Le "traducteur" porte le dilemme syrien sur grand écran

7 février, 2022 -
Ziad Bakri incarne Sami Najjar dans The Translator, avec Yumna Marwan dans le rôle de Karma, sa belle-mère.


The Translator
est disponible aux États-Unis sur iTunes, Amazon Prime Video, Google Play, VUDU et les plateformes de câble à la demande (Comcast, iNDemand, Vubiquity, Cox, etc.). Les dates de sortie VOD en Europe n'ont pas été communiquées.

 

Jordan Elgrably

L'histoire commence trente ans avant les soulèvements arabes à Damas, avec des parents et des enfants qui se joignent à une manifestation de rue depuis leur balcon, encourageant les manifestants aux cris de "nous voulons la liberté ! nous voulons la dignité !". Pendant que les membres de sa famille crient des slogans depuis le balcon, le jeune Sami, déjà adepte de l'anglais, essaie de capter la BBC sur la grande radio familiale, pour voir si le monde entier sait ce qui se passe en Syrie.

Sami Najjar, traducteur professionnel, est l'interprète d'un athlète syrien vedette aux Jeux olympiques de Sydney en 2000. Devant les caméras et la presse internationale, Sami commet un lapsus calamiteux, un faux pas qui va changer le cours de sa vie et le pousser à l'exil. Bien qu'il reste en Australie, les pensées de Sami ne sont jamais loin de ce qui se passe dans son pays.

Au cœur du film The Translator des cinéastes syriens Rana Kazkaz et Anas Khalaf se trouve le dilemme syrien - et le dilemme de tous ceux qui aspirent à la liberté politique - que pouvez-vous faire pour combattre l'oppression ? Comment allez-vous agir ? Quand allez-vous vous exprimer ? Les Américains et les Européens ont, dans l'ensemble, le luxe de la liberté d'expression politique. Nous pouvons crier sur les toits et publier ce que nous voulons, sans craindre d'être arrêtés et de disparaître - non pas que les flics américains et français, par exemple, ne nous cassent pas la gueule, ne nous tirent pas des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc, n'arrêtent pas et ne malmènent pas les groupes Black Lives Matter ou Gilets jaunes ou des Gilets jaunes. Mais nous ne disparaissons pas dans les prisons des Mukhabarat ; nous ne prévoyons pas que nous pourrions être assassinés pour avoir parlé.

En parlant de la genèse de The Translator, les coréalisateurs Kazkaz et Khalaf admettent qu'au début, lorsque les troubles civils ont éclaté en 2011 et qu'ils vivaient à Damas, ils n'ont rien fait. "Nous n'avons pas participé aux manifestations pacifiques qui ont eu lieu au début de la révolution syrienne", disent-ils. "Bien que nous soutenions les manifestants, nous n'avons pas prêté notre voix. Nous avions peur de le faire. Peur d'être arrêtés, torturés ou tués." L'équipe mari et femme avait elle-même de jeunes enfants, une fille et un fils, en 2011, et elle n'était pas prête à tout risquer. Des années plus tard, cependant, ils ont écrit le scénario (avec Magali Negroni) et réuni les fonds nécessaires pour réaliser un film qui rendrait hommage à leurs compatriotes syriens qui ont risqué ou perdu la vie. Kazkaz et Khalaf admettent que, "bien que nous reconnaissions pleinement que faire un film sur la révolution est dérisoire par rapport à ceux qui ont risqué leur vie pour y participer, ce film représente néanmoins le besoin de témoigner."

Le dilemme syrien, selon un Syrien en exil avec qui j'ai discuté et qui a passé du temps dans les prisons de Bachar al-Assad, est le choix difficile que l'on doit faire : soit rejoindre la mêlée, soit ne rien dire :

"Vous avez trois positions à prendre, en 2011 : Pro-régime, pro-révolution ou majorité silencieuse. D'accord ? Vous devez vous ranger dans l'une de ces trois catégories... J'ai mis ces trois options devant moi. Je ne vais pas être pro-régime, c'est sûr. Entre la majorité silencieuse et les pro-révolution, je dirais que c'est parce que j'ai compris pourquoi nous en sommes arrivés là, et parce que je rêvais que nous devions faire passer le pays de cette situation à une autre, et cela ne peut pas se faire si tout le monde dit que si j'agis, cela va être dangereux pour les gens autour de moi, donc je ne vais pas agir; alors personne n'agira et nous resterons simplement comme nous étions. Alors oui, c'était une aventure. Nous avons perdu l'aventure, nous n'avons pas gagné, mais nous avons essayé."

