Mémoires marocaines obstinées : L'après-vie d'Abdelkrim dans un roman graphique

15 août 2021 -

Le leader légendaire et résistant amazigh Mohamed Ben Abdelkrim El Khattabi (Abdelkrim).

Le leader légendaire et résistant amazigh Mohamed Ben Abdelkrim El Khattabi (Abdelkrim).

 

Brahim El Guabli

Rarement une personne a captivé l'imagination de ses contemporains marocains et celle de leurs descendants comme l'a fait Mohamed Ben Abdelkrim El Khattabi (Abdelkrim). De même, aucun héros et combattant de la liberté de classe mondiale n'a été moins célébré, voire activement effacé, dans l'histoire postcoloniale marocaine qu'Abdelkrim. L'écart entre l'effacement officiel d'Abdelkrim et sa vie réelle dans la mémoire sociale et culturelle, en dehors du champ d'action de l'État, indique une mémoire obstinée qui refuse de se dissiper et qui, au contraire, continue à se réinventer.

Emir Ben Abdelkrim de Mohamed Nadrani a été traduit en arabe et en néerlandais.
Emir Ben Abdelkrim de Mohamed Nadrani a été traduit en arabe et en néerlandais.

 

L'histoire d'Abdelkrim est là pour rester, et le mieux que ses opposants puissent faire est de détourner leur attention. Parce qu'Abdelkrim, à la fois la personne et le mythe, est immergé dans les idéaux de libération, d'indépendance, d'abnégation, de coopération transnationale, de lutte panarabe contre la domination étrangère, et de conscience de classe - en conséquence, il représente tout ce que ses adversaires ne peuvent pas représenter. Un libérateur qui a été spolié de son droit bien mérité à l'histoire et à la mémoire, et un héros qui pourrait potentiellement éclipser ceux qui n'ont pas combattu les colonisateurs, s'est retrouvé à la tête du Maroc indépendant. Président qui a établi une république indépendante dans le Rif, Abdelkrim était un homme qui a refusé jusqu'au dernier jour de sa vie de retourner dans un pays qu'il considérait comme non indépendant. [1] En conséquence, Abdelkrim est devenu un objet d'adulation, de souvenir et de politique refusiste. Plus récemment, la mémoire d'Abdelkrim est devenue un symbole de contestation et de résistance quotidienne au néo-autoritarisme et à l'exclusion sociale, comme en témoignent les protestations des différents ḥirākāt (mouvements sociaux et protestations) du pays.

L'obstination de la mémoire d'Abdelkrim prend une tournure inédite dans le roman graphique de Mohammed Nadrani, L'Émir Ben Abdelkrim (Emir Ben Abdelkrim, 2008). Ancien prisonnier politique, disparu de force entre le 12 avril 1976 et le 31 décembre 1984, Nadrani a appris à dessiner pendant sa détention à la prison secrète de Kelâat M'Gouna, où il a passé les quatre dernières années de sa disparition, entre 1980 et 1984 [2]. Sa première bande dessinée, intitulée Les Sarcophages du Complexe (2005), est une œuvre autobiographique dans laquelle il démontre par l'image « les conditions réelles de la disparition forcée » [3]. Nadrani estime que le dessin est un acte de vengeance contre les geôliers qui ont cherché à le déresponsabiliser, et que l'art est « une arme pour lutter contre l'injustice et l'amnésie, et briser le silence et la complicité » [4] Nadrani et Abdelkrim partagent leur expérience du bannissement imposé par l'État, bien que de manière différente, ce qui favorise un dialogue riche entre leurs différentes expériences.

Abdelkrim est issu d'une famille de chefs de tribus et de juristes éduqués dans la tradition islamique. Né et élevé à Ajdir dans la tribu des Aït Ourghail dans le Rif oriental, Abdelkrim est diplômé de la mosquée Qarawiyyin de Fès. De retour à Ajdir, il a travaillé comme enseignant, interprète et journaliste dans l'enclave de Melilla, sous contrôle espagnol. Sa vie sera bouleversée par l'invasion espagnole de la partie nord du Maroc dans le cadre des accords coloniaux issus de la conférence d'Algésiras en 1906. Le passage d'Abdelkrim du statut de fonctionnaire dans l'administration espagnole à celui de commandant militaire et de président d'une république naissante dans la région berbère/amazigh du Rif est à l'origine de son mythe. Non seulement il a vaincu les Espagnols dans les batailles de l'Annuel le 22 juillet 1921, mais il a continué à leur résister jusqu'à ce que les armées françaises et espagnoles unissent leurs forces, sous le commandement des généraux les plus importants de l'époque, pour le forcer à se rendre en 1926 [5].

