Méditations sur l'occupation, l'architecture et l'urbicide

25 décembre 2023 -
À Gaza, les décombres et les ruines doivent rester visibles, non seulement comme preuves de crimes de guerre, mais aussi comme témoignages vivants de vies brisées.

 

Les nettoyeurs ethniques agissent dans l'espoir qu'en détruisant ces lieux, l'être-avec, l'hétérogénéité constitutive de l'existence, sera également détruite. La deuxième phase de l'urbicide vise à recouvrir cette hétérogénéité en suggérant qu'en l'absence de bâtiments, il ne peut y avoir d'être-avec, de coexistence.

 

Arie Amaya-Akkermans

 

Peu de gens se souviennent aujourd'hui de la Mission d'établissement des faits de l'ONU sur le conflit de Gazaconnue sous le nom de "rapport Goldstone". Créée en 2009 par le juriste Richard Goldstone à la suite de l'opération "Plomb durci", elle a enquêté sur les violations des droits de l'homme et du droit humanitaire international commises par l'armée israélienne et les groupes armés palestiniens, en particulier dans la bande de Gaza. À l'époque, aucune offensive israélienne n'avait tué autant de Palestiniens ni causé autant de dégâts matériels - 1 400 Palestiniens ont été tués et environ 15 000 bâtiments ont été détruits ou endommagés. Goldstone a signalé au moins 36 cas dans lesquels Israël a délibérément pris pour cible des civils et "la population de Gaza dans son ensemble", ce qui coïncide avec les rapports des groupes de défense des droits de l'homme sur un certain nombre de violations qui sont aujourd'hui monnaie courante : Les soldats israéliens tirent sur des femmes et des enfants portant des drapeaux blancs, empêchent l'aide médicale et les ambulances d'atteindre les Palestiniens blessés qui se vident de leur sang dans l'intervalle, et détruisent sans raison des maisons et des quartiers.

Le rapport Goldstone a créé un précédent selon lequel le bombardement et la démolition des villes palestiniennes n'étaient plus simplement dissuasifs ou un moyen de parvenir à une fin, mais constituaient une violation des droits de l'homme en soi, bien qu'il n'y ait toujours pas de cadre juridique clair à cet égard. Et l'arrêt Goldstone Goldstone ne s'arrêtent pas à la destruction de logements. Le chapitre XIII du rapport est consacré aux attaques contre les fondements de la vie civile à Gaza : Destruction des infrastructures industrielles, de la production alimentaire, des installations d'eau et des stations d'épuration, ainsi que des logements. Eyal Weizman, architecte israélien et principal expert des aspects urbanistiques de l'occupation, note dans son livre The Least of All Possible Evils : Humanitarian Violence from Arendt to Gaza (Le moindre de tous les maux possibles : la violence humanitaire d'Arendt à Gaza) (2012) que, "En discutant de son approche de l'enquête sur les crimes de guerre, la section "méthodologie" du rapport Goldstone révèle un léger - mais significatif - changement d'accent du témoignage humain vers les preuves matérielles."

 

Le livre de la destruction - Gaza un an après la guerre de 2009 - Kai Wiedenhöfer - Mosaic Rooms London
Kai Wiedenhöfer, "The Book of Destruction-Gaza One Year After the 2009 War" (avec l'aimable autorisation de The Mosaic Rooms, Londres)


Pour la première fois, les destructions urbaines ont occupé une place centrale dans une enquête sur les droits de l'homme en Palestine et n'ont pas été simplement considérées comme des dommages collatéraux.

La destruction urbaine est en fait un élément central de la politique menée dans les territoires occupés : Le Comité israélien contre les démolitions de maisons (ICAHD) a affirmé par le passé que depuis 1967, Israël a démoli plus de 18 000 maisons palestiniennes. Les démolitions en Palestine ne sont pas seulement le fait de l'armée israélienne, mais aussi des règles d'urbanisme ; une politique d'urbanisme rigide à l'égard des maisons palestiniennes fait qu'il est exceptionnellement difficile d'obtenir un permis de construire auprès des municipalités, de sorte que de nombreuses constructions sont considérées comme "illégales" et régulièrement démolies. 

The Least of All Possible Evils (Le moindre des maux possibles ) est publié par Verso.

