Les Queer Khaleejis et les préjugés occidentaux : la liberté individuelle en jeu

26 juin 2023 -
Les activistes de la fierté aux États-Unis et en Europe veulent bien faire, mais trop souvent ils ne parviennent pas à comprendre les sensibilités culturelles de leurs homologues arabes/swana, ce qui conduit parfois à un examen plus approfondi et à l'oppression dans le Golfe.

 

Christina Paschyn

 

Lorsque Beyoncé est montée sur scène pour un concert exclusif, sur invitation seulement, à l'hôtel Atlantis The Royal de Dubaï en janvier, les médias occidentaux n'ont pas tardé à souligner la prétendue hypocrisie de la chanteuse.

Des articles et des éditoriaux parus dans des médias aussi variés que BBC News, le Daily Mail et Jezebel ont remis en question et critiqué la mégastar pour avoir accepté de se produire aux Émirats arabes unis, un pays qui criminalise les relations homosexuelles et l'expression de genres non conformes, pour un montant de 24 millions de dollars. Les fans et les militants LGBTQ cités dans ces articles ont décrit le choix de Beyoncé comme un acte de "cupidité" et de "trahison", d'autant plus dévastateur que son dernier album, Renaissance, a été fortement influencé par des artistes de dance music queer.

Mais l'opinion de ceux qui sont probablement le plus en jeu, à savoir les Khaleejis homosexuels eux-mêmes, c'est-à-dire les ressortissants arabes des pays du Golfe, est une omission flagrante dans bon nombre de ces discours.

C'est pourquoi je me suis entretenue avec Rabeea, une trentenaire à la double nationalité émiratie et américaine, qui s'identifie comme non binaire et queer et utilise les pronoms "ils" et "elles". Rabeea n'est pas étrangère à la répression à laquelle les LGBTQ émiratis peuvent être confrontés. Après avoir vécu aux Émirats arabes unis pendant plus de dix ans, ils sont récemment retournés aux États-Unis après que les autorités émiraties ont découvert qu'ils avaient contribué à un essai dans une anthologie relatant leurs expériences en tant que ressortissants homosexuels.

"Ils m'ont donné trois options : Supprimer le chapitre, le modifier ou passer 15 ans en prison", explique Rabeea. "L'édition numérique est temporairement modifiée pour les calmer, mais une fois que j'aurai passé quelques mois aux États-Unis, je la ramènerai à son état d'origine.

Malgré cette expérience pénible, Rabeea, qui travaille également dans l'industrie du spectacle en tant qu'humoriste, n'est pas d'accord avec les experts et les militants occidentaux qui affirment que Beyoncé n'aurait jamais dû mettre les pieds à Dubaï. Sa prestation était problématique, selon eux, mais pas de la manière dont les médias occidentaux l'ont décrite.

"Le fait que la soirée ait été fermée au public et qu'elle n'ait pas été annoncée ou quoi que ce soit d'autre me dérange", a déclaré Rabeea, ajoutant que Beyoncé, qui n'a interprété aucune chanson de son récent album, avait "gâché" une occasion de montrer sa solidarité avec les personnes LGBTQ vivant dans le Golfe. Contrairement à Lada Gaga, qui s'est produite à Dubaï en 2014.

Lady Gaga, acclamée par ses fans à Dubaï 2014 photo Karim Sahib
Lady Gaga entourée de fans à Dubaï, 2014 (photo Karim Sahib).

"Lady Gaga ne s'est pas du tout censurée", ont-ils déclaré. Elle a chanté "Born This Way", avec toutes les paroles, sans aucune censure. Je ne sais pas si elle est à nouveau autorisée à entrer dans le pays après ce petit coup d'éclat, mais pour moi, c'est la meilleure façon de procéder.

Jassim*, un Qatari homosexuel âgé d'une trentaine d'années, a quant à lui qualifié l'indignation occidentale de "plaisanterie".

