Choix du monde : Août 2021

12 août, 2021 -

World Picks Août 2021 art by Jalal Sepehr.jpg

Red-Zone-by-Jalal-Sepehr-Yellowtrace-02.jpeg

Vous avez un événement, un livre, un film, une conférence ou autre chose que vous aimeriez recommander ? Envoyez-nous un message. Toutes les annonces sont en ligne, sauf indication contraire.


Récits de Beyrouth Solidifions notre conscience collective — Sélections de magazines d'arts

sélections-arts-beirut-narratives-production-1170x600.jpeg
Réponse artistique à l'explosion du port de Beyrouth du 4 août 2020

Céline et Tatiana Stephan, cofondatrices d'Architecture | Mécanismes | Projets | Liban, ont lancé un projet ambitieux qui réagit à la terrible explosion du port de Beyrouth l'année dernière. Pour les sœurs Stephan, les dégâts humains et matériels qui en ont résulté symbolisent l'état politique et économique lamentable de leur Liban natal.

Vingt jours seulement après l'explosion du 4 août 2020, ils ont commencé à rassembler des photographies, des dessins d'enfants et des témoignages écrits en anglais, en arabe et en français par de simples témoins civils. Ils ont ensuite imprimé les mots sur des toiles et ont commencé à les draper sur des bâtiments proches du lieu de la catastrophe, comme le commissariat de Karantina, l'immeuble Elie Khoury et la tour Mar à Mar Elias. Il est intéressant de noter que ces « tapisseries » sont cousues ensemble avec du fil de pêche en plastique, le même matériau que celui utilisé par les professionnels de la santé pour lier les blessures des gens. Les premières expositions publiques ont été montées en mai dernier, et les Beyrouthins sont encouragés à ajouter de nouveaux éléments à cette entreprise en plein essor. Plus tard, les organisateurs espèrent que les œuvres d'art voyageront au-delà du Liban.


Les artistes arabes du Golfe sont prêts à vous montrer leur travail | Art & Object (artandobject.com)

Une nouvelle vitrine pour les artistes des pays du Golfe

Un bassin de créativité soutenu par le magazine Seka et le musée d'art Khaleeji.

Œuvre de l'artiste omanais Mujahid Al Malki (avec l'aimable autorisation du Khaleeji Art Museum).
Œuvre de l'artiste omanais Mujahid Al Malki (avec l'aimable autorisation du Khaleeji Art Museum).

Frustré par le fait que tous les noms, à l'exception des plus connus, n'apparaissent pas dans les galeries d'art établies du Golfe, le magazine Seka a commencé, il y a quatre ans, à partager numériquement les œuvres de talents créatifs jusqu'alors négligés. La publication et la plateforme artistique et culturelle Seka, dirigées par des jeunes, ont depuis organisé de nombreuses expositions par l'intermédiaire de leur musée numérique Khaleeji Art Museum.

La cofondatrice et « conteuse en chef » de Seka, Manar Al Hinai, s'attache tout particulièrement à aborder des sujets à caractère social et à promouvoir le travail des femmes. Elle a attiré dans son écurie des artistes comme la défunte peintre Zakia Al Dubaikhi (Arabie saoudite), Fatema Al Zari (Bahreïn), l'artiste et animatrice de pixels Dana Al Rashid (Koweït) et Huda Jamal (Bahreïn). Sont également inclus le photographe Mahmood Al Zadjali (Oman), l'artiste numérique Mujahid Al Malki (Oman) et le graphiste Khalid Al Refaie (Koweït). Les expositions précédentes ont abordé des sujets tels que le harcèlement sexuel et les réactions à la crise de Covid. Plus récemment, Seka a présenté « Summer in the Gulf » à Dubai Festival City. Elle met en vedette six artistes du Golfe et est réputée pour être « la plus grande projection permanente en plein air du monde ».


Rencontrez les femmes arabes déterminées qui célèbrent la positivité corporelle (vogue.me)

L'inspiration des femmes arabes qui survivent aux traumatismes

Dareen Barbar
Dareen Barbar

Vogue Arabia a récemment publié un reportage émouvant sur trois femmes originaires de pays arabes qui ont toutes perdu une jambe et ont pourtant triomphé de l'adversité. La façon dont Rania Hammad (Égypte), Alaïa Zainab Al Eqabi (Irak) et Dareen Barbar (Liban) racontent leur histoire devrait tous nous inspirer.