Ces chiffres n'ont toutefois plus rien d'extraordinaire aujourd'hui, en particulier face à la campagne d'extermination de Gaza menée par l'armée israélienne, qui entre maintenant dans son troisième mois. L'opération "Iron Swords" est une campagne de représailles à l'attaque meurtrière menée par le groupe militant Hamas le 7 octobre, qui a fait un peu moins de 1 200 morts, dont 695 civils, et a entraîné l'enlèvement d'environ 240 autres personnes, civils et militaires confondus. Israël a promis d'éliminer le Hamas. Jusqu'à présent, il n'y est pas parvenu. À un moment donné, il a été dit que la guerre pourrait durer jusqu'à dix ans, mais il a également été annoncé qu'elle se poursuivrait pendant deux mois, ou quelques semaines. Personne ne le sait.

Avec un bilan de plus de 20 000 morts, les faits sur le terrain à Gaza sont choquants, même pour le niveau extrêmement bas de la guerre asymétrique en Palestine. Sans accès à la bande de Gaza ni cessez-le-feu, les informations sur les déplacements et les destructions urbaines sont très fluctuantes et sont collectées sur la base de l'analyse d'images satellites et de rapports informels, qui ne peuvent pas être vérifiés.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies a publié une mise à jour rapide le 10 décembre, estimant que 85% de la population a été déplacée à l'intérieur du pays. Le 15 décembre, L'analyse satellite de The Economista révélé que près de 43 000 bâtiments à Gaza (16 % du total) ont été endommagés et que 450 000 personnes sont sans abri (20 % de la population), alors qu'au début du mois de décembre, des images satellites commandées par la BBC ont été publiées, des images satellites commandées par la BBC ont révélé qu'environ 100 000 bâtiments avaient subi de lourds dommages. Cette divergence indique une situation extrêmement chaotique dans le développement, où les chiffres réels devraient être plus élevés que toutes les estimations.

Destruction d'Alep dans la zone proche de la Citadelle - photo Francesco Bandarin
Destruction d'Alep dans la zone proche de la Citadelle (photo Francesco Bandarin).

L'ampleur des dégâts est presque sans équivalent. À titre de comparaison, la bataille d'Alep (2012-2016), qui a duré quatre ans, a détruit environ 35 000 bâtiments dans une zone quatre fois plus grande que la bande de Gaza. L'ouvrage de Getty Publications Cultural Heritage and Mass Atrocities considère Alep comme l'une des pires batailles urbaines du XXIe siècle en raison de sa durée et de son niveau de destruction. Aujourd'hui, la totalité du nord de la bande de Gaza, y compris la ville de Gaza, le camp de réfugiés de Jabalia et les villes de Beit Lahia et Beit Hanoun au nord-est, a été presque entièrement réduite en ruines, et les enclaves du sud telles que Deir al-Balah, Khan Younis et Rafah ont également été prises pour cible.

Le 15 novembre, le journaliste israélien Anshel Pfeffer a écrit que "la plus grande ville palestinienne du monde sera bientôt inhabitable" et a émis l'hypothèse que "nous sommes peut-être proches du moment où il y aura plus de soldats israéliens dans la ville de Gaza que de Gazaouis". Un effort concerté de démolition est en cours et, secteur par secteur et maison par maison, tout bâtiment suspecté d'abriter des armes ou des entrées de tunnel est bombardé ou détruit au bulldozer, voire les deux.

L'archéologie des décombres frais fournit des indices sur l'arme destructrice qui les a provoqués, en fonction du type de ruines : Bulldozers D9, dynamite, mines antichars, bombes aériennes, bombes aériennes à retardement ou "procédures de frappe sur le toit". Mais l'arme de destruction urbaine la plus efficace utilisée contre les Palestiniens n'est pas nécessairement la violence en tant que telle, toujours instrumentale, mais plutôt le tissu urbain lui-même.

Commentant le rapport Goldstone dans The Least of All Possible Evils, Weizman établit une corrélation peu surprenante entre la destruction des bâtiments et les immenses pertes en vies humaines :

"Une grande partie des décès s'est produite à l'intérieur des bâtiments. En effet, de nombreuses personnes et familles ont été tuées par des débris volants - le béton et le verre brisés de ce qui était auparavant les murs, les plafonds et les fenêtres de leur propre maison. L'environnement bâti est devenu plus qu'une simple cible ou un champ de bataille ; il a été transformé en l'objet même de la mort".

