Les dramaturges de la diaspora irakienne Hassan Abdulrazzak et Jasmine Naziha Jones : Utilisez votre colère comme un carburant

Temps de lecture :19 minutes

Il s'agit de la première d'une nouvelle série dans laquelle des praticiens de la culture du Moyen-Orient discutent de l'art et de l'expression. Ces Conversations TMR sont modérée par Malu Halasa.

Comme le dit Naziha Jones dans sa conversation avec Abdulrazzak, "la frontière entre la comédie et la tragédie est mince comme un murmure". Sa pièce Baghdaddy s'inspire des nombreux âges de l'expérience personnelle lorsque la guerre, l'exil et les traumatismes marquent une vie jeune et impressionnable. Jones est farouchement déterminé à faire connaître les expériences irakiennes à un plus large public.

 

Hassan Abdulrazak et Jasmine Naziha Jones

 

Hassan Abdulrazzak -Il m'a fallu du temps pour me remettre de l'observation de votre remarquable pièce Baghdaddy. Pour un Irakien, c'était beaucoup à encaisser parce qu'elle revisitait le passé irakien. Pour les personnes qui lisent ces lignes et qui n'ont pas vu la pièce, pourriez-vous nous donner un bref aperçu de ce dont elle parle ?

Jasmine NazihaJones-Baghdaddy est une exploration de mes souvenirs d'enfance de la guerre du Golfe et de l'occupation subséquente de l'Irak. La pièce vise à réconcilier mes souvenirs d'enfance avec une compréhension adulte de ce que mon père a enduré en regardant l'horreur se dérouler depuis la sécurité de notre maison au Royaume-Uni. Elle prend mes souvenirs et les siens, et les explore de manière expressionniste, avec l'aide de trois esprits qui font office de chœur.

HA-Jevais y venir, mais je veux d'abord vous demander ce qui vous a motivée à écrire cette pièce. Vous avez eu une longue carrière d'actrice. Qu'est-ce qui vous a incitée à puiser dans vos souvenirs et à écrire sur l'Irak de cette manière ?

JNJ -J'ai écrit des pièces depuis que j'ai quitté l'école de théâtre, mais surtout pour me produire. C'est la première pièce autobiographique que j'ai écrite. C'est le résultat direct de la vision de Une histoire de l'eau au Moyen-Orient de Sabrina Mahfouz au Royal Court, ce qui montre à quel point il est important de voir des histoires diverses sur nos scènes. Je pense que cela incite davantage de personnes à raconter leur histoire, à se voir. J'ai donc vu A History of Water in the Middle East, et une heure avant la représentation, j'ai également suivi un atelier avec vous. Vous y avez donné un conseil très sage, celui d'utiliser votre colère comme un carburant. Ce que vous avez dit a pris tout son sens pour moi après avoir vu la pièce de Sabrina. Je me sentais vraiment en colère. Je me sentais galvanisé par ce que j'avais vu. Je suis rentré chez moi, et j'ai écrit les 10 premières pages de ce qui allait devenir Baghdaddy.

HA-Vousavez dit dans des interviews précédentes, et c'est un thème que vous abordez dans la pièce, qu'il est très courant pour les immigrants de deuxième génération de traiter secrètement le deuil de nos aînés. C'est une déclaration qui m'a marquée, étant donné que je viens d'Irak. C'est une chose avec laquelle je me suis débattue. Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur cette idée ?

JNJ - Commentparvenons-nous à traiter le deuil de nos aînés ? Je pense que c'est parce que lorsque vous habitez à la fois des statuts d'opprimé et de privilégié, vous n'êtes pas nécessairement entièrement accepté dans l'un ou l'autre - ou vous êtes peut-être protégé d'une réalité. En tout cas, chez moi, on ne parlait pas beaucoup ou en détail des choses avec les enfants. Il y avait un certain élément de protection, mais bien sûr, vous voyez vos parents vivre ces choses et vous les absorbez. En vieillissant, vous commencez à vous poser des questions pour donner un sens à tout cela. J'essaie de m'imaginer ce que mon père a dû vivre - je me sens si mal pour lui et si mal pour moi. J'ai toujours ressenti un lien très fort avec l'Irak. J'ai beaucoup de famille là-bas. Mais comme beaucoup d'autres personnes de la deuxième génération, je n'avais aucun endroit où faire mon deuil, je ne savais pas comment l'exprimer. Cette pièce était donc l'expression de mon chagrin, ainsi qu'un effort pour essayer de comprendre mon père.

