Le serment de Cyriaque: Récupération ou pirouette ?

19 février, 2024 -
Le film d'Olivier Bourgeois Le serment de Cyriaque (2021), est un docudrame qui raconte l'histoire passionnante d'un petit groupe d'archéologues, de conservateurs de musée, de fonctionnaires et de bénévoles qui ont entrepris la tâche monumentale de préserver la collection d'Alep pour les générations futures.

 

Arie Amaya-Akkermans

 

Il est difficile de surestimer l'importance de la Syrie pour l'archéologie. Le pays se trouve au cœur du Croissant fertile, qui s'étend de l'Égypte à l'Irak, l'une des régions où les archéologues pensent encore que l'homme moderne s'est installé pour la première fois dans des villes, a développé l'agriculture et a domestiqué des animaux à la fin du Néolithique. Les Européens ont commencé à faire des fouilles dans le pays au milieu du XIXe siècle, lorsque Austen Henry Layard a mené quelques fouilles dans le Khabour inférieur, dans la région de la Jazira, entre l'Euphrate et le Tigre. Depuis, la richesse des découvertes archéologiques dans les plaines syriennes est apparemment infinie, avec plus de 150 fouilles couvrant toute la gamme des époques, du paléolithique au Moyen Âge islamique. En 1994, Harvey Weiss, archéologue à Yale écrivait que "le rythme de la recherche archéologique syrienne continue de s'accélérer chaque année". Il a présenté des rapports sur plus de 30 fouilles actives sur le terrain, mais il y a eu un pic autour de l'an 2000, à la suite des changements politiques dans la région.

Pourtant, jusqu'en 2011, d'importants sites étaient encore en cours de fouille, comme Tell Brak dans le Haut-Khabour (comme je l'ai déjà signalé pour le TMR), où les archéologues ont découvert des preuves de la première guerre civile de l'histoire, au 4e millénaire avant notre ère. Toutes les fouilles ont été suspendues après le début de la guerre civile. Le centre de fouilles de Tell Brak a été pillé et le site a changé de mains entre différentes factions. Sans surprise, la Syrie est au cœur d'un débat animé sur la destruction du patrimoine culturel depuis le début de la guerre, il y a plus de dix ans. Il ne s'agit pas seulement de la destruction largement médiatisée du temple de Bel et de l'amphithéâtre romain de Palmyre par ISIS en 2015, mais de deux effets interdépendants de l'escalade de la violence : La destruction urbaine massive causée par les combats entre les rebelles et les troupes du gouvernement Assad pour la domination territoriale, qui a entraîné des dommages sans précédent aux sites archéologiques et aux musées, pour lesquels chaque partie a blâmé l'autre, et le pillage continu des antiquités du pays.

La région d'Alep a été particulièrement touchée. La bataille d'Alep, l'une des plus longues et des plus meurtrières de l'histoire récente, a fait rage pendant cinq ans entre 2012 et 2016. Selon le World Monuments Fundle souk d'Alep datant du XVIIe siècle a été la proie des flammes, le minaret de la mosquée des Omeyyades datant du VIIIe siècle s'est effondré et l'entrée de la citadelle historique d'Alep, vieille de 4 000 ans, a été partiellement détruite par un tir de missile. Comme 28 autres musées et lieux de culte en Syrie, le musée national d'Alep, situé sur la ligne de feu entre les rebelles et les forces gouvernementales, a été touché par des obus de mortier qui ont endommagé le toit et compromis la structure du bâtiment en 2016. Cependant, un plan avait été mis en œuvre auparavant par la Direction générale des antiquités et des musées de Syrie (DGAM), afin de sauvegarder son contenu. En effet, la collection, qui s'étend de l'âge de pierre à la période islamique, contenait des pièces précieuses provenant de sites archéologiques syriens tels que Mari, Ugarit, Ebla ou la région de Jazira.