"Ils [l'Occident] minimisent et banalisent nos vies", a-t-il déclaré. "L'image qu'ils donnent est que ma libération ou mon oppression dépendent du fait que des artistes comme Beyoncé disent oui ou non dans nos pays. Tout dépend de l'approbation ou de la désapprobation de l'Occident. C'est un peu comme s'ils décidaient qui a le droit de dire ce qui est bien ou mal, au sens large".

La couverture du concert par la presse occidentale n'est pas différente de la couverture "incompétente" de la Coupe du monde 2022 au Qatar, dont Jassim dit avoir été témoin de près pendant le tournoi. Au cours des dernières années, il a furtivement construit un petit réseau de contacts avec les médias internationaux et les militants des droits de l'homme pour se mettre en relation avec les Khaleejis homosexuels. À l'approche de la Coupe du monde, il espérait que les informations et les interviews anonymes que lui et ses amis donnaient contribueraient à susciter de l'empathie pour eux au sein de la société qatarie dominante, qu'il décrivait comme largement inconsciente des luttes menées par les ressortissants homosexuels. Celles-ci comprennent l'ostracisme douloureux et l'éloignement de la famille, les pensées suicidaires et l'oppression par les autorités chargées de la sécurité.

Mais au lieu des reportages équilibrés sur la "psychologie" culturelle et religieuse du pays auxquels il s'attendait, Jassim s'est dit horrifié de voir une couverture médiatique "réductrice" qui diabolisait souvent le Qatar et donnait la priorité aux voix des experts et des militants LGBTQ occidentaux plutôt qu'à celles du Qatar.

Parmi les exemples cités par Jassim et sept autres Khaleejis homosexuels que j'ai interrogés (en utilisant des communications cryptées), on peut citer des titres exagérés qualifiant le tournoi de "Coupe du monde des horreurs en matière de droits de l'homme " - ou insinuant que le pays pourrait avoir tué le journaliste sportif Grant Wahl, et des articles "racistes" ridiculisant l 'émir qatari pour avoir placé un bisht traditionnel autour des épaules du footballeur argentin Lionel Messi après que son équipe a remporté la Coupe - un symbole de grand honneur dans la culture qatariote. Beaucoup ont également fait remarquer que les médias occidentaux se préoccupaient de savoir si les touristes homosexuels pourraient s'embrasser ou se tenir la main, ce qui, selon eux, témoignait d'un manque de recherche sur le contexte culturel local. La plupart de ces articles n'incluaient pas le point de vue des Qataris homosexuels.

Le drapeau de la fierté est une "importation aveugle" qui, à juste titre ou non, a été assimilée à l'impérialisme et au colonialisme occidentaux au Moyen-Orient.

"Ils [les médias occidentaux] disaient des choses stupides sur la démonstration publique d'affection. Dans notre culture, il est tout à fait normal de voir deux hommes hétérosexuels se tenir la main. C'est interdit en Occident, et c'est considéré comme gay là-bas, mais c'est normal pour nous. C'est en fait un symbole de solidarité, d'empathie, d'affirmation", explique Tamim*, un Qatari homosexuel d'une trentaine d'années, qui ajoute qu'au Qatar, s'embrasser en public est considéré comme inapproprié, quelle que soit l'orientation sexuelle.

"Mais qui pourrait savoir cela de l'Occident ? a-t-il ensuite demandé. "Ils ne le sauraient pas à moins de venir ici et de passer du temps au Qatar, et de comprendre comment notre culture est construite, quelles sont les priorités et comment les sociétés fonctionnent. Ils doivent connaître tout cela avant de poser des questions, car ils ne posent pas les bonnes questions.