Baghdaddy, une histoire dévastatrice de passage à l'âge adulte, racontée par le biais du clown et de la mémoire pour explorer les complexités de l'identité culturelle, du traumatisme générationnel et d'une relation père-fille au milieu d'un conflit mondial. Disponible auprès de Bloomsbury.

La pièce m'a appris que nous traitons secrètement le chagrin de nos aînés. On veut qu'ils en parlent et qu'ils disent : "Vous avez dû ressentir ceci ou cela". Mais, au lieu de cela, vous le faites vous-même. Je ne peux pas imaginer ce que c'est que d'être arraché à tous ceux que je connais et que j'aime.

HA -Il y a tellement de belles choses dans votre pièce. Il y a une scène qui est silencieuse. C'est une courte scène, dans laquelle la figure paternelle regarde la guerre du Golfe, et il sort de la chambre. Il passe devant la télé plusieurs fois, je crois, en sous-vêtements. C'est une scène très domestique. Il y a un moment où il baille presque, puis il crie et retourne dans sa chambre.

Je me souviens que lorsque j'ai regardé ce film sur scène, il a eu une résonance particulière pour moi, car ma mère, pendant la guerre du Golfe, avait beaucoup de chagrin. Mais elle le cachait aussi pour que nous, les enfants, ne paniquions pas. Elle allait dans sa chambre et fermait la porte à clé. Les images de cette guerre ont lancé CNN. C'était diffusé tous les soirs. Ce que vous avez magnifiquement saisi dans la pièce, c'est l'effet de cette guerre sur les Irakiens vivant loin de leur patrie. Cela ne s'est pas fait sans douleur, même s'ils vivaient en sécurité.

Nous avons beaucoup parlé du chagrin et de la douleur, mais je tiens à souligner aux personnes qui lisent ces lignes que Bagdaddy est très drôle. Dans ma propre pièce, Baghdad Wedding, qui traite de l'Irak et qui est sortie il y a 15 ans, j'ai également utilisé la comédie comme moyen de raconter l'histoire de l'Irak. C'est une sorte d'histoire d'amour avec un peu de comédie dans le premier acte, après quoi les choses deviennent plus sérieuses. J'ai remarqué que vous utilisiez cette stratégie. Je voulais donc vous parler du rôle de la comédie. Pourquoi utiliser la comédie pour raconter une histoire sur l'Irak ?

JNJ - Jepense que la ligne entre la comédie et la tragédie est très mince. J'étais conscient de ne pas vouloir être agressif avec ma colère ou ma douleur. J'ai donc trouvé très utile d'utiliser la comédie comme moyen de parler de ces choses. Vous pouviez gagner la confiance, mais vous pouviez aussi parler de choses vraiment tragiques. En outre, j'ai utilisé la comédie pour déstabiliser le public. La pièce oscille donc entre une tragédie à couper le souffle et une comédie désarmante. Pour moi, c'était le cheval de Troie pour glisser le message sous-jacent, qui était le suivant : Est-il possible pour vous, dans le public, pendant ces deux heures dans ce théâtre, de ressentir cette douleur vous aussi ? J'ai pensé que la comédie était le meilleur moyen de transmettre ce message.

