Nouveaux arts, films, modes, musiques et écrits palestiniens

19 octobre, 2020 -

 

Malu Halasa

 


https___cdn.evbuc.com_images_111981859_476077086991_1_original.jpeg

Dialogues sur l'art de la mode arabe :
Corps célestes : L'industrie de la mode modeste 

à l'initiative Zay

Mardi 20 octobre

HEURE : 15 h 00 - 16 h 00 GMT +1

En explorant les nouveaux créateurs, les tendances et les développements de la mode islamique dans le monde, Alia Khan du Conseil Islamique des Créateurs de Mode s'entretient avec le Dr Reem El Mutwalli, qui poursuit ses conversations "sur le canapé" pour l'Initiative Zay. La collection de robes traditionnelles et de vêtements historiques de l'initiative, accessible en ligne, provient de familles rurales et de familles dirigeantes des Émirats Arabes Unis et d'autres pays du Moyen-Orient. Le 3 novembre, le Dr Mutwalli sera rejoint par le Dr Lina Abirafeh de l'Institut Arabe des Femmes de l'Université Libano-Américaine pour une discussion sur l'art de la mode arabe, les femmes arabes et les stéréotypes (inscription à la conférence TBA). Cette conférence est coparrainée par le Barakat Trust qui soutient et promeut l'étude et la préservation de l'art, du patrimoine, de l'architecture et de la culture islamiques pour les générations futures".

Gratuit, cliquez pour les billets.



Kinan Abou-afach - violoncelle | Shinjoo Cho - bandonéon et accordéon | Hafez Kotain - percussions.

Al Bustan Seeds of Culture de Philadelphie présente Crossing Genres, un concert en ligne

Vendredi 23 octobre
Heure : 19:30 - 21:00 EST

Après la représentation, il y aura une conversation avec les artistes.

Kinan Abou-afach est un violoncelliste et compositeur d'origine syrienne et lauréat de la bourse Pew pour les arts 2013. En tant que compositeur, Abou-afach crée de la musique saturée de gammes uniques, de grooves rythmiques et de progressions d'improvisation. Ses œuvres sont influencées par les traditions orientales et occidentales. 

Shinjoo Cho est une pianiste, bandonéoniste et accordéoniste, à la fois soliste et chambriste, qui incarne de nombreuses traditions musicales. Elle a collaboré avec des musiciens et des artistes internationaux et s'est produite dans des salles de concert et des théâtres prestigieux aux États-Unis, au Canada, en Corée, son pays natal, et en Amérique du Sud.

Hafez Kotain est un maître percussionniste qui parle couramment les rythmes arabes et latins - une aisance qu'il a perfectionnée dans ses pays natals, la Syrie et le Venezuela. En 2013, il a reçu une Pew Fellowship in the Arts, une récompense prestigieuse décernée aux artistes de Philadelphie au talent exemplaire. Né au Venezuela d'origine syrienne, il a grandi en Syrie jusqu'à l'âge de 16 ans.

Billets 10 $, disponibles ici.


La conservatrice et directrice adjointe de la Fondation Delfina, Salma Tuqan.

Podcasts Arts in Isolation Saison 2 Episode 1 :
La résilience culturelle dans un monde en mutation avec Salma Tuqan

Podcast de l'Asia House
63 New Cavendish St.
Londres W1G 7LP
enquiries@asiahouse.co.uk

+44 (0) 20 7307 5454 

Salma Tuqan, directrice adjointe de la Fondation Delfina et ancienne conservatrice du Moyen-Orient contemporain au Victoria & Albert Museum de Londres, parle du "défi de la crise" auquel les artistes du Moyen-Orient ont été confrontés dans le passé et qu'ils continuent de relever aujourd'hui. C'est un défi qui a pris la forme de conflits, d'occupation et de guerre ou, dans le cas de la récente explosion du port de Beyrouth, d'ineptie et de corruption. Ce podcast, qui donne un aperçu des arts et de la culture au Liban, en Palestine et en Jordanie, fait partie de la série Arts et apprentissage de la Maison de l'Asie. D'autres initiatives en ligne de l'institut, telles que Asia House TV, proposent des programmes, des performances et des discussions sur les arts et au-delà.


nour-mobarak600px.jpg

Nour Mobarak : un album et une conversation

Bidoun

Alors que la deuxième vague du corona virus menace une fois de plus les plus vulnérables, l'interview de l'artiste Nour Mobarak, basée à L.A., et de son album, Father Fugues, arrive à point nommé. Depuis des années, l'artiste du son et de la performance rend visite à son père malade dans une maison de retraite dans les montagnes du Liban. Jean Mobarak est un polyglotte avec une mémoire à court terme qui ne dure pas plus de 30 secondes. Sa fille a enregistré leurs conversations fragmentées en arabe, en anglais, en français et en italien et y a ajouté des chants improvisés. L'album est accompagné de la transcription et de la traduction d'un livret pour le Père Fugues. Poétique et parfois étrange, c'est une rencontre qui explore la mémoire, le langage et la voix humaine à travers les générations. Le 30 octobre, une session exclusive entre Nour Mobarak et l'artiste sonore et compositrice Jessica Ekomane, basée à Berlin, sera diffusée sur BBC Radio 3 Late Junction.


