La sécheresse et la guerre en Syrie

14 janvier 2021 -
Temps de lecture :7 minutes
…que nous examinons ici nous permet de savoir si la Syrie est le lieu de la première « guerre climatique » au Moyen-Orient.

 

Jordan Elgrably

 

Quand on vit dans le sud de la Californie, on s'habitue, voire on devient blasé, face aux catastrophes à grande échelle : feux de forêt, inondations, émeutes, tremblements de terre et, souvent pendant de longues périodes, la sécheresse. Dans un État où les sécheresses durent des années, les Californiens de toujours sont parfois visités par des visions de l'Apocalypse - en particulier pendant la sécheresse la plus récente, un gouffre de sept ans de 2011 à 2019. (Vous pouvez imaginer ce qui se passerait dans un État où près de 40 millions de personnes devraient se battre entre elles pour l'eau). J'avoue que les films de science-fiction dans lesquels la pénurie d'eau est critique, comme Mad Max, 72%, Quantum of Solace et Le Livre d'Eli, me touchent plus profondément que les films d'horreur. La peur de voir le robinet se tarir est proche de la claustrophobie - manquer d'eau est presque aussi grave que manquer d'air, après tout. Ainsi, pendant la dernière sécheresse, j'étais plus qu'heureux d'économiser ma consommation d'eau, au point de tirer la chasse d'eau une fois sur trois et de partager un bain avec ma femme et mon jeune fils, selon celui qui décidait d'y aller en premier.

Malgré les incendies de forêt qui ont dévasté la Californie ces dernières années — et qui ont en outre épuisé les ressources en eau de l'État — les sécheresses n'ont jamais entraîné de guerre civile. Mais en 2015, le président Barak Obama a affirmé que le changement climatique avait entraîné la sécheresse en Syrie, ce qui a contribué à alimenter le début de la guerre civile dans ce pays. Selon ses propres termes:

« Dans le monde entier, le changement climatique augmente le risque d'instabilité et de conflit. Les mers montantes engloutissent déjà les terres basses, du Bangladesh aux îles du Pacifique, forçant les gens à quitter leur foyer. Les îles des Caraïbes et les côtes d'Amérique centrale sont également vulnérables. Ailleurs, des sécheresses plus intenses exacerberont les pénuries d'eau et de nourriture, accroîtront la concurrence pour les ressources et créeront un potentiel de migrations massives et de nouvelles tensions. C'est pourquoi le Pentagone appelle le changement climatique un “multiplicateur de menaces”… On pense maintenant que la sécheresse, les mauvaises récoltes et les prix élevés des denrées alimentaires ont contribué à alimenter les premiers troubles en Syrie, qui ont dégénéré en guerre civile au cœur du Moyen-Orient. » —Barak Obama

La sécheresse a été dévastatrice, imposant un fardeau supplémentaire aux familles syriennes. Dans l'est et le Nord-Est, beaucoup ont abandonné leurs villages (Photo : Stephen Starr, IRIN)
La sécheresse a été dévastatrice, imposant un fardeau supplémentaire aux familles syriennes. Dans l'est et le Nord-Est, beaucoup ont abandonné leurs villages (Photo : Stephen Starr, IRIN)

La guerre civile syrienne était-elle en fait une guerre climatique sur le modèle de celle du Darfour au Soudan, appelée par certains la première guerre mondiale contre le changement climatique ? Dans son ouvrage Destroying A Nation, The Civil War in Syria (La déstruction d'une nation, la guerre civile en Syrie) (2017), Nikolaos Van Dam affirme que « Dans les années précédant la révolution syrienne, l'économie agricole a été gravement touchée par la sécheresse, la pire depuis au moins 500 ans, ce qui a provoqué l'exode de plus d'un million de ruraux vers les villes. La situation est devenue explosive ».

Il est essentiel de souligner que la sécheresse en Syrie aurait commencé en 2006, bien avant l'apparition de ces tensions.

Dans leur livre « Burning Country » (Pays en feu), Robin Yasin-Kassab et Leila Al-Shami ont noté que : « En 2010, la sécheresse avait conduit entre deux et trois millions de Syriens dans une pauvreté extrême, détruisant les moyens de subsistance d'environ 800 000 agriculteurs et éleveurs, et forçant des centaines de milliers de personnes à quitter leurs terres ».