HA-Alors, j'ai l'impression que c'est une chose culturelle, n'est-ce pas, pour les Irakiens en général - peut-être à cause de la tragédie qui a frappé le pays - d'avoir ce genre d'humour noir, et d'y avoir recours. Récemment, j'ai regardé le film de Maysoon Pachachi, Notre rivière... Notre ciel. Dans ce film, il y a une scène où les passagers d'un bus à Bagdad plaisantent sur les postes de contrôle à venir. Puis, soudain, des coups de feu sont tirés dans le bus et tout le monde s'esquive en essayant d'éviter les balles. Lorsque les tirs s'arrêtent, ils continuent à plaisanter sur ce qui s'est passé. Le personnage principal du film note tout cela, ce qui est la manière dont la coscénariste de Maysoon, Irada Al Jabbouri, indique : "Ceci est vraiment arrivé. C'est une tranche de vie irakienne que j'ai capturée". Une façon de gérer le traumatisme est de recourir à l'humour. Ainsi, outre Darlee, que vous avez incarnée sur scène, et le père qui s'est effondré - merveilleusement joué par Philip Arditti - il y avait aussi trois personnages surnaturels. Pouvez-vous nous en dire un peu plus à leur sujet, et nous expliquer pourquoi vous avez choisi de les faire figurer dans la pièce, et ce qu'ils ont apporté ?

JNJ - Lorsqueje suis rentré de la pièce de Sabrina et que j'ai commencé à écrire Bagdaddy, j'ai eu l'impression que trois voix parlaient de mon expérience, à la troisième personne, je suppose. Au fur et à mesure de l'évolution de la pièce et de mes recherches, elles sont devenues des esprits avec des agendas différents. Leur fonction dans la pièce est d'être la manifestation d'une dispute interne que j'ai avec moi-même : mon moi passé, mon moi plus jeune, mon moi plus âgé et plus sage, et aussi le moi destructeur.

Ils peuvent être menaçants. Ils peuvent être bienveillants. Ils sont parfois peu fiables. Mais ils servent aussi de fil conducteur à la pièce, car nous passons d'un souvenir à l'autre, d'une décennie à l'autre. Ils ont donc vraiment contribué à nous situer dans le temps et l'espace. Ils assument divers rôles de personnalité, et jouent aussi beaucoup de personnages différents. Ils guident Darlee à travers les années 1980, 1990 et le début des années quatre-vingt. Ils ont été incroyablement utiles. Ils servent de chœur.

Il était important d'avoir ce chœur pour rendre les choses explicites au public. Ce n'est pas une œuvre subtile, mais elle l'est délibérément. Comme je sentais que mon temps sur scène était limité, j'avais besoin d'être très clair et très audacieux dans ce que je disais. Le chœur a contribué à cette clarté.

HA-Jepense qu'ils aident aussi à gérer le temps car vous avez couvert toutes les grandes guerres qu'a connues l'Irak. Vous avez couvert la guerre Iran-Irak, la guerre du Golfe, puis la récente guerre d'Irak. Cet appareil était vraiment merveilleux car il vous permettait de passer d'une situation et d'un scénario à l'autre. Vous en avez tellement mis.

 

Amer Al Obaidi (Irakien, né en 1943), "Celebrating the Horse Domestication", huile sur toile, 120 x 140 cm, 2004 (courtoisie de Michael Jeha/Christies).

 

JNJ -C'est une histoire de passage à l'âge adulte qui s'étend sur plusieurs décennies. Au lieu d'utiliser des décors et des éclairages compliqués, nous avons le chœur, ainsi que d'autres éléments théâtraux. Mais c'est surtout la narration du chœur qui dépeint le plus clairement le temps et l'espace parmi tous les éléments que nous utilisons.

HA - Lapièce traite, en partie, de la question de l'identité de quelqu'un qui est irakien, mais Darlee, le personnage que vous incarnez, la jeune fille au cœur de la relation avec son père, est déchirée entre deux mondes, tout comme le père lui-même. Ils sont entre les deux, et je sais, d'après les interviews que vous avez données, que vous n'aimez pas la question "Êtes-vous allé en Irak ?". Si elle vient d'un Irakien, vous l'avez appelée - j'adore cette phrase - "un baromètre d'authenticité". Pourriez-vous nous parler de cette question d'identité et de la façon dont vous y répondez ?

