"Ride On, Shooting Star" - fiction de Mai Haddad

15 octobre, 2022 -
Carna' est une postière de l'espace qui en a assez de travailler pour le Service de Courrier Universel. Au lieu d'utiliser la violence pour se sortir d'un conflit, comme c'est généralement le cas dans les histoires de science-fiction, Carna' résout ses problèmes par le dialogue, l'introspection et l'action directe. En fin de compte, la décision finale de Carna' lui appartient (Note : Carna' est un nom arabe - l'apostrophe est destinée à simuler une lettre écrite en arabe).

 

Mai Haddad

 

Le Cerva de Carna' Karaki avait juste assez de carburant pour atteindre le port de Narra. Mais alors qu'elle s'efforçait de manœuvrer son scooter à travers les turbulences cosmiques, elle se rendit compte que, pour la première fois de sa carrière de coursier, elle tournait à vide. Fixant son grappin contre la comète la plus proche, elle se pose aussi doucement que possible sur sa surface, puis s'allonge et laisse la gravité faire le reste. Si elle avait de la chance, elle pourrait faire du stop sans avoir à remplir son réservoir.

 


 

Un peu plus tôt, Carna' avait disparu et devait être retrouvée au resto-café à l'autre bout de l'univers. Bien qu'elle n'ait jamais été une adepte de l'alcool, Carna' pouvait toujours évacuer ses problèmes en buvant ici, au Leafs of Lebanon - sauf, bien sûr, le soir de son trentième anniversaire sur Terre, où elle s'est assise au comptoir, contemplant le verre de cristal qu'elle tenait dans ses mains, tandis que de vieilles chansons de Fairuz étaient diffusées en arrière-plan.

S'attendant au pire lorsque son superviseur Achut arriva avec l'ordre de retour tamponné par le Maître Général des Courriers lui-même, Carna' fut surprise de le voir s'asseoir tranquillement à côté d'elle et commander négligemment un taboulé et des boissons. L'homme semblait s'occuper de ses affaires, et pour la première fois, Carna' remarqua que son visage sculpté avait froncé les sourcils depuis qu'elle l'avait rencontré, lui donnant des traits plus distingués qui l'avaient vieilli au-delà de ses années.

"Vous m'avez finalement rejoint pour un repas", a pensé Carna' à voix haute, espérant mettre fin au silence prolongé qui semblait dicter leurs conversations. Cependant, son manager a préféré ne pas répondre, savourant sa salade en silence, ne semblant pas se soucier de devoir pointer à l'heure.

"Tu sais..." Achut finit par remarquer, en sirotant un shot d'arak après que le taboulé ait été cueilli jusqu'au dernier lambeau de persil. "Depuis que tu m'as parlé de ce plat, j'avais l'intention de l'essayer quand - si jamais je revenais sur Terre. Mais c'est peut-être ma dernière chance... pour un moment..."

Carna' s'est penchée pour jouer. "Vous avez finalement économisé assez d'argent pour des vacances ?"

"Non", Achut s'est essuyé la bouche avec une serviette. "Ce n'est pas que j'ai hâte de quitter l'UCS pour devenir un super armateur." Il a ensuite étudié sa montre, semblant lutter contre l'envie de se lever et de partir. "Passer à autre chose n'est pas ce que j'avais en tête quand j'ai pensé que j'aurais enfin la chance de quitter ce travail, mais le mari et moi cherchons à adopter, et je ne peux pas me permettre de faire ça à la quarantaine."

Carna' a reposé son menton sur sa paume.

"Allez, être coursier n'est pas si mal."

"Tu veux dire que le bas salaire, les longues heures et les avantages inexistants ne sont pas si mauvais."

"Eh bien, peut-être un peu."

"Comme vous, j'ai signé pour être un coursier parce que la dernière frontière était là où je devais être, et l'argent était un objet. Mais, après avoir fait ça pendant plus de dix ans maintenant, je me demande pourquoi je pensais que ce serait différent de la Terre."

"Mais, me pourchasser n'est pas si mal."

Achut ouvrit la bouche pour dire quelque chose d'intelligent mais sembla se raviser avant de regarder le resto-café avec une pointe de regret dans les yeux et dit :

"Ouais." Il a soupiré. "Cet endroit est merveilleux."

Penser que la nation déclinante de Carna pouvait être trouvée à travers tout l'univers connu était aussi remarquable pour elle que le fait d'être ici - ici, au lieu de la monotonie de la vie au sud du Liban. Bien qu'elle se soit sentie réconfortée par la familiarité de l'établissement dans lequel elle se trouvait, cela ne servait pas à calmer la profonde nostalgie qui s'était installée.

"J'aimerais pouvoir venir ici quand je veux."

"Je suis désolé que la direction ait ressenti le besoin de 'limiter' votre mobilité après les deux derniers 'détours'."

"En y réfléchissant, ce travail était bien avant ça." Carna' a enfoui sa tête dans ses mains et a gémi. "Vous savez - si vous ne pensez pas trop au faible salaire, aux longues heures et aux avantages inexistants. Être coursier signifiait qu'il y avait des endroits où aller, des gens à rencontrer, et toute l'aventure qu'on pouvait souhaiter dans la vie."

"Honnêtement, ça fait un moment que j'ai envie de demander." Achut retira ses lunettes et passa sa main sur son visage, se frottant les yeux. "Mais pourquoi n'êtes-vous pas encore parti ?"

"Que voulez-vous dire ?" Carna' était décontenancée.

"Tu as l'air malheureuse."

Carna' a froncé les sourcils. "Je ne suis pas sûre. J'ai moi-même du mal à le comprendre. Il y a quelque chose qui cloche dans le fait de quitter cette vie. Je veux dire, qu'est-ce que je ferais d'autre ? Où pourrais-je aller ?"