Weizman n'est pas le seul à affirmer que la destruction de bâtiments est l'une des confirmations les plus visibles de l'épuration ethnique et du génocide, car, comme il le fait remarquer, les décombres et la destruction architecturale en tant que preuves de crimes de guerre ont été présentés devant le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, au cours du procès de la guerre du Kosovo en 1999. Ce contexte des guerres de Yougoslavie est important ici, car c'est en 1992 qu'un groupe d'architectes bosniaques de Mostar, dans la publication Mostar '92-Urbicidea caractérisé la destruction des bâtiments de la ville comme un aspect central de la guerre et a soutenu que la destruction de l'environnement bâti devrait être considérée comme une catégorie distincte d'urbicide. Dans une étude influente, Urbicide : The Politics of Urban Destruction (2009), le théoricien politique Martin Coward explique le terme comme suit, "l'affirmation selon laquelle la destruction de l'environnement bâti a une signification propre, plutôt que d'être accessoire ou secondaire par rapport à la violence génocidaire (ou 'nettoyage ethnique') qui a caractérisé la guerre de Bosnie".

 

Destruction du pont de Stari Most, Bosnie, 2000, photo- Pascal Hassenforder
Destruction du pont de Stari Most, Bosnie, 2000 (photo Pascal Hassenforder).


La différence entre génocide et urbicide est poreuse et difficile à établir, mais Coward fournit des définitions interdépendantes mais distinctes : Le génocide est "un plan coordonné de différentes actions visant à détruire les fondements essentiels des groupes nationaux, dans le but d'anéantir les groupes eux-mêmes", tandis que l'urbicide est un "plan coordonné de différentes actions visant à détruire l'environnement bâti : les bâtiments, les infrastructures et les monuments en particulier". Bien que Coward fasse une distinction conceptuelle entre les deux, il note également que la nature de l'exécution de ces formes de violence n'est pas nécessairement différente.

S'inspirant d'une notice nécrologique rédigée par l'écrivaine croate Slavenka Drakulic en 1993 pour le pont Stari Most, vieux de 400 ans, en Bosnie, détruit par le HVO (Conseil de défense croate), dans laquelle elle affirme que la destruction du pont n'est pas simplement une attaque contre une infrastructure civile, mais la "destruction de la possibilité de durée d'une communauté spécifique", Coward développe une compréhension formelle de la logique de l'urbicide.

S'appuyant sur des cas de Bosnie, de Cisjordanie et de Tchétchénie, il affirme que l'urbicide est la destruction de la condition de possibilité d'être avec les autres. Lorsque les villes palestiniennes sont détruites, ce ne sont pas simplement les résidences, les espaces publics et les infrastructures qui sont détruits, mais la "ville" en tant que telle ; un assemblage perméable et difficile à définir de relations humaines et non humaines, de souvenirs, de lieux et d'institutions. Coward note que l'argument n'est pas de donner la priorité aux bâtiments plutôt qu'aux personnes, mais plutôt de souligner le point de vue de Drakulic selon lequel l'existence n'est possible que dans le cadre d'une communauté.

L'une des nuances les plus importantes dans le travail de Coward est que l'urbicide ne détruit pas nécessairement les assemblages complexes de la ville, car "après tout, la destruction n'est jamais complète - les ruines, les souvenirs et les histoires restent toujours". Détruire l'environnement bâti d'un lieu ne revient pas à détruire l'assemblage, mais à le "recouvrir" et à en priver la population. Si la destruction est maintenue ou autorisée à ne pas être remise en question, la rupture entre les peuples et leurs ensembles urbains pourrait se normaliser : "Les nettoyeurs ethniques opèrent avec l'espoir qu'en détruisant ces lieux, l'être-avec, l'hétérogénéité constitutive de l'existence, sera également détruite. La deuxième phase de l'urbicide vise à recouvrir cette hétérogénéité en suggérant qu'en l'absence de bâtiments, il ne peut y avoir d'être-avec, ni de coexistence".