JNJ -La question " Êtes-vous allé en Irak ? " a été posée lors d'une séance de questions-réponses après la pièce. J'ai trouvé cela ironique car le thème de la pièce couvre ces questions posées à la protagoniste Darlee : "Avez-vous été là-bas ?" "Avez-vous de la famille là-bas ?" "Parlez-vous irakien ?" Dans la pièce, ces questions sont utilisées pour écraser, rabaisser et minimiser l'identité de Darlee.

Ce que je faisais là, c'était explorer un thème très commun vécu par de nombreuses personnes métisses, à savoir : Les autres semblent vouloir que vous quantifiiez votre authenticité. La personne qui pose cette question décide en fonction de cette liste arbitraire de questions : "A quel point êtes-vous authentique ?" "Parlez-vous la langue ?" "Avez-vous été là-bas ?" "Avez-vous de la famille qui vit là-bas ?"

Ce que cela fait si douloureusement, c'est saper les sentiments de votre expérience de vie - l'expérience que j'essayais de montrer dans la pièce. C'est pourquoi cette question, posée après que le public ait assisté pendant deux heures à une pièce qui explorait ces thèmes, m'a paru bien triste. J'ai refusé de répondre à la question parce que ce n'est pas important. Je suis sûr que cette personne voulait bien faire. Mais c'est une question que l'on m'a souvent posée au cours de ma vie. Je n'ai plus envie que d'autres personnes décident de cela pour moi.

HA -C'est une chose lorsqu'il s'agit d'Irakiens, il y a cette pointe. Dans la pièce, vous traitez aussi très bien cette question lorsqu'elle provient de non-Irakiens, d'Anglais, par exemple. Cette question "D'où venez-vous ?" et cette sympathie parfois feinte de "Oh, ça doit être vraiment terrible" de la part de personnes qui ne sont pas vraiment engagées.

La pièce soulève aussi la question, à laquelle je répondais sincèrement quand on me demandait : "Que pensez-vous de Saddam ?" Cette question est abordée de façon hilarante au début de la pièce, puis de façon sérieuse, dans la seconde moitié. Vous l'avez mis en place avec la comédie dans la première moitié, puis vous l'avez retourné dans la deuxième moitié, et vous avez défié le public avec cela, en utilisant une adresse directe, ce qui change le style de la pièce. Ce monologue qui traite de la question de Saddam Hussein, comment vous est-il venu à l'esprit ? Était-ce une progression naturelle dans l'écriture ? Ou était-ce quelque chose qui s'est développé pendant que vous peaufiniez la pièce ?

JNJ-Darleeest en quête de compréhension. Et ce sont les questions qu'on lui pose dans son enfance. "Que penses-tu de Saddam ?" Ce ne sont pas des questions auxquelles elle peut donner un sens, à cet âge. Ce sont des questions qu'elle intériorise. Il y a donc un discours à la fin de la pièce où Darlee passe un entretien à l'université et où on lui demande "Que pensez-vous de Saddam ?".

Pour la première fois, elle renvoie la question à ceux qui la posent, et elle leur demande : "Qu'est-ce que je pense de Saddam ? Eh bien, attendez une minute ! Il est évident que c'est un monstre. Mais que pensez-vous des sanctions imposées à l'Irak ?" Et la pièce parle de la main de l'Occident dans la destruction de l'Irak.

Ce que j'essaie de faire, c'est de demander au public de considérer le rôle de l'Occident dans cette affaire, ainsi que celui de Saddam. Il était vraiment important pour moi de parler des sanctions parce que les sanctions sont l'agonie cachée de l'Irak. Au moment de l'invasion, le pays vivait déjà dans des conditions médiévales. Les médias occidentaux ont raconté que Saddam avait fait tout cela au peuple irakien. Eh bien, oui, il avait fait beaucoup de choses terribles. Mais l'Occident a largement contribué à préparer le pays à être vaincu assez facilement lors de cette invasion. Je voulais simplement que le public connaisse l'agonie cachée des sanctions et qu'il considère les deux côtés de l'histoire. Il y a vraiment des détails tellement horribles, et ce que j'ai couvert dans la pièce n'était qu'une petite partie.

