Pourquoi "Wasta" quand le népotisme et la corruption sont tout aussi répandus en Occident ?

15 Juin, 2021 -
Photo du quartier des diplomates, au nord de Ramallah, par Bassam Almohor.

Photo du quartier des diplomates, au nord de Ramallah, par Bassam Almohor.

La culture arabe tribale n'a pas inventé le népotisme et la corruption, mais elle a développé un système complexe de wasta. Comme l'écrit Aseel Zimmo dans l'Arab Law Quarterly, dans un article intitulé "Wasta in Jordan : A Distinct Feature of (and Benefit for) Middle Eastern Society" :

Wasta désigne à la fois l'intermédiaire-intervenant personnel et bien relié et le processus d'inter-médiation-intervention...Wasta signifie littéralement le milieu et est associé au verbe yatawassat, orienter les parties vers un point médian ou un compromis. Wasta désigne à la fois l'acte et la personne qui fait la médiation ou l'intercession. La wasta est une composante institutionnelle de la société jordanienne depuis sa création. Ses origines tribales sont centrées sur un rôle d'intermédiaire associé à la prévention des représailles dans les conflits interpersonnels ou intergroupes.

Cependant, si le wasta a pu à l'origine concerner la médiation et la résolution des conflits, il s'est transformé en une hydre maligne dans de nombreux pays du monde entier — quoi pas de wasta? pas de relations ? Alors vous n'avez pas l'influence nécessaire pour obtenir ce que vous voulez.

La wasta via ses anciens seigneurs a certainement coûté cher au Liban, comme l'observe le romancier Samir El-Youssef dans La Wasta du Liban a contribué à l'effondrement du pays, où il évoque les défis de l'adolescence et une expérience plus récente dans laquelle la wasta était une nécessité (voir aussi Les Libanais s'opposent à la corruption par le jeu « Wasta » de Victoria Schneider). Après avoir survécu à une prison égyptienne et obtenu l'asile aux États-Unis, l'écrivain Ahmed Naji se penche sur le wasta et la file d'attente dans J'aime Wasta, je déteste faire la queue en Égypte, mais je suis pauvre (traduction de Rana Asfour). Et l'historien du Moyen-Orient Lawrence Joffe examine comment les familles Al-Assad et Makhlouf sont passées maîtres dans l'art du contrôle et de la corruption dans un pays décimé par une décennie de guerre, dans L'élite dirigeante de la Syrie — Un cours magistral de Wasta.

Afin de ne pas nous faire croire que la corruption au niveau de la wasta est une exclusivité du monde arabe, Mischa Geracoulis, rédacteur en chef adjoint, découvre le film Push et explore l'incroyable cupidité et l'iniquité du marché immobilier spéculatif, en particulier aux États-Unis et au Royaume-Uni, dans Wasta dopée : La finance spéculative et le marché du logement. Elle établit que les « immeubles sombres » et l'évasion fiscale sont des phénomènes universels qui exacerbent le phénomène des sans-abri, privant des millions de personnes de ce que la Déclaration universelle des droits de l'homme considère comme un droit humain : avoir un toit.

Deux contributions critiquent les résultats de la wasta en Palestine, lorsque l'auteur et avocat Raja Shehadeh raconte la légende d'un quartier chic de Ramallah, conçu pour les héros de l'AP, dans Le quartier des diplomates : Wasta de l'autorité palestinienne. Et Fadi Kattan, chef cuisinier de Bethléem, se souvient du désastre de la wasta qui a précédé le réveillon de Noël au restaurant Fawda, dans Wasta Tawla, ou comment les Wastafariens se sont débrouillés à Fawda.

Notre correspondante à Tunis, Emna Mizouni, fait le point sur la crise de la vaccination exacerbée par la wasta, dans En Tunisie, la Wasta tue quand il s'agit de Covid-19.

Le TMR 10 s'achève avec deux récits bien ficelés : le romancier et cinéaste Tariq Mehmood tisse une histoire de wasta, de femmes et d'alcool à Rawalpindi, dans Les bureaucrates pakistanais et les débits de boissons, tandis que C.S. Layla, fille américaine d'un professeur jordanien, se souvient de la vie et de la wasta au pays, dans Vitamine W : La puissance de Wasta².

Nous vous invitons à lire, commenter et partager ces contributions, dans le but de mieux comprendre le népotisme et la corruption qui gangrènent les sociétés de l'Est et de l'Ouest.

-Jordan Elgrably, éditeur

Jordan Elgrably est un écrivain franco-américain d'origine marocaine dont les œuvres ont été largement publiées aux États-Unis et en Europe. Il est l'ancien cofondateur et directeur du Levantine Cultural Center/The Markaz (2001-2020) à Los Angeles. Il a fondé The Markaz Review en 2020, qu'il édite depuis Montpellier. Suivez Jordan sur Twitter @JordanElgrably.

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.