Au lendemain de la bataille de Jénine, en 2002, l'expert en urbanisme Stephen Graham a décrit le nivellement par les bulldozers israéliens d'une zone de 300 mètres sur 250 mètres dans le camp de réfugiés comme un urbicide asymétrique. Non seulement la démolition a enterré des civils vivants et laissé plus de 4 000 personnes sans abri, mais Graham rapporte également que les soldats israéliens ont utilisé des cartes détaillées pour marquer soigneusement les maisons à démolir, et que l'armée a bloqué toutes les tentatives de reconstruction et d'enlèvement des munitions non explosées.

Coward note la différence entre la politique de la terre brûlée, une stratégie militaire conçue pour détruire des bâtiments importants dans le but de désemparer l'ennemi et d'éliminer tout ce qui pourrait être utile à l'armée adverse, et la rubblization, qui vise à réduire l'environnement bâti dans son ensemble à l'état de décombres. Les tactiques russes lors des campagnes tchétchènes de 1994-1996 et les démolitions de maisons israéliennes en Palestine appartiennent à cette dernière catégorie.

La notion juridique de "destruction gratuite", inscrite dans le droit international humanitaire, constitue un crime de guerre, selon un jugement rendu en 2001 par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie, si l'une des trois conditions suivantes est remplie : La destruction de biens se produit sur une grande échelle, la destruction n'est pas justifiée par des nécessités militaires, et l'auteur a agi avec l'intention de détruire les biens en question ou au mépris de la probabilité de leur destruction". Afin de comprendre la nature systématique de la destruction gratuite en Palestine, il est nécessaire d'examiner ce que nous savons de l'opération "Iron Swords".

Selon le quotidien israélien Haaretzle manque de retenue de la part de l'armée israélienne s'est traduit par un taux de mortalité civile supérieur à celui de tous les autres assauts contre Gaza. La rapidité des tueries, le nombre de frappes aériennes dans une zone trois fois plus petite que la municipalité de Jérusalem et la quantité de munitions larguées (plus de 29 000 munitions, dont plus de 40 % non guidées), font de l'épée de fer une opération unique, non seulement en raison de son mépris pour la vie civile, de la destruction urbaine massive et de l'ampleur des déplacements, mais aussi parce qu'elle ouvre un nouveau chapitre dans l'histoire de la guerre asymétrique, avec l'aide de la technologie.

Fin novembre, Yuval Abraham, de +972, a publié un rapport plongeant dans "l'usine d'assassinats de masse" d'Israël, détaillant l'autorisation élargie de l'armée pour le bombardement de cibles non militaires, le relâchement des contraintes concernant les victimes civiles, qui sont passées de dizaines à des centaines, et l'utilisation de l'intelligence artificielle pour générer plus de cibles potentielles que jamais auparavant. L'information la plus alarmante est l'expansion des "cibles puissantes", par opposition aux cibles tactiques et souterraines. Ces cibles comprennent les gratte-ciel, les tours résidentielles et les bâtiments publics tels que les universités, les banques et les administrations. Selon "trois sources des services de renseignement qui ont participé à la planification ou à la conduite de frappes dans le passé", le rapport explique que "l'idée qui sous-tend ces frappes est qu'une attaque délibérée contre la société palestinienne exercera une "pression civile" sur le Hamas".

Au cours des cinq premiers jours seulement, l'armée israélienne a attaqué plus de 1 000 objectifs de puissance, causant une dévastation massive, sans précédent sur le plan numérique, mais conforme à la doctrine Dahiya de l'armée. Formulée au cours de la deuxième guerre du Liban, cette tactique part du principe que des attaques disproportionnées contre la population civile permettront de faire pression sur les groupes armés pour qu'ils se soumettent. Au cours de l'opération Plomb durci, Israël a attaqué 3 400 cibles en 22 jours, alors que pendant l'opération Iron Swords, il a frappé 15 000 cibles au cours des 35 premiers jours.

L'armée israélienne a plus que quadruplé le volume et la vitesse de ses attaques destructrices depuis Plomb durci en 2009, sans augmenter la taille de son personnel actif. En novembre, le porte-parole de l'armée a révélé qu'elle utilisait un système d'intelligence artificielle appelé "Hasbora" (l'Évangile), qui permet la production automatisée et à grande vitesse de cibles en temps réel. Il s'agit de recommandations automatiques pour des attaques contre des "maisons opérationnelles", dans le but de détruire les résidences de membres présumés du Hamas ou du Djihad islamique. Bien que l'on sache peu de choses sur les données introduites dans le système, des experts en IA ont déclaré au The Guardian que les systèmes d'aide à la décision analyseraient probablement des données provenant d'images de drones, de communications interceptées, de données de surveillance et de suivi des mouvements et des modèles de comportement.