Dareen, par exemple, a subi un cancer à l'âge de 15 ans, mais a récemment remporté le record du monde Guinness de la plus longue position assise statique sur un mur pour une femme amputée. Rania a survécu de justesse à un accident de train à Londres alors qu'elle était enceinte ; elle s'est servie de cette expérience éprouvante pour lancer une carrière dans la mode sur Instagram. Quant à Zainab, pharmacienne de formation, elle a subi l'explosion d'une bombe, mais est aujourd'hui une présentatrice de télévision qui participe à des triathlons et fait de la plongée sous-marine. Elle fait également la promotion des prothèses et défend les femmes qui ont subi des blessures physiques et les préjugés d'une société indifférente. Le reportage montre les trois femmes portant des vêtements élégants tout en montrant fièrement leurs fausses jambes. À toutes les femmes qui manquent de confiance en elles, Zainab dit : « Vous êtes importantes. Aimez-vous pour ce que vous êtes et ne changez jamais que pour vous. Soyez courageuses et fortes... parce que tout le monde se bat à sa façon ».

Dans la même veine, le numéro actuel de Vogue Arabia présente deux essais saisissants sous la rubrique « Un an après l'explosion de Beyrouth ».

Dans le premier, le photographe libanais Tarek Moukkadem "raconte les histoires des survivants à travers leurs cicatrices". Dans le second, des designers et des stars libanaises décrivent la résilience après l'explosion de 2020.


L'Est et l'Ouest ne se rencontreront jamais ? C'est faux. Il suffit de regarder les cathédrales gothiques.

Diana Darke, autrice d'un livre primé, Voler les Sarrasins : How Islamic Architecture Shaped Europe, présente sa thèse dans cette vidéo accessible et attrayante :

Elle soutient que les croisés, les pèlerins, les évêques et les marchands médiévaux sont revenus de Damas, de Jérusalem, de Bagdad et du Caire, ainsi que de l'Espagne, de la Sicile et de Venise musulmanes, avec des idées architecturales et artistiques révolutionnaires. Il s'agit notamment d'arcs brisés, d'arcades gracieuses, de voûtes à nervures, de vitraux et même d'héraldique. Le génie géométrique maçonnique musulman a ainsi trouvé de nouveaux foyers dans des splendeurs gothiques telles que Canterbury, Chartres et Kings College, Cambridge. Sa présentation est l'une des nombreuses activités organisées par le Centre Emir Stein, dont l'objectif est de « promouvoir l'empathie et la compréhension par le biais de l'éducation culturelle et religieuse », notamment pour lutter contre l'ignorance de l'islam et des musulmans.


echoes_from_lebanon_a_collective_virtual_art_exhibition.png

9 août - 30 décembre - Echos du Liban: Une exposition virtuelle collective

Trouver la beauté dans le courage des Libanais qui se battent contre l'adversité...

Des dizaines d'artistes participent à une ambitieuse exposition en ligne qui aborde les multiples malheurs du Liban : corruption, effondrement économique, effondrement politique et séquelles de l'explosion du port de Beyrouth en août 2020. Mais au lieu d'imiter la morosité, ils cherchent « à sublimer la souffrance en faisant quelque chose de beau de chaque situation », écrit la plateforme Lebtivity.

Soutenue par la I Have Learned Academy et la Konrad-Adenauer-Stiftung, bureau du Liban, l'exposition est accessible via un site web entièrement interactif ici où les visiteurs peuvent se renseigner sur chaque artiste et chaque œuvre d'art. Ils peuvent également visionner plus de deux heures de vidéos, se plonger dans des voûtes latérales décrivant le point zéro après l'explosion du mois d'août, ou explorer des thèmes tels que Thawra (Révolution) : le cri libanais, et les luttes du Liban.

Parmi les œuvres, citons l'illustration numérique post-explosion 2020 de Sasha Haddad, qui interpose du verre brisé avec des colombes et le mot « Beyrouth » en arabe. D'autres sont antérieures à la calamité de l'année dernière, montrant que la tragédie du Liban a malheureusement un plus long pedigree. C'est le cas du graffiti satirique d'un homme moustachu en actions, réalisé par Said F Mahmoud et Karim Tamerji en 2014, qui fait écho à une précédente crise de gouvernance, intitulé « Change What The Elders Couldn't ».