Le film d'Olivier Bourgeois Le serment de Cyriaque (2021), est un docudrame qui raconte l'histoire passionnante d'un petit groupe d'archéologues, de conservateurs de musée, de fonctionnaires et de bénévoles qui ont entrepris la tâche monumentale de préserver la collection d'Alep pour les générations futures : Dans un premier temps, l'exposition du musée a été vidée de ses dizaines de milliers d'objets qui ont été entreposés, mais comme la situation continuait à s'aggraver, il est devenu nécessaire de recouvrir les objets les plus volumineux de sacs de sable. Plus tard, des caisses de protection en bois ont été assemblées et remplies de sable, et même des doubles murs ont été construits à l'intérieur des entrepôts existants, pour cacher les boîtes scellées contenant les artefacts. Ces stratégies ont été déployées par les administrateurs de musées dans d'autres conflits, par exemple lorsque des antiquités ont été enterrées dans une fosse au Musée archéologique national d'Athènes en 1941, pour empêcher le pillage par les nazis, ou au Musée national de Beyrouth après le début de la guerre civile en 1975, lorsqu'une partie de la collection a été soit murée, soit enterrée dans des caisses en ciment.

Cela n'a pas suffi pour Alep. Les hostilités croissantes de la bataille et le manque d'entretien du bâtiment, qui a endommagé les espaces d'exposition, ont rendu le musée dangereux dans son ensemble. La décision a été prise de transférer les caisses contenant des milliers d'antiquités à Damas pour les mettre en sécurité. La deuxième partie du film raconte cette odyssée, au cours de laquelle le groupe, travaillant dans le plus grand secret, a élaboré un plan risqué pour transporter les trésors par voie terrestre, via l'autoroute M5, une autoroute de 450 km qui relie Damas au nord du pays, et dont certaines parties ont été contrôlées par différents groupes rebelles, car elle constituait une ligne d'approvisionnement vitale pour l'armée syrienne. En réalité, ce n'était pas la seule opération de sauvetage d'antiquités menée sous la surveillance des autorités syriennes, puisque quelque 300 000 pièces ont été acheminées vers des lieux secrets à Damas, en provenance de 34 musées, dont Palmyre et Deir Ezzor, alors partiellement sous le contrôle de l'État islamique.

Mais l'étrange format du docudrame, qui n'est pas sans rappeler la récente (et très critiquée) série de Netflix Alexandre : The Making of a Godqui mêle un drame théâtral à des preuves historiques et à l'avis d'experts, présente une vision trop étroite d'une histoire aux multiples facettes sous la forme d'un récit compact, ce qui jette des doutes sur le message qu'il véhicule. Allant encore plus loin que Netflix, dans Le serment de Cyriaquece sont les protagonistes réels de l'histoire qui jouent une version dramatisée des événements, mis en scène dans le musée même, agrémentés d'explosions fictives et de pannes de courant, tout en étant interviewés sur les circonstances de l'époque. L'histoire se termine bien, et le musée national d'Alep se retrouve à la fin de la guerre. le musée national d'Alep est rouvert aux visiteurs aux visiteurs en 2019, après six ans, en tant que lieu de réconciliation pour tous les Syriens, favorisant un sentiment d'appartenance historique et culturelle commune, signalant la fin du conflit.

Le fait est que le gouvernement Assad a peut-être survécu intact, mais le pays est toujours profondément divisé et sa reconstruction est un long chemin à parcourir.

Archéologues syriens dans Le serment du syriaque
"Maamoun, Desbina, Mohamad, Rahaf, Nawrouz, Nazir et les autres... Ces archéologues, conservateurs de musée et étudiants syriens ont refusé d'être contaminés par le chaos ambiant et ont agi pour protéger notre patrimoine commun. Ils ne se considèrent pas comme des héros, ils ont leurs faiblesses, leurs échecs, leurs blessures aussi, mais font preuve d'un courage sans faille et d'un dévouement inébranlable au patrimoine culturel. Leur combat résolument apolitique est un acte de résistance qui symbolise le refus de voir disparaître sous nos yeux ce qui lie les hommes entre eux depuis des millénaires". -Olivier Bourgeois

