La Terre contre-attaque

4 juin 2023 -
Temps de lecture :8 minutes
Dans l'art et la performance du Moyen-Orient, la Terre riposte par la maladie, l'indifférence, la thérapie et la verdure étouffante et oppressante !

 

Malu Halasa

 

Les gens sont nerveux, et c'est compréhensible. Le climat est en crise. Les virus animaux mutent, se transforment en humains et une pandémie infecte le monde, alors même que les températures mondiales augmentent. L'extinction continue des espèces d'animaux et d'insectes est certainement un signe de l'orgueil des hominidés.

 

 

Ces nouvelles craintes sont en fait très anciennes. Dans le passé, les avertissements de fin du monde étaient l'apanage d'un fou avec une pancarte au coin d'une rue. Puis ils ont fait les gros titres des journaux et le journal télévisé du soir. Aujourd'hui, elles sont omniprésentes, en bonne place sur les panneaux d'affichage, dans les salles de classe, sur l'internet, dans les médias sociaux et dans les messages WhatsApp des familles. Les générations plus âgées sont honteuses d'avoir "vécu à la meilleure époque" - des sentiments qui s'accompagnent de tiraillements pour les jeunes qui hériteront de leur (notre) gâchis. Les chercheurs cités dans The Lancet s'inquiètent du fait que ce sont les jeunes qui sont peut-être les plus touchés. "Les jeunes souffrant de dépression et d'anxiété pourraient être exposés à un risque disproportionné d'aggravation des symptômes face au changement climatique", écrivent-ils.

Dans le même temps, le théoricien de l'ère numérique Doug Rushkoff a émis l'hypothèse, dans le Guardian, que même les milliardaires de la technologie de la Silicon Valley avaient l'intention d'échapper à une catastrophe imminente en s'échappant dans l'espace ou dans des bunkers de survie bien approvisionnés en Nouvelle-Zélande. Le rêve de la réalité virtuelle promettait aux privilégiés qu'ils n'auraient pas à sortir pour respirer de l'air pollué, nager dans des mers couvertes de plastique ou labourer des terres agricoles frappées par la sécheresse. Ces situations en temps réel menacent aujourd'hui le Sud mondialisé et sont, en partie, à l'origine des milliers de personnes qui s'amassent au Mexique et aux États-Unis ou qui traversent la Méditerranée sur de petites embarcations chaque été.

Même les responsables des dernières innovations technologiques, censées rivaliser avec la révolution industrielle par l'ampleur des changements à venir, ont commencé à lancer des avertissements dignes de Cassandre. Les chatbots rusés et leurs découvertes de nouveaux médicaments nous aideront peut-être à vivre éternellement sur une planète desséchée, mais on nous en voudra, et ils sont probablement déjà en train de préparer notre disparition ou notre asservissement, comme des Terminators en herbe.

Beaucoup de ceux qui ne sont pas des machines, ceux qui sont encore des humains, sont à juste titre en colère contre la destruction de la Terre et ceux qui sont vraiment énergiques ont rejoint Extinction Rebellion ou Just Stop Oil. Et puis il y a des milliers, voire des millions d'autres personnes, figées par l'inaction, qui ne savent pas quoi faire, qui se demandent comment réduire leur niveau d'anxiété et où aller si la fin est proche.

Les nouvelles performances et les nouveaux arts du Moyen-Orient n'offrent peut-être pas les solutions ultimes. Cependant, certaines des expériences immersives, des histoires, des paysages sonores et des points de vue proposés par ces artistes sont tirés de l'expérience de personnes venant d'endroits troublants. La gamme d'œuvres d'art frôle le cauchemar, tandis que d'autres sont inattendues, calmes et sereines avant la tempête. Une telle destruction de la planète ne restera pas impunie. Ce n'est pas une question de temps. C'est maintenant que cela se passe. Dans cet art du Moyen-Orient, la Terre nourricière riposte.

Pathogène de guerreYasmine Fedda

Avec la maladie

La science-fiction a fourni une abondance de visions apocalyptiques. L'artiste et cinéaste palestinienne Yasmin Fedda s'inspire des thèmes tranchés de certains de ses films documentaires, tels que les disparus de la guerre syrienne, pour créer un spectacle théâtral immersif qui sera présenté pour la première fois lors du prochain festival Shubbak - A Window on Contemporary Arab Cultures, qui se tiendra à Londres en 2023. Dans Pathogène de guerrenous sommes en 2073 et une "bio-rift" catastrophique a déjà eu lieu. Une bactérie résistante aux antibiotiques incube dans les champs de bataille d'une guerre au Moyen-Orient qui semble s'éterniser, en Irak. L'Acinetobacter baumannii, connue aux États-Unis sous le nom d'"Iraqibacter", finit par tuer entre 50 000 et 100 000 personnes par an. Lorsque les spectateurs commencent leurs recherches intensives sous la direction experte du Dr Omar Dewachi, anthropologue médical irakien, la moitié de la population mondiale est déjà morte.

