Une journée dans la vie d'Abed Salama: une histoire de Palestine

16 octobre 2023 -

Demandez à n'importe quel Palestinien où il se trouvait lorsque l'accident du bus de Jaba s'est produit, et il s'en souviendra probablement avec force. Il reste ancré dans la psyché populaire palestinienne, même si la Cisjordanie a connu son lot de calamités avant et depuis.

 

Une journée dans la vie d'Abed Salama, par Nathan Thrall
Allen Lane 2023
ISBN 9780241566725

 

Dalia Hatuqa

 

Demandez à n'importe quel Palestinien où il se trouvait lorsque l'"accident du bus de Jaba" s'est produit, et il s'en souviendra probablement avec force. Il reste ancré dans la psyché populaire palestinienne, même si la Cisjordanie a connu son lot de calamités avant et depuis. Le 12 février 2012 a été une journée particulièrement sombre en Terre sainte. Mon mari, qui travaillait à l'époque pour une agence des Nations unies, était parti tôt au travail. Les nuages sombres et inquiétants m'ont empêchée de sortir du lit. Réveillée mais groggy, j'ai été surprise par un appel téléphonique. C'était un numéro que je ne reconnaissais pas. J'ai décroché et une femme qui s'est présentée comme l'une des collègues de mon mari m'a dit qu'il y avait eu un accident. Elle n'est pas entrée dans les détails, mais elle m'en a dit assez pour me faire bondir du lit. Ce que j'ai retenu de cette conversation rapide, c'est que mon partenaire rentrerait à la maison bien avant la fin de sa journée de travail.

A Day in the Life est publié par Penguin.

Je me suis impatientée devant la porte jusqu'à ce qu'il arrive avec un collègue. Il avait les yeux bleus injectés de sang et de larmes, un spectacle que je n'avais jamais vu depuis le début de notre mariage. Nous nous sommes embrassés et lorsque son collègue est parti, il m'a raconté ce qui s'était passé : En se rendant à Hébron, lui et d'autres membres du personnel des Nations unies étaient tombés sur le lieu d'un accident où un bus rempli d'enfants de maternelle avait été percuté de plein fouet par un gros camion. Lui et ses collègues se sont précipités pour aider, mais ils ont trouvé certains des enfants déjà morts, leurs petits corps carbonisés au point d'être méconnaissables, et le conducteur du camion qui hurlait en s'appuyant sur ses jambes aplaties. Ils ont chargé leur camionnette avec autant d'enfants que possible et les ont conduits à l'hôpital de Ramallah.

Une journée dans la vie d'Abed Salama, que l'auteur Nathan Thrall a développé à partir de son article de 2021 dans la New York Review of Books du même titre, analyse cet incident dévastateur, au cours duquel sept Palestiniens (six enfants et un adulte) ont été tués. Mais il fait bien plus que cela. En commençant par l'arrivée trop tardive des services d'urgence sur les lieux de l'accident - les secours palestiniens étaient bloqués dans des artères obstruées par les postes de contrôle israéliens, et les secouristes israéliens qui se trouvaient à proximité ne sont arrivés qu'après que les enfants eurent été emmenés à l'hôpital par de bons samaritains -, Thrall décortique les couches systémiques d'inégalité et d'injustice responsables du sort des victimes. Un lecteur qui n'a pas connu, et encore moins vécu, l'occupation israélienne pourrait penser qu'il s'agit d'une série d'événements malheureux mais coïncidents qui ont conduit à la mort des enfants. Mais Thrall brosse astucieusement un tableau plus large de la vie en Cisjordanie, un endroit isolé, étouffé et soumis à toutes les facettes imaginables du pouvoir militaire. Le sous-titre du livre, "Une histoire de Palestine", est tout à fait approprié.

Un lecteur qui n'a pas connu, et encore moins vécu, l'occupation israélienne pourrait penser qu'il s'agit d'une série d'événements malheureux, mais coïncidents, qui ont conduit à la mort des enfants.

L'auteur, qui vit à Jérusalem, est l'ancien directeur du projet arabo-israélien de l'International Crisis Group. Il est l'auteur d'un ouvrage antérieur sur la Palestine-Israël intitulé La seule langue qu'ils comprennent. Il est bien équipé pour raconter cette histoire. Thrall se sert de la vie d'Abed Salama, employé d'une compagnie de téléphone palestinienne et militant politique, pour exposer la réalité absurde et brutale de la vie des Palestiniens sous le régime israélien. Le fils de Salama, Milad, faisait partie des enfants blessés que les passants ont rassemblés et, en l'absence des services d'urgence qui n'étaient pas encore arrivés, ont emmenés d'urgence à l'hôpital. Salama a passé la journée à chercher Milad avant d'apprendre la terrible nouvelle de sa mort. Le corps du petit garçon était si gravement brûlé qu'un test ADN était nécessaire pour identifier ses restes. "C'est alors qu'Ibrahim a appelé", écrit Thrall, faisant référence à un parent des Salama. "Il avait réussi à obtenir les résultats grâce à ses relations. L'un des enfants à la morgue de l'hôpital était Milad. [...] Quelques instants plus tard, le haut-parleur de la mosquée annonçait le décès de Milad Salama : Milad Salama était mort".