Les événements entourant la protection temporaire, le transport et la mise en sécurité des antiquités en Syrie au cours de cette période pourraient avoir été plus complexes que la saga du film ne le laisse supposer. Maamoun Abdulkarim, directeur général du département des antiquités jusqu'en 2017 (aujourd'hui professeur à l'université de Sharjah), et qui apparaît dans le film comme l'un des cerveaux de l'opération d'Alep, a déclaré aux médias en 2015 qu'environ 99 % des collections des musées syriens avaient été préservées. Mais plusieurs incidents signalés en 2013En 2013, des musées de la région nord-ouest ont été victimes de pillages de biens culturels de grande valeur, notamment à Raqqa, Hama, Alep et Marraat. Les entrepôts dans des sites archéologiques tels que Heraqla, Tell Sabi Abyad et Tell Brak ont été saccagés. Dans la région nord-est de Hasakah, qui abrite plus de 1 000 sites archéologiques, l'analyse d'images satellites a révélé que 340 d'entre eux présentaient des dommages visibles pouvant être attribués à une action militaire ou à des pillages.

Dans une interview accordée au The GuardianAbdulkarim a expliqué que le problème n'était pas seulement l'État islamique et sa destruction de monuments pour des raisons idéologiques, mais le pillage de pièces de monnaie, de bijoux et de vases que différents groupes militants ont pillé et vendu. Le trafic d'antiquités sous l'égide de l'État islamique a fait couler beaucoup d'encre. trafic d'antiquités sous l'État islamiquemais en fait, ils ont simplement repris et élargi les les réseaux existants de fossoyeurs locauxEn fait, ils ont simplement repris et élargi les réseaux existants de fossoyeurs locaux, permettant aux habitants de poursuivre leurs propres fouilles, en échange d'un pourcentage sur les bénéfices. La situation était si complexe qu'à un moment donné, trois organismes d'antiquités différents ont travaillé en parallèle, et souvent en concurrence, dans le même pays : La Direction générale des antiquités et des musées du gouvernement central, une division des antiquités créée par l'État islamique, chargée d'explorer les sites archéologiques et de commercialiser les antiquités, et enfin, un réseau informel de particuliers et d'ONG dans les territoires tenus par l'opposition. On pense que tous ces acteurs se sont livrés à des pillages.

Tout au long de son mandat, pendant ce qui est sans doute la période la plus difficile pour les antiquités syriennes dans l'histoire moderne du pays, Abdulkarim a insisté, lors de ses apparitions dans les médias, sur le fait qu'il n'était pas un homme politique et qu'il se concentrait strictement sur la protection du patrimoine archéologique. De même, le réalisateur Bourgeois a insisté sur la nature apolitique du projet lors de ses présentations publiques du film : "Le combat de ces archéologues, conservateurs ou directeurs de musée, étudiants et bénévoles est un combat résolument apolitique qui a valeur d'exemple pour tous en termes de moral et de symbolique. C'est la révolte de ceux qui refusent de voir disparaître sous leurs yeux les antiquités syriennes qui nous lient les uns aux autres depuis des millénaires." C'est une position intéressante à adopter dans une production soutenue par le ministère syrien de la culture, et qui raconte une histoire fantastique de courage, de résilience et de leadership, sans exposer le spectateur aux vicissitudes, aux ambiguïtés morales et aux contradictions d'un conflit qui, jusqu'à présent, n'a pas pris fin.

Cela ne veut pas dire que cette histoire ne vaut pas la peine d'être racontée, car le synopsis du film nous rappelle les circonstances exceptionnelles : "Pendant des années, ces femmes et ces hommes vont faire leurs adieux à leurs familles chaque matin avant de se rendre au musée sous une pluie d'obus, face à des tirs de snipers, dormant souvent à même le sol du musée pendant plusieurs jours pour tenter d'accomplir leur mission." Le problème est qu'il est pratiquement impossible de parler d'archéologie, de patrimoine et d'antiquités en Syrie sans évoquer les politiques du passé et du présent. Dans son livre, Negotiating for the Past : Archaeology, Nationalism, and Diplomacy in the Middle East, 1919-1941James F. Goode nous présente la Syrie comme la dernière "terra nullius" de l'archéologie coloniale occidentale, où les autorités du mandat français ont encouragé les expéditions européennes et américaines à travailler en Grande Syrie, leur permettant de rapatrier nombre de leurs découvertes, à une époque où la montée des mouvements nationalistes en Égypte, en Irak et en Turquie interdisait depuis longtemps l'exportation d'antiquités.