En regardant un peu plus loin, j'ai trouvé que dans l'édition du 13 octobre 2010 du New York Times, un journaliste envoyé pour faire un reportage sur la sécheresse s'est rendu à Raqqa, dans le nord-est de la Syrie (qui deviendra plus tard le fief de l'ISIS avant que les forces de Bachar Al-Assad ne reprennent la ville en 2017). Au début, ses mots m'ont rappelé un guide de voyage de Baedeker des années 1930, alors qu'il devenait poétique. Le journaliste du NYT a écrit :

« Les terres agricoles qui s'étendent au nord et à l'est de cette ville de l'Euphrate étaient autrefois le grenier à blé de la région, une vaste étendue de champs de blé doré et de troupeaux de moutons bucoliques.

» Aujourd'hui, après quatre années consécutives de sécheresse, ce cœur du Croissant fertile — y compris une grande partie de l'Irak avoisinante — semble devenir stérile, selon les climatologues. Les anciens systèmes d'irrigation se sont effondrés, les sources d'eau souterraines se sont asséchées et des centaines de villages ont été abandonnés, les terres agricoles se transformant en désert fissuré et les animaux de pâturage meurent. Les tempêtes de sable sont devenues beaucoup plus fréquentes, et de vastes cités de tentes de fermiers dépossédés de leurs terres et de leurs familles se sont élevées autour des grandes villes de Syrie et d'Irak. »

Au lieu de transporter des jouets ou des livres scolaires, les enfants de Hassakeh portent de lourdes bouteilles d'eau et des récipients (Photo : CICR).
Au lieu de transporter des jouets ou des livres scolaires, les enfants de Hassakeh portent de lourdes bouteilles d'eau et des récipients (Photo : CICR).

Tous les observateurs ne sont pas convaincus que la sécheresse en Syrie a alimenté la guerre civile. En 2017, deux chercheurs suédois de l'université de Lund ont publiés une thèse dont les arguments sont largement à l'opposé. Lina Eklund et Darcy Thompson ont écrit : « La sécheresse qui a touché la Syrie a été décrite comme une grave sécheresse pluriannuelle qui a perdurée de 2006 à 2010. Mais les niveaux de précipitations en 2006, 2007, 2009 et 2010 étaient proches de la normale, tant dans l'ensemble de la Syrie que dans la région du “grenier à blé” du nord-est. Cela suggère que seule l'année 2008 a été une véritable année de sécheresse ». Ils ont poursuivi en disant que la relation entre le changement climatique, la sécheresse, les migrations et les conflits n'est pas tout à fait claire. En supposant qu'il s'agisse d'universitaires neutres et impartiaux, que se passe-t-il alors ?

Eklund et Thompson ont admis que « il y a eu un exode massif de familles d'agriculteurs des zones les plus touchées par la sécheresse au nord du pays… vers les villes voisines de Damas, Hama et Alep. Cependant, le rôle que cette migration a joué pour aider à alimenter les soulèvements puis le conflit est loin d'être clair ». Nos collègues suédois ont conclu que « leconflit n'est pas inévitable face à la sécheresse ».

Quoi qu'il en soit, le manque cruel d'eau a mis à mal les moyens de subsistance de milliers d'agriculteurs et a poussé plus d'un million de Syriens à migrer vers les villes où ils étaient souvent des étrangers malvenus, réclamant des emplois déjà rares. Imaginez qu'en plus de cela, beaucoup ont gardé leurs frustrations pour eux par peur du mukhabarat (police secrète), car dans une culture de répression ; le discours politique est contrôlé et sévèrement puni. La vie sous le royaume du silence d'Assad ne ferait qu'alimenter davantage de colère et de ressentiment, alors que la nourriture, l'eau et les emplois se font rares.

Un enfant déplacé de 11 ans remplit l'eau d'une citerne dans un camp de déplacés syriens près de la frontière turque, dans la campagne nord d'Idlib (Photo : Anas Alkharboutli, AP Images)
Un enfant déplacé de 11 ans remplit l'eau d'une citerne dans un camp de déplacés syriens près de la frontière turque, dans la campagne nord d'Idlib (Photo : Anas Alkharboutli, AP Images)

En octobre, le Comité international de la Croix-Rouge a signalé que la ville de Hassakeh, dans le nord-est de la Syrie, avait connu sa pire pénurie d'eau depuis des années, et Human Rights Watch a dénoncé les pénuries d'eau dans le nord de la Syrie, le long de la frontière turque, y compris et surtout dans les camps de réfugiés, où les représentants de HRW ont "documenté des conditions désastreuses... notamment des latrines qui débordent, des eaux usées qui s'infiltrent dans des tentes en lambeaux et des résidents qui boivent de l'eau de lavage provenant de réservoirs contenant des vers. Ces conditions risquent d'être exacerbées avec la coupure de l'approvisionnement en eau, et ne feront qu'accroître le risque pour la population de contracter le coronavirus." Le plus déchirant est d'observer les enfants qui souffrent du manque d'eau et de nourriture. Comme le rapporte le CICR, "Haidar, un enfant de 11 ans, a déclaré : "Nous sommes en train de mourir, et nous avons besoin de chaque goutte d'eau".