Je voulais que la pièce soit à la fois instructive et divertissante. J'ai senti que c'était ma seule chance de donner une voix à mon peuple.

HA-Lessanctions sont un épisode oublié de l'histoire. Je me souviens d'avoir assisté à une présentation au Centre arabo-britannique par un historien anglais qui a écrit un livre sur l'Irak - je ne mentionnerai pas les détails de cette personne, mais il a fait toute une présentation du livre et a laissé de côté 13 ans de sanctions. J'ai posé la question : "Que s'est-il passé ensuite ?" Il a donné l'impression de penser qu'il s'agissait d'un épisode mineur. Mais tout ce qui est arrivé par la suite à l'Irak, en termes d'effondrement du pays, les graines de tout cela ont été semées pendant les années de sanctions. J'ai abordé ce sujet dans Les Noces de Bagdad. Il y a une scène où quelqu'un retourne en Irak, et quelqu'un d'autre lui parle des livres qu'il a vendus pour joindre les deux bouts. C'était l'une des images les plus frappantes de l'Irak à l'époque : de nombreux universitaires, par exemple, devaient vendre leurs livres pour survivre, ce qui était déchirant pour eux.

JNJ-Et, vous savez, pas seulement des livres. Je veux dire, les gens vendaient littéralement des briques des murs de leurs maisons, ainsi que des portes et des morceaux de moquette. Je ne pense pas que les gens réalisent l'ampleur du phénomène. J'en ai entendu parler pour la première fois dans les années 1990. J'avais l'habitude d'accompagner mon père. Avant l'arrivée d'Internet, il avait l'habitude d'aller faire des discours et de dire aux gens de première main : "Regardez, voilà ce que font les sanctions." Je suis là comme un petit enfant tenant toutes ces informations, les racontant à mes amis dans la cour de récréation. Ce que j'essaie de communiquer avec cette pièce, c'est cet enfant qui s'accroche à tout cela, qui sait tout cela et qui ne sait pas quoi en faire. Tout ressort dans le discours de la fin. La destruction systématique était si calculée. Je veux dire, mon Dieu, c'est équivalent à un génocide - le nombre de personnes qui sont mortes.

HA - Lorsquela guerre d'Irak a éclaté en 2003, il y a eu une avalanche de pièces de théâtre écrites principalement par des auteurs occidentaux, ainsi que des films américains, très souvent du point de vue des soldats, ou du point de vue d'une famille de classe moyenne débattant d'une guerre qui leur est très éloignée. Pour moi, c'est ce qui a motivé en partie l'écriture de Bagdad Wedding. J'avais vu la pièce de 2006 de David Hare Stuff Happensde David Hare en 2006, qui traitait des politiciens et de la sphère politique. Ce qui m'a vraiment ennuyé, c'est qu'elle se terminait sur une citation apparemment textuelle d'un Irakien, qui disait : "Si nous ne réglons pas notre propre problème, voilà ce qui va nous arriver."

C'était presque comme votre moment avec la pièce de Sabrina Mahfouz, qui vous a galvanisé de manière positive pour écrire votre pièce. C'est ce moment-là qui m'a poussé à écrire Bagdad Wedding, car j'avais l'impression que les Irakiens étaient très peu présents dans la pièce de Hare. Ils n'avaient pas assez d'influence dans Stuff Happens. Je sentais qu'il manquait quelque chose.

Je voulais vous demander plus d'informations sur la production de votre pièce, car je pense qu'il est assez intéressant pour le Royal Court de monter une pièce sur l'Irak maintenant, alors que les choses ont évolué. Les gens s'intéressent à la guerre en Ukraine.