Du 21 juillet au 10 octobre Jarda au People's History Museum à Manchester

21-Juillet---10-Oct-2021-Jarda-جاردا-exhibition-at-Peoples-History-Museum.-Image-courtesy-of-Arab-Britain-©-Jessica-El-Mal.jpg

 

La nature et le changement climatique à travers les yeux des Arabes à Manchester

Alors que les inondations et les incendies balaient le monde cet été, peu de régions connaissent mieux que le Moyen-Orient les périls du changement climatique. Le People's History Museum's accueille donc une installation collective, Jarda, « une promenade immersive dans la nature à travers des yeux arabes ». Jarda est un terme arabe maghrébin désignant un jardin. Jessica El-Mal, créatrice anglo-marocaine, en est la commissaire et l'artiste principale. Les autres artistes sont Maryam Alsaeid, Hibah Ali, Sanaa Sedaki, Hana Masaarane, Reem Alazemi et Soraya Agaoglu. L'exposition fait partie du programme Arab Britain de l'Arab British Centre, qui explore l'histoire, les réalisations et les expériences des Arabes au Royaume-Uni, hier et aujourd'hui. Jarda propose également un pack numérique gratuit d'activités créatives que les gens peuvent réaliser chez eux à partir des thèmes de l'exposition.

« Après l'année que nous venons de vivre, ce projet et cette exposition sont la légèreté dont nous avons tous besoin », commente Jessica. Une autre installation de Jarda se trouve à une demi-heure de route, le long de la Mersey, et est encore visible jusqu'au 15 août dans le cadre du Liverpool Arab Arts Festival. Intitulée « Grounds for Concern », elle consiste en deux collages géants critiquant les frontières artificielles, et plus particulièrement le régime de contrôle frontalier auquel sont soumis les migrants maghrébins qui tentent d'atterrir à Gibraltar. L'œuvre est projetée sur le mur extérieur de la Galerie Open Eye à Mann Island Atrium, Liverpool Waterfront.


19-29 août – Résistance, rébellion et révolution, à Hoxton 253, Londres

affiche de résistance et de rébellion de hasan alasator dhaimish.jpg

 

Célébration de la vie du défunt artiste et satiriste libyen, Hasan « Alsatoor » Dhaimish

Résistance, rébellion et révolution - HOXTON 253

À l'occasion du dixième anniversaire du soulèvement qui a renversé le dictateur libyen Muammar Ghadaffi, la galerie Hoxton 253 inaugure le 28 août une exposition de deux semaines consacrée à Hasan Dhaimish (1955-2016). L'artiste satirique connu sous le nom de caricaturiste Alsatoor était célèbre — et dans certains milieux honni — pour ses images humoristiques, mais souvent brutalement acérées et prémonitoires. Ce n'est pas pour rien qu'on le surnommait Alsatoor — le couperet.

Pourtant, Dhaimish avait une autre facette.

Depuis qu'il a fui la Libye en 1974, pour s'installer dans le Lancashire, au Royaume-Uni, il a commencé à créer des œuvres plus douces et plus affectueuses, inspirées par son amour du jazz et du blues. L'internet a également donné un second souffle à son travail politique, qui a sans doute influencé les forces sur le terrain dans sa ville natale de Benghazi ; bien qu'il ait dû regretter la guerre civile qui a suivi le soulèvement de 2011. L'exposition de l'est de Londres coïncide avec la publication d'un livre en édition limitée par son fils, Sherif Dhaimish. Hasan 'Alsatoor' Dhaimish - Un artiste libyen en exil. (Pendle Press, 2021).


Festival des arts arabes de liverpool espaces bleus heya..jpg

 

26 août 20:00-22:00 (CEST) هيHeya : Première de Blue Spaces et discussion avec l'artiste Festival des arts arabes de Liverpool

هيHeyaisun projet de musique expérimentale, qui vise à agir comme un pont pour les femmes faisant de la musique au Moyen-Orient. Pour le Festival des arts arabes de Liverpool 2021, les membresNourSokhon, Yara Mekawei, Zeynep Ayşe HatipoğluandJillieneSellnernous apportent...Espaces bleus - un film qui soulève des questions sur les classes, le genre et le colonialisme et leur lien avec la crise climatique.