M. Jassim s'est dit particulièrement frustré par le fait que les médias occidentaux se soient tant concentrés sur les tentatives du Qatar d'empêcher les spectateurs de porter des drapeaux ou des accessoires arc-en-ciel dans les stades, tout en valorisant les Occidentaux qui l'ont fait malgré tout. Il a expliqué que le drapeau de la fierté est une "importation aveugle" qui, que ce soit justifié ou non, a été assimilée à l'impérialisme et au colonialisme occidentaux au Moyen-Orient. D'autres Qataris et Émiratis interrogés ont confirmé cette association, ajoutant toutefois qu'ils ne la considéraient pas comme telle. Rabeea a déclaré qu'elle trouvait le drapeau de la fierté "magnifique", mais a reconnu que ce symbole n'avait pas été "utile" au Moyen-Orient.

"Les personnes qui tentent d'entrer dans le pays et d'utiliser cette symbolique ne contribuent pas à améliorer la situation. Le drapeau de la fierté est un excellent moyen d'expliquer la cause dans un sens occidental, pour ainsi dire. Mais je ne pense pas que nous ayons quelque chose de ce genre dans nos pays pour décrire notre situation de manière unique", a déclaré Rabeea, ajoutant qu'ils espéraient qu'un artiste khaleeji créerait un jour un symbole de fierté qui serait plus authentique pour la région. "Parce que dès que les gens qui détiennent le pouvoir ici - dès qu'ils sentent un peu d'occidentalisme ou quelque chose comme ça, cela déclenche leurs instincts autoritaires. Du genre 'Oh, l'Occident essaie de réprimer mon peuple'".

Moza*, une femme qatarie homosexuelle d'une vingtaine d'années, explique que la société locale ne comprend pas les intentions qui se cachent derrière les symboles de fierté occidentaux. "Ce n'est pas perçu comme un drapeau de la communauté LGBTQ qu'ils essaient de défendre. Ce n'est pas perçu comme étant pacifique", a-t-elle déclaré, ajoutant que son père et de nombreux autres parents au Qatar approuvaient les efforts du gouvernement pour retirer les jouets aux couleurs de l'arc-en-ciel des magasins au cours des dernières années.

Mon père dit : "Ils essaient de laver le cerveau de nos enfants", mais il n'a pas dit que c'était pour qu'ils deviennent homosexuels. C'est essentiellement [pour que l'Occident] les atteigne, pour qu'ils fassent confiance aux médias occidentaux - pour qu'ils fassent confiance à des gens qui sont comme ça", explique Moza. Pour eux, il ne s'agit pas de dire : "Oh, nous avons peur que nos enfants deviennent homosexuels", mais plutôt de dire : "Si nos enfants deviennent homosexuels, c'est qu'ils ont peur". C'est plutôt : "S'ils normalisent le fait d'être gay, ils pourront normaliser beaucoup d'autres choses parce qu'ils sont intelligents. Ils peuvent nous atteindre. Ils l'ont déjà fait, et ils peuvent le refaire".

Cela ne veut pas dire que la société locale accepterait les Qataris homosexuels si la symbolique et les accoutrements associés au mouvement de fierté changeaient. Moza a précisé que son père ne haïssait pas les gays et ne voulait pas leur faire de mal, mais qu'il pensait que l'homosexualité était une erreur. C'est pourquoi elle n'a pas fait son coming-out auprès de son père ou de la plupart des membres de sa famille, qui, selon elle, perdraient leur respect pour elle s'ils l'apprenaient, ou pourraient faire pression sur elle pour qu'elle se marie. Lorsqu'elle rencontre d'autres amis homosexuels, elle le fait en secret, à l'insu de sa famille.

D'autres Qataris LGBTQ ont toutefois été victimes de persécutions poignantes de la part des forces de sécurité de l'État. Un rapport de Human Rights Watch publié en octobre 2022 fait état de nombreux cas de brutalité physique grave, d'intimidation et de harcèlement sexuel commis par la police à l'encontre de Qataris homosexuels ; des femmes transgenres ont également déclaré avoir été forcées d'accepter une thérapie de conversion comme condition à leur libération.

