il m'a valu des menaces de mort dans ma boîte aux lettres électronique. Il ajoute au risque existant de représailles sur les membres de ma famille restés en Syrie. Je veux que le Dr Mami sache que ce n'est que le début de notre combat. Nous avons réussi à dénoncer le régime syrien comme une mafia violente, mais nous n'avons toujours pas réalisé nos aspirations à la liberté, à la justice, à l'égalité et au pluralisme en Syrie. Notre chemin est long, mais nous sommes prêts à aller de l'avant. Le sang et les larmes que nous avons collectivement versés pour cette cause ne doivent pas être vains.

 

invité

0 Commentaires
Feedbacks de Inline
Voir tous les commentaires