Bande dessinée de l'Emir Ben Abdelkrim de Mohammed Nadrani.
Bande dessinée de l'Emir Ben Abdelkrim de Mohammed Nadrani.

 

 

La collusion des autorités marocaines de l'époque avec les colonisateurs français et espagnols pour mettre fin à la résistance d'Abdelkrim, et la réticence de l'État post-indépendance à demander une enquête sur l'utilisation d'armes chimiques, dans ce que l'on croit être la première guerre chimique au monde [6], ont depuis sous-tendu le sentiment d'injustice historique qui a frappé Abdelkrim et sa marque de républicanisme résistant. Aujourd'hui encore, les Marocains se demandent pourquoi Mao Zedong, Che Guevara, Ho Chi Minh et Gamal Abdel Nasser ont reconnu le rôle de pionnier d'Abdelkrim en tant que leader de la libération transnationale, alors que la perfection de ses tactiques de guérilla est tombée dans l'oubli dans son propre pays. Contrairement à sa reconnaissance mondiale en tant que maître de la guérilla contre les États impérialistes, la nonchalance officielle, voire l'ignorance fière, affichée vis-à-vis de sa mémoire est révélatrice d'une tentative d'oublier qu'un mouvement de résistance régional a réussi à créer une république dans le nord du pays.

 

Oublier Abdelkrim, c'est oublier l'existence de sa République du Rif (1922-1926) et le fait qu'elle ait joui d'une souveraineté propre. L'inverse est également vrai : commémorer Abdelkrim, c'est certainement se confronter à l'attirail et à l'héritage de sa république éphémère. La République du Rif, qui évoque l'État berbère Bourghouata à Tamsna (l'actuel Rabat), remet en question les visions chères de l'unité nationale et renforce les arguments concernant l'existence d'une vision politique distinctement amazighe de l'État en Afrique du Nord.

 

L'obstination de la mémoire d'Abdelkrim n'est cependant pas seulement attribuable à ses actes de résistance et à la recherche historique dynamique qui se concentre sur sa vie [7]. Abdelkrim est mythifié parce qu'il est empêché d'occuper la place qui lui revient dans la mémoire institutionnelle. Par conséquent, la production culturelle, y compris le film [8], le roman [9], l'histoire universitaire et les commentaires sur les médias sociaux sont les lieux où l'on se souvient le plus d'Abdelkrim. Il est même possible d'affirmer que personne n'a été aussi célébré que lui dans les films, les romans et l'histoire. Cependant, le roman graphique de Nadrani, L'Émir, est un projet efficace, étant donné la rapidité d'exécution de la bande dessinée et sa lisibilité pour un large public. Dans une société où l'analphabétisme est encore répandu, les images, en particulier les bandes dessinées à forte connotation politique, ont le pouvoir de perdurer dans l'esprit des récepteurs. En outre, ces images deviennent des objets de discussions collectives, ce qui accroît leur impact. Il est significatif que les romans graphiques et les bandes dessinées, qui, selon les mots pleins d'esprit de Collin McKinney et David F. Richter, étaient [o]ncellement considérés comme un simple passe-temps de garçons d'école et d'hommes socialement maladroits [...] se sont maintenant fermement ancrés dans le paysage littéraire général ainsi que dans les études littéraires sérieuses. La reconfiguration du champ littéraire dans les années 2000 a ouvert les portes à la recherche sur les dimensions historiques, familiales, mémorielles, mnémoniques, génocidaires et autobiographiques du genre comique inter-médiatique dans lequel l'écriture et le dessin s'unissent pour générer et transmettre du sens. [11]

 

 

Les bédéistes marocains ne sont pas différents en utilisant ce média pour réfléchir sur des sujets autobiographiques et historiques. Avant la publication de L'Émir par Nadrani, Abdelaziz Mouride (mort en 2013), un autre ancien prisonnier politique (1974-1984), avait publié On affame bien les rats (n'est-ce pas ?) sur sa propre expérience d'emprisonnement politique après le procès des Frontistes en 1977. Comme l'a écrit Susan Slyomovics, la bande dessinée de Mouride « relate la sortie des prisonniers politiques marxistes après des années de disparition forcée, la sienne à Derb Moulay Cherif en 1974-1976, jusqu'à leur réapparition à la prison civile de Casablanca en vue des procès. » [12] La version comique inachevée de Mouride du chef-d'œuvre de Mohammed Choukri, al-Khubz al-ḥāfī (traduit en anglais par For Bread Alone et en français par Le pain nu) a été publiée à titre posthume en 2015. Bien que plusieurs anciens prisonniers politiques aient appris à dessiner en prison, Mouride et Nadrani sont les pionniers du genre de la bande dessinée carcérale testimoniale marocaine, qui chronique et représente la vie quotidienne des prisonniers au sein du système de détention légal et illégal.

