Les Tunisiens sur le divan dans "Arab Blues"

15 Juillet, 2022 -
Arab Blues ou Un divan à Tunis avec Golshifteh Farahani est disponible en VOD.

 

Arab Blues(Un divan à Tunis) 2019
comédie, drame, français et arabe, avec sous-titres anglais
Réalisé par Manele Labidi
Durée : 1 heure 28 minutes

 

Mischa Geracoulis

 

Dans le Blues arabe, près de dix ans se sont écoulés depuis l'auto-immolation de Mohamed Bouazizi, qui a alimenté la Révolution de jasmin en Tunisie et déposé le dictateur Ben Ali. Alors que la vie dans la Tunisie démocratique naissante est encore fragile, Selma, une citoyenne française née en Tunisie, retourne enfin à Tunis. Soupçonnant son retour en solitaire à Tunis, son oncle, sa tante et ses cousins se demandent si Selma est droguée, en fuite, un agent du Mossad ou peut-être enceinte. Et, pourquoi, ils l'interrogent, n'est-elle pas encore mariée ? Pourquoi s'habille-t-elle "comme un mec", a des piercings, des tatouages et des cheveux indisciplinés ? 

Les scènes de la ville montrent la foule, la confusion, les bâtiments graffités de slogans révolutionnaires et l'omniprésence de Tunisie libre. La famille de Selma n'arrive pas à comprendre qu'elle quitte Paris pour Tunis, l'endroit même qu'elle voulait quitter. Avec son allure d'intellectuelle parisienne, Golshifteh Farahani incarne une Selma sérieuse et sûre d'elle qui, au grand dam de sa famille, souhaite ouvrir un cabinet de psychanalyse à Tunis. Contre les objections de sa famille, elle s'installe dans leur complexe d'appartements et s'installe dans l'appartement sur le toit. 

 

 

Selma insiste sur le fait que les gens de Tunis ont besoin de parler. "Nous avons Dieu... nous n'avons pas besoin de ces conneries", s'insurge son oncle. À Paris, rationalise Selma, il y avait deux autres psychanalystes dans son immeuble, et dix autres dans le même pâté de maisons. C'est donc à Tunis qu'elle peut rendre le plus de services. Mais il y a des obstacles, notamment la nécessité d'obtenir une licence médicale et un permis d'exploitation pour son nouveau cabinet. Le parcours, le plus souvent inefficace, de Selma dans la bureaucratie du ministère de la Santé est à la fois frustrant et drôle. Lorsqu'elle demande à une secrétaire si sa demande est en règle, la réponse est un regard vers le ciel, ponctué de "inshallah". 

Pendant ce temps, Selma se rend au salon de coiffure pour proposer une psychanalyse aux femmes qui s'y trouvent. Alors qu'elle décrit un voyage vers soi, à travers une porte intérieure qui ouvre sur le bonheur et la paix, elle est accueillie par des sarcasmes et des regards vides. Mais lorsqu'elle ajoute qu'elle peut être flexible en matière de paiement, tout le monde veut soudain sa carte de visite. Malgré le dédain et la méfiance du début, les patients font la queue pour la voir, et le cabinet décolle. Dans la salle de traitement de Selma, on peut voir toute une série de diplômes et une photo de Freud dans un fez que peu de gens reconnaissent. Elle impose des règles de conduite et des limites strictes, et insiste sur l'usage du vous formel , ce qui lui vaut une réputation de "snob post-colonial". Et pourtant, les patients reviennent toujours. 

Lorsque la police apprend que Selma exerce sans licence, ce qui la conduit presque en prison si son oncle ne paie pas la caution, celui-ci lui ordonne de rentrer à Paris ! Des appels quotidiens de son père à Paris la supplient de rentrer à la maison. Au lieu de cela, Selma plaide une nouvelle fois sa cause auprès du secrétaire du ministère de la Santé, qui, impassible, implore carrément la protection de Dieu pour Selma.

 

 

Les Tunisiens du film sont en proie à la désillusion post-révolutionnaire, au chômage et aux difficultés socio-économiques, à la solitude, aux addictions, au SSPT et à la paranoïa, à la discorde interpersonnelle et à l'angoisse intérieure. Leurs drames et leurs traumatismes sont révélés par des rebondissements bizarres et inattendus, comme lorsqu'un patient masculin baisse son pantalon. Comprenant mal les services de Selma, il se défend en disant qu'il avait entendu parler de "la Française au canapé". À ce stade, le titre anglais du film, Arab Blues, est loin d'être aussi approprié que la traduction littérale du français - "un sofa à Tunis". Un patient pense que la position horizontale offerte par le canapé favorise le désir d'ouverture de la psyché. Et un autre patient se console en confiant ses rêves sexuels sur des dictateurs : Al-Assad, Mohammed VI, Saddam Hussein, et le nom qui est maintenant sur toutes les lèvres, Poutine. Mais, dit-il, "si je rêve de ce salaud de Bush, je me jette par la fenêtre !".  

Alors que les personnages du film se plaignent de se sentir coincés, effrayés ou de vouloir quitter la Tunisie, Selma s'accroche et veut rester. Un cousin fait allusion à l'exil du père de Selma en Tunisie et au chagrin d'amour de sa mère, et lorsque la stoïque Selma finit par avoir une crise émotionnelle, il est plausible que les sanglots de Golshifteh Farahani à l'écran proviennent d'un chagrin personnel lié à son bannissement d'Iran. En 2012, Farahani est apparue dans un court métrage français dans lequel chaque acteur impliqué fait une déclaration(corps et âmes) sur son art en retirant un vêtement de son choix. Pour sa part, Farahani exhibe discrètement un sein. Depuis lors, les menaces de mort proférées par la République islamique ont rendu impossible un retour en toute sécurité en Iran. 

Pour Farahani, la France est désormais son pays. D'après un article de Fiachra Gibbons paru dans The Guardian en 2012, l'actrice aurait déclaré : "Pour la première fois de ma vie, j'ai apprécié d'être une femme. Paris est une ville qui vous libère en tant que femme de tous vos péchés dont vous pensez être coupable, elle lave tout cela, et vous êtes libre." La Selma de Farahani transmet ce sentiment de libération personnelle ; elle ne s'assume pas et n'est redevable à personne, ce que les autres personnages féminins du film lui envient. 

Tout comme la prochaine phase de la Tunisie est incertaine, le résultat du film l'est aussi. Si Arab Blues ne prétend pas répondre aux questions que suscite nécessairement un pays encore en transition, il ne les élude pas non plus. L'intrigue multiculturelle à plusieurs niveaux est réfléchie et captivante, et la bande-son, qui comprend de la musique italienne des années 1960, ajoute une touche parfaite à l'ambiance pas tout à fait tunisienne, pas tout à fait française, mais résolument méditerranéenne.

 

Mischa Geracoulis, collaboratrice de TMR, est écrivaine et éducatrice spécialisée dans l'éducation aux médias, l'anglais pour les locuteurs d'autres langues et les personnes ayant des difficultés d'apprentissage. Ses écrits, son enseignement et son approche de la vie s'inspirent de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Parmi ses sujets de recherche figurent le génocide arménien et la diaspora, la justice réparatrice, l'éducation équitable et le bien-être des enfants, ainsi que la condition humaine dans ses multiples facettes. Ses travaux ont été publiés dans Middle East Eye, The Guardian, Truthout, LA Review of Books, Colorlines, Gomidas Institute, National Catholic Reporter et openDemocracy, entre autres. Suivez-la sur Twitter @MGeracoulis.

angoisseCulture arabeFreudpsychanalyseTunisie

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.