Israël et Palestine : Se concentrer sur le problème, pas sur la solution

30 mai, 2022 -
"On His Way Home" de l'artiste Zohar dans la série "The Palestinian Paintings", 2017, huile sur panneau (courtoisie de Zohar).

 

Les opinions publiées dans The Markaz Review reflètent le point de vue de leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement TMR.

 

Mark Habeeb

 

Le philosophe indien-américain Jiddu Krishnamurti a écrit : "Pour comprendre un problème, quel qu'il soit, vous devez y consacrer toute votre attention, et vous ne pouvez pas y consacrer toute votre attention si vous cherchez une solution." Depuis l'échec prévisible des efforts de l'ancien secrétaire d'État américain John Kerry pour servir de médiateur à une solution permanente entre Israël et les Palestiniens, aucune initiative sérieuse n'a été entreprise.

C'est peut-être une bonne chose : après des décennies infructueuses à essayer de trouver une solution, le moment est idéal pour suivre le conseil de Krishnamurti et consacrer notre attention à la compréhension du problème.

Si vous demandez à un certain nombre de personnes de définir le problème israélo-palestinien, vous obtiendrez toute une série de réponses divergentes : 

"Le refus des Arabes de reconnaître un État juif."

"La colonisation israélienne de la Palestine."

"L'antisémitisme arabe".

"Le racisme et l'apartheid israéliens."

"L'extrémisme islamique".

"L'extrémisme juif"

"Le lobby sioniste aux États-Unis."

En fait, aucun de ces éléments n'est le problème. Ce sont des reflets du problème, mais tout comme le reflet d'un arbre dans un étang n'est pas l'arbre, ces reflets du problème ne sont pas le problème.

Alors, quel est le problème ?

Commençons par examiner où se situe géographiquement le problème et qui est affecté par celui-ci. La zone à problème (un terme plus neutre que "Palestine historique" ou "Eretz Israël") est le territoire délimité par le Jourdain à l'est, la mer Méditerranée à l'ouest, les frontières libanaise et syrienne au nord et la frontière égyptienne au sud.

Selon le World Fact Book de la CIA, environ 13,7 millions de personnes vivent dans la zone à problèmes. Parmi elles, 6,6 millions sont des citoyens juifs d'Israël ; 1,9 million sont des citoyens palestiniens d'Israël (musulmans et chrétiens par religion) ; 4,8 millions sont des Palestiniens (musulmans et chrétiens) qui ne sont citoyens d'aucun État reconnu ; et 450 000 autres ne sont ni israéliens ni palestiniens et vivent principalement en Israël (chrétiens non palestiniens, immigrants africains, travailleurs migrants, etc.)

Le problème est le suivant : comment les 13,7 millions de personnes qui vivent dans la zone à problème peuvent-elles structurer leurs relations politiques, économiques, religieuses et sociales de manière à vivre en paix les unes avec les autres, dans un contexte de justice et d'équité pour tous ? Toute solution proposée au problème doit résoudre cette question ; si elle ne le fait pas, ce n'est pas une solution - du moins pas une solution durable. (J'exclue comme solutions possibles le déplacement, le transfert ou l'extermination de toutes les personnes qui vivent dans la zone à problème).

En outre, toute solution ayant une chance de résoudre le problème doit être fondée sur des réponses affirmatives à six questions fondamentales :

  1. Les 13,7 millions d'habitants de la zone à problème méritent-ils tous les mêmes droits humains, civils et politiques ?

  2. Les 13,7 millions de personnes vivant dans la zone à problème méritent-elles toutes le même droit à la sécurité physique ?

  3. Les 13,7 millions d'habitants de la zone à problème méritent-ils tous un droit égal à participer à la sécurité de la zone ?

  4. Les 13,7 millions de personnes vivant dans la zone à problème méritent-elles toutes des droits économiques égaux, y compris des droits à la terre et à la propriété, et un accès égal à des ressources telles que l'eau ?

  5. Tous les groupes religieux de la zone à problème méritent-ils la liberté de culte, y compris le libre accès et la gestion ou la cogestion des sites sacrés (dont beaucoup sont sacrés pour les trois grandes religions représentées dans la zone à problème) ?

  6. Les personnes qui vivent en dehors de la zone à problème mais qui ont des liens émotionnels et historiques avec elle (en particulier, les Juifs de la diaspora et les réfugiés palestiniens) méritent-elles des droits égaux pour immigrer dans la zone à problème ? Dans le cas contraire, les restrictions à l'immigration doivent-elles être imposées de manière juste et équitable ?

Toute personne qui répond "oui" à ces six questions est prête à contribuer à la formulation d'une solution. Quiconque répond "non" à l'une de ces questions doit expliquer et justifier pourquoi un groupe de personnes dans la zone à problème mérite des droits préférentiels. Par exemple, pourquoi un groupe - sur la base de son identité ethnique ou religieuse - mériterait-il des droits préférentiels pour construire des maisons sur n'importe quelle parcelle de terrain dans la zone à problème ? Ou pourquoi un autre groupe aurait-il le droit d'imposer ses pratiques religieuses à tous ceux qui vivent dans la zone à problème ? Et pourquoi un groupe - toujours sur la base de son identité ethnique ou religieuse - bénéficierait-il de droits préférentiels pour immigrer dans la zone à problème ? 

Le Rubik's Cube de la paix israélo-palestinienne ne sera jamais résolu si ces questions fondamentales et les principes sur lesquels elles reposent ne sont pas abordés - certainement par les 13,7 millions de personnes qui vivent dans la zone à problème, mais aussi par ceux qui, en dehors de cette zone, ont intérêt à une solution durable. Un certain nombre de solutions possibles - deux États souverains, un seul État, une confédération binationale - pourraient être rendues compatibles avec une réponse "oui" aux questions ci-dessus. Mais essayer de concocter une solution sans évaluer minutieusement le problème a été un échec avéré ; continuer à le faire ne fera que valider la définition de la folie d'Albert Einstein - "faire la même chose encore et encore et attendre des résultats différents".

L'accalmie actuelle dans les tentatives actives de trouver une solution offre donc un moment idéal pour se concentrer sur le problème et identifier ceux qui partagent les principes fondamentaux nécessaires pour trouver une solution.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.

Devenir membre