Le livre est au commencement et à la fin

3 décembre 2023 -
La créativité débridée des livres d'artistes du Moyen-Orient.

 

Les artistes font des livres : De la poésie à la politique par Venetia Porter
British Museum Press 2023
ISBN 978-0714111971

 

Sophie Kazan Makhlouf

 

Les livres d'artiste sont utilisés par les artistes pour aborder des sujets ou des histoires personnelles, qui comprennent des collages, des photographies et des illustrations. Ces livres peuvent être des collections de papier fabriquées à la main, parfois cousues ou rassemblées dans une pochette ou une boîte, souvent fabriquée par l'artiste, ce qui peut ajouter du symbolisme à l'œuvre. Le terme "livre d'artiste" peut également s'appliquer à des "pages" ou collections de céramiques ou de techniques mixtes, reliées entre elles ou reliées par des lignes, des mots ou d'autres moyens. À ne pas confondre avec le carnet de croquis plus aléatoire, les livres d'artistes suscitent un intérêt croissant sur le marché mondial de l'art, tant pour leur valeur conceptuelle que pour leur signification en tant qu'expression artistique.

Artists Making Books est publié par le British Museum.
Artists Making Books est publié par British Museum Press.

Les livres d'artistes sont la passion de Venetia Porter depuis de nombreuses années. L'ancienne conservatrice principale de l'art islamique et de l'art contemporain du Moyen-Orient au British Museum connaît très bien la collection de livres du département. Elle a également été responsable de l'acquisition d'un grand nombre de livres contemporains de la collection. Sa dernière publication, Artists Making Books : Poetry to Politics est un ouvrage rare, car il propose une analyse passionnée et extrêmement bien organisée de plus de 60 livres d'artistes de la collection du musée.

Les artistes islamiques et indiens, nous dit Porter, ont réalisé des livres qui précèdent de plusieurs siècles le livre d'artiste français du XXe siècle, plus largement reconnu. Néanmoins, les livres illustrés de poésie et de romans d'artistes français tels qu'André Derain (1912) ont inspiré des artistes anglais et américains dans les années 1960 et 1970, tels que Jim Dine et Alan Munro Reynolds. Ces exemples "occidentaux" ont également servi de référence aux artistes "moyen-orientaux" (principalement arabophones et iraniens), même si Porter souligne la multiplicité des sources d'inspiration et la "convergence des traditions" absorbées par les artistes de la collection.


Le premier chapitre de l'ouvrage, intitulé " Un héritage littéraire", comprend 14 livres d'artistes liés à des œuvres littéraires classiques. Une première traduction de Alf Layla wa Layla ou Mille et une nuits a été réalisée en anglais au début du XIXe siècle par Edward Lane avec le savant arabe Ibrahim al-Dusuqi, et en français au milieu du XXe siècle par l'auteur algérien Jamal Eddine Bencheikh. S'inspirant de la traduction française, l'artiste tunisienne Nja Mahdaoui présente une collection de pages imprimées sur feuilles volantes, animées de "calligrammes" créatifs. hurufiyya qui ressemble à la calligraphie arabe. L'un des types de livres d'artistes comprend des annotations ou des améliorations créatives sur des travaux imprimés préexistants. L'œuvre de Mahdaoui remplit et sort des marges et de certains plis centraux du livre. Elles sont en grande partie illisibles et forment un motif serré qui s'épanouit ou coule sur la page.

Exemples d'une forme alternative de calligraphie, le nasta 'liq est utilisé par l'artiste Jila Peacock pour écrire ou dessiner des poèmes du poète persan Khwaja Samsu d-Dīn Muḥammad Hafez Sirazi, plus connu sous le nom de Hafez. Peacock adapte soigneusement chaque poème à la forme de son sujet, le plus souvent un poisson ou un oiseau. Revenant à la traduction des Mille et Une Nuits réalisée par Lane au XIXe siècle, l'écrivaine et traductrice contemporaine Yasmine Seale utilise des pages imprimées comme base pour ses propres poèmes visuels peints, texturés et mixtes, intitulés Erasures. Son travail efface ou souligne les conditions et les limites de la traduction et de l'historiographie orientalistes du texte.

L'un des points forts de ce premier chapitre est la découpe par l'artiste iranien Parvis Tanavolide sa forme caractéristique " heech " (rien) à l'intérieur d'un livre en chanvre fait à la main et relié avec un dos en daim. Cette forme rappelle la manière dont les objets secrets sont dissimulés dans les films ou les romans d'espionnage, et le mot devient donc à la fois ironique et ludique.