Récemment, l'archéologue américain Kyle Olson a publié sur X (anciennement connu sous le nom de Twitter), un fil de discussion détaillé sur le partage, la pratique coloniale consistant à diviser les collections entre les institutions qui parrainent des fouilles archéologiques à l'étranger et leurs pays d'accueil. En tant qu'expert de l'Iran, M. Olson s'est concentré sur les échanges entre l'Iran et les États-Unis, mais il a mis en lumière les incroyables voyages des artefacts et les très rares cas de retour. Dans le cas de la Syrie, le Mandat français (1920-1946), a pratiqué le partage de manière extensive et asymétrique, non seulement comme moyen d'amasser de grandes collections archéologiques, mais aussi comme outil de contrôle géographique, de profit individuel et de légitimation coloniale par l'allochronie, l'idée que les populations locales, ainsi que leurs antiquités, appartiennent à un autre temps, pas à celui de la modernité, et qu'elles nécessitent les soins d'une autorité étrangère. Le retour des antiquités en Syrie avant la guerre civile était pratiquement inconnu.

The collection of the National Museum of Aleppo, founded in 1931, though extensive, is nowhere near encyclopedic, and is vastly made from partage agreements and irregular local finds. Colonial archaeology, as the manipulation of history, would set a template that would soon find a place in the modern republic. The Syrian Social Nationalist Party founded in 1932 by Antun Sa’adeh, first took inspiration from ancient history as a model for relations between Syria and Europe, and the idea of “remembering your ancestors” has survived in one way or another in Syria, as a unifying discourse of the Ba’ath Party, ruling over a heterogeneous population. In the film, curator Ahmad Outhman (now coincidentally the director-general of the DGAM), tells us: “We are not defending the objects as materials, we are defending the spirit of the ancestors who made them, and all the history and art that they hold within.” Incomplete as the ancestors’ statues might be, they’re still a potent symbol of power for whoever protects them, or destroys them.

La destruction des antiquités en Syrie n'a en fait pas commencé avec la guerre civile. En 1925, lors de la Grande Révolte Syrienne, de nombreux objets ont été détruits au Palais 'Azm à Damas comme symbole des autorités françaises. De la même manière, la destruction de Palmyre par ISIS était, entre autres raisons, une attaque contre les symboles de l'État syrien qui avaient inscrit le site sur les billets de banque et les manuels scolaires. Lorsque Abdulkarim a qualifié les actes odieux de l'État islamique de barbaresCompte tenu de sa position apolitique, on peut se demander ce qu'il penserait du déplacement de millions de Syriens, des crimes de guerre russo-syriens pendant la guerre d'Alep, qui a duré un mois, et de l'attaque de l'État syrien. de guerre russo-syriens lors de la campagne de bombardement d'Alep qui a duré un mois de 2016, ou de la prison de Sednayatristement célèbre pour ses tortures et ses exécutions extrajudiciaires. Il ne s'agissait certainement pas d'actes de civilisation. Aujourd'hui, il n'est pas possible de demander à l'un des protagonistes de Le serment de Cyriaque de donner leur avis sur la question, car tous sont ou ont été techniquement des fonctionnaires, y compris le capitaine du département de la police criminelle d'Alep.