 

L'approche de Nadrani à l'égard de la mémoire d'Abdelkrim repose sur la conviction que l'art a un rôle à jouer dans l'histoire. Tout d'abord, Nadrani pense que la bande dessinée est par nature orientée vers les causes justes. Deuxièmement, il est convaincu que la véritable histoire d'Abdelkrim n'a pas été racontée. Dans une de ses interviews, il a déclaré que « l'histoire du héros du Rif, dont je suis originaire, a été cachée pour des raisons politiques pendant presque un siècle. Pour moi, cette partie de l'histoire de notre pays a été effacée, falsifiée, et surtout reniée par le régime en place. Ils ont voulu faire disparaître cette histoire. C'est à nous de faire revivre cette histoire afin de préserver la mémoire de notre peuple. » [13]

 

Comme l'indiquent les mots de Nadrani, la bande dessinée n'est pas, pour lui, un simple outil artistique de production esthétique. La BD est un moyen de réparation qui permet à l'artiste de remettre les pendules à l'heure et de mettre fin à l'état d'amnésie et d'injustice historique. Sans surprise, Nadrani voit sa propre histoire, en tant que descendant du Rif, dans celle d'Abdelkrim. Le même régime politique qui a effacé Abdelkrim et l'a condamné à l'oubli national est responsable de l'envoi de Nadrani dans une disparition forcée de neuf ans sans procès. La différence, cependant, est que Nadrani a pu sortir de sa disparition et devenir un artiste, alors que la dépouille d'Abdelkrim est toujours en Égypte et que l'histoire qu'il représente est « sous embargo » [14].

 

L'Émir peut être divisé en trois moments qui constituent une chronique et une reconstruction en termes artistiques : 1) l'assaut brutal de l'armée espagnole sur la population pauvre de Riff, 2) l'organisation par Abdelkrim de la résistance tribale contre les envahisseurs après avoir absorbé le choc de leurs attaques surprises, et 3) les représentations d'une série de victoires de la résistance riffienne et l'établissement de la République du Riff à Ajdir. Cependant, tout au long de la bande dessinée, le style de dessin distinctif de Nadrani, qui se caractérise par une concentration intentionnelle sur les visages des personnages, est motivé par une lutte dialectique entre une population berbère découragée et une armée impérialiste. Le texte facilite la compréhension de la bande dessinée, notamment en termes de dates et de stratégie, mais les dessins parlent d'eux-mêmes et transmettent la signification de l'histoire et du récit que Nadrani raconte dans L'Émir.

 

La première partie de la BD met en scène une vie simple, presque idyllique, avant le désordre causé par l'arrivée des troupes espagnoles. Les moutons sont dodus et l'herbe très verte, ce qui symbolise l'autosuffisance. Le berger joue de la flûte, comme autrefois, ce qui indique une vie insouciante. Cependant, cette existence simple et heureuse est ensuite bouleversée par les bombes espagnoles. L'image idyllique est rapidement remplacée par des scènes sanglantes. L'artillerie moderne espagnole assassine des femmes, des hommes, des enfants, des moutons et des poulets. En occupant le territoire, les Espagnols deviennent aussi le centre de cette partie de l'histoire, éclipsant les populations locales. Lorsque les Riffians apparaissent, ils sont dépeints comme des victimes, abattues, violées et assassinées. Les têtes des combattants riffians sont brandies par les soldats espagnols comme des trophées. La nature macabre de l'invasion espagnole semble être conçue pour pousser les populations à quitter leur terre en provoquant leur déplacement.

 

Le deuxième moment de la bande dessinée met en avant la résistance rifaine. Abdelkrim se retrouve, presque providentiellement, à la tête d'un mouvement de résistance qui a momentanément mis de côté tous les désaccords entre ses composantes tribales pour unifier la lutte contre l'ennemi espagnol. Le motif local, amazigh, est très présent dans cette partie de la bande dessinée. Les hommes sont représentés en courtes djellabas nordiques et en coupes à tête de mort(rẓẓā). Les chevaux de pur sang éclipsent les soldats espagnols heureux en uniforme vert et tenant leurs armes alors ultra-modernes. En mettant l'accent sur la disparité entre une armée espagnole bien vêtue, bien organisée et beaucoup plus armée et ses adversaires rifains, qui n'avaient que leur cause légitime de libération, Nadrani met en scène l'opposition binaire entre le mal espagnol et le bien rifain.