Le nombre de cibles potentielles serait ainsi quasi infini, Israël estimant à environ 30 000 le nombre de membres du Hamas dans la bande de Gaza. Dans la pratique, le système s'est transformé en une machine à tuer incontrôlée : Les maisons des membres présumés du Hamas sont désormais ciblées, quel que soit leur rang. Un responsable de l'armée, impliqué dans les décisions de ciblage lors des précédentes opérations à Gaza, a déclaré à Abraham de +972 : "Il s'agit d'un grand nombre de maisons. Des membres du Hamas qui n'ont aucune importance vivent dans des maisons à travers la bande de Gaza. Ils marquent donc la maison, la bombardent et tuent tout le monde".

Aviv Kochavi, chef d'état-major général de l'armée israélienne entre 2019 et 2023, a été à l'origine de la création d'une unité secrète au sein de l'armée israélienne chargée d'accélérer la génération de cibles. Mais il s'avère que le système Gospel n'était pas si secret que cela : il est utilisé depuis 2021 et, dans une interview accordée avant le 7 octobre, Kochavi a déclaré qu'il s'agissait d'une "machine qui produit de vastes quantités de données, plus efficacement que n'importe quel humain, et qui les traduit en cibles pour l'attaque." Ce qui laisse encore plus perplexe, c'est ce que le chef de la banque cible a déclaré au Jerusalem Post: Les capacités de ciblage de l'IA ont pour la première fois amené l'armée à un point où elle peut assembler de nouvelles cibles encore plus rapidement que le rythme des attaques. Cela a permis de résoudre un problème chronique de l'establishment de la défense lors des opérations précédentes à Gaza, à savoir que l'armée de l'air était constamment à court de cibles.

Avec une banque de cibles quasi infinie à l'horizon, l'armée israélienne est effectivement passée à la guerre algorithmique. Mais la mathématisation totale de l'ensemble de l'espace urbain de Gaza sous la forme d'un treillis cubique ou d'une grille tridimensionnelle, à la réception d'un DSS (système d'aide à la décision) alimenté par l'IA, n'est pas simplement un effet collatéral des transformations technologiques et culturelles de l'espace géophysique, de la cartographie plane et du combat linéaire aux systèmes et infrastructures des "cartes profondes" et des systèmes de positionnement globaux. Au contraire, ce changement est intégré de manière préventive dans la façon dont l'occupation conçoit l'architecture et l'espace et traite le tissu urbain palestinien comme un laboratoire.

Le cas de Kochavi, le cerveau de "Gospel", nous donne un aperçu incroyable de la combinaison mortelle entre l'architecture, la théorie, la technologie et la violence au service de l'occupation. Engagé dans l'armée en 1982, Aviv Kochavi a participé à presque tous les conflits majeurs en Israël depuis lors, y compris huit opérations différentes à Gaza et en Cisjordanie depuis 2006, la première et la deuxième Intifada, les guerres du Liban en 1982 et 2006, et la zone de sécurité dans le sud du Liban entre 1985 et 2000. En tant que commandant de la brigade des parachutistes, il a dirigé l'opération "Bouclier défensif" (2002) et d'autres opérations en Cisjordanie contre l'infrastructure militante palestinienne.

La biographie de Kochavi met en lumière l'intersection largement sous-estimée entre la théorie contemporaine et la stratégie militaire dans la carrière d'un criminel de guerre-philosophe : Kochavi a annulé un voyage en Grande-Bretagne Kochavi a annulé un voyage en Grande-Bretagne en 2006, craignant d'être arrêté et poursuivi pour crimes de guerre, et a pris congé de son service actif pour obtenir un diplôme en philosophie (bien qu'il ait eu l'intention d'étudier l'architecture), et il affirme que sa pratique militaire a été influencée par les deux disciplines. Il a également suivi des cours à l'OTRI (Operational Theory Research Institute), un groupe de réflexion de l'armée aujourd'hui disparu.