Parmi les Qataris avec lesquels je me suis entretenu, aucun n'a déclaré avoir été arrêté par des agents de sécurité en raison de son expression de genre ou de sa sexualité, mais beaucoup connaissaient des amis qui l'avaient été. Ils ont également décrit les dangers de la vie au Qatar en tant que ressortissant homosexuel, plusieurs d'entre eux qualifiant de torture psychologique et émotionnelle la peur d'être découvert et rejeté par sa famille ou d'être surveillé et emprisonné par le gouvernement.

Le Dr Nas Mohammed, premier Qatari ouvertement gay, dans Pink New 2022
Le médecin Nas Mohamed est devenu le premier Qatari à faire son coming out publiquement en 2022 (photo avec l'aimable autorisation de Pink News).

Pourtant, malgré les difficultés auxquelles ils sont confrontés, tous ont déclaré qu'ils s'étaient opposés aux appels occidentaux au boycott du tournoi. La plupart d'entre eux ont même assisté à des matches.

Moza, en particulier, n'a pas tenu compte des informations diffusées par les médias occidentaux sur les dangers encourus par les spectateurs de la Coupe s'ils osaient porter publiquement des accessoires arc-en-ciel. Pour elle et ses amis homosexuels, les grandes foules et les zones de supporters que la Coupe du monde a apportées leur ont permis de vivre librement et ouvertement pour la première fois.

"Nous portions beaucoup d'articles arc-en-ciel. C'était très évident. Je vous le dis, mes amis, mes amis trans, étaient simplement eux-mêmes. Personne n'a rien fait ! "Il y avait beaucoup d'espaces sûrs pour nous, même dans les zones réservées aux fans. Nous avons vraiment apprécié le fait de pouvoir nous promener pendant la Coupe du monde et de rencontrer des gens comme nous. Maintenant que la Coupe du monde est terminée, c'est assez triste pour nous parce que c'était vraiment extraordinaire".

Les expériences positives vécues par Moza pendant le tournoi mettent à mal les affirmations des militants LGBTQ occidentaux selon lesquelles le boycott des divertissements et des événements sportifs dans le Golfe est le seul choix éthique. Elle se dit optimiste quant à l'avenir des Qataris homosexuels.

"Accueillir la Coupe du monde signifie que beaucoup de choses vont changer dans le pays", explique-t-elle. "Il s'agissait d'ouvrir les yeux des gens sur l'existence d'un pays appelé Qatar. Il est situé à côté de Dubaï, mais ce n'est pas Dubaï. Il y a un pays qui existe, et nous avons construit tous ces stades, ces centres commerciaux et tous ces endroits extraordinaires. Ce n'est pas seulement pour la Coupe du monde. C'est parce que nous voulons que les gens viennent visiter notre pays, y vivre et peut-être y travailler. C'est pourquoi j'ai soutenu la Coupe du monde, car je sais que le gouvernement est contraint d'agir d'une certaine manière. Il ne peut plus faire les choses [répressives] qu'il avait l'habitude de faire".

Elle a qualifié les demandes de boycott occidentales à la fois de "drôles", "stupides" et "blessantes". "Nous nous préparons à la Coupe du monde depuis 12 ans. Vous allez faire [un boycott] juste avant ? Je connais des gens qui ont planifié leur voyage pour la Coupe du monde il y a deux ans. Ils ne vont pas laisser tomber", a-t-elle déclaré, ajoutant qu'elle pensait que les médias occidentaux utilisaient la communauté LGBTQ du pays et l'absence de droits comme excuse pour dénigrer le Qatar. "Pour moi, l'Europe et les médias occidentaux n'ont jamais aimé le monde arabe. Cela ne me surprend pas. Ils ont toujours été contre, alors c'est un jour comme un autre pour moi, en tant que Qatari, d'entendre ce genre de choses".