Achut soupire à nouveau. "Ça va être pénible. Mais..." Il marque une pause, comme s'il n'était pas sûr de vouloir proposer quelque chose. "Avant de quitter le poste, je peux vous accorder des vacances tous frais payés qui vous permettront de rentrer chez vous. Bien sûr, vous devrez passer la majeure partie de ces vacances à livrer des colis dans les endroits les moins recommandables de la planète, mais ça vaudra le coup avec le faible salaire, les longues heures et les avantages inexistants."

Carna' a ri. "Ça a l'air charmant." Puis elle a fermé les yeux et a essayé d'imaginer ce que serait sa vie à la ferme. "Peut-être..."

Désormais perdue dans ses pensées (et ses cinq verres d'arak), Carna' était sur le point de s'endormir quand Achut a soudainement claqué des doigts, la ramenant aux Leafs du Liban.

"Je viens de me souvenir..." Achut semblait parler d'un air penaud maintenant. "Il y a une dernière mission sur votre planning avant que je puisse vous renvoyer. Mais... si vous le souhaitez, je peux la réassigner à..."

"Non."


 

Alors que Carna' se rendait à l'une des stations militaires au large des lunes de Resheph, elle fut surprise de constater que sa destination n'était pas un avant-poste mais l'un des complexes qui abritaient les familles des militaires. Les contrôles d'antécédents et les fouilles sont moins stricts, mais la vue des soldats est tout de même troublante.

Garant son Cerva dans l'une des stations réservées aux invités, elle pénétra dans l'enceinte avec anxiété, mais fut surprise par la présentation immaculée de l'ensemble. Des chemins soigneusement bétonnés mènent à des maisons pittoresques avec des pelouses taillées et des véhicules identiques conçus uniquement pour le transport dans l'établissement.

La promenade jusqu'à la maison d'Eleni Hiraya était, pour le moins, agréable, même si elle la trouvait trop calme pour être confortable. Le général de brigade l'attendait sur le pas de sa porte, les bras croisés, en uniforme et en lunettes de soleil. Elle se tenait là en silence, intimidant Carna', qui était loin d'être aussi grande, et bien que Carna' soit elle-même musclée, elle ne pouvait pas se comparer à la vie de musculation de la soldate qui avait tonifié tous les muscles de son corps.

Carna' s'est approchée d'elle avec appréhension, mais lorsque la générale de brigade a reconnu le logo sur la veste de bombardier de Carna', son expression a perdu de sa dureté. Elle a immédiatement fouillé dans son manteau de pont, en a sorti ce qui semblait être une pochette et, la serrant dans ses mains, a informé Carna' avec une sincérité qui semblait inhabituelle pour elle :

"S'il te plaît, occupe-toi de ça." Elle a fait une pause, puis a ajouté avec un petit rire. "C'est pour mes parents. J'espère que vous comprenez."

"Bien." Carna' a salué respectueusement avant de prendre soigneusement la pochette et de la placer dans la dimension de poche à l'intérieur de sa veste. "Ce sera là en un rien de temps."

Avec prudence, le brigadier général a étudié Carna' et a semblé aimer ce qu'elle a vu.

"Si c'est livré intact et à temps, nous pourrions utiliser vos services pour l'effort de guerre."

Surpris, Carna' n'a pas réagi, mais Hiraya a semblé lire la panique dans ses yeux.

"Je ne suis pas sûr de pouvoir m'y engager avec ma file d'attente actuelle", a finalement réussi à dire Carna'. "J'espère que je peux..."

"Évidemment", lui coupa-t-elle, en essayant de répondre de la manière la plus pragmatique que son idiolecte guindé lui permettait. "Bien sûr, vous serez bien rémunérée pour votre temps. Plus que ce que l'UCS pourrait fournir à elle seule. Notre partenariat avec eux est bien établi."

"Bien sûr." Carna' a hoché la tête, faisant de son mieux pour cacher ce qu'elle pensait.

Prenant congé aussi vite qu'elle le pouvait, elle s'est précipitée directement vers son Cerva, en espérant qu'elle avait assez de carburant.

 


 

Personne ne savait ce qui arrivait aux coursiers qui désertaient. Carna' n'avait jamais entendu parler de quelqu'un qui avait essayé, et les chuchotements transmis par ceux qui avaient travaillé là avant elle semblaient être tout aussi incertains, si ce n'est légèrement plus prudents, à propos de toute cette perspective.

Une fois les complexes hors de vue, Carna' ralentit son véhicule afin de pouvoir consulter sa carte pour trouver un endroit où elle voudrait se rendre et où il serait extrêmement difficile pour l'USC de la retrouver. Ayant parcouru une plus grande partie de l'univers connu que la plupart des astronautes, peu d'endroits l'intéressaient, mais alors qu'elle feuilletait les épingles de localisation sur l'hologramme, une image attira son attention par son intensité.

L'amas globulaire Araphel est considéré comme l'un des sites les plus magnifiques de l'univers entier. Avec une dispersion d'étoiles allant d'une tous les 0,4 parsecs à 1000 parsecs cubes, l'amas est immensément dense, offrant un rare aperçu d'intensité brillante dans un univers autrement froid et stérile. Regarder Araphel depuis la surface d'une planète dans son rayon d'action lui offrirait un ciel nocturne inoubliable - un ciel que la Terre ne peut plus offrir.

"Carna', quelque chose ne va pas ? Un message d'Achut s'afficha sur sa visière, lui rappelant qu'elle n'avait plus le temps de planifier ces excursions comme autrefois. "Les données entrantes indiquent que votre Cerva s'est arrêtée au milieu de nulle part et qu'elle est à la dérive.

