"Douze anges" - fiction d'Ahmed Salah Al-Mahdi

3 décembre 2023 - ,
Au terme de sa vie, effrayé par la perspective de la mort, un homme est confronté à la possibilité d'un effacement total, à l'idée qu'aucune trace de son existence ne subsistera.

 

Ahmed Salah Al-Mahdi

Traduit de l'arabe par Rana Asfour

 

Alors que je suis allongé sur mon lit de mort, baigné par la lumière du soleil qui entre par la fenêtre ouverte, et que les rideaux se balancent doucement sous l'effet de la brise rafraîchissante, je repense au parcours de ma vie avec tristesse et regret. En vérité, ma vie n'a pas été si mauvaise que cela. Avec ses hauts et ses bas, ses joies et ses peines, je dirais qu'elle a été, dans l'ensemble, une vie calme, voire tranquille. En repensant à mon enfance insouciante - les années les plus splendides - je découvre un désir inexplicable et un sentiment de nostalgie qui s'infiltre dans chaque étape ultérieure de ma vie.

Je tourne la tête et regarde les visiteurs qui entourent mon lit. Les hommes portent des costumes noirs, les femmes des robes noires. Tous semblent plongés dans la tristesse. Certains sanglotent doucement, d'autres me regardent en silence, d'autres encore enfouissent leur visage dans leur mouchoir, incapables de réprimer leurs larmes qui débordent. Une chose est indéniable : toute l'assemblée est désemparée. Cependant, je ne peux pas dire si cette manifestation de tristesse est réelle. Quelle que soit la réponse, elle n'apportera aucune consolation, car je vais mourir, qu'ils me pleurent des rivières de chagrin ou qu'ils fassent la fête avec des danses exubérantes de joie.

En cet instant, je suis frappé de voir à quel point je suis terrifié à l'idée de mourir, même si j'ai passé des années à me convaincre du contraire. Et maintenant qu'elle est sur moi, je me trouve dans son sillage, tremblant d'une horreur profonde.

Ce qui m'effraie plus que la perspective de la mort elle-même, c'est la possibilité d'un effacement complet à sa suite, de sorte qu'il ne reste aucune trace de mon existence. L'idée d'être relégué dans un abîme lugubre et insondable d'insignifiance, avec ma chance d'immortalité gâchée, me trouble profondément.

Je détourne mon regard des fidèles en larmes vers le plafond, et c'est alors que je les vois. Douze entités entourent mon lit, silencieuses, et me regardent. Aussitôt, un sentiment de sérénité envahit mon cœur et, sans que je puisse l'expliquer, je suis plus calme que je ne l'ai jamais été de ma vie.

Je sais parfaitement qui sont ces visiteurs, malgré l'absence des ailes que je croyais posséder dans un domaine dépassant l'entendement humain. Bien qu'ils se transforment continuellement en différentes formes sous mes yeux, ils conservent toujours un modèle discernable. Au milieu de ce chaos structuré, je ressens un apaisant sentiment de familiarité, comme si quelque chose d'égaré et d'oublié, depuis des temps immémoriaux, avait refait surface.

"Qui êtes-vous ? Je demande, ma voix est à peine audible. Mes lèvres n'ont pas bougé alors que les mots se forment dans ma tête.

"Vous savez", dit l'un d'eux. Sa voix résonne comme le délicat carillon de mille cloches résonnant dans une vallée sereine, doucement accompagné par le bruissement chuchotant d'une brise tranquille. Ses mots effleurent délicatement un recoin caché de mon subconscient, mettant au jour quelque chose que j'avais consciemment tenu à l'écart.

"Il n'y a rien à craindre. Ce n'est pas la première fois que nous traversons cette épreuve ensemble", dit un autre, la voix empreinte de douceur et de sérénité, à l'instar de son compagnon avant lui. "Tout au long de votre vie, vous avez été rongé par une peur profonde de la mort. Chaque perte d'un être cher n'a fait qu'intensifier cette peur, laissant votre âme brûlée par une blessure persistante. Mais la mort est-elle vraiment si terrible ?"