JNJ-J'aiparticipé au cours d'introduction à l'écriture dramatique au Royal Court. A la fin de ce cours, j'ai soumis une ébauche de Baghdaddy. J'ai eu des retours, et j'ai soumis une autre version. C'est donc vraiment grâce à ce programme que j'ai été programmé. Pourquoi voulaient-ils le programmer ? Vous devez probablement vous adresser au département littéraire. Je dirais que, même si les temps ont changé, nous commençons seulement à donner un sens à ce qui s'est passé. Nous avons encore beaucoup de pièces sur l'Holocauste et ses retombées. C'est d'un traumatisme générationnel dont nous parlons. Il ne s'efface pas avec les sables du temps. Vous savez, il sera transmis de génération en génération. Et je pense que c'est une partie très importante de notre histoire. Elle doit être documentée dans l'art par des voix irakiennes. Comme vous le dites, nous n'avons pas eu l'occasion de parler beaucoup.

C'est pourquoi le fait que la Royal Court mette en avant cette histoire, qu'elle mette en avant une voix irakienne, est si important pour moi et pour d'autres Irakiens. Je ne peux pas vous dire le nombre de personnes qui sont venues me voir personnellement. Dans le bus en provenance de Newcastle, des Irakiens sont allés voir la pièce, l'ont vue et sont revenus la voir avec leurs parents et leurs amis. Ils disaient : "Merci de raconter cette histoire. C'est aussi mon histoire." Ils se sentaient tellement vus.

D'autres personnes qui n'étaient pas de la même culture, mais de milieux similaires, se disaient : "Ce n'est pas mon histoire, mais elle ressemble tellement à la mienne." Beaucoup de gens se sont sentis vus. Je pense que vous ne pouvez pas sous-estimer la guérison de la validation publique.

HA - Jesuis tout à fait d'accord avec vous sur ce point. J'ai eu des retours similaires pour Baghdad Wedding de la part d'Irakiens qui vivaient en Grande-Bretagne et qui avaient l'impression de ne pas avoir cette validation. Mais je l'ai encore plus ressentie lorsque la pièce est allée en Australie, et qu'elle a été jouée à Sydney au Belvoir St Theatre. Il y avait beaucoup de presse négative sur la diaspora irakienne. Quand ils sont venus voir la pièce, ils m'ont remercié et m'ont dit : "Vous nous avez présentés sous un jour différent." C'est un moment que je chérirai toujours.

Je pense que vous avez raison de dire qu'il y a tellement de choses à explorer. La guerre d'Irak est un événement tellement énorme ; c'est presque l'équivalent de la Première Guerre mondiale au début du 20e siècle. Elle a de telles résonances pour la région et pour les pays qui y ont participé. Je pense qu'il y a encore beaucoup d'histoires à raconter à ce sujet.

Vous aviez un casting merveilleux pour Baghdaddy. Parmi eux figurait une autre actrice irakienne, Hayat Kamille. Je voulais vous demander ce que vous pensiez de votre collaboration avec Hayat et de la présence d'une autre Irakienne dans le casting. 

JNJ - C'était formidable de collaborer avec un autre acteur irakien. Il était vraiment important pour moi que nous essayions d'avoir la plus grande représentation possible. Lorsque je faisais des recherches sur la pièce, l'Arab British Centre a très gentiment organisé une série de cafés matinaux au cours des étapes de mes recherches. Par coïncidence, elle était actrice. Ainsi, lorsque la pièce a été programmée, nous avons fait appel à elle et les étoiles se sont alignées. Elle a apporté beaucoup au rôle. C'était très réconfortant pour moi d'avoir quelqu'un d'autre là, d'avoir son soutien tous les soirs. Nous avions un accord tacite - notamment parce que, pour des raisons purement égoïstes, je jouais dans la pièce tous les soirs. Nous partagions également une loge. Vous savez, certaines nuits étaient vraiment difficiles, et je sortais de scène bouleversé. Le fait de l'avoir à mes côtés, de la serrer dans mes bras et de réaliser qu'elle sait ce qui nous a été enlevé m'a permis de ne pas avoir à m'expliquer. J'étais donc absolument ravi de pouvoir travailler avec elle.