"Oui", Carna lui a dicté un texte en retour. "Il y a un petit problème qui va être résolu, mais ça prendra du temps."

Une brève éternité s'est écoulée avant qu'Achut ne réponde par texto.

"Compris" était tout ce que son message disait, avant d'ajouter un moment plus tard : "Soyez prudent."

Il ne faisait aucun doute dans son esprit qu'elle pouvait se cacher dans l'amas d'Araphel avant de planifier sa prochaine action, mais comment s'y rendre était une question qui devait être traitée immédiatement. Le chemin latéral qu'elle avait mentalement tracé traversait une pluie de météores qui, si elle parvenait à naviguer, rendrait la poursuite des UCS coûteuse.

Bien sûr, il y avait des risques. Il y a toujours un risque dans la vie d'un messager cosmique.

Mais, pour la première fois depuis longtemps, cet élan électrisant l'a traversée, revigorant son pneuma découragé alors qu'elle se penchait et agrippait le guidon. Passant les vitesses vers sa nouvelle destination, elle activa sa visière, ralentissant perceptivement sa vision de sorte que, lorsqu'elle appuyait sur la pédale, elle pouvait diriger le Cerva comme si elle conduisait son "scooter" bricolé sur Terre. Sans perdre de temps, elle mit les gaz, passant à la vitesse supérieure, tandis que son traceur l'informait qu'elle avait dévié de sa trajectoire et qu'elle entrait rapidement dans une zone rouge au-delà de laquelle elle ne devait pas s'aventurer.

"Carna' !" Le message vocal d'Achut arrive, son alarme et son exaspération évidentes mais forcées. "Est-ce que le Cerva se détraque ? !"

Cette acrobatie ne fit que l'encourager à aller plus vite, et elle se retrouva dans la pluie de météores, évitant les fragments en essayant de se frayer un chemin. Mais, alors qu'elle s'approchait de la fin de la pluie, un compteur qu'elle n'avait jamais vu auparavant s'est mis à compter jusqu'à un résultat non spécifié.

C'est alors que l'appel entrant d'Achut a été activé automatiquement sans sa permission expresse.

"Carna' - nous ne sommes pas sûrs que vous puissiez nous entendre." Elle a fait un geste pour mettre fin à l'appel, mais l'écran devant elle n'a pas répondu à sa saisie. "Votre signal est trop faible pour être suivi, et si vous quittez l'univers connu, il nous sera impossible d'intervenir. Les signes vitaux et les spécifications semblaient bons lors du dernier rapport, mais je pense que quelque chose a pu se produire sur votre chemin qui aurait pu endommager le véhicule." Le fait d'actionner l'interrupteur pour couper toute communication n'a pas fonctionné non plus, et elle a réalisé à ce moment-là que le contrôle qu'elle pensait avoir sur son scooter n'était qu'un prétexte charitable sous lequel le SCU traitait ses courriers.

"Si c'est le cas, tout ce que je peux faire maintenant est de vous souhaiter bonne chance et espérer que vous ferez le bon choix..."

Bien qu'elle craigne que le scooter ne l'immobilise ou, pire, ne s'autodétruise, elle continue, sachant que c'est peut-être sa seule chance de se sortir de ce pétrin avant de devoir retourner sur Terre et de trouver comment revenir ici.

Mais ça n'a servi à rien.

Dès qu'elle est sortie de la douche, le Cerva s'est arrêté, et Carna' s'est retrouvée bloquée juste avant les limites de l'univers connu, avec un signal envoyé pour demander de l'aide. Le message sur son visor expliquait que si elle voulait réactiver son véhicule, elle devait le rediriger vers le point de chute.

Bien qu'elle soit épuisée comme elle ne l'avait jamais été auparavant, elle savait que si l'équipe de sauvetage la ramenait, elle était finie, et que l'offre faite par son superviseur resterait sur la table des Leaves du Liban, tout comme ses choix et son avenir.

Il n'y avait aucun moyen de contourner le problème.

Un colis devait être livré, et en tant que coursier cosmique, c'est elle qui devait le faire.

Quoi qu'il en coûte et quoi que cela signifie désormais...

 


 

Lorsque Mx. Hiraya, la surveillante de Narra Harbor, a été informée qu'une forme de vie avait été détectée dans l'un des collecteurs de comètes de la colonie, xe s'est précipitée à l'infirmerie en espérant que celui qui avait été ramassé par les drones était vivant. Mais à sa grande consternation, il a trouvé Carna' allongée, déformée au-delà du confort, et a prié pour que sa mort soit indolore. Avant que xe puisse signer la croix, Carna' s'est réveillée et a demandé poliment à xeir de se taire, puis, par habitude, s'est retournée, révélant le logo "Courrier cosmique" au dos de sa veste de bombardier - avant de tomber du lit de soins. Ayant dormi à travers des tempêtes solaires aussi sereinement qu'elle l'avait fait sur sa couchette à la station, il faudrait bien plus qu'une chute la tête la première pour la réveiller, mais maintenant que Mx. Hiraya savait pourquoi elle était ici, elle voulait des réponses.

Après que les signes vitaux de Carna ont été confirmés comme étant sûrs, xe est passée à son soignant, GIRASOL, qui a pris Carna' aussi facilement qu'un enfant et l'a ramenée à la ferme.

