L'écrivain (afghan) qui a vendu sa collection de livres pour payer son loyer

13 Décembre, 2021 -
Temps de lecture :3 minutes
Le poète et écrivain Javed Farhad, né à Kaboul, se prépare à vendre sa précieuse collection de livres (photo avec l'aimable autorisation de Javed Farhad).

Àngeles Espinosa

Un Afghan sur trois souffre de la faim et deux millions d'enfants sont mal nourris.

Alors que le pays est au bord de la famine, la perte de quelques livres peut sembler anodine. Pourtant, l'image du poète et écrivain afghan Javed Farhad, 52 ans, se débarrassant de sa bibliothèque pour nourrir sa famille et payer son loyer, résume comme peu d'autres la déshumanisation dont souffre l'Afghanistan. Privés d'un revenu minimum, tous leurs efforts sont consacrés à la survie. Il n'y a pas de temps pour la culture, encore moins pour les loisirs. "Je me sens étrange, c'est comme si j'avais vendu mes enfants", écrit-il dans le texte qui accompagne la photo sur son profil Facebook et répète dans une conversation avec un journaliste étranger à son domicile à Kaboul.

Cette décision n'a pas été facile à prendre, mais elle était nécessaire. "Je devais trois mois de loyer et, depuis que les talibans ont pris le pouvoir, j'ai perdu mon emploi de professeur d'université et de rédacteur à la chaîne de télévision Khurshid", explique Farhad qui, comme la plupart des Afghans, cumulait deux emplois pour subvenir aux besoins de sa famille - et les familles afghanes ne sont pas petites. En plus de sa femme, qui a également perdu son emploi au Bureau des droits de l'homme, l'écrivain a quatre enfants, dont deux sont mariés et vivent avec leur femme à la maison parce qu'ils sont encore à l'université, et un petit-enfant d'un des membres du couple.

La crise économique a entraîné la fermeture de 95 % des bibliothèques, librairies et maisons d'édition de Kaboul.

Parmi les 2 000 volumes que Farhad avait amassés dans sa bibliothèque, il y avait plusieurs pièces de collection, dont deux livres manuscrits du début du siècle dernier. Il y avait aussi trois ouvrages de Federico García Lorca, dont Noces de sang, traduit en persan. Mais ce dont il a eu le plus de mal à se séparer, c'est le recueil de poèmes de Maulana Jalaluddin Mohammad Balkhi, plus connu sous le nom de Rumi, l'influent poète mystique persan. L'écrivain a les larmes aux yeux à ce souvenir. Il ne reste qu'une douzaine de livres, dont deux écrits par sa femme.

Malgré cela, la séparation douloureuse n'a que temporairement atténué leurs difficultés. L'argent récolté, équivalent à 700 euros, soit un douzième de ce qu'ils lui coûtent, ne couvre que le loyer des trois mois dus. "Il me reste encore deux mois à payer", dit-il.

En plus des difficultés, il y a la peur. Farhad a été attaqué deux fois par les talibans, la dernière fois il y a seulement un mois. Il n'était pas chez lui et son fils aîné, qui était avec lui, a été battu. Il avoue qu'il a peur et que parfois il dort chez sa sœur ou chez un ami.

"Les talibans sont anti-culture, anti-musique, anti-poésie et anti-liberté", dit-il, avant de souligner qu'ils ont reporté sine die toutes les activités culturelles. De nombreux artistes afghans se sont cachés. La situation économique a également conduit à la fermeture de 95% des bibliothèques, librairies et maisons d'édition de la capitale, selon des sources du secteur citées par ToloNews. "Les artistes et les écrivains ont un avenir très sombre", déclare Farhad. "Si les talibans restent au pouvoir, ceux qui, comme moi, n'ont pas quitté le pays le feront à l'avenir", prédit-il.

C'est pourquoi il appelle les artistes et les intellectuels étrangers à faire preuve de solidarité en offrant une aide ou un hébergement aux Afghans afin qu'ils puissent quitter le pays dans la dignité, en particulier les femmes écrivains. "Elles étaient nombreuses à nos réunions, mais maintenant nous ne savons pas si elles sont chez elles ou si elles ont réussi à partir", s'inquiète-t-il.

Personnellement, il préférerait rester si sa sécurité et celle de sa famille étaient garanties et s'il était autorisé à écrire. "Sous la menace, il n'est pas possible de vivre comme ça", dit Farhad. Il craint également que les choses n'empirent car il ne pense pas que les talibans aient changé comme ils le prétendent. "Ils agissent seulement de manière plus prudente pour obtenir une reconnaissance extérieure", estime-t-il. Il souffre que la communauté internationale n'ait pas de politique claire à cet égard et il est prêt à accepter que les talibans soient reconnus "s'ils respectent au moins la moitié de ce qu'on leur demande" en termes de droits de l'homme et de liberté d'expression.

 

Cette chronique a d'abord été publiée dans El País et est traduite ici par Jordan Elgrably.

Ángeles Espinosa est la correspondante d'El País pour le Golfe Persique, basée à Dubaï et précédemment à Téhéran. Elle est spécialisée dans le monde arabe et islamique. Elle a écrit El tiempo de las mujeres, El Reino del Desierto et Días de Guerra. Elle est titulaire d'un diplôme de journalisme de l'université Complutense (Madrid) et d'une maîtrise en relations internationales de la SAIS (Washington DC).

AfghanistanLivresKaboulRumiTaliban

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.