Lors de notre entretien, le Dr Nas Mohamed, 36 ans, militant qatari des droits de l'homme, a également décrit les appels au boycott comme étant en fin de compte inutiles. "Le boycott nous prive de ressources. Nous devons utiliser cette plateforme pour obtenir des ressources. Si les gens boycottent et disent "ce n'est pas mon problème", nous sommes à nouveau livrés à nous-mêmes.

Mohamed, qui s'identifie comme non binaire et gay et utilise les pronoms he/him, est un asylee qui travaille comme médecin à San Francisco. Il s'est fait connaître avant le tournoi en tant que premier homosexuel qatari à s'exprimer publiquement dans les médias, et il a déclaré qu'il avait pu constater par lui-même que les médias occidentaux se trompaient souvent, allant même jusqu'à orientaliser son identité.

"L'un des premiers articles qui m'a pris au dépourvu et qui m'a déplu est celui du journal Metro de Londres. Il ne reflétait pas du tout, je pense, mes opinions et mes points de vue. Il était très exagéré", a-t-il déclaré. "Ils [...] ont montré une photo de moi vêtu de mon thobe [robe traditionnelle des hommes dans le Golfe] et ils ont cité la photo du thobe comme étant [essentiellement] l'oppression de Nas au Qatar. C'était moi en train de servir du café, et je me suis dit : "Vraiment ? Puis une autre photo avec moi et mes tatouages disant que Nas vivait sa vie et qu'il était maintenant libre. Je me suis dit que ce n'était pas du tout ce qui se passait sur ces photos.

M. Mohamed a déclaré qu'il n'avait jamais fait part de ses préoccupations au journaliste après la publication de l'article, le 7 juin 2022, parce qu'il était occupé par d'autres demandes d'interview et par son travail d'activiste. Mais l'article l'a incité à participer à la parade de la fierté de San Francisco cette année-là, vêtu de son thobe, "pour montrer que mon identité n'est pas un problème".

Ce numéro de Metro était édité par Peter Tatchell, militant australo-britannique des droits des LGBTQ, qui, dans un courriel qui m'a été adressé, a déclaré qu'il avait commandé des articles pour ce numéro, mais qu'il n'en avait pas assuré la supervision éditoriale.

Mohamed et Jassim ont déclaré qu'ils avaient correspondu et collaboré avec Peter Tatchell, mais qu'ils avaient cessé de le faire depuis. En 2020, Jassim a écrit un essai pour la Fondation Peter Tatchell dans lequel il préconisait le boycott de la Coupe. Mais il a déclaré depuis qu'il avait changé d'avis après avoir "décolonisé" sa façon de penser et réalisé qu'il soumettait son pays à une norme différente. "Mais je ne retiens pas mon souffle pour voir si l'Amérique sera examinée de la même manière pour les crimes odieux qu'elle a commis, étant donné qu'elle va accueillir la prochaine [Coupe du monde]", a-t-il déclaré.

Peter Tatchell, militant des droits des LGBT
Le vétéran britannique Peter Tatchell, militant des droits des LGBT, tient une pancarte devant le Musée national du Qatar sur laquelle on peut lire "Qatar arrests, jails & subjects LGBTs to 'conversion' #QatarAntiGay" à Doha, le 25 octobre 2022 (courtesy Reuters).

Selon Jassim et Mohamed, la raison pour laquelle ils ont coupé les liens avec Tatchell est qu'il a organisé une manifestation individuelle à Doha un mois avant le début de la Coupe du monde, alors que de nombreux LGBTQ qataris et khaleejis lui avaient conseillé de ne pas le faire. Dans un groupe numérique privé, les membres ont averti Tatchell qu'une telle manifestation serait inefficace et pourrait même nuire à leur communauté, comme le prouvent les captures d'écran que Jassim a montrées à cet auteur.