Composé de voix, de violoncelle, d'interventions sonores, d'enregistrements de terrain et de séquences vidéo du Caire, de Beyrouth, d'Istanbul et d'Hastings,Espaces bleusest un paysage sonore stéréo à l'atmosphère éthérée et fluide, qui contraste fortement avec les réalités de classe, de genre et les traumatismes politiques et climatiques du Moyen-Orient.

La crise climatique à laquelle le monde est confronté aujourd'hui est en grande partie due à l'industrie et au consumérisme enracinés dans le monde occidental, mais le manque de responsabilité face à ces réalités perdure. L'impact de cette activité au Moyen-Orient repose principalement sur les épaules des femmes et de la classe ouvrière - des thèmes qui se reflètent dans le travail sonore et visuel deBlueSpaces.


Septembre

2 Sept, 20:00 — Ahmad Fakroun, chanteur libyen chevronné, pionnier de la musique arabe moderne au Jazz Café, Camden, Londres.

Ahmed Fakroun (né en 1953) est un chanteur et auteur-compositeur originaire de Benghazi, en Libye, et un pionnier de la musique arabe moderne du monde. Il semblait prêt à s'imposer dans les cercles de la musique mondiale au milieu des années 1980, lorsque son album Mots D'Amour, combinant mélodies arabes traditionnelles et musique électronique, est sorti sur le label Celluloid en France. Mais des années de sanctions internationales ont entravé la liberté de mouvement des citoyens libyens et il a passé de longues périodes à l'étranger dans les années 70 et 80. Au cours des dix dernières années, il s'est fait connaître sur la scène des clubs lorsque certaines de ses premières chansons ont été redécouvertes, rééditées et rééditées anonymement par des DJ et des propriétaires de labels.

John Storm Roberts d'Original Music a écrit que parmi les chanteurs raïs, Ahmed Fakroun, orienté pop, se distingue à deux titres. Premièrement, il est influencé par l'europopet l'artrock français, et pas seulement par le rock généralisé des autres. Ensuite, c'est un multi-instrumentiste dans les deux traditions ainsi qu'un chanteur. Il joue du bouzouki-likesaz, du mandol et du darboukadrum, ainsi que de la guitare, de la guitare basse et des claviers. Parfois, il semble trop orienté vers le crossover : mais sur la forme, son crossover s'approfondit en un biculturalisme révélateur. Réservez vos places au Jazz Café de Londres : AHMED FAKROUN Billets | £14.85 | 2 Sep.


10 sept 2021, 17h30 (CET) Une soirée hommage au Liban Institut du Monde Arabe, Paris

concert hommage au liban, 10 septembre 2021 à l'IMA.jpg

 

Le Liban traverse l'une des pires crises économiques, sociales et politiques de son histoire. L'explosion du port de Beyrouth, le 4 août 2020, a mis le pays à genoux. Réputé dans toute la région pour sa vie culturelle florissante, ses concerts, ses festivals, ses théâtres, son cinéma et ses artistes, le Liban voit son rôle de phare culturel menacé comme jamais, malgré le courage remarquable de ses forces vives.

Créé en 1956, le Festival de Baalbek réunit depuis plus de soixante ans des artistes du monde entier au cœur d'un site archéologique exceptionnel. Parmi ceux qui ont foulé le sol de la Cité romaine du Soleil, on compte : Matthieu Chedid et toute la famille Chedid, Jean-Michel Jarre, Ibrahim Maalouf, Carolyn Carlson, Ella Fitzgerald, Miles Davis, Oum Kalthoum, Fairuz, Deep Purple, l'Orchestre Philharmonique de New York, le ballet de Maurice Béjart, Rudolf Noureev, la Comédie française.......

La dernière édition du festival, « The Sound of Resilience », n'a pas accueilli les gens en personne en raison de la crise sanitaire. Aujourd'hui, il y a une volonté de faire vivre le festival. Le 10 septembre 2021, un concert exceptionnel réunira les amoureux du Liban à l'Institut du Monde Arabe, 1 Rue des Fossés Saint-Bernard, 75005 Paris, pour ressusciter le Festival. Sous la direction du pianiste Simon Ghraichy, les artistes Anna Chedid, Bahia El Bacha, Camille El Bacha, Rana Gorgani et Jacopo Baboni-Schilingi offriront un événement musical hors du commun.