L'artiste Ali Akbar Sadeghi entremêle l'épopée du Shahnameh (Le Livre des Rois) avec des citations du poète mystique persan du XIVe siècle, Hafez, et l'iconographie des miniatures iraniennes pour créer sa propre version de l'Asheqnameh (Le Livre des Amoureux), 2016. De nombreux artistes de la collection semblent avoir été inspirés par le soufisme mystique et la poésie de Rumi, ainsi que par la Conférence des oiseaux du poète allégorique persan de la fin du XIIe siècle Farid al-Din Attar. Bahman Mohassess illustre les réimpressions d'un roman allégorique basé sur des contes populaires de l'intellectuel du XXe siècle Al-e Ahmad, par des linogravures humoristiques dans un tirage limité de Nun wa al-Qalam(Par la plume), 1961. Shakir Hassan Al Said utilise le format décontracté du Daftar (carnet de notes), popularisé par l'artiste contemporain irakien Dia Al-Azzawi dans les années 1990 en réponse aux sanctions imposées par les Nations unies à l'Irak.

Porter utilise la description merveilleusement évocatrice d'Azzawi pour décrire le daftar comme étant "comme une pièce fermée avec des fenêtres. Une fois ouverte, la lumière s'échappe pour révéler les mondes... la liberté illimitée d'utiliser n'importe quel matériau". Ces carnets sont des exemples inspirants d'artistes qui manipulent physiquement les pages des livres pour qu'elles reflètent leur parcours créatif personnel et leurs expressions artistiques.

Il est intéressant de voir l'interaction des différents artistes avec le texte et la matérialité des livres eux-mêmes. Bien que certains livres conservent leur forme bidimensionnelle traditionnelle, les artistes ont créé des boîtes, des étuis et des supports pour les dissimuler ou les protéger, tout en les transformant en objet ou en artefact.


Le deuxième chapitre est consacré aux livres inspirés par la littérature et la poésie contemporaines. Ici, le travail de nombreux artistes met en avant l'œuvre de deux poètes et auteurs modernes importants, le Palestinien Mahmoud Darwish (1941-2008) ou le Syrien Ali Ahmad Said (alias Adonis) (né en 1930), dont les collages mixtes du début des années 2000 figurent également dans la collection et l'exposition du British Museum. Ces poètes ont exprimé un sentiment contemporain qui a séduit des artistes tels que Dia al-Azzawi, Shafic Abboud, Mohammad Omar Khalil, Himat Mohammad Ali, Kamal Boullata, Ziad Dalloul, Rafa Nasrir, Abdallah Benanteur, Rachid Koraïchi et Issam Kourbaj.

Kourbaj a créé un livre qui semble avoir été brisé en 24 fragments de livres d'occasion contenant des sections du poème de Darwish, "The Damascene Collar of the Dove" (Le collier de Damas de la colombe), en tant que commentaire sur la guerre civile syrienne. Des œuvres d'artistes-poètes tels que Shideh Tami et Etel Adnan figurent également dans cette section. Les livres en accordéon plié d'Etel Adnan, désormais bien connus et reconnaissables, ont été exposés dans diverses galeries publiques et commerciales, dont la Tate et les Serpentine Galleries à Londres, Lelong & Co. et le Whitney Museum à New York, ainsi que la Sfeir Semler Gallery d'Etel Adnan à Beyrouth. Nahar Mubarak (Jour béni), 1990, est un poème peint qui évoque la création minutieuse de rouleaux peints dans la tradition artistique japonaise et chinoise. En utilisant des couleurs vives, des lignes décoratives et des symboles, Adnan anime les pages du livre jusqu'à ce qu'elles plaisent aux lecteurs arabes et non arabes, comme des œuvres d'art en elles-mêmes.

D'autres artistes comme Assadour, Mehdi Qotbi, Laila Muraywid, Ahmed Morsi, Mohammad Omar Khalil, Lassaâd Métoui et Farid Belkahia ont collaboré avec des écrivains et des poètes pour créer des œuvres d'art originales, des gravures et des éditions limitées qui illustrent ou expriment leur propre réponse à l'écriture contemporaine.

Un exemple inhabituel d'artiste travaillant avec des œuvres littéraires contemporaines est l'exploration par Ala Ebtekar des cycles de la lune à l'aide de cyanotypes sur des pages de livres trouvées, en référence aux sujets magiques et mystiques exprimés par des écrivains tels que Shihab al-Din al-Suhrawardi, Farid al-Din Attar et Omar Khayyam. Ces livres sont empilés dans différentes nuances de bleu profond. Ils sont parsemés de points lumineux qui rappellent le ciel nocturne.

