Open Gaza : Architectures de l'espoir

14 juillet 2021 -
Le quartier El-Nasr de Gaza (photo Abdallah ElHajj, Getty Images)

Le quartier El-Nasr de Gaza (photo Abdallah ElHajj, Getty Images)

Open Gaza : Architectures de l'espoir
Michael Sorkin & Deen Sharp, éditeurs
American University in Cairo Press/Terreform
ISBN 9781649030733

 

Hadani Ditmars
 

open gaza architectures of hope cover lg 96x1200.jpg

Je me souviens de mon premier voyage à Gaza, en tant que jeune reporter de 26 ans pour un mensuel conjoint israélo-palestinien publié après l'accord d'Oslo par Hana Signora et intitulé, avec optimisme, The New Middle East. C'était en 1994, et Gaza venait techniquement d'être libérée de plusieurs années d'occupation. J'ai rencontré un morceau de Palestine qui ressemblait un peu à une ville balnéaire égyptienne arrêtée au milieu du siècle dernier. C'était un endroit où les hommes traversaient la ville à bicyclette et où les enfants jouaient sur la plage. J'ai interviewé des bandes de jeunes qui travaillaient à la décharge de la ville, recyclant les métaux et les plastiques pour les vendre aux usines israéliennes via des intermédiaires palestiniens, et j'ai visité une ancienne église grecque orthodoxe avec une femme issue d'une vieille famille chrétienne de Gaza. J'ai pique-niqué avec des familles dans des plantations d'agrumes, en respirant l'arôme des fleurs d'oranger, et j'ai fait l'expérience d'une hospitalité incroyable.

C'était avant qu'Israël n'encourage le Hamas à faire pièce au Fatah, avant même le retour triomphal, bien que bref, d'Arafat en hélicoptère, avant qu'il ne se terre dans les ruines de sa forteresse de Mukataʿa près de Ramallah... et avant que Rabin ne soit assassiné par un colon religieux extrémiste. D'une certaine manière, à ce moment-là, Gaza ressemblait à une Belle au bois dormant qui venait de se réveiller, un endroit où les mouvements étaient libres, et où l'avenir était large, ouvert et plein de promesses. 

Aujourd'hui, 27 ans plus tard, alors que Gaza se remet difficilement d'une nouvelle série de bombardements israéliens, la situation semble bien sombre. Mais un récent ouvrage publié par Terreform et AUC Press, intitulé Open Gaza : Architectures of Hope, offre une autre vision, qui rappelle en quelque sorte le sentiment que j'ai éprouvé pour la première fois à propos de cet endroit en 1994. Le Gaza de ce beau livre est celui qui transcende les excès de l'occupation par l'imagination et l'innovation, la résilience et, finalement, le courage. 

Open Gaza est un livre qui ose renverser les vieux récits de désespoir et donne un rôle aux 1,8 million d'habitants de Gaza par la magie de l'intervention architecturale. Et pourtant, bien qu'il soit édité par les architectes/universitaires et activistes Deen Sharp et le regretté Michael Sorkin, le livre n'ignore pas les réalités brutales de l'occupation, mais au contraire, en suggérant des solutions à la fois en dépit de celle-ci et pour un futur espéré après l'occupation, il les souligne. Comme ils l'écrivent dans leur introduction, "l'illusion fatale de l'architecture et de la planification modernistes était que leurs pratiques spatiales transformaient par elles-mêmes les domaines social et politique. Nous ne nous faisons pas de telles illusions. Nous n'avons pas non plus le moindre doute sur le fait qu'un changement substantiel ne peut se produire que si la botte d'Israël est retirée de la gorge des Gazaouis et que les aspirations nationales palestiniennes sont réalisées." 

Comme le montre la dynamique photo de couverture représentant un jeune garçon faisant un saut périlleux arrière inspiré du parkour sur le rivage méditerranéen, Open Gaza danse sur et autour des contraintes de l'occupation, les utilisant comme matériaux pour déconstruire la politique de l'espace.