Avec indifférence

Certains artistes utilisent les technologies numériques les plus récentes non pas pour alimenter les peurs, mais pour suggérer des vérités plus grandes qui, à bien des égards, sont également désagréables pour les humains.

Dwelling in the Unfolding, Mona Kasra, Matthew Burtner.

Dwelling in the Enfolding (2020) est une œuvre d'art interactive et immersive à 360° réalisée par Mona Kasra et Matthew Burtner, qui figure actuellement dans l'exposition collective Simurgh : Ten Women Artists from Iran à la Galerie Crone, dans le cadre du Gallery Weekend Berlin, jusqu'au 16 juin.

Les paysages panoramiques de Dwelling, dépourvus de toute population, de montagnes glaciaires ou de cavernes glacées au milieu de la fonte des neiges semblent s'enrouler autour de l'observateur. Les processus d'auto-renouvellement à distance de la nature ont été intensifiés par l'artiste irano-américain des nouveaux médias Kasra et par le compositeur et artiste sonore écologique Burtner, né en Alaska. Cependant, la beauté n'est pas le but recherché ici. L'œuvre d'art est autant un appel à l'action - ou du moins à l'auto-analyse - qu'une invitation au plaisir esthétique.

Pour une exposition de science et d'art évaluée par les pairs, Notre Terre, notre maison : Art, technologie et action critiqueles artistes expliquent leurs intentions : "Le plus grand défi que nous ayons à relever en tant qu'êtres humains est peut-être de nous réimaginer en train de passer du statut de consommateurs de la planète à celui de gardiens de celle-ci. Poussés par la dévastation anthropogénique qui se déroule autour de nous, nos travaux s'inspirent des idées de Heidegger et d'Ingold sur la nature de l'habitation pour réimaginer notre relation entrelacée avec la Terre et la manière dont nous coexistons avec elle".

Ou pour le dire plus crûment, comme le fait Kasra sur son site web : "L'immobilité environnante ... continue d'évoluer dans un acte perpétuel d'habitation dépourvu de vie humaine ... Nous n'appartenons pas à cet espace. Ni nos souvenirs individuels, ni nos souvenirs collectifs, ni nos expériences ne sont attribués à la tapisserie de l'espace. Il résiste donc à notre compréhension humaine".

Elle appartient à une nouvelle race d'artistes scientifiques. Née à Téhéran, elle a étudié la communication et le graphisme à l'université d'art de Téhéran, avant d'obtenir des diplômes d'art visuel numérique à l'université d'État de Californie à Northridge et d'arts, de technologie et de communication émergente à l'université du Texas à Dallas. Elle est actuellement professeur associé en conception de médias numériques à l'université de Virginie. Son nouveau projet explore, selon elle, "la manière dont la capture de mouvement, l'audio spatial et les environnements interactifs de réalité étendue peuvent représenter et transmettre des pratiques culturelles incarnées".

Image des pieds et de la cabane dans l'arbre de Mémoire des oiseaux de Tania El Khoury (photo Polina Malikin).

Avec thérapie

D'autres artistes tentent de trouver un réconfort et d'engendrer un changement en invitant le public à faire l'expérience de la nature dans des espaces clos, intimes et sûrs, dans l'espoir que des émotions différentes émergeront vis-à-vis de soi-même et des autres espèces. Pour l'artiste libanaise "live artist" Tania El Khouryl'interactivité avec le public et son potentiel politique sont au cœur de sa nouvelle installation sonore interactive Memory of Birdsdont la première a eu lieu au Fisher Center at Bard, dans le nord de l'État de New York.

Chaque spectateur reçoit une carte représentant un oiseau particulier : la mésange charbonnière, le merle bleu, le cardinal de Virginie, le carouge à épaulettes, le geai bleu, la mésange à tête noire et le bruant chanteur. Ces cartes indiquent la "cabane dans l'arbre" que le spectateur habitera pendant qu'il écoutera l'art sonore au moyen d'un casque d'écoute.

Sur son site web, Khoury décrit Memory of Birds comme "une installation sonore interactive dans les arbres, en collaboration avec un thérapeute spécialisé dans les traumatismes et des oiseaux migrateurs. L'œuvre explore la violence politique qui, au sens propre comme au sens figuré, est enfouie dans des terres contestées".

La pièce, poursuit-elle, est "conçue pour être oubliée", avec la promesse qu'elle "se mange elle-même". Une fois que les spectateurs sont sortis de leur cabane en forme d'oiseau, on leur offre des noix qu'ils peuvent littéralement donner aux oiseaux. Ils reçoivent également du za'atar, fabriqué par la mère de l'artiste, qu'ils peuvent emporter chez eux.