Les livres associés aux événements historiques et mondiaux des XXe et XXIe siècles, la guerre en Irak en 2003, l'effondrement du colonialisme et le printemps arabe, sont au cœur du troisième chapitre, Histoires du présent. Nous revenons aux dafatir (carnets de notes) en tant que dépôt de pensées personnelles et d'interventions physiques. Les "livres-objets" des artistes Kareem Risan, Mohammed Al Shammarey et Maysaloun Faraj reflètent la dévastation des guerres du Golfe persique. Ils se concentrent physiquement sur les couvertures de livres elles-mêmes, tout en y incluant de l'écriture ou de l'impression.

Rachid Koraïchi a combiné des pages de lithographies avec des textes calligraphiés du romancier algérien Abdelkader Boumala et du poète Mohammed Dib - qui écrivait le plus souvent en français. En créant ce livre non relié de vers en arabe, de formes et de symboles, protégé par une boîte rectangulaire ressemblant à un étui de pistolet, l'artiste se réapproprie non seulement l'identité de l'auteur en tant qu'Arabe, mais aussi l'histoire troublante de l'Algérie aux mains des Français.

Dictionary Work, 1997, de Khalil Rabah, est un grand livre, un dictionnaire, dont les pages ouvertes sont percées de clous acérés. Les clous tordus, de couleur argentée, créent une image puissante. Ils recouvrent la surface ouverte du tome, ne laissant qu'une petite partie du texte à découvert - la définition du terme désuet de Philistin. Ce mot est utilisé dans la Bible pour désigner l'ancien peuple de Palestine qui était souvent en conflit avec les Israélites et les Cananéens de la région du Levant méridional. Ils étaient considérés négativement et sont définis ici comme étant rustres et "hostiles ou indifférents à la culture". L'image des clous plantés dans les mots autour de la référence suggère la lutte, l'agonie, l'antagonisme et les problèmes persistants de cette région.

Les livres en tant que réceptacles de la mémoire et artefacts du passé sont évoqués par les artistes Ali Cherri et Khaled Malas/Sigil Collective. Ce dernier examine l'impact de l'électricité sur la Syrie, à la fois comme objet de torture et comme moyen de résistance. Muhammad Zeeshan examine la représentation, l'image et l'importance de l'identité dans ses œuvres sur papier wasli fait à la main. Le papier wasli a été spécialement conçu pour la peinture et Zeeshan prouve sa valeur en y peignant des lignes si fines et sinueuses que le spectateur pourrait facilement les confondre avec de la broderie ou de la couture.


Le dernier chapitre, Place and Displacement, présente des œuvres d'art sur différents supports qui évoquent l'importance biographique de l'écrit, de la documentation et de l'illustration. Des livres en papier et en tissu peints de manière expressive sont remplis d'histoires de famille, d'exil, de souvenirs et de passion.

Dans d'autres cas, des artistes comme Ipek Duben, Diana Matar et Akram Zaatari ont utilisé des images imprimées et des photographies comme moyen de commémorer, de témoigner ou de "prouver" le passé. L'œuvre de Duben utilise des images de journaux de réfugiés et de personnes déplacées imprimées sur de la soie synthétique délicate, qu'il brode ensuite avec des dates et des détails plus fins. Ces détails témoignent de son lien personnel ou de sa connaissance des personnes en question, ce qui constitue également un acte touchant d'attention ou d'humanisation des images médiatiques. La quête de Diana Matar pour retrouver son beau-père disparu sous le régime de Mouammar Kadhafi a débouché sur son livre Evidence, 2014, qui traite de la violence du régime.

Le Book of All Collections, 2019 d'Akram Zaatari est un index de l'Arab Image Foundation, que l'artiste a fondée en 1997. Il s'agit d'une archive pour les collections de photographies qui a constitué la base d'une grande partie du travail de Zaatari. Ce livre comprend de nombreuses photographies personnelles prisées par les milliers de personnes qui ont fui la guerre civile libanaise et se sont réfugiées dans des pays du monde entier. Ces images documentent le peuple de la diaspora et Zaatari nous invite à considérer les images choisies et celles laissées derrière. Il possède également plusieurs collections d'archives de photographies provenant de photographes de studio. Celles-ci ont été données ou acquises par lui ou par la fondation, ou ont été trouvées dans les bâtiments détruits. Ces images oubliées ou non réclamées font partie de "l'histoire annotée" que Zaatari rassemble dans cette œuvre et dans ses livres.