"Que se passera-t-il quand je mourrai ?"

"Un jour, toutes les choses cesseront d'exister, y compris nous-mêmes."

En fronçant les sourcils, j'imagine que les rides de mon front se creusent et que les sons des lamentations s'estompent lentement. Il semble qu'un voile soit descendu, créant un fossé entre moi et les personnes en deuil.

"Je ne comprends pas. Qui êtes-vous ? Ou plutôt, qui suis-je ?"

 "Ouvrez vos yeux et votre cœur, et la clarté suivra. Plongez dans les profondeurs de votre conscience, déterrez les souvenirs qui dorment", encourage un autre des êtres qui flottent près de mon lit.

Si seulement je savais ce dont je devais me souvenir. J'ai déjà passé la journée à fouiller dans ma vie, et j'ai trouvé ... Mes pensées sont brusquement interrompues par un flash d'une image qui semble dépeindre le moment qui suit immédiatement ma naissance. Je vois ma mère dans le lit où je me trouve actuellement, ses bras m'entourant fermement. Et là, dans la chambre avec ma mère et moi, se trouvent les douze entités qui entourent le lit.

La trace d'un sourire se dessine sur les lèvres de celui qui n'a pas encore parlé et qui se tourne maintenant vers moi. "Je veux que vous imaginiez le scénario suivant : à une époque lointaine, il existait un homme solitaire qui vivait dans l'isolement le plus complet. Cet homme, qui était plus vieux que le concept de temps lui-même, éprouvait une solitude écrasante et un ennui profond, ne trouvant aucun réconfort dans le vide infini qui l'entourait, à l'exception des planètes, des étoiles et des nébuleuses qui l'entouraient. Puis, un jour, il s'est assis pour conceptualiser un monde entier, dans lequel il pourrait résider temporairement avant de l'abandonner une fois qu'il ne l'intéresserait plus. Il l'a peuplé de diverses formes de vie et de tous les autres éléments nécessaires pour conjurer l'ennui et la lassitude".

Je prends un moment pour assimiler l'information que je viens d'entendre et je suis stupéfaite lorsque je réalise tout le poids de ses implications. "Alors, vous êtes...", ma voix s'interrompt momentanément, mon souffle se coupe. "Que je suis..." J'expire, imaginant mes yeux s'ouvrir comme des soucoupes.

Je regarde autour de moi, confus. Les personnes en deuil semblent s'être volatilisées, me laissant seul, seul occupant de la pièce.

"Le monde entier est-il construit exclusivement pour moi et personne d'autre ? Je demande, en essayant de comprendre l'ampleur de la situation. L'idée semble trop invraisemblable.

"Oui, pour toi seule", répond l'ange.

 "Mais comment est-ce possible ? Comment expliquez-vous toute l'histoire du monde avant ma naissance ?"

"Avant votre existence, il y avait une absence, un vide, un rien. La création de toute chose a commencé à l'instant même où tu es entré dans le monde. Par conséquent, tout ce que vous percevez est une simple manifestation de votre propre imagination."

Un profond soupir m'échappe. "Qu'est-ce qui vient après ? Je veux dire, après ma mort ?"

"Ce n'était pas ta première vie et ce ne sera pas la dernière", a ajouté un autre des douze.

"Qu'est-ce que tu veux dire ?"

"Tu es né d'innombrables fois et tu as connu la mort de nombreuses fois également. À chaque renaissance, vous vous retrouvez dans un monde différent, vivant une vie dont la forme diverge de toutes les précédentes. Cependant, à chaque fois, vous abandonnez volontairement vos souvenirs et prenez un nouveau départ. Néanmoins, des vestiges de vos expériences passées résident au plus profond de votre être".