Khoury est directeur du Centre pour les droits de l'homme et les arts de l'Open Society University Network au Bard College, membre associé du collectif d'artistes Forest Fringe au Royaume-Uni et cofondateur du Dictaphone Group au Liban. Ce dernier est un collectif de recherche et d'art vivant qui vise à remettre en question la relation des gens avec la ville et les espaces publics. À Bard, elle est revenue à des questions pertinentes sur la nature.

 

Naeemeh Kazemi, Untiled (La La Land Series) 2023. Huile sur toile, 150 x 160 cm, avec l'aimable autorisation de la Leila Heller Gallery.
Naeemeh Kazemi, Untitled(La La Land Series), huile sur toile, 150 x 160 cm, 2023 (avec l'aimable autorisation de la Leila Heller Gallery).

Avec une verdure étouffante et oppressante

Ce n'est pas un horticulteur mais un sculpteur qui nous rappelle que nous avons besoin de verdure et de camouflage protecteur. Naeemeh Kazemi s'est tournée vers la peinture pendant le confinement du Covid, lorsqu'elle ne pouvait pas sortir et se rendre à pied à son atelier à Téhéran. Depuis son appartement d'une chambre, elle a peint la série La La Land (2020-2021), des toiles à l'huile luxuriantes et hautement allégoriques, remplies d'enchantement, de plantes et de fleurs. Mais à y regarder de plus près, quelque chose d'étrange se cache dans les buissons. Une figure mystérieuse, qui semble être une femme réfugiée de l'un des anciens maîtres de l'art, regarde fixement à l'extérieur de la toile. Vêtue de vêtements ornés du quinzième siècle, elle apparaît avec sa main ou celle de quelqu'un d'autre sur sa bouche, cachée par les fleurs et les arbres criards.

Art Basel fournit la meilleure description de l'œuvre de Kazemi : "[elle] respire l'anxiété écologique et pandémique, évoquée subtilement par le symbolisme, les références à la peinture classique et le sentiment d'être totalement étouffé par un réseau trop lumineux, trop luxuriant et enchevêtré de plantes et d'animaux".

Au printemps, Kazemi a présenté une exposition personnelle à la galerie Leila Heller de Dubaï. En mai, une peinture de sa série La La Land a été incluse dans l'exposition de groupe, The Land of Honeyà Leila Heller New York. L'exposition était organisée par Emann Odufu, cinéaste, critique d'art et de culture et commissaire d'exposition d'origine guyanaise et nigériane, originaire de Newark, dans le New Jersey. Pour citer les notes de l'exposition, la peinture de Kazemi, comme les autres œuvres de l'exposition, utilise l'abstraction pour "percer le voile de cet état de rêve vers des territoires qui sont moins faciles à aborder dans la société d'aujourd'hui". Dans son cas particulier, il s'agit de tout ce que le gouvernement iranien trouve répréhensible, ce qui couvre beaucoup de choses.

Cet automne, elle présentera sa première exposition personnelle à New York. Dans les peintures de cette exposition, le récit de la femme mystérieuse se poursuit. Elle émerge lentement de la jungle à différents moments, accompagnée de chiens, d'un bébé nu et de lucioles.

Alors, que faire face à la menace qui pèse sur la Terre ? Doug Rushkoff, théoricien de l'ère numérique et cyberpunk, suggère que nous commencions à passer une plus grande partie de notre vie loin de l'écran. Il faut sentir le vent sur nos visages et l'art dans nos cœurs. L'art immersif et la performance pourraient être l'un des nombreux antidotes au blues de la Terre qui tue.

 

Malu Halasa, rédactrice littéraire à The Markaz Review, est une écrivaine et éditrice basée à Londres. Son dernier ouvrage en tant qu'éditrice est Woman Life Freedom : Voices and Art From the Women's Protests in Iran (Saqi 2023). Parmi les six anthologies qu'elle a déjà coéditées, citons Syria Speaks : Art and Culture from the Frontline, coéditée avec Zaher Omareen et Nawara Mahfoud ; The Secret Life of Syrian Lingerie : Intimacy and Design, avec Rana Salam ; et les séries courtes : Transit Beirut : New Writing and Images, avec Rosanne Khalaf, et Transit Tehran : Young Iran and Its Inspirations, avec Maziar Bahari. Elle a été rédactrice en chef de la Prince Claus Fund Library, rédactrice fondatrice de Tank Magazine et rédactrice en chef de Portal 9. En tant que journaliste indépendante à Londres, elle a couvert un large éventail de sujets, de l'eau comme occupation en Israël/Palestine aux bandes dessinées syriennes pendant le conflit actuel. Ses livres, expositions et conférences dressent le portrait d'un Moyen-Orient en pleine mutation. Le premier roman de Malu Halasa, Mother of All Pigs a été qualifié par le New York Times de "portrait microcosmique d'un ordre patriarcal en déclin lent". Elle écrit sur Twitter à l'adresse @halasamalu.

artCrise climatiqueenvironnementpeinturela terre riposte

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.