De la ville au désert - Tahmineh Monzavi

4 juin 2023 -
Temps de lecture :6 minutes

Une photographe du réalisme social part au bout du monde et se retrouve.

 

Texte et photographies de Tamineh Monzavi

Au milieu des années 2000, alors que j'étudiais la photographie, je prenais des photos de ce qui se passait dans les rues d'Iran. Cela avait plus d'importance pour moi que le programme que l'on m'enseignait à l'université, qui montrait aux étudiants comment photographier la nature et les fleurs.

Les nuits de Téhéran.
Les nuits de Téhéran.

Très tôt, j'ai su que je ne tirerais pas grand-chose du programme universitaire rigide de photographie, qui n'apportait que des réponses standard à des questions déjà formulées. Je me suis concentré sur les questions restées sans réponse.

Je voulais devenir une photographe qui documente les problèmes sociaux, et pas seulement quelqu'un qui sait se servir correctement d'un appareil photo. Les possibilités limitées offertes aux femmes photographes en Iran et l'environnement dominé par les hommes dans mon pays me préoccupaient beaucoup.

Pendant trois ans, j'ai travaillé sur mon premier projet, The Brides of Mokhber al-Dowleh. Cette série n'a pas seulement façonné ma pratique, elle est devenue mon œuvre la plus influente.

J'ai été fascinée par le fait que les hommes cousaient la majorité des robes de mariée en Iran. L'environnement masculin de ces ateliers de couture créait les robes les plus féminines. Cette philosophie, combinée aux bruits de fond d'une vieille radio, aux rires des jeunes couturiers et au bruit des ciseaux d'un homme coupant la soie, était surréaliste.

Simultanément, je travaillais sur un autre projet. En 2008, un magazine m'avait demandé de photographier des hommes toxicomanes dans les quartiers délabrés et difficiles du sud de Téhéran. Mes recherches m'ont conduit à un refuge situé dans Grape Garden Alley. Ce refuge accueillait des femmes sans-abri du monde entier.

Fête d'anniversaire à Grape Garden Alley.

 

La plupart d'entre elles étaient également toxicomanes. Grâce aux efforts d'organisations caritatives privées, ces femmes ont été maintenues à l'écart de la rue et ont reçu de la nourriture, des médicaments, un logement et des vêtements. Il était réconfortant et encourageant d'entendre les histoires de femmes qui avaient réussi à se libérer de leur dépendance et à trouver un havre de paix dans la société.

J'ai passé trois ans dans la Grape Garden Alley, et j'ai continué par intermittence jusqu'en 2016 à cause d'une personne fascinante que j'y ai rencontrée.

Tina par Tahmineh Monzavi
Tina.

Tina était transgenre. Elle a quitté le domicile familial à l'âge de quinze ans parce que sa famille n'acceptait pas son identité sexuelle. Mal accueillie dans sa propre famille et dans la société en général, elle a vécu pendant de nombreuses années une réalité illusoire façonnée par les drogues.

Son arrestation et les deux années de prison qui ont suivi n'ont pas seulement mis fin à sa dépendance, elles ont été la motivation dont elle avait besoin pour redémarrer sa vie. La petite communauté du refuge a été le premier endroit où elle s'est sentie chez elle après tant d'années de lutte.

À l'âge de 44 ans, elle vivait de façon indépendante dans une chambre avec son chien, en attendant des jours meilleurs. Malheureusement, ces jours ne se sont jamais matérialisés. Début 2020, elle est décédée à l'âge de 50 ans.

Tina, espère des jours meilleurs. Tahmineh Monzavi
Espérons des jours meilleurs.

 

En 2012, dans un climat politique très sensible et dépressif en Iran, j'ai été arrêté. Un mois en prison et le traumatisme qui a suivi mon arrestation et mon incarcération ont suspendu ma pratique photographique pendant deux ans.

L'effet d'une si longue interruption m'a fait perdre mon sang-froid en tant que photographe documentaire. Toujours à la recherche d'une zone de confort, j'ai pendant un certain temps organisé des tournages et les ai photographiés.

Les Africains-Iraniens au Baloutchistan. Tahmineh Monzavi
Iraniens africains au Baloutchistan.

 

Puis, entre 2019 et 2022, mon intérêt, ma passion et mon expérience ont été attisés par la vie quotidienne des Iraniens dans différentes régions du pays. Ce travail s'est concentré sur le rôle des femmes en milieu urbain et rural, en particulier dans les provinces côtières du golfe Persique, y compris le Sistan et le Baloutchistan.

Une femme Zangi. Tahmineh Monzavi
Une femme Zangi.

 

Je me suis concentrée sur divers aspects de la vie d'une communauté iranienne africaine. Ce peuple, connu sous le nom de zangis, avait été amené de force en Iran par des marchands d'esclaves arabes avant le XIXe siècle, depuis l'Afrique du Sud-Est, les pays actuels de la Tanzanie et du Mozambique. Sur la côte sud de l'Iran, les zangis ont adopté la langue, l'accent et la religion de la région. Il y a encore un demi-siècle, les membres les plus âgés de leur communauté se souvenaient encore de leur arrivée, des histoires qui ont été oubliées par les générations suivantes. Ce qui n'a pas été oublié, en revanche, ce sont les souvenirs culturels que leurs familles ont emportés avec elles d'Afrique et qui ont toujours un impact majeur sur la culture de la région côtière méridionale de l'Iran. Les femmes jouent également un rôle important dans leurs cérémonies.

Les environs desséchés du lac Hamoun, à la frontière de l'Iran et de l'Afghanistan. Tahmineh Monzavi
Les environs desséchés du lac Hamoun, à la frontière de l'Iran et de l'Afghanistan.