Sortie mondiale de Louxorun nouveau long métrage de Zeina Durra, disponible en Irlande et au Royaume-Uni à partir du 6 novembre
et aux États-Unis à partir de décembre sur Samuel Goldwyn VOD.

 Luxor, écrit et réalisé par Zeina Durra, a touché une corde sensible auprès des Nations Unies et d'autres organisations d'aide qui travaillent sur le terrain dans les pays déchirés par la guerre. Hana, médecin et travailleur humanitaire britannique (joué par Andrea Riseborough), part soigner les blessés à la frontière syro-jordanienne et se rend à Louxor pour récupérer. Elle avait vécu dans la ville quand elle avait la vingtaine, et ses promenades méditatives autour de magnifiques temples et chambres funéraires font du film le divertissement parfait de la seconde vague de verrouillage. Une rencontre inattendue avec un vieux beau (joué par l'acteur libanais Karim Saleh du Royaume des Cieux de Ridley Scott et de Munich de Steven Spielberg) ajoute à la lutte de Hana pour réconcilier les choix du passé avec l'incertitude du présent. La réalisatrice Durra, d'origine britannique/jordanienne et palestinienne/bosniaque, a évoqué le traumatisme de Hana le mois dernier lors d'un événement de l'Assemblée des Nations Unies à Londres. Pour éviter les clichés d'exotisme et d'orientalisme dans son portrait de Louxor, elle a inclus dans le film des archéologues qui vivent et travaillent là-bas, comme Salima Ikran.


Podcast Music Elevator de MARSM, fêtes du vendredi soir et films mensuels

MARSM


Le trompettiste de jazz arabe Yazz Ahmed

MARSM, qui signifie "chevalet" en arabe, diffuse chaque mois un podcast Music Elevator, ainsi que des playlists de soirées du vendredi soir et un double programme de films, tous réalisés par des musiciens et artistes indépendants du monde arabophone. Le 21 octobre, Music Elevator présente le trompettiste de jazz arabe psychédélique Yazz Ahmed, qui évoque son enfance à Bahreïn, le cyclisme dans le désert et ses albums La Saboteuse et Polyhymnia. La dernière Playlist MARSM, sur YouTube, a été réalisée par le chanteur, activiste et ethnomusicologue soudanais réticent Alsarah, qui joue de la pop soudanaise et اغاني البنات (aghani albanat), qui comprend de la musique folk faite et interprétée par des femmes lors de mariages, de réunions sociales et d'excisions. Née à Khartoum, Alsarah est une adepte de la "Retro-Pop est-africaine" et a sorti deux albums, Silt et Manara, avec son groupe, Alsarah and the Nubatones. Dernier podcast.


La photographe iranienne, Newsha Tavakolian.

Newsha Tavakolian

Film d'art

Magnum 

For the State of Calmness (Pour l'Etat du calme), de la photographe iranienne la plus connue, Newsha Tavakolian, jette la lumière sur des sujets qui ne sont pas habituellement abordés dans le monde entier, sans parler de la République islamique - le syndrome prémenstruel (SPM) et le trouble dysphorique prémenstruel (PMDD), plus grave. Décrit dans Field Notes, par l'agence Magnum de Tavakolian, le film est "déconcertant, codé, intense et parfois presque spectral". Elle est racontée par Tavakolian et étayée par des entretiens qu'elle a réalisés avec plus de 100 femmes. "Bien que la nature de mon travail soit qu'il commence souvent dans le domaine personnel", a-t-elle expliqué, "je veux toujours le relier au monde dans lequel nous vivons. En comprenant mieux le sentiment du syndrome prémenstruel, j'ai découvert qu'il s'agissait d'une métaphore de l'époque complexe que nous vivons à l'échelle mondiale... La Terre nourricière est atteinte du syndrome prémenstruel. Étant basé en Iran, j'ai découvert que ce pays aussi, avec tous ses problèmes, souffre du syndrome prémenstruel". For the State of Calmness a été inauguré au début du mois à l'usine Argo de Téhéran, et sera exposé en janvier prochain à la galerie Thomas Erben, à New York.


pages-home-page.jpg

Pages

Pages, un magazine bilingue en farsi et en anglais, est relancé avec son numéro, Inhale (Inspire).