Il est cependant inévitable de mentionner ici les circonstances difficiles et les risques dans lesquels les archéologues travaillent dans des États autoritaires, en tant que gardiens d'un passé qui n'est peut-être pas tout à fait clos ; il change constamment en fonction de la politique du moment. Palmyre fait figure de parangon : Le site des idées orientalistes européennes qui l'a présentée comme une ruine à l'époque postclassique, alors qu'elle a toujours été habitée par des populations diverses, le lieu où l'État islamique a brutalement exécuté l'archéologue Khaled Al-Assadmais aussi où un orchestre symphonique russe a donné un concert après la reprise du site par les forces d'Assad. Mais l'archéologie a depuis longtemps perdu son innocence, puisqu'elle a fourni aux Européens des modèles d'extraction et de domination. L'utilisation abusive de l'archéologie par des dirigeants autoritaires pour réécrire l'histoire de leur pays n'est que la conséquence finale de l'application des grands récits occidentaux sur la civilisation.

Le titre Le serment de Cyriaque fait référence à Cyriaque d'Ancône, un humaniste prolifique du XVe siècle, qui a tenu des registres détaillés des antiquités grecques et romaines, en particulier de l'épigraphie, ce qui lui a valu le titre de père fondateur de l'archéologie classique. La dernière image du film est peut-être une tentative de relier la vie de ces archéologues syriens à Alep pendant la guerre civile aux dessins d'Ancône et à ses descriptions détaillées des monuments, en particulier sur les terres de l'Empire ottoman. Ce n'est peut-être pas si loin de la vérité, puisque le musée a repris vie. Mais le temps n'a pas épargné l'antiquaire italien : ses commentaires en six volumes ont disparu dans l'incendie d'une bibliothèque à Pesaro en 1514. Tant de vies et d'histoires ont été perdues à Alep, aux mains d'une guerre meurtrière. J'aimerais imaginer une histoire possible dans laquelle les artefacts, sauvés de la destruction par les actes courageux de quelques-uns, ne seraient pas seulement des vestiges du passé, mais aussi des supports futurs pour tous les Syriens qui n'ont pas été sauvés.

Cette déclaration du jeune conservateur Nawroz Tobal dans le film, me semble-t-il, résume l'anachronisme et le paradoxe de l'archéologie d'État syrienne : "La valeur de ces objets est de nature morale. Ils racontent l'histoire d'un peuple, d'une civilisation, comment elle a commencé, comment elle a évolué et comment elle a été construite. Ils sont inestimables, très précieux et précieux. Quelle que soit la manière dont vous essayez de déterminer leur valeur, vous n'y parviendrez pas". 

Je serais tenté d'être d'accord. Mais sans accès sécurisé aux sites archéologiques d'où ils proviennent, sans communautés de mémoire vivantes pour les chérir et les étudier, sans archives transparentes de leur provenance, ils restent des objets déplacés, des totems du pouvoir de l'État et des vestiges latents de l'orgueil colonial. Le serment de Cyriaquereste néanmoins un acte subtil de soft power, à une époque où le genre du cinéma archéologique en tant que stratégie de relations publiques a été archivé depuis longtemps. Avec son drame humain et captivant le film est incomparablement bien équipé pour éviter les questions difficiles sur la Syrie contemporaine et ses antiquités en nous présentant une histoire héroïque dans laquelle les archéologues sont les premiers à se rendre compte de l'importance de l'archéologie. un récit héroïque dans lequel le passé est tout sauf silencieux.

 

Arie Amaya-Akkermans est critique d'art et rédacteur principal pour The Markaz Review, basé en Turquie, anciennement à Beyrouth et à Moscou. Son travail porte principalement sur la relation entre l'archéologie, l'antiquité classique et la culture moderne en Méditerranée orientale, avec un accent sur l'art contemporain. Ses articles ont déjà été publiés sur Hyperallergic, le San Francisco Arts Quarterly, Canvas, Harpers Bazaar Art Arabia, et il est un contributeur régulier du blog populaire sur les classiques Sententiae Antiquae. Auparavant, il a été rédacteur invité d'Arte East Quarterly, a reçu une bourse d'experts de l'IASPIS, à Stockholm, et a été modérateur du programme de conférences d'Art Basel.

archéologieMusée national d'AlepSyrie

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.