Fondé par Shimon Naveh et Dov Tamari, tous deux généraux à la retraite, l'OTRI prétendait former des "architectes opérationnels", selon une approche profondément influencée par des penseurs poststructuraux et situationnistes tels que Gilles Deleuze, Felix Guattari et Guy Debord, et employait pour ce faire des doctorants en philosophie ou en sciences politiques. L'OTRI s'intéressait à deux aspects de la réflexion sur l'espace et l'architecture après 1968 : La violence non étatique et la déconstruction de l'espace urbain. L'armée israélienne a tenté de résoudre un problème stratégique fondamental au cours de la seconde Intifada : La guerre urbaine est trop désordonnée et imprévisible pour un combat linéaire, et un niveau de décentralisation opérationnelle, ressemblant aux tactiques de guérilla, est donc nécessaire. Le concept d'essaimage a donc été introduit dans la pratique militaire israélienne qui, selon Weizman, "cherche à décrire les opérations comme un réseau d'une multiplicité diffuse de petites unités semi-indépendantes mais coordonnées, opérant en synergie générale avec toutes les autres". Les batailles de Jénine et de Naplouse en 2002 ont montré comment l'espace urbain lui-même avait déjà été militarisé.

 

Une famille dans les décombres de sa maison, camp de réfugiés de Jénine, 2002 - photo Jennifer Lowenstein
Une famille palestinienne dans les décombres de sa maison, camp de réfugiés de Jénine, 2002 (photo Jennifer Lowenstein).


Dans
Hollow Land : Israel's Architecture of Occupation (2007), Weizman évoque la manœuvre menée par le brigadier Kochavi à Naplouse, décrite comme une "géométrie inversée", réorganisant la syntaxe urbaine en évitant les rues, les routes et les espaces publics, ainsi que les portes extérieures, les cages d'escalier et les fenêtres : "Ils perçaient des trous dans les murs mitoyens, les plafonds et les planchers, et se déplaçaient à travers eux en empruntant des voies de 100 mètres de long dans un intérieur domestique creusé dans le tissu dense et contigu. La tactique consistant à "traverser les murs" impliquait une conception de la ville comme n'étant pas seulement le site, mais le moyen même de la guerre - une matière flexible, presque liquide, qui est toujours contingente et en mouvement.

Kochavi a mis au point l'utilisation d'un marteau de 5 kg pour abattre les murs et traverser les maisons dans les camps de réfugiés, en "marchant à travers les murs", afin d'éviter que ses soldats ne soient abattus par des tireurs embusqués. Une nouvelle conception de l'espace a été introduite, qui deviendra influente dans l'establishment militaire sous la direction de Moshe Ya'alon, chef d'état-major général entre 2002 et 2005.

Le passage suivant du livre de Weizman est époustouflant, car il établit un lien entre le champ de bataille et la recherche financée par l'armée :

"Dans leur livre Mille plateauxDeleuze et Guattari distinguent deux types de territorialité : un système étatique hiérarchique, cartésien, géométrique, solide, hégémonique et spatialement rigide, et des espaces "nomades" souples, mouvants, lisses et matriciels. Au sein de ces espaces nomades, ils prévoyaient une organisation sociale en une variété de réseaux opérationnels polymorphes et diffus. Si ces réseaux, rhizomes et machines de guerre sont des organisations composées d'une multiplicité de petits groupes qui peuvent se diviser ou fusionner avec d'autres en fonction de la contingence et des circonstances, ils se caractérisent par leur capacité d'adaptation et de métamorphose. Ces formes d'organisation résonnent en elles-mêmes avec des idées militaires telles que celles décrites ci-dessus".

Le concept de l'OTRI, connu sous le nom de "conception opérationnelle systémique", a toutefois été blâmé pour l'échec d'Israël lors de la deuxième guerre du Liban et l'institut a été dissous en 2006. Une étude récente de l'historien militaire polonais Łukasz Przybyło sur la conception opérationnelle systémique donne un aperçu saisissant de la critique de l'OTRI par l'establishment militaire traditionnel : La SOD était trop compliquée à suivre et à comprendre ; les victoires de Kochavi en Cisjordanie étaient considérées comme évidentes dans une situation de supériorité technologique et de renseignement presque totale, et le remplaçant de Ya'alon au poste de chef d'état-major en 2005, Dan Halutz, ne connaissait pas la recherche opérationnelle, qui était basée sur la pensée postmoderne, les études architecturales, l'anthropologie, etc. Cette critique, aussi cinglante soit-elle, sous-estime l'étrange familiarité entre la SOD et l'architecture violente et la spatialité de l'occupation au sens large.