 


 

Carna' n'a pas tardé à se réveiller au son du gazouillis des oiseaux. Bien qu'elle sache où elle se trouve, lorsqu'elle regarde par la fenêtre, elle aurait juré qu'elle était de retour chez elle, sur les pentes vallonnées du sud du Liban. Des collines verdoyantes s'étendaient à perte de vue. Des pins, des chênes, des sapins, des hêtres, des cyprès et des genévriers peuplaient le paysage, avec des turbines allongées au-dessus d'eux, des plaques de panneaux solaires placées là où elles ne pouvaient pas les déranger, et des barrières de marée construites dans les doux ruisseaux qui coulaient au milieu de tous ces arbres. Bucolique dans tous les sens du terme, ses panoramas au charme sylvestre rappelaient la Terre mère avant que l'humanité n'ait dépassé sa planète d'origine pour s'aventurer dans les frontières illimitées de l'espace.

Cependant, lorsqu'elle s'est levée, elle n'a presque pas remarqué que pour la première fois depuis qu'elle était partie explorer l'univers, elle était capable de se déplacer de la même manière que sur Terre.

Mais elle ne pouvait pas. Elle ne savait plus comment faire. Et la fatigue ayant finalement raison d'elle, elle est retombée sur le lit avec un bruit sourd.

"Carna' !" Mx. Hiraya a couru vers la chambre d'amis, se précipitant pour inspecter leur invité.

Carna' a levé les yeux vers leur visage statuaire, qui ne lui était que vaguement familier, et a remarqué son attitude gracieuse, même dans une situation aussi préoccupante que celle-ci.

"Comment connaissez-vous mon nom ?" demanda Carna, inhabituellement à l'aise dans leurs bras minces.

Ne perdant pas de temps, Mx. Hiraya a répondu avec une urgence contrôlée alors que xe inspectait les signes vitaux de Carna : "Pour confirmer votre identité, nous avons eu accès au traceur du moteur."

"C'est là qu'il est..." Carna' marmonnait, étourdie. "Si je pouvais juste... juste..."

"Vous allez bien, Mlle ?" Mx. Hiraya a demandé, inquiet que Carna' n'ait pas eu assez de temps pour s'adapter aux spécifications de Narra Harbor, mais Carna' a répondu sans même une pensée :

"Oui."

Ayant grandi dans la gravité de la Terre, la navigation dans l'espace était aussi épuisante que palpitante. Chaque excursion hors de la station postale la laissait épuisée - à tel point que ce n'était qu'une question de temps avant que cela n'arrive, mais ce n'était pas ce qui l'avait fait sursauter.

"Qu'est-ce que c'est alors ?"

"C'est juste comme ça que je m'en souviens..."

 


 

"Mx. Hiraya !" Carna' a appelé en descendant les escaliers de la cabine. "Où es-tu ?"

Lorsqu'elle a enfin trouvé la cuisine, GARISOL, qui préparait une salade d'épinards et de pommes avec une vinaigrette balsamique au miel, a posé les ingrédients sur le comptoir pour tirer une chaise pour son serviteur. Une fois que Carna' s'est assise, GARISOL a scanné ses signes vitaux avant de continuer à préparer sa belle salade - un acte d'autant plus amusant pour Carna' que GARISOL semblait être un War-Mech reconverti, peint en vert trèfle et blanc coquille d'œuf, sa silhouette imposante arrangeant méticuleusement les tranches de pomme contrastant fortement avec la cuisine pittoresque dans laquelle ils se trouvaient. Ce n'est pas que cette vue soit nouvelle pour elle. En tant que coursier cosmique, elle avait rencontré plus que sa part de War-Mechs, mais GARISOL, avec sa masse et ses technologies et gadgets dépassés, était un modèle bien plus ancien que tous ceux qu'elle avait rencontrés. Il avait quelque chose d'attachant, une douceur dans ces vieux circuits que seuls connaissaient ceux qui avaient connu la guerre.

Après avoir soigneusement placé la salade sur la table à manger, GARISOL a tendu un couteau devant Carna', la faisant sursauter jusqu'à ce qu'elle réalise qu'on lui tendait des ustensiles.

"Carna' !" Mx. Hiraya a appelé de l'extérieur.

Carna' se leva pour aller à la rencontre de xem, mais GARISOL posa doucement son manuscrit rouillé sur sa poitrine et la ramena doucement sur sa chaise, puis pointa son index sur le bol. Il a ensuite jeté la serviette sur son omoplate anguleuse et s'est lentement dirigé vers la porte d'entrée.

Carna' a choisi d'attendre avant de se servir, mais comme elle n'a pas mangé depuis qu'elle est partie, sa résolution n'a pas duré. Alors qu'elle avait cueilli jusqu'au dernier épinard, GARISOL a ouvert la porte à Mx. Hiraya, et xe est entrée avec un sourire en coin qui l'a mise à l'aise.

"On m'a dit que vous avez complètement récupéré." GARISOL tire une chaise pour Mx. Hiraya, qui a choisi de rester debout. "Non pas qu'il y avait autre chose à récupérer que l'épuisement. Je dois dire que héler une comète était une façon 'inventive', bien que particulière, d'arriver au port."

Mx. Hiraya a terminé son commentaire par un sourire satisfait. En dépit de son désir de maintenir une cordialité professionnelle, Carna' s'est surprise à sourire en retour.

"Et, d'une certaine manière, plus sûr."

"Oui, et je suis sûr que la réduction des dépenses de batterie y joue aussi un rôle."

"Une partie." Carna' a affirmé, amusée. "Nous, les coursiers, ne sommes pas vraiment bien payés."

Mx. Hiraya a ri, puis s'est assise et a détaché ses longs cheveux noirs, laissant couler ses cheveux minutieusement brossés.

"Combien de temps avant que tu ne doives rentrer ?"

"Ce port est aussi éloigné que possible pour un coursier dans l'univers connu, donc on m'a donné 'amplement de temps', étant donné que je suis le premier à voyager jusqu'ici."

