Libérez Alaa maintenant

7 novembre 2022 -
L'auteur et prisonnier politique Alaa Abd El-Fattah avec sa famille (courtoisie de Mona Seif).

 

Les essais d'Abd El-Fattah sont publiés par Seven Stories Press.

Jordan Elgrably

Il y a quelques heures à peine, le prisonnier politique le plus célèbre d'Égypte a bu son dernier verre d'eau. Après une grève de la faim de plusieurs mois au cours de laquelle Alaa Abd El-Fattah n'a consommé que 100 calories par jour, et après des années de détention, Alaa Abd El-Fattah a décidé de débrancher son geôlier, le président El-Sissi. Sa vie est littéralement suspendue dans la balance, car dans les prochaines 48 heures, si le dictateur égyptien ne donne pas l'ordre de libération d'El-Fattah, il mourra.

Comme l'a tweeté sa sœur dévouée Sanaa, "Mon frère vient de boire son dernier verre d'eau en prison. S'il vous plaît, gardez son histoire en vie, ce n'est pas fini. Il peut être sauvé. Cet après-midi, je prends l'avion pour Sharm, j'ai un laissez-passer de la société civile. Le régime égyptien prétend que l'espace civique existe dans la #COP27. Je vais tester cela".

Mona Seif, militante des droits de l'homme, craint que Sanaa ne se retrouve elle aussi derrière les barreaux.

Et pas moins de 15 lauréats du prix Nobel de littérature viennent de signer une lettre, demandant la libération d'El-Fattah, dont le corps du texte est le suivant :

Alors que les délégués de votre pays se préparent à la Conférence internationale sur le climat COP27 en Égypte, nous vous écrivons, en tant que lauréats du prix Nobel, pour vous demander de consacrer une partie de votre ordre du jour aux milliers de prisonniers politiques détenus dans les prisons égyptiennes, et en particulier à l'écrivain et philosophe égypto-britannique Alaa Abd El-Fattah, qui mène depuis six mois une grève de la faim et risque de mourir.

Alaa a passé les dix dernières années - un quart de sa vie - en prison, pour des mots qu'il a écrits.

En tant que lauréats du prix Nobel, nous sommes convaincus que les mots ont le pouvoir de changer le monde - et qu'il est nécessaire de les défendre si nous voulons construire un avenir plus durable et véritablement plus juste.

Nous vous demandons instamment d'utiliser l'opportunité qui est maintenant entre vos mains pour aider les plus vulnérables, non seulement face à la montée des eaux, mais aussi ceux qui sont emprisonnés et oubliés - en particulier dans le pays même qui a le privilège de vous accueillir. Une transition juste ne peut se contenter de réduire les émissions, mais doit viser à reconstruire le statu quo en s'éloignant de l'exploitation et de la coercition. Si les dirigeants du monde entier se réunissent en Égypte et repartent sans même un mot sur les plus vulnérables, quel espoir peuvent-ils avoir ? Si la COP-27 se termine par un rassemblement silencieux, où personne ne prend le risque de s'exprimer ouvertement de peur de fâcher la présidence de la COP, alors quel est l'avenir qui fera l'objet de négociations ?

Nous comprenons bien l'enjeu des négociations et leur urgence. Mais nous vous écrivons pour vous rappeler qu'en fin de compte, ce n'est pas par un compromis avec l'autoritarisme que les crises sont évitées. Nous pensons que c'est à travers plus de démocratie, plus de transparence et plus de participation civique que se trouve la véritable voie vers la durabilité. N'utilisons pas l'excuse du pragmatisme pour éviter les questions difficiles.

Nous vous demandons d'utiliser votre discours en plénière pour prononcer les noms des personnes emprisonnées, pour appeler à leur liberté, et pour inviter l'Égypte à tourner une page et à devenir un véritable partenaire d'un avenir différent : un avenir qui respecte la vie et la dignité humaines. Nous vous demandons de profiter des réunions bilatérales pour soutenir l'appel des groupes égyptiens et internationaux de défense des droits de l'homme en faveur d'une amnistie des prisonniers ; de faire de votre soutien un point permanent de l'ordre du jour.

Nous vous demandons, dans votre discours, d'apporter les voix des personnes injustement emprisonnées dans la salle. La puissante voix d'Alaa Abd El-Fattah en faveur de la démocratie est sur le point de s'éteindre, nous vous demandons de lui insuffler la vie en lisant ses mots. Ceux-ci, de 2019, sur la gestion de la crise climatique, sont particulièrement résonnants :

La crise n'est pas celle de la prise de conscience, mais celle de la capitulation devant l'inévitabilité de l'inégalité. Si la seule chose qui nous unit est la menace, alors chacun se mobilisera pour défendre ses intérêts. Mais si nous nous rassemblons autour de l'espoir d'un avenir meilleur, un avenir où nous mettons fin à toutes les formes d'inégalité, cette prise de conscience mondiale se transformera en énergie positive.

L'espoir, ici, est nécessaire. Nos rêves ne se réaliseront peut-être pas, mais si nous nous soumettons à nos cauchemars, nous serons tués par la peur avant le déluge.

En effet, nous ne pouvons pas nous rendre à l'inévitabilité de l'inégalité. Nous ne pouvons pas céder la possibilité d'un avenir différent à une gestion amorale de la crise. Nous devons veiller à ce que nos paroles soient prononcées pour défendre les plus vulnérables - car nous savons que notre silence les met davantage en danger.

Je vous prie d'agréer, Madame, Monsieur, l'expression de mes sentiments distingués,

Svetlana Alexievitch
J. M. Coetzee
Annie Ernaux
Louise Glück
Abdulrazak Gurnah
Kazuo Ishiguro
Elfriede Jelinek
Mario Vargas Llosa
Patrick Modiano
Herta Müller
Orhan Pamuk
Roger Penrose
George Smith
Wole Soyinka
Olga Tokarczuk

Il y a quelques mois, Alaa Abd El-Fattah a publié, depuis sa prison, un recueil d'essais intitulé Tu n'as pas encore été vaincu (Seven Stories Press) que l'écrivain Naomi Klein qualifie d'"histoire vivante". Nous avons publié récemment dans TMR une critique de You Have Not Yet Been Defeated par Fouad Mami ("Alaa Abd El-Fattah-the Revolutionary El-Sissi Fears Most ?"). El-Fattah continue d'inspirer les personnes éprises de liberté dans le monde entier, mais il n'a plus longtemps à vivre, à moins que les autorités égyptiennes ne le voient libre.

Libérez Alaa, maintenant.

Rédacteur en chef, TMR

Jordan Elgrably est un écrivain et traducteur américain, français et marocain dont les récits et la non-fiction créative ont été publiés dans de nombreuses anthologies et revues, notamment Apulée, Salmagundi et la Paris Review. Rédacteur en chef et fondateur de The Markaz Review, il est cofondateur et ancien directeur du Levantine Cultural Center/The Markaz à Los Angeles (2001-2020). Il est l'éditeur de Stories From the Center of the World : New Middle East Fiction (City Lights, 2024). Basé à Montpellier, en France, et en Californie, il écrit sur Twitter @JordanElgrably.

Printemps arabecensurePrisonniers politiques égyptiensel-Sisiliberté d'expressionliberté de la presse

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.