Dans notre correspondance électronique, M. Tatchell a qualifié les critiques des Qataris homosexuels à son égard d'"attaques sectaires". À mon avis, il a également fait plusieurs déclarations douteuses et exagérées pour défendre sa manifestation. Par exemple, bien que les violations des droits de l'homme au Qatar aient déjà été largement couvertes par les médias internationaux plusieurs mois avant sa manifestation, Tatchell a écrit : "[...] Cela a mis les violations des droits de l'homme au Qatar sur la carte et a donné le ton pour une grande partie de la couverture médiatique pendant les semaines qui ont suivi. Avant ma manifestation, il y avait une certaine couverture des droits de l'homme. Après ma manifestation, la couverture médiatique a été ininterrompue et bien plus importante.

Il a également déclaré avoir fait partie de deux groupes secrets "cryptés" de militants qataris, dont le groupe numérique LGBTQ susmentionné. Il a reconnu que "certains" membres du groupe LGBTQ n'étaient pas d'accord avec sa manifestation, mais que "d'autres ont depuis exprimé leur soutien". Au sujet du second groupe d'activistes, dont M. Tatchell dit faire partie depuis plusieurs années, il écrit : "Ce groupe de défenseurs qatariens des droits de l'homme m'a demandé de faire quelque chose à l'approche de la Coupe du monde afin de mettre en lumière le régime répressif de Doha. Le groupe qatari de défenseurs des droits de l'homme m'a remercié et m'a dit que c'était l'action la plus efficace jamais réalisée pour mettre en lumière les abus du régime. Ce sont leurs mots, pas les miens".

Lorsque je lui ai demandé s'il pouvait me mettre en contact avec un membre de ce groupe pour corroborer son récit, M. Tatchell a répondu que ses membres "ne parlent pas aux journalistes après que l'imprudence d'un journaliste a entraîné l'arrestation de l'un d'entre eux".

Mohamed et Jassim ont exprimé leur scepticisme quant à l'existence de cet autre groupe. "Il est vraiment difficile pour nous de ne pas connaître d'autres activistes. Nous sommes une très petite communauté", a déclaré Mohamed. Ils ont également rejeté les affirmations de M. Tatchell concernant l'impact de sa manifestation, que M. Mohamed a qualifiées de "délirantes".

"Tout cela n'était qu'une mise en scène", a déclaré M. Mohamed, ajoutant que la manifestation avait détourné l'attention des médias du rapport de Human Rights Watch du 2022 octobre, auquel il avait contribué et qui avait été publié la veille. "Il a détourné l' attention des LGBTQ qataris", a répété M. Mohamed.

Interrogé à ce sujet, M. Tatchell a rejeté leur scepticisme, écrivant que le groupe de messagerie numérique s'était concentré "sur les droits des LGBT+", alors que : "Je travaille avec le groupe qatari de défenseurs des droits de l'homme sur l'ensemble des questions relatives aux droits de l'homme : LGBT+, femmes, travailleurs migrants, minorités ethniques et religieuses, humanistes/athées et réformateurs démocratiques [...] Le groupe secret et clandestin des défenseurs qataris des droits de l'homme (ce n'est pas leur vrai nom) avec lequel j'ai travaillé dispose de protocoles de sécurité importants [...] De plus, je crois savoir qu'ils utilisent tous des pseudonymes. Il est donc évident que le Dr Nas ne les connaît pas. Pense-t-il sérieusement qu'ils laisseraient filtrer leur existence et leurs activités ? S'ils étaient découverts, ils seraient torturés et condamnés à la prison à vie".

Il a également affirmé avoir été contacté par le groupe de défenseurs des droits de l'homme après avoir travaillé sur les questions relatives aux droits de l'homme au Qatar pendant plusieurs années et "avoir démontré mon engagement et mon efficacité", ajoutant que "j'ai dû accomplir un certain nombre de tâches pour prouver que l'on pouvait me faire confiance".