Ses mots suscitent un rapide panorama de souvenirs dans mon esprit. Je me vois, solitaire, entité colossale au milieu des constellations célestes et des orbes cosmiques. Des aperçus fragmentaires d'incarnations passées, bien qu'inconcevables, se matérialisent devant moi. Les complexités de ces royaumes échappent à ma capacité d'articulation, ce qui les rend ineffables. Il semble que la seule facette immuable de ce kaléidoscope de l'existence se manifeste toujours dans la convergence des douze entités éthérées qui m'entourent. 

"Alors, qui êtes-vous ?" Je pose une dernière fois la question, en me tournant vers chacun d'eux à tour de rôle. J'ai l'intime conviction d'avoir déjà ma réponse, car l'ambiguïté initiale s'est dissipée, remplacée par un sentiment de reconnaissance.

"Nous sommes des anges. Des êtres célestes qui incarnent votre conscience, présents dans chaque monde que vous forgez. Nous portons le poids de vos souvenirs et de vos émotions, et nous nous occupons du monde qui vous entoure. Néanmoins, lorsque vous partez, ce royaume se dissout et nous partons également. Nous nous tenons à vos côtés, vous escortant jusqu'au royaume de l'au-delà, apaisant votre solitude entre deux mondes. Dans le nouveau monde, nous resterons à tes côtés, car nous faisons partie intégrante de ton être."

"La prochaine vie dans laquelle je renaîtrai ressemblera-t-elle à celle-ci ?

"Chaque monde est entièrement distinct du précédent. L'apparence de votre monde dépend uniquement de votre imagination, car vous seul connaissez la forme qu'il prendra. Vous vous en rendrez compte au cours de votre voyage entre les mondes."

Une lumière blanche éclatante enveloppe tout ce qui m'entoure et je ne vois que les douze anges devant moi. Mon lit est suspendu dans un vide infini, où l'obscurité est ponctuée par des faisceaux intermittents de lumières de différentes couleurs, s'entremêlant de manière complexe comme un arc-en-ciel capturé dans une goutte de pluie.

Est-il possible que tout cela soit vrai ? Suis-je vraiment destiné à vivre de multiples renaissances ? Ou bien ces visions ne seraient-elles que des hallucinations provenant d'un esprit âgé, effrayé par la mortalité ?

Finalement, la lumière ambiante qui m'entoure commence à diminuer progressivement, et les cris et les pleurs des personnes en deuil s'estompent. Les silhouettes des anges deviennent de plus en plus obscures et indistinctes, jusqu'à ce que je ne puisse plus les discerner dans cet environnement flou.

On a l'impression que la vérité est à portée de main, à quelques instants de distance. Il existe la possibilité d'une renaissance ou d'une descente dans les ténèbres éternelles, à jamais privées d'illumination. Cependant, malgré ces incertitudes, ce qui reste de mon esprit s'accroche désespérément à l'espoir d'une possibilité lointaine, aussi farfelue qu'elle puisse paraître, d'un royaume alternatif qui attend mon instigation créative, aux côtés de mes douze compagnons célestes.

 

Ahmed Salah Al-Mahdi est un auteur, traducteur et critique littéraire égyptien du Caire, spécialisé dans le fantastique, la science-fiction et la littérature pour enfants. Il a publié cinq romans en arabe jusqu'à présent. Deux d'entre eux - Reem : Into the Unknown et Malaz : City of Resurrection - ont été traduits en anglais. Il a publié de nombreuses nouvelles, des poèmes et des articles dans différentes langues.

Rana Asfour est directrice de la rédaction de The Markaz Review, ainsi qu'écrivain, critique littéraire et traductrice indépendante. Son travail est paru dans des publications telles que Madame Magazine, The Guardian UK et The National/UAE. Elle tient un blog sur BookFabulous.com et préside le TMR English-language BookGroup, qui se réunit en ligne le dernier dimanche de chaque mois. Elle tweete @bookfabulous.

Romanciers égyptiensvie et mort

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.