"Mon, mon. Je suppose que vous l'êtes. Et vous êtes si jeune aussi. Comment diable avez-vous été convaincue ?"

Carna' y a réfléchi mais n'a pas trouvé de réponse. Mx. Hiraya a continué sans perdre une seconde.

"Et vous avez dû gagner du temps avec cette virée extravagante."

"J'espère rentrer dès que possible."

"Retourner à ?"

"Je ne suis pas sûr, pour être honnête." Les yeux de Carna sont devenus vides. "C'est peut-être ma dernière livraison avant de rentrer à la maison."

"Vous n'avez pas l'air d'en être heureux."

"Je ne le saurai pas avant mon retour, je suppose."

"Vous n'avez pas l'air d'aimer beaucoup votre travail non plus." Pendant un moment, la vivacité dans les manières de Mx. Hiraya a semblé s'estomper." Je ne peux pas vous en vouloir. J'étais moi-même dans une position similaire il y a un moment."

"Vous étiez aussi un messager cosmique ?"

"Pas exactement." Mx. Hiraya a théâtralement porté sa paume à un lourd front. "A certains égards, c'était bien pire."

Carna' s'est tournée vers l'une des fenêtres et a fixé les collines verdoyantes d'un regard mécontent.

"Des conseils sur ce que je peux faire pour me sortir de cette ornière ?"

"C'est une bonne question, et je pense que je pourrais même être en mesure d'aider."

En entendant cela, Carna' s'est illuminée, mais Mx. Hiraya semblait réfléchir soigneusement à ses prochains mots.

"Carna'," xe joignit ses mains. "GARISOL et moi nous demandions si vous seriez intéressée pour nous aider pendant votre séjour."

 

La Terre vue de l'espace (avec l'aimable autorisation de la NASA).

 

L'agriculture était la dernière chose que Carna' voulait faire. La vie agraire qu'elle menait sur Terre était encore plus étouffante que sa vie au service du SCU, mais elle le devait à son hôte, qui semblait vouloir qu'elle y participe.


Alors que Carna' mettait son casque de moto, un hover-tracteur conduit par GARISOL - qui portait maintenant ce qui semblait être un chapeau de paille tressé à la main et surdimensionné - est venu chercher Mx. Hiraya, qui a levé xeir baro't saya et a sauté dessus, prenant le volant et conduisant avec un plaisir exalté tandis que GARISOL s'accrochait à son chapeau.

"Gare-toi là, Carna' !" Mx. Hiraya a appelé.

Arrivé le premier, xe a positionné le tracteur juste devant l'entrée et en est descendu avec un zeel électrifié - contrairement à GARISOL, qui, malgré l'absence de traits faciaux discernables, semblait assez secoué par la durée pendant laquelle il s'est maladroitement tenu à la poignée de sécurité après que le véhicule se soit arrêté.

Pour une raison quelconque, Carna' s'attendait à une structure beaucoup plus élaborée, mais la ferme aéroponique était modeste, contenue dans une tente blanche translucide aussi loin du pavillon qu'il serait raisonnable de traverser à intervalles réguliers. Le temps que Carna' trouve un terrain stable pour garer son Cerva en toute sécurité, GARISOL a pu lâcher la poignée mais a choisi de rester assis en silence, comme s'il contemplait ses choix de vie.

"Est-ce que tu vas bien ?" Carna' demanda, son casque toujours en place, mais GARISOL ne répondit pas, et elle réalisa qu'elle ne l'avait pas entendu dire quoi que ce soit pendant tout le temps où elle était là. "Nous serons à l'intérieur si tu as besoin de quelque chose, GARISOL !"

Carna' a laissé son casque sur la poignée du Cerva, reconnaissante de ne pas avoir, pour une fois, à le cacher dans le siège de son scooter avant que des voyous ne la repèrent, jusqu'à ce qu'elle réalise que ce n'était pas drôle.

 


 

Mx. Hiraya a inspecté attentivement chaque culture dans l'allée, même si toute la technologie qui les entourait donnait à Carna' l'impression que ce n'était pas nécessaire.

"A l'expression de votre visage, je peux dire que c'est nouveau pour vous", a commenté Mx. Hiraya a commenté sans quitter les cultures des yeux.

"Peut-être." Carna' a haussé les épaules. "Peut-être pas. Je suppose que c'est en un sens..."

"Oh !" Mx. Hiraya semblait intriguée. "Je pensais que vous veniez d'une des colonies."

Carna' n'a soudainement pas pu cacher sa perplexité. "Pourquoi ?"

"Oh," Mx. Hiraya a commencé à sourire. "Vous donnez l'impression."

"Non", Carna' a aspiré de l'air entre ses dents. "J'aurais aimé vivre dans une de ces colonies."

"Vous souhaitez ?" Mx. Hiraya a levé un sourcil. "Faites attention à ce que vous souhaitez, ma chère."

Pour une fois, le coursier cosmique a réfléchi un moment avant de répondre.

"Je suppose que la vie, d'où je viens, est ce rêve solaire sans le punk..."

"Oh, mon seigneur. Ca ne peut pas être si mauvais. A mon avis, la vie là-bas est..." Mx. Hiraya a bougé ses mains, essayant de trouver le bon mot, mais Carna' l'a devancé :

"Monotone."


 

Panier en main, Mx. Hiraya s'est éloignée du tracteur, se dirigeant vers ce qui semblait être une forêt de loin.

"Où allez-vous ?" demande Carna', exaspérée.

Mx. Hiraya a poursuivi gaiement.

"Suivez-moi."

Carna' est descendue de son scooter et a suivi Mx. Hiraya, qui la conduisit à travers la forêt et dans une clairière près d'une rivière où xe avait placé une couverture et sorti de la nourriture et des boissons pour ce qui ressemblait à un pique-nique.