Les artistes Ramin et Rokni Haerizadeh et Hesam Rahmanian, basés à Dubaï, ont uni leurs forces à celles du poète Vahid Devar pour créer une nouvelle entité, RRHV, pour l'Atlas du monde de Philip. Il s'agit d'un atlas de la Royal Geographical Society. Il a été rempli de plusieurs formes différentes d'"interventions" sur ses pages - de la poésie de Davar, écrite en persan et traduite en anglais, aux images collées par les artistes qui commentent les crises de réfugiés et le mouvement progressif des populations, dans, sur ou autour des cartes de l'atlas. Le résultat est un document contesté, chargé d'idées, d'annotations et d'ajouts. Ceux-ci reflètent la situation confuse de la politique mondiale et peut-être aussi les sentiments de nationalité des artistes.


Artists Making Books n'est pas un simple catalogue de l'exposition du British Museum qui porte le même nom. Il s'agit plutôt d'un guide de référence ou d'une lentille à travers laquelle le lecteur peut considérer l'éventail des livres créés par les artistes et apprécier leur variété et leur puissance. Les recherches de Porter, son choix d'images et sa description utilisent des œuvres d'artistes du "Moyen-Orient" pour aborder le sujet des livres d'artistes ou des livres d'artistes en tant que genre plus large.

Cette introduction, à travers son regard spécifiquement oriental, ouvre un monde de créativité et de kunstwollen. Ce terme, traduit par "volonté de former", a été utilisé par le théoricien autrichien de l'art du XIXe siècle, Alois Riegl, pour exprimer le processus de création artistique, de l'inspiration à la création. C'est la grande valeur de ces livres d'artistes. Ils ont sans doute plus de valeur qu'une œuvre d'art traditionnelle ou qu'un acte de créativité isolé.

Ces livres, qu'ils illustrent des mots ou des histoires choisis par d'autres auteurs ou qu'ils illustrent des histoires ou des mots isolés des artistes eux-mêmes, expriment par la couleur, la forme et le rendu l'inspiration et le contexte propres aux créateurs. Mme Porter a transmis son propre sens de l'admiration et de l'émerveillement à travers Artists Making Books, un ouvrage essentiel pour quiconque s'intéresse à l'art de la région SWANA. Les livres révèlent la créativité des artistes dans leur forme la plus brute et la plus honnête.

 

Artists Making Books : Poetry to Politics est également le titre d'une exposition actuellement présentée à la Albukhary Foundation Gallery of the Islamic World au British Museum, jusqu'au 18 février 2024.

 

Venetia Porter a été conservateur principal pour l'art islamique et contemporain du Moyen-Orient au British Museum (1989-2022), où elle est aujourd'hui chercheur honoraire. Elle a étudié l'art arabe et persan et l'art islamique à l'université d'Oxford, et son doctorat de l'université de Durham porte sur l'histoire et l'architecture du Yémen médiéval. Elle a été la conservatrice principale de la galerie du monde islamique de la Fondation Albukhary, qui a ouvert ses portes en 2018. Ses recherches et publications portent sur les carreaux islamiques, l'histoire du Yémen, les inscriptions et amulettes arabes et l'art contemporain. Thea Porter's Scrapbook (Unicorn Press 2019). Parmi les expositions qu'elle a organisées, citons De la parole à l'art : Artists of the Modern Middle East (Londres 2006, Dubaï 2008), Hajj : Voyage au cœur de l'islam (2012), Réflexions : Art contemporain du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord (2021) et Amakin, 21,39 Jeddah Arts, 9e édition, (Jeddah et Dahran 2022). Les artistes font des livres : Poetry to Politicspublié par British Museum Press, accompagne une exposition du même nom au British Museum jusqu'au début de l'année 2024.

Sophie Kazan Makhlouf est une historienne de l'art et de l'architecture qui s'intéresse particulièrement à l'Afrique et à l'Asie du Sud-Ouest. Elle est membre honoraire de l'école des études muséales de l'université de Leicester et enseigne l'histoire et la théorie de l'architecture à l'université de Falmouth, au Royaume-Uni. Elle écrit et donne des conférences sur les pratiques artistiques et les arts visuels du monde entier.

Artistes arabeslivres d'artisteslivres d'artistesMusée britanniqueartistes iraniens

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.