En ce qui concerne le rapport de Human Rights Watch, il a écrit qu'il avait été "bien couvert par les médias avant ma manifestation. Je l'ai mentionné dans mes nombreuses interviews et réunions d'information avec les médias au moment de ma manifestation et pendant de nombreuses semaines après. Les analystes des médias affirment qu'il a été beaucoup plus couvert après ma manifestation. L'affirmation selon laquelle j'en ai détourné l'attention n'est donc qu'une fausse attaque sectaire de plus" (c'est nous qui soulignons).

Dans notre correspondance électronique, Tatchell a également écrit que dans les semaines précédant sa manifestation, il avait proposé aux membres du groupe de messagerie LGBTQ d'être interviewés anonymement par des journalistes, mais que personne dans le groupe ne s'était manifesté. Il a fait une déclaration similaire dans une interview au Guardian publiée le 31 octobre 2022, qui, comme d'autres médias occidentaux traitant des droits des homosexuels dans le Golfe, n'incluait pas les réponses des Qataris ou des Khaleejis homosexuels. Dans cette interview, M. Tatchell a ajouté : "Mais personne dans le groupe en ligne qui me critique aujourd'hui n'a voulu ou n'a pu donner d'interview, même de manière anonyme. C'est une autre raison pour laquelle j'ai manifesté".

Ce n'est pas le cas. Comme l'a confirmé Jassim et comme je l'ai vérifié, les membres qataris et khaleejis donnaient déjà des interviews à des médias étrangers et des journalistes internationaux faisaient partie du groupe de messagerie. Les membres n'ont pas accepté l'offre de Tatchell parce qu'ils n'en avaient pas besoin ou ne le souhaitaient pas, a déclaré Jassim.

Le groupe numérique LGBTQ n'existe plus aujourd'hui. M. Mohamed a déclaré qu'à la suite de la manifestation de M. Tatchell, ses contacts au Qatar ont signalé que le gouvernement surveillait leurs conversations numériques privées et qu'un certain nombre d'entre eux avaient été convoqués par les forces de sécurité pour être interrogés.

Selon M. Tatchell, "il n'y a pas la moindre preuve que ma protestation ait mis en danger les LGBT+ qataris". Il a expliqué que lorsqu'il est entré au Qatar, il a pris un nouveau téléphone qui ne contenait aucun contact qatari ni l'application associée au groupe numérique. Selon M. Tatchell, il est plus probable que le groupe ait été piraté par d'autres moyens ou que certains de ses membres soient déjà surveillés par le gouvernement.

Mais M. Jassim, qui a par la suite écrit une tribune anonyme pour The Independent, mettant en garde les autres Occidentaux contre l'organisation de manifestations "intéressées" dans son pays, a déclaré que même si la protestation de M. Tatchell n'était pas la cause première du renforcement de la surveillance gouvernementale, elle suscitait une véritable crainte au sein de la communauté queer qatarie.

C'est ce qu'a confirmé Saif*, un Qatari d'une trentaine d'années qui s'identifie à un genre fluide et utilise les pronoms he/him. Selon lui, cette protestation inattendue a conduit de nombreuses personnes à abandonner le groupe numérique, ce qui a eu pour effet de priver les Qataris homosexuels d'une importante ligne de vie sociale et de santé mentale.

"Nous ne nous attendions pas à ce que [la manifestation de Tatchell] ait lieu, et nous étions en fait opposés à ce qu'elle ait lieu", a déclaré Saif. "Nous étions une communauté dans ce groupe potentiellement exposée par quelqu'un d'autre. Pour notre sécurité, nous n'avions plus qu'à disparaître. Nous avions un endroit sûr où nous pouvions nous parler et où nous avions le sentiment d'appartenir à quelque chose, et maintenant il n'y a plus rien à cause de cela.

Dans l'interview du Guardian mentionnée ci-dessus, Tatchell a rejeté les accusations selon lesquelles il se comporte comme un sauveur blanc qui ne respecte pas les campagnes locales ou le contexte culturel local. Il a rétorqué que nombre de ses détracteurs, en particulier les libéraux occidentaux, font preuve de relativisme culturel, déclarant : "C'est comme si les personnes non blanches n'avaient pas le droit de se battre : "C'est comme si les personnes non blanches ne méritaient pas la même solidarité".