Après une décennie de conflits, on estime que 15 millions de Syriens manquent d'eau potable. Les agences d'aide internationales continuent de se concentrer sur l'acheminement de nourriture et d'eau dans la région. Le groupe à but non-lucratif Action contre la faim souligne que l'une de ses « priorités absolues est de répondre à l'immense besoin d'accès à l'eau potable, à des installations sanitaires sûres et à une hygiène saine » en Syrie.

Cette année, le 22 mars, les Nations unies célèbrent la Journée mondiale de l'eau et le 17 juin, la Journée mondiale de lutte contre la désertification et la sécheresse. Les écologistes des Nations unies affirment que la sécheresse n'est pas inévitable. « La désertification ne se réfère pas à l'expansion des déserts existants. Elle se produit parce que les écosystèmes des zones arides, qui couvrent plus d'un tiers de la surface terrestre mondiale, sont extrêmement vulnérables à la surexploitation et à l'utilisation inappropriée des terres. La pauvreté, l'instabilité politique, la déforestation, le surpâturage et les mauvaises pratiques d'irrigation peuvent tous nuire à la productivité des terres… Dans le même temps, le renforcement de la résilience de nos systèmes d'alimentation et d'eau peut contribuer à réduire les effets de la pandémie sur la pauvreté et l'insécurité alimentaire dans le monde ».

Il reste vrai que plus de personnes dans le monde ont accès à un téléphone portable que les installations sanitaires de base et l'eau potable. L'un des premiers défis de la « quatrième révolution industrielle », en particulier pour les régions desséchées du monde arabe et de l'Afrique, est de rendre l'eau potable propre et sûre disponible à faible coût ou gratuitement pour des millions de personnes. Il y a quelques années, le Forum économique mondial a publié un rapport intitulé « Harnessing the Fourth Industrial Revolution for Water » (L'exploitation de l'eau de la quatrième révolution industrielle), dans lequel les auteurs sont parvenus à une conclusion positive. Ils envisageaient de « garantir l'accès universel à l'eau potable ainsi qu'à l'eau pour l'industrie, l'énergie, l'agriculture et les écosystèmes », sans toutefois s'aventurer à en déterminer le coût.

En fin de compte, même si la guerre civile en Syrie n'a pas été directement causée par le changement climatique, la sécheresse a entraîné des dommages durables. Nodira Akhmedkhodjaeva, dans un rapport du projet Alep de l'Université d'Europe centrale à Budapest, déclare : « La Syrie se dessèche et ne fera que s'assécher… La reconstruction devra s'attaquer au problème de la sécheresse et des pénuries d'eau permanentes auxquelles le pays sera confronté, en partie à cause des politiques des six dernières décennies et en partie à cause du changement climatique. »

Que vous viviez en Californie, en Syrie ou dans le sud de la France, d'ailleurs (où la sécheresse est une réalité depuis des années), l'avenir est déjà là. Il est temps que nous comprenions que le changement climatique ne se soucie pas de savoir s'il est réel ou non ; l'élévation du niveau des mers, les incendies de forêt et les pénuries d'eau sont là pour rester. La question est de savoir quelles mesures nous allons prendre collectivement pour éviter la soif sur terre.

 

Jordan Elgrably est un écrivain et traducteur américain, français et marocain dont les récits et la textes créatifs ont été publiés dans de nombreuses anthologies et revues, comme Apulée, Salmagundi et la Paris Review. Rédacteur en chef et fondateur de The Markaz Review, il est cofondateur et ancien directeur du Levantine Cultural Center/The Markaz à Los Angeles (2001-2020). Il est l'éditeur de Stories From the Center of the World : New Middle East Fiction (City Lights, 2024). Basé à Montpellier, en France, et en Californie, il écrit sur Twitter @JordanElgrably.

sécheresseenvironnementguerre civile syrienneécologie de l'eau

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.