"Est-ce qu'on..."

"Oui." Mx. Hiraya s'est assise et a tapoté le sol. GARISOL est passé devant Carna' et s'est assis sur l'herbe près de xem. "GARISOL et moi avons pensé que vous auriez besoin d'un changement de rythme."

"C'est tout ?" a demandé Carna, qui semblait plus mécontente qu'elle ne l'aurait voulu.

"Plus ou moins." Mx. Hiraya a ri. "GARISOL et moi pourrions aussi utiliser la compagnie."

"Alors pourquoi rester ici au port ?"

"C'est ici que j'ai toujours voulu vivre."

Carna' a regardé autour d'elle comme si elle était troublée par tout cet arrangement.

"Vous l'avez conçu ?"

"Oui." Mx. Hiraya s'est levée pour étirer ses bras et ses jambes. "Des années d'ingénierie enfin utilisées à bon escient."

"Pourquoi ?" Carna' a réalisé qu'elle avait l'air plus déconcertée qu'elle ne le pensait. "Je veux dire, si vous aviez la chance de concevoir quelque chose, pourquoi ça ?"

"Ces environnements sont bons pour l'âme."

"C'est ce qu'on m'a dit."

Après avoir mangé son troisième biscuit, Carna' a commencé à s'agiter et à regarder au loin, où elle est devenue obsédée par le chemin qui mène à l'endroit où se trouve une éolienne isolée.

Sans un mot pour Mx. Hiraya et GARISOL, elle s'est levée tranquillement, s'est brossée, et s'est dirigée vers elle comme dans un rêve...

 


 

Le port de Narra était bien plus grand qu'elle n'aurait jamais pu l'imaginer, mais elle ne savait pas ce que cette confirmation signifiait pour elle. Peut-être espérait-elle quelque chose de différent ou même quelque chose qui lui était devenu familier au fil des ans. Depuis le sommet, elle pouvait contempler le paysage dans toute sa splendeur, mais pour Carna', c'était la même chose - juste plus de choses.

Tout ce qu'elle voulait, c'était emmener son Cerva jusqu'ici pour le faire décoller de la falaise et voir jusqu'où il pourrait aller avant qu'elle n'ait besoin de faire du surplace. Rien que l'excitation de cette pensée la faisait bondir d'une vitalité renouvelée. Mais cela perturberait la sérénité soigneusement construite sur laquelle Mx. Hiraya tenait sans doute beaucoup. Il y avait un temps et un lieu pour l'aventure, mais ce n'était pas maintenant et pas ici.

Et puis, il faudrait qu'elle finisse par y retourner, comme elle le faisait toujours.

 


 

Quand elle est retournée à la ferme, Mx. Hiraya et GARISOL l'ont accueillie de la même manière qu'elle aurait attendu un membre de sa famille si elle était retournée sur Terre.

"Où étais-tu ?" Mx. Hiraya a demandé, inquiète. "Est-ce que tu vas bien, ma chère ? Tu sembles découragée."

"Il ne s'est rien passé."

"Nous savons." Mx. Hiraya a balayé les cheveux de son visage, la regardant avec une teinte d'inquiétude. "Ce traceur installé dans le Cerva nous permet d'accéder aux puces installées dans le suivi de votre localisation et de vos constantes à tout moment et nous avertit si vous êtes en danger."

Carna' a froncé les sourcils. "Je devrais rentrer."

"Vous voulez vraiment que ça disparaisse, n'est-ce pas ?" Mx. Hiraya a posé ses mains sur ses hanches, essayant d'évaluer la situation. "Comment trouvez-vous le port ? C'est un changement de rythme agréable par rapport à l'agitation de la navigation spatiale, n'est-ce pas ?"

"C'est merveilleux", c'est tout ce que Carna' a pu répondre, mais Mx. Hiraya semblait toujours préoccupée.

Remarquant l'expression de xe, Carna' s'éloigna silencieusement, se dirigeant vers le Cerva, où elle sortit discrètement le paquet de la poche-dimension de son sac et le plaça là où GARISOL et xe pourraient le voir. Sans même dire au revoir, elle a appuyé sur la pédale de son Cerva' et s'est dirigée à toute vitesse vers l'éolienne isolée, en haut de la pente, d'où elle s'élancerait de la falaise et s'envolerait dans l'espace.

 


 

Il n'y avait pas de temps à perdre. Tant qu'elle volait dans les limites du port de Narra, aucun signal n'était envoyé au QG du SCU. Mais, en sortant du bouclier de force qui l'englobait, elle savait que le compteur pour arrêter son scooter allait commencer à faire tic-tac et le temps n'était pas de son côté.

Il est vrai que la distance entre elle et les frontières de l'univers connu était plus courte ici, à la limite de la civilisation, mais cela ne rendait rien plus facile. Le SCU était sur sa piste maintenant, et il n'y avait pas grand chose qu'Achut pouvait dire ou même faire pour atténuer les retombées de cette affaire.

Sachant que c'était maintenant ou jamais, Carna' a activé sa visière et a ouvert les gaz, atteignant des vitesses qu'aucun coursier sain d'esprit n'aurait jamais osé, juste pour gagner assez de temps pour espérer arriver dans les profondeurs impitoyables qu'aucune personne saine d'esprit n'avait jamais traversées auparavant.

Et c'était exaltant.