"Gaza a besoin d'un port maritime, d'un aéroport, d'une source d'énergie robuste et d'une économie dynamique et diversifiée sur son propre territoire. Pour que cela se produise, le siège israélien de Gaza doit prendre fin. Les Gazaouis - et tous les Palestiniens - doivent pouvoir contrôler les ressources sociales, politiques et économiques qui encadrent leur propre vie."
- Michael Sorkin & Deen Sharp

On y trouve des villes de cristal, telles qu'imaginées par Craig Konyk dans un chapitre où il propose une stratégie de reconstruction de la ville de Gaza, dans laquelle "le verre est le matériau de choix qui permet à la destruction de rester visible." En réinventant les sites publics détruits par les frappes aériennes israéliennes sous forme de structures transparentes - allant d'un minaret renversé à une tour de bureaux enveloppée de verre - ses rendus futuristes révèlent à la fois la force et la vulnérabilité des paysages brisés et parlent de ce qu'il espère être un "avenir plus ouvert et plus progressif".

Un chapitre important est consacré aux tunnels de Gaza, essentiels à l'acheminement des produits de première nécessité et des matériaux de construction. Il est écrit comme un fascinant et souvent effrayant voyage souterrain par un écrivain sous un pseudonyme - soulignant le danger omniprésent d'habiter et de documenter Gaza. Un autre chapitre, à l'heure de l'urgence du changement climatique, propose un dôme solaire protecteur, tel qu'imaginé par Chris Mackey et Rafi Segal, tandis que les chapitres "Re-Ecologiser Gaza" (par Fadi Shaaya et Visualizing Palestine) et "Social Hydrology : a Design Resistance" (par Denise Hoffman Brandt) offrent des parades vertes à la destruction environnementale imposée par l'occupation. Le chapitre "Natural Gaza" de Romi Khosla suggère de construire un mémorial de la Nakba qui puisse également engendrer la paix et la réconciliation, tandis que Helga Tawil-Souri expose son idée de créer un autre type d'IPN - non pas un numéro de téléphone Internet, mais un réseau de pigeons Internet qui subvertit facilement la technologie israélienne existante.

L'architecte Salem Al Qudwa, né en 1976 dans une famille palestinienne à Benghazi, en Libye, est retourné à Gaza à l'âge de 21 ans pour étudier l'ingénierie architecturale à l'université islamique de Gaza. Il a ensuite obtenu un doctorat à l'école d'architecture de l'université Brookes d'Oxford, au Royaume-Uni. Il a géré des projets allant de cliniques de soins de santé primaires et d'écoles à la réhabilitation d'abris pour les familles pauvres vivant dans des zones marginalisées et rurales de la bande de Gaza. Ses compétences artistiques ont également contribué à la rénovation du terminal transfrontalier de Rafah entre l'Égypte et Gaza.

L'architecte Salem Al Qudwa, né en 1976 dans une famille palestinienne à Benghazi, en Libye, est retourné à Gaza à l'âge de 21 ans pour étudier l'ingénierie architecturale à l'université islamique de Gaza. Il a ensuite obtenu un doctorat à l'école d'architecture de l'université Brookes d'Oxford, au Royaume-Uni. Il a géré des projets allant de cliniques de soins de santé primaires et d'écoles à la réhabilitation d'abris pour des familles pauvres vivant dans des zones marginalisées et rurales de la bande de Gaza. Ses compétences artistiques ont également contribué à la rénovation du terminal transfrontalier de Rafah entre l'Égypte et Gaza.

Un chapitre d'Alberto Foyo et de Postopia intitulé "Redrawing Gaza" présente un projet qui subvertit la "ligne de démarcation" de Sykes/Picot, qui a scellé le destin de tant de nations modernes du Moyen-Orient, en la décolonisant sous la forme d'un "tissu d'architecture et d'agriculture inspiré du moucharabieh, tricoté ensemble pour former un tissu fertile, qui peut se positionner de manière provocante comme une utopie reconceptualisée". Leurs dessins tissent ensemble des paysages urbains et ruraux, les embrassant avec les motifs traditionnels des moucharabiehs, comme un art architectural, textile et curatif - un baume conçu pour "la peau brûlée de Gaza".