Mais ce que les Qataris queer interrogés par le groupe numérique montrent clairement, c'est que les actions des militants occidentaux ne sont pas réellement de la solidarité s'ils ne prennent pas la peine d'écouter les personnes qu'ils prétendent aider.

Pour Aryam Marafi, 22 ans, asylee koweitien vivant au Royaume-Uni, qui s'identifie comme queer, asexuel et aromantique, et qui a également écrit pour la Fondation Peter Tatchell, l'incident souligne la nécessité pour les activistes et les médias occidentaux de se concentrer sur les besoins et les désirs des parties prenantes locales qui ont le plus à perdre. Cela variera en fonction du pays du Golfe, a-t-elle ajouté.

"Lorsque j'ai parlé à certains de mes amis koweïtiens", poursuit Aryam, "nous avons dit que si [la manifestation de Tatchell] avait eu lieu au Koweït, nous en aurions été heureux car le Koweït est légèrement plus libéral socialement que le Qatar (mais pas politiquement). Cependant, lorsque j'ai parlé à des Qataris, ils se sont inquiétés de la répression et de l'intensification des attaques contre les homosexuels locaux. Après sa manifestation, Peter Tatchell peut rentrer chez lui en toute sécurité. Les autres habitants de la région ne sont pas en sécurité. Ils sont désormais plus vulnérables à la surveillance du gouvernement, ce que je comprends parfaitement".

Depuis la fin de la Coupe du monde, les militants queer khaleeji continuent de se concentrer sur l'aide à apporter à leurs communautés, ainsi que sur la correction des récits "biaisés" des médias occidentaux concernant leurs identités et leurs pays d'origine. "Les personnes homosexuelles ne sont pas en sécurité aux États-Unis non plus. En ce moment, il y a une vague de lois anti-LGBT partout", souligne Mohamed.

"Les médias ont fait beaucoup de bruit pendant la Coupe du monde, et j'étais très conscient à ce moment-là qu'il y avait des gens qui avaient un programme", a-t-il ajouté. "Mais heureusement, à ce moment-là, j'ai pu construire ma propre plateforme et j'ai maintenant ma propre voix.

Mohamed se concentre particulièrement sur l'expansion de sa fondation Alwan, une organisation qu'il a fondée pour offrir un soutien aux Qataris LGBTQ et à d'autres Khaleejis. Il a indiqué qu'elle avait récemment recueilli suffisamment de fonds pour aider à couvrir les frais juridiques de deux Qataris homosexuels demandant l'asile en Europe.

Le 25 juin, il a été l'un des grands maréchaux de la parade des fiertés de San Francisco. Cette fois, il portait ce qu'il a décrit comme un "thobe queer" spécialement conçu, avec les mots "Love is not a crime" (l'amour n'est pas un crime) écrits en arabe au bas du thobe.

"Cela me donnera une plate-forme et un moment pour parler directement de notre cause, de ce que je fais et de la raison pour laquelle c'est important", a déclaré M. Mohamed. "Il s'agit de la visibilité du Moyen-Orient.

 

*Indique l'utilisation d'un pseudonyme

Christina Paschyn est professeur adjoint de journalisme à l'université Northwestern au Qatar. Elle est également journaliste multimédia et réalisatrice de documentaires primés. Son travail a été publié ou présenté par le New York Times, le Christian Science Monitor, Al-Fanar Media, Harper's Bazaar Arabia, Al Jazeera, CNN et Euronews, entre autres. Son documentaire A Struggle for Home : The Crimean Tatars a remporté de nombreux prix et est disponible sur Amazon Prime Video. Pour en savoir plus sur son travail, consultez le site https://christinapaschyn.com/

libertéGolfeLGBT Qatarisfiertéactivisme queerqueer Khaleejissexualité

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.

Devenir membre