Grâce à la plongée profonde de Thrall dans la vie d'(Abed) Salama - son premier amour interdit, son travail controversé dans les colonies juives et son mariage malheureux avec sa première femme - une image nuancée émerge, celle d'un homme imparfait, qui reflète le système politique et militaire brisé sous lequel il vit. d'un homme imparfait, à l'image du système politique et militaire défaillant dans lequel il vit.. La famille de Salama vit dans les ruelles étroites du quartier délabré de Dahiyat al-Salam, dans l'enclave d'Anata, à côté du camp de réfugiés de Shuafat. Le camp est séparé de Jérusalem-Est par le mur de séparation israélien, qui restreint l'accès aux hôpitaux et détermine même où Milad ira à l'école. Nous apprenons qu'une grande partie d'Anata, dont la superficie a été réduite de 12 miles carrés à moins d'un en raison de la confiscation répétée de ses terres par Israël, appartenait aux Salamas. Bien qu'il s'agisse d'une propriété privée, la zone a été expropriée pour faire place à la colonie d'Anatot, en pleine expansion, et à une base militaire israélienne adjacente.

Tout au long de son livre, Thrall ne mâche pas ses mots. Il écrit de manière ouverte, éloquente, claire et directe, fournissant un compte rendu détaillé de la vie sous la colonisation. L'auteur inclut la Nakba et même les débuts du sionisme dans son propos. Pour comprendre le sort des écoliers de 2012, il est essentiel de savoir ce qui s'est passé dans les décennies qui ont suivi la guerre de 1967, lorsqu'Israël a repris à la Jordanie Jérusalem-Est, peuplée de Palestiniens. Depuis lors, l'étau de l'État juif autour des quartiers de Jérusalem-Est s'est resserré. "Au cours des décennies suivantes, la démographie et la géographie des territoires occupés ont été transformées par Israël, qui a utilisé toute une série de politiques pour les judaïser", écrit M. Thrall, qui utilise Anata comme un microcosme pour illustrer le destin similaire d'autres quartiers de Jérusalem-Est occupée :

À Anata, le gouvernement a saisi les terres morceau par morceau, émis des centaines d'ordres de démolition, annexé une partie de la ville à Jérusalem, érigé un mur de séparation pour encercler son centre urbain, et confisqué le reste pour créer quatre colonies, plusieurs avant-postes de colons, une base militaire et une autoroute séparée coupée en deux par un autre mur, celui-ci empêchant les colons de voir le trafic palestinien. La piscine naturelle et la source de la ville ont été transformées en réserve naturelle israélienne, dont l'accès était gratuit pour les colons d'Anatot, mais payant pour les habitants d'Anata. La route menant à la source passe par la colonie, dans laquelle les Palestiniens ne peuvent pénétrer sans permis ; ils doivent donc emprunter un autre itinéraire, en faisant un long détour sur un chemin de terre dangereux.

Bien que nous découvrions que le bus loué pour transporter les enfants était vieux et mal entretenu, et que le conducteur du camion qui l'a percuté était imprudent, nous comprenons peu à peu le système de domination israélien qui a conduit à l'accident mortel. Les quartiers palestiniens sont étouffés par le mur de séparation de la Cisjordanie et privés de services municipaux et d'infrastructures, les points de contrôle israéliens retardent, voire empêchent les ambulances de se rendre dans les zones peuplées de Palestiniens, et les routes de contournement permettent aux colons juifs israéliens de circuler indépendamment des Palestiniens, qui sont relégués sur un réseau de routes négligées, dépourvues d'éclairage, de présence policière et même de séparateurs entre les deux sens de circulation. Une fois réunies, ces pièces du puzzle de l'apartheid montrent clairement que la tragédie aurait pu être évitée et que ses véritables racines - le mur, les permis, les cartes d'identité, le manque d'écoles palestiniennes, l'absence de transports sûrs - n'ont jamais été abordées.

En fin de compte, Une journée dans la vie d'Abed Salama vous saisit du début à la fin. À la fin, le lecteur se retrouve en colère, épuisé et peiné. Thrall réussit un tour de force très compliqué en mêlant de nombreuses informations techniques sur l'effet écrasant de la lente prise de possession des terres par Israël, le labyrinthe des points de contrôle militaires et la bureaucratie qui sépare les Palestiniens les uns des autres, dans un récit habile et captivant. Le livre réussit à mettre à nu la cruelle réalité de la vie palestinienne sous le régime militaire israélien, qui a dicté le sort de ces six enfants, tout en rendant hommage à l'humanité de ses sujets.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.

Devenir membre