Sous le haut patronage de François Hollande et à l'initiative Li Beirut de l'UNESCO, avec le soutien de l'Institut du Monde Arabe présidé par Jack Lang, ce concert permettra de récolter des fonds qui assureront, malgré la crise économique, la tenue du Festival de Baalbek. Ce sera l'occasion d'offrir aux Libanais un moment d'évasion et de partager un idéal d'harmonie, de liberté et d'espoir.

Ce spectacle unique sera accompagné d'une visite de l'exposition de l'Institut du monde arabe « Divas : de Oum Kalthoum à Dalida » qui vous fera découvrir les voix d'or de la chanson arabe.

RSVP ici


Jusqu'au 19 septembre - Le Drawing Center : Huguette Caland : Tête-à-Tête

huguette-caland-copyright-photo-sandy-lajer.jpeg

 

Présentée jusqu'au 19 septembre 2021, Tête-à-Têtes retraceles cinq décennies de carrière de l'artiste libanaise Huguette Caland et présente plus de 100 œuvres sur papier et sur toile, ainsi que des caftans, des sculptures et des carnets sur et dans lesquels elle a manié sa plume. Célébrant la perspective non conventionnelle et exubérante de Caland sur la vie et l'art, l'exposition examine comment elle a utilisé le dessin tout au long de sa carrière pour défier les représentations traditionnelles de la sexualité, du corps et du désir.

À l'âge de trente-trois ans, Caland déclare son intention de devenir une artiste et s'inscrit à des cours d'art à l'Université américaine de Beyrouth, où elle crée certaines de ses premières compositions...

« Il y a beaucoup à dire sur Huguette Caland, à l'occasion de "Huguette Caland : Tête-à-Tête" à l'occasion de l'exposition » au Drawing Center, une belle (mais trop petite) enquête sur sa carrière, organisée par Claire Gilman et Isabella Kapur.

Vue de l'installation de « Huguette Caland : Tête-à-Tête » au Drawing Center (photo de Ben Davis).
Vue de l'installation de « Huguette Caland : Tête-à-Tête » au Drawing Center (photo de Ben Davis).

« Caland est une figure de plus en plus importante dans l'histoire de l'art récent, son ascension coïncidant à la fois avec un regain d'intérêt pour les femmes artistes négligées et l'instabilité politique croissante dans son pays natal, le Liban, qui a mis un coup de projecteur sur son histoire et sa culture. »

Lisez un compte rendu complet de la vie et de l'œuvre d'Huguette Caland par Ben Davis dans Artnet News.


 

Jusqu'au 12 septembre 2021 - Exposition EPIC IRAN au Victoria & Albert Museum

L'exposition Epic Iran explore 5 000 ans d'art, de design et de culture perse à travers la sculpture, la céramique et les tapis, les textiles, la photographie et le cinéma. Les objets historiques et les œuvres d'art reflètent la culture historique dynamique de l'Iran, ses splendeurs architecturales, l'abondance des mythes, de la poésie et des traditions, ainsi que l'art et la culture d'aujourd'hui, qui évoluent et se renouvellent. Du cylindre de Cyrus aux manuscrits enluminés du Shahnameh, en passant par des peintures de dix mètres de long représentant des tuiles d'Ispahan, l'installation vidéo à deux écrans Turbulent de Shirin Neshat et la photographie saisissante d'une jeune femme mâchant un chewing-gum de Shirin Aliabadi, l'exposition présente un récit global de l'Iran depuis 3000 ans avant Jésus-Christ.

Il couvre : la terre d'Iran; l'émergence de l'Iran à partir de3200 av. J.-C., date à laquelle l'écriture est apparue pour la première fois ; l'Empire perse etla période achéménide ; le dernier des anciens empires et Alexandre le Grand ; le Livre des Rois, sur le Shahnameh; le changement de foi, après la conquête arabe au milieu du VIIe siècle av ; L'excellence littéraire sur lapoésie, le mécénat et l'art ; L'ancien et le nouveau de la dynastie Qajar ; et, enfin, L'Iran moderne et contemporain, qui retrace les modernismes du milieu du siècle à nos jours, avec notamment Farhad Moshiri et Shadi Ghadirian.