Les visions plus futuristes du livre sont contrebalancées par des projets construits tels que le centre pour enfants de Qattan, dans un chapitre rédigé par son architecte, Omar Yousef. Mais un chapitre intitulé "Architecture du quotidien", rédigé par l'architecte gazaoui Salem Al Qudwa, titulaire d'une bourse pour les conflits et la paix à la Harvard Divinity School, sur un nouveau modèle écologique, flexible et abordable qu'il a conçu pour des maisons à construire soi-même, semble le plus terre à terre et le plus pragmatique des nombreuses envolées fantaisistes du livre. Elles sont conçues pour être construites sur du sable et des décombres et pour créer un "environnement nourricier et sûr pour les femmes et les enfants, et pour autonomiser les communautés."

Le concept de "chez soi" peut être délicat en Palestine, avec des tensions croissantes entre le symbolique et le réel. Avant même que les expulsions forcées de Sheikh Jarrah, à Jérusalem-Est, en début d'année, ne déclenchent un conflit qui s'est traduit par une campagne de bombardements israéliens sur Gaza qui a détruit les infrastructures de base, plus de 2 000 logements et déplacé quelque 74 000 Gazaouis, il y avait un besoin urgent de logements. Gaza ne s'est jamais complètement remise de la guerre de 2014 entre Israël et le Hamas, et les colonies illégales non contrôlées en Cisjordanie ont contribué à l'augmentation du coût des terrains qui rendent l'accession à la propriété inabordable pour la plupart des familles.

Après la guerre de 2014, où 11 000 logements ont été détruits et 160 000 endommagés, Al Qudwa affirme que les agences internationales ont construit des logements inadaptés aux besoins locaux et au climat. Il s'agissait notamment de structures temporaires en bois qui n'accueillaient pas les grandes familles élargies, isolant les gens de leurs réseaux de soutien multigénérationnels, et qui n'offraient pas une isolation adéquate pour le chauffage et la climatisation. Il affirme que c'est parce que l'UNRWA et d'autres agences ont employé des architectes étrangers et n'ont pas consulté la population locale. Aujourd'hui, alors que les États-Unis s'engagent à fournir des millions de dollars en aide d'urgence à la reconstruction, Al Qudwa craint que le cycle ne se répète à nouveau.

Inspection des décombres de l'immeuble résidentiel Yazegi, détruit par une frappe aérienne israélienne sur la ville de Gaza, dimanche 16 mai 2021 (AP Photo/Adel Hana).

Inspection des décombres de l'immeuble résidentiel Yazegi, détruit par une frappe aérienne israélienne sur la ville de Gaza, dimanche 16 mai 2021 (AP Photo/Adel Hana).

Selon lui, au-delà du blocus israélien en place depuis 2007 qui limite la disponibilité des matériaux de construction, une partie du défi réside dans le fait que "l'anéantissement dans la bande de Gaza est devenu si fréquent que les maisons sont construites, détruites et reconstruites en même temps." Mais sur une note d'espoir, Al Qudwa voit dans "l'architecture du quotidien" une ressource pour "une transformation sociale positive."

Le prototype de Salem Al Qudwa pour les maisons de Gaza.

Le prototype de Salem Al Qudwa pour les maisons de Gaza.

Son prototype prévoit des maisons de 3 à 5 étages en béton avec une isolation adéquate et des fondations solides, un élément clé pour créer un sentiment de permanence au milieu de l'incertitude. Contrairement aux maisons en bois d'un étage construites comme abris temporaires après 2014, ce modèle permettra aux familles de s'agrandir et accueillera les nombreuses veuves de Gaza, qui doivent souvent sacrifier leur autonomie en emménageant chez leur belle-famille. Selon Al Qudwa, les prototypes sont également plus sûrs que la pléthore de tours qui ont vu le jour après 1994, lorsque tant de Palestiniens sont revenus de la diaspora (comme la tour Al Jawarha de 13 étages détruite par les FDI le 12 mai de cette année), et sont plus rentables que les modèles actuels.

Avant l'occupation, le calcaire était le matériau de construction dominant, mais il est désormais trop cher à importer de Cisjordanie. À la place, Al Qudwa affirme que le béton, importé d'Israël, est le "nouveau matériau vernaculaire". Mais au lieu de la tyrannie des blocs d'habitation enrégimentés et uniformes, sa conception rompt l'échelle et la masse avec des motifs en briques, des écrans en treillis, des fenêtres d'ombrage et des jardins sur le toit. Un couloir de service commun est transformé en cour d'été, tandis qu'un escalier extérieur commun relie les différents niveaux avec un minimum d'intimité. 