A Thousand Plateaus est publié par les Presses de l'Université du Minnesota.

En passant du mouvement à travers les murs en Cisjordanie, défiant la logique de l'espace urbain, à l'algorithme de guerre incarné par la machine à tuer du biais d'automatisation et la réduction du temps de prise de décision pour les opérateurs humains à Gaza, défiant la logique de l'espace optique (un système de coordonnées mathématiques), l'armée israélienne est engagée dans la même manœuvre stratégique qui a dominé sa réflexion sur l'architecture de l'occupation : Elle utilise la technologie, l'environnement bâti et la para-légalité de l'occupation elle-même comme outils pour façonner la géographie humaine à l'aide d'instruments difficiles à classer tels que les points de contrôle, les tourniquets, les murs de séparation conçus conjointement avec les plaignants et les colons, les réseaux de routes parallèles, les points d'observation aléatoires, les tunnels et la surveillance aérienne. La procédure est d'une complexité trompeuse (tout comme le SOD) et truffée de jargon juridique, mais la stratégie est sans ambiguïté : l'essaimage en tant que politique spatiale.

L'essaimage spatial cherche à atteindre deux objectifs simultanés et apparemment contradictoires : La fragmentation méticuleuse de l'espace urbain palestinien tout en consolidant tous les espaces - politiques, géographiques, virtuels - en une couche de gâteau dans laquelle le pouvoir de l'État est omniprésent. Le but ultime est de piéger les Palestiniens à l'intérieur de ce nid d'abeilles, à la fois verticalement et horizontalement.

La mathématisation, et donc la fragmentation de l'espace urbain à Gaza, n'est donc pas une métaphore mais une réalité macabre : Israël a commencé à utiliser un nouveau système de quadrillage pour l'évacuation Israël a commencé à utiliser un nouveau système de quadrillage pour l'évacuation, qui a divisé Gaza en plus de 600 blocs afin de répartir les civils dans un espace de plus en plus restreint. Les gens peuvent accéder au réseau par le biais d'un code QR, sachant que personne à Gaza n'a d'accès régulier à Internet ou à l'électricité. De toute évidence, la grille ne permet pas de minimiser les dommages infligés aux civils, car elle ne sert peut-être qu'à les désorienter davantage. Mais elle ouvre une fenêtre sur le niveau de normalisation et de déshumanisation qui existe dans l'armée israélienne, fusionnant de manière transparente la stratégie militaire, l'espace géophysique, les "obligations humanitaires" et les systèmes d'aide à la décision.

L'armée israélienne a compris depuis longtemps que ses violations continuaient à façonner le droit humanitaire, c'est pourquoi elle ne cesse de repousser et d'étirer ces limites. Kochavi, qui jouit aujourd'hui d'une retraite heureuse après une illustre carrière, a peut-être, avec "Gospel", franchi la dernière limite de l'atomisation et de la décentralisation de l'espace dans les territoires palestiniens en supprimant les dernières soupapes de sécurité dans la quête d'une domination totale, mais totalement diffuse, abstraite et "granulaire" sur Gaza.

C'est ici que nous commençons à lire un passage souvent cité de l'ouvrage de Deleuze et Guattari intitulé Mille plateaux de Deleuze et Guattari à travers les yeux d'OTRI : "Ce qui nous intéresse dans les opérations de striage et de lissage, ce sont précisément les passages ou les combinaisons : comment les forces à l'œuvre dans l'espace le strient continuellement, et comment, au cours de son striage, il développe d'autres forces et émet de nouveaux espaces lisses". Il est ainsi devenu un manuel de guerre urbaine.