-Prisonnier X

Sami Najjar tente de faire passer des messages au monde extérieur dans The Translator.

" L'aventure ", comme l'a dit le prisonnier X, se poursuit en Syrie et dans l'Égypte de Sisi, où l'on estime aujourd'hui que 60 000 prisonniers politiques croupissent en prison - et personne ne sait précisément combien de Syriens ont disparu ou ont été assassinés par le régime criminel de Bachar el-Assad.

Quoi qu'il en soit, il arrive un moment dans la vie de Sami Najjar où il ne suffit plus d'être un traducteur, d'interpréter les paroles et les actes des autres. Jusqu'en 2011, Sami reste un observateur plus ou moins passif, tandis que des amis et des membres de sa famille prennent de grands risques pour réclamer des droits politiques fondamentaux. Le point central de The Translator est de savoir comment le protagoniste va trouver une nouvelle force pour affronter ses adversaires en Syrie.

En plus de présenter le dilemme central des Syriens : agir ou se taire, Kazkaz et Khalaf abordent la question de la responsabilité du traducteur, qui doit relayer fidèlement les paroles d'autrui, en donnant à ce rôle la gravité qui lui est due, mais le film ne traite pas vraiment des conflits internes auxquels les traducteurs sont régulièrement confrontés dans leur travail. (Pour un examen approfondi des nombreux défis auxquels les traducteurs sont confrontés, je recommande le livre inspiré d'Anna Aslanyan, Dancing on Ropes : Translators and the Balance of History - Profile Books, 2021).

Au cœur du conflit en Syrie et de ce film se trouve la question de savoir si la pression ou l'opinion internationale a eu un quelconque effet sur le régime syrien. Un coup de fil ou une menace de la part d'un dirigeant occidental pouvait-il amener Bachar el-Assad à faire quelque chose, comme libérer des prisonniers ou mettre fin à un siège militaire ? La capacité du monde à réagir à la détresse des Syriens ordinaires et à leur venir en aide reste un facteur de stress récurrent dans le film. Après coup, je me suis demandé dans quelle mesure la pression internationale a contribué à atténuer les réalités amères en Syrie, ou dans des endroits comme Sarajevo, le Rwanda ou même les manifestations et le massacre de la place Tiananmen, à Pékin, en 1989. La question de savoir si et dans quelle mesure la pression internationale a fait une différence dans les soulèvements arabes en Égypte, en Tunisie et en Libye reste le domaine réservé des historiens et des spécialistes du printemps arabe.

Rana Kazkaz et Anas Khalaf sont syriens et ont la double nationalité française et américaine. Ils vivent à Doha après avoir quitté Damas en raison du conflit syrien. Ils ont écrit et réalisé cinq courts métrages et développent plusieurs longs métrages. Leur dernier court métrage, Mare Nostrum, a commencé sa carrière dans les festivals avec des sélections à Sundance et Dubaï, et a maintenant reçu plus de 110 sélections internationales et 36 prix. The Translator est leur premier long métrage.

The Translator est un thriller bien ficelé qui maintient un niveau constant de stress et d'anxiété chez le spectateur. Il transmet ce que l'on ressent chaque jour en sortant, en vivant dans la paranoïa, sans savoir si l'on va être arrêté ou si, en rentrant chez soi, les personnes que l'on aime seront encore là.

Pour vivre dans une dictature, il faut s'accommoder d'un état d'incertitude quasi permanent - ou alors se désengager de la drogue, comme le font de nombreux opprimés politiques en Syrie, en Égypte, en Arabie saoudite, où beaucoup sont accros aux amphétamines, ou en Iran, où l'opium, dont le trafic provient en grande partie d'Afghanistan, reste l'échappatoire de choix.

Sans rien dévoiler, The Translator se termine par un rebondissement inattendu. Toute personne qui s'est déjà demandé ce qu'elle ferait dans une situation de vie ou de mort peut tirer profit de la vision de ce film.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.