Le prototype est respectueux de l'environnement et intègre des unités de chauffage solaire de l'eau, des systèmes de collecte des eaux de pluie et de recyclage des eaux grises, indispensables dans une région où l'eau et l'électricité sont rares. Il peut être adapté aux zones densément peuplées de la ville de Gaza ainsi qu'aux zones tampons comme Jabalya. 

Avec son toit plat en bitume à base d'asphalte, la conception ressemble à une version Bauhaus de l'une des maisons traditionnelles de Gaza, qui ont lentement disparu, car le besoin de résidences plus grandes et plus modernes a augmenté avec la population. 

Le modèle d'Al Qudwa va à l'encontre des tendances dominantes en matière de stratégies d'"abris d'urgence" pour Gaza, ainsi que de la "ville palestinienne" de Rawabi, en Cisjordanie, dont on parle beaucoup. S'étendant sur 2,4 miles carrés, elle est pratiquement impossible à distinguer des logements de style banlieue populaires en Amérique ou même dans les colonies israéliennes voisines.

Son chapitre n'est qu'un des nombreux chapitres admirables d'Open Gaza, mais un chapitre qui enracine le changement architectural dans une conception pragmatique et indigène.

De tous les excellents chapitres, c'est celui intitulé "Timeless Gaza", rédigé par Mahdi Sabbagh et Meghan McAllister, qui correspond le mieux au titre de l'ouvrage. Les auteurs se penchent ici sur le passé de Gaza en tant que centre commercial interconnecté reliant l'est et l'ouest, afin de contrebalancer son isolement et ses limites actuelles. 

"Les traces d'un passé ouvert, connecté et élargi se trouvent dans la bande de Gaza et dans les territoires voisins. Les vestiges archéologiques des villes de commerce des épices entre Petra et Gaza nous rappellent la centralité de Gaza dans un ancien réseau commercial. Les anciennes lignes de chemin de fer britanniques évoquent un passé où la bande n'était pas du tout une bande, mais faisait partie d'un réseau de villes régionales. La route de Salah al-Din, qui relie la bande de Gaza du nord au sud, témoigne des aspirations antiques à une mobilité continue le long de la côte méditerranéenne, tout comme les vestiges archéologiques de la Via Maris, la ligne commerciale romaine. Les infrastructures de la fin du XXe siècle et du XXIe siècle - comme l'aéroport bombardé, le port maritime assiégé et les tunnels construits rapidement - représentent une Gaza palestinienne contemporaine qui s'efforce d'exister en tant que ville en réseau en continuité avec son passé." 

Je me souviens de l'aéroport de Gaza, construit en 1998 en grande pompe et inauguré en présence d'Arafat et des Clinton. Je m'y suis rendu depuis Amman en 2000 pour interviewer Naime Holoh, la première femme combattante armée de l'OLP, arrêtée pour la première fois par les Israéliens pour résistance violente, puis arrêtée pour résistance non violente lors de la première Intifada. Elle dirige maintenant un centre pour les femmes et les enfants à Jabaylia, où elle a grandi, qui propose des cours d'alphabétisation, des services de garde d'enfants et un collectif d'artisans traditionnels. Elle et ses collègues m'ont gracieusement fait visiter les lieux, puis m'ont nourri de poulet et de riz en abondance dans un immeuble de taille moyenne dont les trois derniers étages étaient encore en cours de construction.

C'était le début de la deuxième Intifada, et le jour où je devais partir, les Israéliens ont fermé l'aéroport, puis l'ont complètement détruit, laissant les vols aux personnes comme le jeune garçon sur la couverture d'Open Gaza, en équilibre quelque part dans les airs, entre le frisson de l'apesanteur et la réalité de l'occupation.

Je me souviens maintenant de Naime et de tous mes amis de Gaza, qui, au milieu des grands plans, des cartes coloniales, des anciennes routes commerciales et des rêves utopiques, taillent chaque jour leurs propres architectures d'espoir.

Voir aussi Hadani Ditmars sur les défis du logement à Gaza dans Architectural Digest.

invité

0 Commentaires
Feedbacks de Inline
Voir tous les commentaires