Cette publication pionnière sur les arts et l'architecture a été lancée par Nasrin Tabatabai et Babak Afrassiabi en 2004. Au milieu des années 2010, Pages est devenu un espace artistique dirigé par un projet. Aujourd'hui, le magazine est à nouveau disponible en ligne. Son premier numéro aborde une nouvelle décennie, avec des questions pertinentes : "Pourquoi certaines substances s'insèrent-elles plus durablement dans l'histoire que d'autres ? Quelle est cette persistance qu'elles utilisent pour s'infiltrer dans l'histoire et qu'elles ne lâchent jamais ? Le sujet, dans ce cas, n'est cependant pas le virus d'actualité, mais plutôt l'opium, comme le décrivent de façon frappante des articles tels que "Of Junk and Time : Trauma, Habit, Capitalism" de Mohammad-Ali Rahebi.



palestinian-embroidery-book-1568202543Spiral-Book-900Px.jpg

Redécouvert pendant le verrouillage :

Dix-sept techniques de broderie en provenance de Palestine : Un manuel d'instructions

 

Ce manuel pratique, en arabe et en anglais, répertorie un large éventail de techniques utilisées dans la couture de la Palestine historique, dans le but de faire revivre des points tombés en désuétude, tels que le tahriri (couchage) et le manajel (reliure). Les illustrations pas à pas sont accompagnées d'informations générales sur la conception et l'utilisation des points de broderie, recueillies auprès d'anciennes brodeuses traditionnelles en Palestine et dans la diaspora. Pour Seventeen Embroidery Techniques from Palestine, l'organisation de commerce équitable Sunbala a travaillé avec le co-éditeur Omar-Joseph Nasser-Khoury, un créateur de vêtements et artiste palestinien. Critique de la broderie palestinienne et d'Israël, il a récemment écrit dans Counterpunch: "La broderie de Palestine a des racines profondes, personnelles et collectives ainsi qu'une signification individuelle qui est imprégnée de traditions culturelles, politiques et militantes explicites depuis 1948".

Coût : 40,00 $ (USD)


Festival de littérature écrite de Palestine


palestine-écriture-littérature-festival-online900px.jpg

Du 2 au 6 décembre

Le festival de cinq jours de lectures virtuelles, de conférences, de performances et d'expositions d'art présente "des voix vivantes célébrant la vie des Palestiniens, consacrées à la conviction que l'art défie la répression et crée des liens entre la Palestine et le reste du monde". Une large liste d'intervenants, de la fiction et du cinéma à l'édition et au radicalisme, dont Mai Masri, Randa Jarrar, Hanan Ashrawi et Angela Davis, parmi beaucoup d'autres. La poésie, la musique, la cuisine, et même la mise en réseau figurent parmi les événements ; les détails du programme seront annoncés fin novembre. Des prix d'écriture palestiniens seront également remis à des artistes et écrivains arabes à l'occasion de la solidarité culturelle du festival.

Gratuit avec don. Enregistrez-vous ici.

Malu Halasa, rédactrice littéraire à The Markaz Review, est une écrivaine et éditrice basée à Londres. Son dernier ouvrage en tant qu'éditrice est Woman Life Freedom : Voices and Art From the Women's Protests in Iran (Saqi 2023). Parmi les six anthologies qu'elle a déjà coéditées, citons Syria Speaks : Art and Culture from the Frontline, coéditée avec Zaher Omareen et Nawara Mahfoud ; The Secret Life of Syrian Lingerie : Intimacy and Design, avec Rana Salam ; et les séries courtes : Transit Beirut : New Writing and Images, avec Rosanne Khalaf, et Transit Tehran : Young Iran and Its Inspirations, avec Maziar Bahari. Elle a été rédactrice en chef de la Prince Claus Fund Library, rédactrice fondatrice de Tank Magazine et rédactrice en chef de Portal 9. En tant que journaliste indépendante à Londres, elle a couvert un large éventail de sujets, de l'eau comme occupation en Israël/Palestine aux bandes dessinées syriennes pendant le conflit actuel. Ses livres, expositions et conférences dressent le portrait d'un Moyen-Orient en pleine mutation. Le premier roman de Malu Halasa, Mother of All Pigs a été qualifié par le New York Times de "portrait microcosmique d'un ordre patriarcal en déclin lent". Elle écrit sur Twitter à l'adresse @halasamalu.

Mode arabeFilm arabeFestival de littérature "Palestine WritesChoix du monde

Devenir membre