Epic Iran a été organisé par le V&A avec l'Iran Heritage Foundation, en association avec la collection Sarikhani.

RSVP ici.


Jusqu'au 26 septembre - Divas : D'Oum Kalthoum à Dalida à l'Institut du Monde Arabe, Paris

Présentant une sélection éclectique de musique arrangée en séquences d'analogies sonores imprévues, ce mix collectif a été réalisé par Basma, qui est d'origine soudanaise nubienne et est basée à Londres. Elle anime l'émission Khartoum Arrivals sur NTS Radio où elle aime puiser dans les souvenirs liés aux vieilles chansons d'amour soudanaises.

 

 

Écoutez gratuitement les mixtapes de MARSM sur SoundCloud.

 

Pendant des décennies, sa voix a été la bande-son de millions de vies au Moyen-Orient. L'Institut du Monde Arabe célèbre aujourd'hui l'héritage scénique et cinématographique d'Umm Kulthum et d'autres chanteuses arabes avec une exposition intitulée à juste titre Divas : D'Oum Kalthoum à Dalida.

Inaugurée le 19 mai et se poursuivant jusqu'au 26 septembre, Divas propose déjà plusieurs amuses bouches alléchants sous la forme de courtes vidéos sur YouTube, aux titres alléchants (en traduction anglaise) tels que Militant Divas et Pioneers of Arab Feminism. Le site web regorge également d'affiches de films évocatrices, qui remontent à 1927 avec Behidja Hafez dans Laila bint al-sahara [Laila, la fille du désert].

Ces divas n'étaient pas des violettes rétrécies ou des objets sexuels sans défense : Hafez, par exemple, était le personnage central, le réalisateur et le coproducteur de Laila. Tahiyya Carioca, l'artiste parfois osée des films des années 30, était aussi, apprend-on, une ardente communiste qui a passé trois mois en prison après la prise de pouvoir de Gamel Abdul Nasser. Dalida, ancienne Miss Égypte dans ses bikinis en peau de léopard, a par la suite souligné les inégalités sociales dans ses nombreux films, tandis que Hoda Chaaraoui a fondé en 1908 un salon qui défendait la libre pensée et l'émancipation féminine.

Pour sa part, Samia Gamal a créé une nouvelle forme de danse mêlant les styles arabe, classique occidental et latino-américain, et est apparue dans une cinquantaine de films dans les années 1940 et 1950. Asmahan, fille d'une princesse druze, possédait non seulement une voix inégalée mais a également risqué sa vie en espionnant pour les Alliés pendant la Seconde Guerre mondiale. Warda a commencé à chanter dans des cabarets à Paris, mais elle a rapidement ému des millions de personnes avec des paeons à la révolution algérienne et a fait don des recettes de ses concerts à la milice anticolonialiste FLN.

Défiant également les normes conservatrices, Layla Mourad — née Lillian Zaki Mourad Mordechai dans une famille juive — a fait ses débuts à 15 ans dans le film Al-Dahaaya (Les victimes), sorti en 1932. Elle a charmé toute une génération de cinéphiles par son chant et son jeu comique, et a même détrôné Oum Kulthum comme « voix de la révolution » en 1953... jusqu'à ce que des rivaux jaloux la traitent d'espionne israélienne.

Bien que de hauts responsables militaires égyptiens aient démenti les rumeurs, elle n'a jamais atteint les sommets de la contralto Umm Kulthum. La « voix de l'Égypte » a transformé le paysage sonore de la musique arabe populaire avec des prestations qui duraient souvent plus d'une heure par chanson. En 1975, ses funérailles ont rassemblé quelque quatre millions de personnes dans les rues du Caire. Ne voulant pas la laisser partir, les Égyptiens se pressent encore aujourd'hui aux concerts où elle « apparaît » sous forme d'hologramme.

Divas charmera les spectateurs par son évocation d'un âge d'or de la culture arabe moderne. Mais l'exposition ne se résume pas à une complaisance nostalgique. Elle rappelle plutôt qu'il y a un siècle déjà, des femmes arabes puissantes ont offert un sens de l'individualisme et une vision d'espoir à une région troublée.


Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.

Devenir membre