Esquivant les débris et les projectiles qui lui fonçaient dessus si rapidement qu'elle pouvait à peine enregistrer leur présence avant de devoir les esquiver à gauche, à droite, en haut ou en bas, Carna' pouvait sentir la vie la traverser à nouveau. Chaque erreur réussie la rapprochait, atome par atome, morceau par morceau, de la liberté à laquelle elle aspirait lorsqu'elle n'était qu'une fille de ferme sur Terre. Mais l'horloge continuait à faire tic-tac. Peu importe ce qu'elle esquive, peu importe la vitesse ou l'habileté de ses manœuvres, le compte à rebours est inexorable, et il n'y aura pas d'Achut cette fois-ci pour mettre sa réputation en jeu et intervenir pour lui faire entendre raison avec des messages, des notes vocales ou des appels. Des années d'expérience sont enfin mises à l'épreuve, et le poids de cette contrainte va lentement mais sûrement l'épuiser.

Mais elle devait continuer - elle en avait besoin. Sauf qu'elle ne s'attendait pas à être vidée si tôt...

Pour la première fois depuis qu'elle avait rattrapé la comète, elle réalisa à quel point elle était épuisée, et elle pouvait sentir cet engourdissement dans ses jambes, cette crampe dans ses mains qui avait bientôt émoussé leurs capacités. Chaque esquive et chaque manœuvre était maintenant moins instinctive, moins méthodique, et cela laissait bientôt place à la négligence.

Lorsque sa prise s'est finalement bloquée sur les poignées dans un embrayage inconfortable, elle ne pouvait rien faire d'autre que de bouger de gauche à droite, de haut en bas, incapable de retirer ses mains du guidon, et espérait qu'elle pourrait dépasser le chronomètre à la vitesse que ses mains ne pouvaient plus ajuster.

Mais cela n'a plus d'importance. Le capteur du Cerva était rouge, étouffant Carna' dans la vue et le son, l'avertissant d'un astéroïde qui venait droit sur elle.

Savoir ce qui allait arriver, cependant, ne signifiait pas qu'elle pouvait l'esquiver.

Le seul espoir de Carna serait maintenant d'abandonner le contrôle à l'IA, mais cela permettrait au QG de lui arracher le Cerva et de la renvoyer au port de Narra - le dernier endroit où elle voudrait être, ou peut-être, l'avant-dernier.

Indifférente à une vie qui la lie à la Terre, elle s'est allongée et a laissé la gravité s'occuper du reste. Si elle avait de la chance, elle ne sentirait rien. Non pas qu'elle ait ressenti grand chose alors que l'astéroïde fonçait sur elle.

Cependant, alors qu'elle fermait les yeux et acceptait son sort, une silhouette imposante de couleur vert trèfle et blanc coquille d'œuf s'est élevée devant sa visière - juste avant qu'elle ne perde connaissance.


 

"Venez maintenant." Mx. Hiraya a appelé son invitée avec une grâce emphatique, en la prenant par la main, alors qu'elle préparait son Cerva pour retourner au QG et recevoir le poids de la rage incontrôlée du Courrier-Maître Général. "Notre thé nous attend en bas."

"Oh, je ne pourrais pas." Carna' balaya d'un revers de main l'offre en ayant besoin de tout le temps qu'elle pouvait économiser pour essayer de démonter le traceur de son scooter. "Je dois vraiment rentrer maintenant..."

Mais Mx. Hiraya n'a pas voulu y penser, et Carna' a suivi xem dans le patio sans protester. Là, GARISOL versait du thé vert dans des yunomi sur fond de paysage bucolique. Quand on pense qu'il y a peu de temps encore, cette carcasse volumineuse avait couru vers son Cerva à la vitesse de la lumière et s'était fracassée sur un astéroïde avec une main détériorée. Ayant été partout, peu de choses pouvaient impressionner Carna' dans l'univers connu, mais ce vieux morceau de ferraille en faisait partie d'une manière ou d'une autre.

Prenant la chaise face aux champs de panneaux solaires, Carna' s'est assise en silence, prenant tout en compte, se demandant quelle serait sa prochaine action, s'il y en avait une.

"Mme Karaki", Mx. Hiraya s'est tournée vers Carna' avec un regard ferme, mais patient, alors que GARISOL quittait leur compagnie. "Je suppose qu'il y a quelque chose qui devait m'être livré."

"Oh, oui. J'ai failli oublier." Carna' rit nerveusement, dézippant sa poche-dimension intérieure et tendant la main à l'intérieur pour sortir une pochette qui n'était pas là. "Attends, mais je l'ai laissé derrière à..."

Mx. Hiraya a hoché la tête patiemment.

"Oui, et le voici." Mx. Hiraya a sorti la pochette de sa poche et l'a tendue à Carna'. "L'idéal serait que les capteurs détectent le fait que vous me la remettiez en main propre - plutôt que de la laisser près des bois. Vous n'êtes pas d'accord ?"

Honteuse, Carna' a hoché la tête et a rapidement suivi les instructions de Mx. Hiraya. Malgré la tournure laconique qu'avait pris leur conversation, aucune irritation ou grief ne pouvait être discerné sur leur visage, et Carna' s'est trouvée réconfortée lorsque xe a amoureusement bercé le sac dans ses mains avec un sourire à faire fondre Ganymède et l'a détaché en retenant son souffle.

"Oh, c'est exactement ce que je voulais !" Mx, Hiraya s'exclame, les mains serrant leurs joues.

"Ma famille adorerait ça aussi." Carna' a réfléchi. "Nous avions l'habitude de planter ces graines de cèdre chez nous."

"Vous voulez dire de retour sur Terre ?"

"Comment avez-vous su ?"

Mx. Hiraya a secoué la tête, faisant de son mieux pour ne pas glousser.

"Ce regard sur votre visage dans cette pièce. Disons qu'elle ne m'est pas inconnue. C'est pour ça que vous êtes parti ?"