Le dernier moment de la BD montre la prévalence des faibles sur les puissants. Les combattants rifains vainquent l'armée espagnole dans la bataille de l'Annuel. Les soldats ennemis, qui ont assassiné et déplacé à la bombe les populations locales au début de la bande dessinée, paient maintenant pour leurs crimes aux mains d'une résistance humaine et éthique. Dans une scène très expressive, Abdelkrim ordonne que le cadavre d'un officier soit renvoyé à sa famille sans rançon. C'était "un adversaire courageux et loyal", dit Abdelkrim. Le lecteur apprend que les deux hommes étaient collègues au Bureau des affaires indigènes de Melilla lorsque Abdelkrim y travaillait comme fonctionnaire. Ces moments d'humanité sur le champ de bataille créent un contraste entre l'éthique d'Abdelkrim et la contravention de ses adversaires aux principes simples de la guerre. Les combattants rentrent chez eux triomphants, et le Rif ne sera plus jamais le même.

 

 

Préfigurant la nature transformatrice de ce qui vient de se passer dans la bataille de l'Annuel, la dernière page de la BD commence par l'image d'un amandier en pleine floraison. Le commentaire qui accompagne l'image se lit comme suit : « Nous sommes en 1922 à Ajdir. Le printemps va bientôt commencer et les premiers bourgeons des amandiers sont en train de fleurir..... Une nouvelle ère va commencer » [15] Cette nouvelle ère n'est rien d'autre que la proclamation d'Abdelkrim comme Président de la République du Rif à Ajdir en février 1922. Ajdir a acquis une signification symbolique à la fois comme berceau d'un mouvement de résistance et comme lieu d'une république indépendante dans le nord du Maroc. En raison de cette histoire, on parle rarement d'Ajdir. Même lorsque le roi Mohammed VI a annoncé la création de l'Institut royal de la culture amazighe (IRCAM) en 2001, l'annonce a été faite dans l'Ajdir situé dans le gouvernorat de Khénifra. Un Ajdir enveloppe davantage l'autre dans l'amnésie. Le drapeau de la nouvelle république est reproduit trois fois, une fois seul, une autre au sommet de l'immeuble maḥkama, qui servait de siège au gouvernement rifain, et enfin en arrière-plan derrière Abdelkrim lors d'une réunion officielle dans son bureau. Le drapeau rouge, qui comporte un losange blanc au centre duquel sont affichés un croissant et un pentagramme verts, est une déclaration visuelle sur la République du Rif. De l'unification des tribus à la défaite des Espagnols en passant par l'établissement d'un système de gouvernement local, les Rifains sont présentés comme des gens studieux et autonomes. Il n'est donc pas surprenant que la dernière scène de la bande dessinée présage une nouvelle ère « de lutte armée pour l'émancipation des peuples » [16].

 

Comme nous le savons maintenant, Abdelkrim est devenu une icône de la guérilla transnationale contre l'impérialisme, de Cuba au Vietnam. Malgré sa défaite en 1926 et son exil de 21 ans à La Réunion, sa légende était déjà établie et son personnage mythifié plus grand que nature a pris des dimensions panarabes, panislamiques et panterritoriales qui ont dépassé celles de tous les leaders postcoloniaux marocains.

 

Cette mythologisation est le moteur de L'Émir. La bande dessinée reproduit un savoir qui a fait l'objet d'une transmission orale pendant huit décennies. Au cours d'une de ses interviews, Nadrani déclare que pendant sa disparition forcée, lui et ses collègues n'avaient pas le droit de lire ou d'écrire, mais qu'ils ont élaboré une stratégie pour lutter contre « l'érosion et l'oubli » [17]. L'histoire d'Abdelkrim est l'une des histoires que Nadrani a enregistrées dans le cadre de cette action contre l'amnésie. L'arrêt de la mémoire d'Abdelkrim a soutenu la résistance du groupe Banou Hachim et a inspiré la célébration de son héritage par Nadrani sous forme de bande dessinée.