Malu Halasa - Jevoulais juste vous demander à tous les deux : L'Irak n'étant pas souvent représenté sur scène, avez-vous l'impression qu'il y a plus d'intérêt maintenant ? Existe-t-il une communauté de dramaturges du Moyen-Orient à Londres ? Ou bien est-ce que vous prenez chacun votre propre chemin pour tenter de montrer vos pièces ?

HA-Ily a maintenant une communauté croissante d'écrivains du Moyen-Orient. Il y a un merveilleux groupe WhatsApp pour les écrivains arabes dont nous faisons tous partie. Les gens échangent des idées et des messages. La jeune génération qui arrive est vraiment enthousiaste et affamée. Ils se concentrent surtout sur le cinéma et la télévision. Ils essaient de percer dans ce domaine. Mais ils s'intéressent aussi au théâtre. Dans ce groupe WhatsApp, il y a des gens comme Saeed Taji Farouky, qui est un merveilleux réalisateur de documentaires. C'est souvent un grand commentateur de la scène artistique, et nous avons eu des débats très vigoureux sur les films. Farha et Les Nageurs. Les gens sont fiers que ces films sortent. Mais en même temps, ils en débattent de manière rigoureuse. Quand j'ai commencé, il n'y avait pas ce genre de communauté. Quelle a été votre expérience avec la communauté, Jasmine ?

JNJ - Principalementpar le biais de MENA Arts UK, une organisation créée il y a environ trois ans. Elle organise des rencontres et des sorties au théâtre. Ils ont organisé une soirée pour ma pièce. Vous obtenez des billets à prix réduit, et nous avons ensuite organisé une séance de questions-réponses. Le groupe est extrêmement proactif. C'est un endroit idéal pour rencontrer des gens et créer un réseau. C'est merveilleux de faire partie de quelque chose, après avoir flotté dans la vie sans se sentir membre d'une communauté pendant si longtemps.

HA - Cependant,j'ai le sentiment qu'il y a encore du chemin à faire pour diffuser davantage d'œuvres arabes et moyen-orientales au Royaume-Uni. Avant la pandémie, la dramaturge Hannah Khalil et moi-même avons essayé de créer une compagnie. Nous avons été inspirés par la compagnie théâtrale Golden Thread Productions de San Francisco, qui se consacre à la culture et à l'identité du Moyen-Orient. Ils ont monté certaines de mes pièces et de celles d'Hannah Khalil. Il n'existe pas de société de production équivalente au Royaume-Uni. Il existe des sociétés pour les artistes noirs, et pour les artistes d'origine indienne ou pakistanaise, mais il n'y en a pas vraiment une pour le Moyen-Orient au Royaume-Uni. Parce qu'alors, il ne s'agirait pas seulement d'écrivains individuels comme nous qui essaient de faire des propositions et qui espèrent et prient pour que les théâtres nous donnent de l'espace. Il y aurait un plaidoyer plus organisé. Une compagnie qui exige : Vous devez nous donner cet espace.

JNJ-Hassan, quel genre d'histoires espérez-vous qu'une entreprise comme celle-ci raconte ? S'agirait-il d'histoires centrées sur le Moyen-Orient ? Ou des histoires sur l'expérience humaine, pour ainsi dire ?

HA-Pourmoi, tout ce qui est sous cette bannière. Elle ne doit certainement pas être uniquement centrée sur le Moyen-Orient. Je discutais, par exemple, avec la réalisatrice irakienne Diyan Zora. Elle m'a dit que, souvent, ce que nous avons écrit sur le Moyen-Orient a eu tendance à être très politique. Nous n'avons pas eu, par exemple, de drame familial qui soit, disons, dans la tradition des pièces américaines - une famille se réunit, des choses sortent et tout cela. Diyan travaille sur une telle pièce.

Pourtant, Jasmine, votre pièce, Baghdaddy, avait évidemment une relation père-fille. J'ai écrit une pièce, que j'essaie toujours de faire produire, intitulée A Fire Blazing Brightly, sur une famille irakienne et sa dynamique. Mais il y a aussi un élément politique dans la pièce, certaines scènes se déroulant en Irak. Il ne s'agit donc pas d'un drame familial pur et simple.