Dans l'urbicide de Gaza, l'élasticité des bâtiments, qui se dilate et se contracte sous l'effet de la température, de l'humidité, de l'air et de la violence, est doublement utilisée comme arme de destruction et comme outil d'essaimage de l'espace. D'une part, des personnes sont tuées par les bâtiments, blessées, mutilées et enterrées vivantes. La maison, qui offrait autrefois la sécurité, devient un objet contondant qui écrase les corps. Telles sont les forces à l'œuvre qui strient l'espace. D'autre part, les décombres résultant de la striation sont un matériau toxique, difficile à enlever, et sont présentés comme le signe de la permanence de la destruction des communautés. Les gravats eux-mêmes sont le nouvel espace lisse qui émerge de la striation : Ils recouvrent l'assemblage de la ville, ils rendent invisibles la communauté et son assemblage de relations avec l'environnement bâti.

 

La ville hellénistique-romaine détruite d'Anthedon, Gaza - AFP
Ville hellénistique-romaine détruite, Anthedon, Gaza (photo avec l'aimable autorisation de l'AFP).

Mais les dégâts extraordinaires sur la mince surface du sol où les Palestiniens vivent et meurent, coincés entre la supériorité aérienne totale d'Israël et la lâche domination des souterrains par le Hamas, englobent non seulement les communautés du présent, mais aussi la mémoire à long terme : Al-Haq a fait état de l'endommagement de 104 des 325 sites patrimoniaux de Gaza, ainsi que de la destruction du littoral, y compris de sites archéologiques bien connus, tels que la ville hellénistique-romaine d'Anthedon. Il s'agit de crimes contre l'humanité dans un sens plus profond que ceux stipulés par la législation actuelle. Le crime n'est pas simplement la destruction physique des communautés, mais le mécanisme incomparablement cruel qui consiste à empêcher le rétablissement de la complexité, condamnant ainsi les Palestiniens à une existence désarticulée, dans laquelle les relations qu'ils établissent avec l'environnement bâti, ou plutôt avec les décombres, deviennent fragiles, accidentelles et entièrement dépendantes d'un pouvoir capricieux.

Cependant, comme Weizman l'a noté dans The Least of All Possible Evils, les nouvelles générations de chercheurs et d'architectes palestiniens n'assistent pas passivement à la déresponsabilisation et ont tenté de renforcer les camps de réfugiés, et donc les décombres eux-mêmes, pour en faire des espaces politiques, ainsi que des sites de mémoire qui renforcent la mobilisation contre l'occupation, avec des gestes tels que The Book of Destruction, une liste de tous les bâtiments de Gaza endommagés pendant Plomb durci. Les décombres, les ruines et le camp, ces espaces forcés, doivent rester visibles, du moins pour l'instant, comme un témoignage des assemblages que la violence urbaine a tenté d'effacer. C'est le retour à la ruine que prônait récemment Ariella Azoulay: "Il faut revenir à ce qui a été détruit, aux ruines et aux possibles qui étaient condamnés à apparaître comme du passé. En tant que spectateurs silencieux, nous ne devons pas détourner le regard : En présence de cette archéologie du pas tout à fait passé, ce que nous voyons n'est pas au-delà des frontières du temps, mais un présent titillant, suintant violemment de partout.

 

Note de fin d'ouvrage
Cet essai est en partie basé sur la présentation publique "From Alalakh to Gaza : L'archéologie de la destruction urbaine", donnée par l'auteur au Voga Art Project, à Bari, Italie, le 21 novembre. Remerciements : Nicola Guastamacchia et Flavia Tritto.

Arie Amaya-Akkermans est critique d'art et auteur sénior pour The Markaz Review, il est basé en Turquie, après l'avoir été à Beyrouth et à Moscou. Son travail porte principalement sur la relation entre l'archéologie, l'antiquité classique et la culture moderne en Méditerranée orientale, avec un accent sur l'art contemporain. Ses articles ont déjà été publiés sur Hyperallergic, le San Francisco Arts Quarterly, Canvas, Harpers Bazaar Art Arabia, et il est un contributeur régulier du blog populaire sur l'Antiquité Sententiae Antiquae. Auparavant, il a été auteur invité d'Arte East Quarterly, a reçu une bourse d'expert de l'IASPIS, à Stockholm, et a été modérateur du programme de conférences d'Art Basel.

architectureBombardement de GazaGuerre de GazaRapport GoldstoneIsraël/PalestineOccupationurbicide

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.

Devenir membre