 

En plus de poursuivre la représentation d'Abdelkrim comme un héros injustement oublié par l'État post-indépendance, la bande dessinée de Nadrani récupère et recentre son histoire dans le cadre plus large de l'histoire de la libération au Maroc et au-delà. Sa mémoire et sa gloire réduite au silence se prêtent à de multiples formes de récupération au niveau local et mondial. La preuve en est la multiplication des photos d'Abdelkrim, le recyclage de ses diatribes contre le colonialisme dans des pancartes de protestation, et le brandissement du drapeau de la République du Rif lors de grandes manifestations. Sa mémoire est resignifiée et réinventée indéfiniment pour lutter pour la justice sociale, la démocratisation et la liberté. Alors que tous les moyens étatiques sont mis en œuvre, tout au long de l'année, pour rappeler aux Marocains leurs trois monarques post-coloniaux, Abdelkrim a atteint un statut de phénix dans la mémoire collective du peuple marocain. La mémoire d'Abdelkrim est une mémoire obstinée, c'est-à-dire une forme de mémoire axée sur l'action qui cherche à façonner la manière dont le passé est remis en question et raconté.

 

Pour l'instant, Abdelkrim l'a emporté, même sous forme comique.

 


Notes de fin

  • [1] 'Abd al-Karīm Ghallāb . 'Abd al-Karīm Ghallāb fī mudhakkirāt siyāsiyya wa-ṣiḥāfīya, Rabat, Maṭba'at al-Ma'ārīf al-Jadīda, 2010, p. 198.

  • [2] Mohammed Nadrani, « Le dessin ou la folie », Africulture.

  • [3] Nadrani, « le dessin ou la folie »

  • [4] Nadrani, « le dessin ou la folie »

  • [5] Zakya Daoud. Abdelkrim : Une épopée d'or et de sang (Paris : Séguier, 1999), 16.

  • [6] Voir Mustapha Mroun. Al-Tārīkh al-sirrī li-al-ḥarb al-kīmāwīyya diḍḍa minṭaqat al-rīf wa-jbāla (1921-1927), Rabat, Dār al-Qalam, 2018.

  • [7] Il est presque impossible de compter le nombre d'études qui ont été faites sur lui au Maroc et à l'étranger.

  • [8] Le scénario de « Albdelkrim y la epopeya del Rif » a été écrit par Juan Goytisolo.

  • [9] Ahmed Beroho. Abdelkrim:Le lion du Rif (Tanger : Corail 2003)

  • [10] Collin McKinney et David F. Richter, eds. Récits graphiques espagnols

  • Recent Developments in Sequential Art (New York : Palgrave MacMillan, 2020), 3.

  • [11] Voir, par exemple, Laurike in 't Veld. The Representation of Genocide in Graphic Novels Considering the Role of Kitsch (New York : Palgrave MacMillan, 2019) ; Mihaela Precup. Les vies graphiques des pères : Memory, Representation, and Fatherhood in North American Autobiographical Comics (New York : Palgrave MacMillan, 2020) ; Maaheen Ahmed et Benoît Crucifix, eds. Comics Memory

  • Archives and Styles (New York : Palgrave MacMillan, 2018).

  • [12] Susan Slyomovics. The Performance of Human Rights in Morocco (Philadelphie : University Pennsylvania Press, 2005), 158.

  • [13] Nadrani, « le dessin ou la folie »

  • [14] Ali al-Idrissi. 'Abd al-Karīm al-Khaṭṭābī : Al-tārīkh al-muḥāṣar (Casablanca : Maṭba'at al-Ma'ārif al-Jadīda, 2007).

  • [15] Mohammed Nadrani. L'Émir Ben Abdelkrim (Casablanca : Editions AL AYAM, 2008), 64.

  • [16] Nadrani, L'Émir, 64.

  • [17] Nadrani, « le dessin ou la folie »

Chercheur indigène noir et amazigh originaire du Maroc, Brahim El Guabli est professeur adjoint d'études arabes et de littérature comparée au Williams College. Son prochain livre s'intitule Moroccan Other-Archives : History and Citizenship after State Violence. Il travaille actuellement sur un deuxième projet de livre intitulé Saharan Imaginations : Between Saharanism and Ecocare. Ses articles ont été publiés dans PMLA, Interventions, le Cambridge Journal of Postcolonial Literary Inquiry, Arab Studies Journal, META, et le Journal of North African Studies, entre autres. Il est co-éditeur des deux volumes à paraître de Lamalif : A Critical Anthology of Societal Debates in Morocco During the "Years of Lead" (1966-1988) (Liverpool University Press) et Refiguring Loss : Jews in Maghrebi and Middle Eastern Cultural Production (Pennsylvania State University Press). Il est un rédacteur collaborateur de TMR.

Culture amazigheBerbèreFèsromans graphiquesMelillaMohammed NadraniMaroc

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.