Quant à la compagnie, je pense qu'elle devrait être tout ce qui est dans ce code. Une autre pièce sur laquelle je travaille, intitulée Retraite, traite des traumatismes et de la dépression. Mais je l'aborde sous un angle comique. La pièce n'est pas entièrement consacrée à l'expérience du Moyen-Orient. Elle prend des éléments de ce contexte et des choses que j'ai vues dans ma famille et chez mes parents, etc., mais j'essaie de créer une pièce qui parlera à beaucoup de gens de la dépression, par exemple, et de la façon dont elle peut se manifester. Je pense donc que nous pouvons puiser dans nos expériences de multiples façons.

C'est pourquoi je reviens à l'idée que nous avons besoin d'une compagnie. La pièce de Hannah Khalil Hakawatis : Les femmes des mille et une nuits au Globe Theatre, comprenait des contributions de Hanan al-Shaykh, Suhayla El-Bushra et Sara Shaarawi. Il s'agit d'une brillante réimagination des Les Mille et Une Nuits racontée par des personnages féminins soutenant Shéhérazade, qui est hors scène. Cette pièce a été coproduite au Globe Theatre avec Tamasha, une société de production théâtrale qui se concentre généralement sur l'Asie du Sud. Cela a donné plus de force à la pièce. Je pense que nous avons besoin de plus de compagnies de ce type pour avoir un impact et diversifier davantage le paysage.

MH - Jetiens à vous remercier tous les deux pour cette conversation fascinante. J'ai été particulièrement touchée par les commentaires de Jasmine sur le fait de s'expliquer ou de prouver son authenticité. Je pense que ces pressions s'exercent sur les praticiens de la culture du Moyen-Orient et que nous les intériorisons. La question est maintenant de savoir comment se débarrasser de ces pressions et aller directement à ce dont vous parlez tous les deux, à savoir raconter des histoires. Car c'est la clé qui déverrouille l'émotion, qui déverrouille l'empathie, et qui nous donne tout ce que nous voulons obtenir de nos histoires et ce que nous espérons que nos histoires feront. C'est le défi que doivent relever les écrivains et les dramaturges arabes aujourd'hui, quels que soient leurs antécédents ou l'endroit où ils écrivent, que ce soit à Londres ou à Bagdad.

 
 

Hassan Abdulrazzak est un écrivain irakien primé, né à Prague et vivant à Londres. Ses pièces de théâtre comprennent The Special Relationship; And Here I Am; L'amour, les bombes et les pommes; Le Prophèteet Baghdad Wedding (tous publiés par Bloomsbury). Abdulrazzak a traduit de nombreuses pièces de théâtre arabes et contribué à plusieurs anthologies, dont Iraq +100 (Comma Press). Le scénario de son court métrage Une nuit de Gharam a remporté le Unsolicited Scripts Short Film Grant 2022.

La première pièce de Jasmine Naziha Jones, Baghdaddy, a été décrite comme une "histoire dévastatrice de passage à l'âge adulte, racontée par le biais du clown et de la mémoire pour explorer les complexités de l'identité culturelle, du traumatisme générationnel et d'une relation père-fille au milieu d'un conflit mondial". Félicitations ! Votre douleur est commercialement viable." Britannique d'origine irakienne, Jones est une actrice accomplie qui, parmi ses 9 apparitions à la télévision, a joué dans Call the Midwife et dans la sitcom Turn Up Charlie d'Idris Elba. Elle a également joué dans 27 productions théâtrales, huit films et plus de 30 pièces radiophoniques. Jones, qui est douée pour le combat de scène, chante également et peut interpréter une variété d'accents, de l'américain standard à l'anglais de Liverpool en passant par le moyen-oriental et l'africain du sud, parmi beaucoup d'autres. Baghdaddy était une coproduction de la Sister, dans le cadre d'une initiative visant à faire entendre des voix plus diverses à la Royal Court.

BagdadIrakiens déplacésGuerre du GolfeGuerre d'IrakLittérature irakienneSaddam Husseinarts du théâtre

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.