"Non." Carna' a eu du mal à trouver les mots. "J'avais envie de m'envoler dans l'espace et de vivre, pour une fois."

"Ah," Hiraya a souri. "Vous êtes un chercheur de sensations."

Carna' acquiesce, bien qu'elle n'y ait jamais pensé de cette façon. Entendre Mx. Hiraya le dire, cependant, cela semblait vrai.

"Vous avez raison. Je suis un chercheur de sensations, mais je ne suis pas sûr de pouvoir continuer à vivre une vie de coursier. Tout cela me fait me demander si je ne devrais pas..."

Carna' est soudainement devenue silencieuse. Cette simple pensée aurait été impensable il y a seulement deux ans.

"D'une certaine manière, j'étais autrefois un explorateur - un des premiers, en fait," Mx. Hiraya a remarqué puis, avec un sourire amusé, a jeté un coup d'oeil à son invité. Carna', bien que décontenancée, essaya de ne pas le montrer. "Ce n'est pas grave. Je sais bien. Je n'ai jamais semblé être le genre de personne à mener ce genre de vie. Trop guindé et correct. Ce sanctuaire était, en fait, mon cadeau de départ pour une vie de service."

"Mais pourquoi ça ?"

"C'est tout le contraire des sites de l'armée dont je m'étais lassé."

Carna' s'est déplacée inconfortablement sur sa chaise, mais elle ne savait pas pourquoi.

"Vous n'avez pas l'air heureux," Mx. Hiraya a remarqué avec empathie.

"Je le suis. C'est juste que..."

"Avez-vous envisagé de rentrer chez vous ?"

Carna' a hoché la tête.

"Moi aussi."

"Pourquoi ne l'avez-vous pas fait ?"

"Pour la même raison que vous ne l'avez pas fait. Non pas que la maison ait jamais été aussi agréable."

"Je devrais peut-être trouver un endroit dans l'univers où m'installer."

"Vous pensez ?" Mx. Hiraya s'est penchée et a tapoté la table. "Pourquoi pas ici, ma chère ?"

Carna' cligna des yeux, déconcertée, mais Mx. Hiraya a continué comme s'il s'agissait d'une simple invitation :

"GARISOL et moi avons toujours besoin de plus de..."

"Non." Carna' a marqué un temps d'arrêt avant d'ajouter d'un signe de tête : "Et merci."

Mx. Hiraya a gloussé.

"C'est la réponse que j'attendais." Xe a roulé les yeux de manière ludique. "Peut-être pas aussi rapidement."

"Mais je sais que je ne peux pas continuer comme ça avec la NGC."

"Que diriez-vous de vous mettre à votre compte ?"

"Tu veux dire en tant que coursier indépendant ? Je n'ai pas d'argent pour mon propre scooter, et il me faudrait des années pour économiser. Je ne pense pas avoir les années en moi à donner au Service de courrier universel."

"Ah, je m'en doutais," dit Mx. Hiraya dit, puis lui dit - semblant tout à fait assuré de ce que xe disait : "Ce n'est plus quelque chose dont tu dois t'inquiéter."

"Qu'est-ce que tu veux dire ?" demande-t-elle, au moment où GARISOL revient dans le patio, puis s'approche de leur table et y dépose délicatement des jetons brisés.

"Est-ce que ce sont..."

Mx. Hiraya a hoché la tête, et a gloussé.

"Oui, le traceur et un tas d'autres "restricteurs" placés sur les scooters spatiaux UCS." Xe a ensuite balayé les instruments du tourment de Carna de la table comme on le ferait de la poussière. "Le dernier rapport envoyé aux UCS était que le colis avait finalement été livré au port de Narra." Mx. Hiraya a fait un clin d'oeil amusant. "Nous avons pensé que les UCS préféreraient que la file d'attente soit terminée avant que vous ne détourniez un de leurs scooters. Il est tout à vous maintenant, bien sûr. Il n'y a aucune raison pour que le SCU envoie quelqu'un ici s'il n'y a plus rien à livrer. Ils n'ont aucun moyen de te trouver maintenant, et aucune raison de gaspiller les ressources pour essayer de récupérer un scooter ici."

Carna' est restée sans voix.

Tout ce qu'elle a pu faire, c'est se jeter dans les bras de Mx. Hiraya, puis GARISOL, qui ont réussi à lui rendre son étreinte à leur manière.

"Merci pour ça - pour tout ça."

"Vous savez," Mx. Hiraya s'est appuyée sur sa chaise, réfléchissant aux possibilités. "Nous aurions aimé vous avoir ici."

"Je peux toujours revenir." Carna' a pris une profonde inspiration. "Peut-être un jour."

"Le feras-tu ?" demanda Hiraya, amusé - connaissant déjà la réponse.

Mais Carna' l'a considéré sérieusement, pendant un instant, avant de regarder l'étendue infinie au-delà du ciel bleu clair.

 

Mai Haddad est un auteur arabo-américain de fiction spéculative dont l'œuvre traite de l'expérience arabe à travers le temps et l'espace et aborde les thèmes de la nostalgie, de l'isolement, de la mémoire et de la nostalgie. À partir de cette publication, vous pouvez trouver son travail dans The Markaz Review et Nightmare Magazine.

Identité arabeLibanmobilitéSci-fivoyage dans l'espace

1 commentaire

  1. C'est exactement ce que nous devons voir de plus en plus. Pas seulement de la SF sur le thème de l'Arabie, mais de la hard science-fiction - des aventures spatiales - avec des protagonistes arabes, quels que soient les thèmes et le contexte. Je suis déjà en train d'encourager Carna', la réponse arabe à Starman Jones, et une femme en plus dans un genre aussi macho !

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.

Devenir membre