J'avais également commencé la série " Une vie devant soi" sur le lac Hamoun, alias l'oasis de Hamoun, un lac saisonnier et des zones humides situés dans la province du Sistan et du Baloutchistan. Autrefois deuxième lac d'eau douce d'Iran, il s'est presque asséché au cours des deux dernières décennies. Une grande partie de la population qui dépendait autrefois de l'eau du lac a été forcée de fuir vers des villes proches ou lointaines.

Pendant mon séjour, le lac Hamoun et ses environs ont connu l'une des périodes de sécheresse les plus sévères. Celles-ci ont commencé au début des années 1950, lorsque la construction d'un barrage sur la rivière Helmand en Afghanistan a empêché la fonte des neiges de l'Hindu Kush d'atteindre le lac et les zones humides. Les détournements d'eau et la sécheresse ont atteint leur paroxysme en 1998 lorsque les animaux et les cultures sont morts et que les pêcheries ont été fermées. Près de 100 villes ont été ensevelies sous des tempêtes de sable.

Matriarche nomade vivant au bord du lac Hamoun asséché.
Matriarche nomade vivant au bord du lac Hamoun asséché.

Les habitants nomades de la région vivent généralement près de l'eau. Cependant, en raison de l'état du lac, nombre d'entre eux ont été contraints de se déplacer. Ceux qui sont restés ont dû faire face à de grandes difficultés, dues au manque de ressources dont ils dépendent pour leur survie. Pendant trois ans, j'ai vécu parmi eux et étudié leurs traditions orales.

Au milieu du lac, une lave basaltique en forme de trapèze, le mont Khajeh, abritait des temples du feu et des châteaux sous les empires ashkanide (247 av. J.-C. - 244 apr. J.-C.) et sassanide (224 - 651 apr. J.-C.). Les zoroastriens considéraient le lac comme sacré ; c'était l'endroit où le saoshyant (sauveur promis) renaissait.

 

La désertification des zones humides autrefois traditionnelles du lac Hamoun. Tahmineh Monzavi
La désertification des zones humides du lac Hamoun, autrefois traditionnelles.

Lorsque j'ai commencé à travailler, la photographie de la nature me rappelait trop mon programme d'études approuvé par l'université de Téhéran. Mais comme beaucoup de gens dans le monde, ma relation à la nature a changé pendant le Covid, lorsque nous avons tous dû faire face à un changement sismique de nos modes de vie. Les années les plus difficiles de ma carrière ont été 2020-2022.

Le désert de Lut.

 

J'ai ressenti le besoin d'échapper à l'humanité. Mon projet suivant m'a conduit dans un lieu inhabité par les humains. Le désert de Lut, ou Dasht-e-Lut ou "plaine vide" en persan, s'étend sur 20 000 kilomètres carrés de sable et de formations rocheuses fantastiques dans le sud-est de l'Iran. En 2005, selon les données satellitaires de la NASA sur la température de la surface terrestre, le Lut a enregistré la température la plus élevée à la surface de la terre, soit 70,7°C Celsius (159,26° F).

Formations rocheuses fantastiques dans le Lut.

Ses dunes de sable, ses ergs, ses méga-yardangs(kaluts ou "montagnes de sable" en persan), ses chaussées désertiques et ses immenses plaines de terre salée m'ont rappelé la forme du corps d'une femme et celle du corps de la terre. À travers mes yeux, j'ai touché une symphonie d'images. C'est dans le Lut que j'ai trouvé le réconfort.

La forme des femmes qui est la forme de la terre.

Auparavant, je n'avais jamais pris de photos de la nature et des paysages. Cependant, ce projet m'a permis d'ajouter une nouvelle perspective et une nouvelle signification à mon travail. Il m'a permis de mieux comprendre ma propre détermination et mes motivations.

 

Cet essai est adapté d'un exposé illustré que Tahmineh Monzavi a donné à Photo London, dans le cadre de la table ronde : "Our Land : Tahmineh Monzavi, Babak Kazemi et Pargol E. Naloo partagent leur travail ancré dans leur pays d'origine", modéré par Vali Mahlouji, Somerset House, Londres, 10 mai 2023.

Tahmineh Monzavi est une photographe qui vit et travaille à Téhéran. Ses photographies ont fait l'objet d'expositions internationales et ont récemment été présentées dans Women Defining Women in Contemporary Art of the Middle East, au Los Angeles County Museum of Art (LACMA), une exposition itinérante qui sera inaugurée au Phoenix Art Museum en novembre. Son travail a été récemment publié dans Espace Vital : Femmes Photographes Iraniennes édité par Anahita Ghabaian Etehadieh - qui sera bientôt publié en anglais - et Iran 38, tous deux publiés par les Editions Textuel ; A Self-Torn Apart publié par le Centre National des Arts Plastiques (CNAP) et la Galerie Eric Dupont 2022 ; et 2022 Prix Pictet award book, Fire. Tahmineh est réalisatrice et productrice de films. Sa série "Grape Garden Alley" (2010-2012) a donné lieu à un long métrage documentaire sur un refuge pour femmes toxicomanes à Téhéran. Elle a également obtenu une reconnaissance internationale avec About the Salesman (2018), un film sur un film qui a remporté deux trophées pour le meilleur acteur et le meilleur scénario au Festival de Cannes 2016 et l'Oscar 2017 du meilleur film en langue étrangère.

photographie en noir et blancIraniens noirsvie urbainedocumentairesphotographieTéhéranvoyagezangis

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.