Liberté d'expression, histoires palestiniennes, et les Oscars

21 Avril, 2021 -
Affiches des films de Hany Abu-Assad nommés aux Oscars, Paradise Now (2005) et Omar (2013).
Affiches des films de Hany Abu-Assad nommés aux Oscars, Paradise Now (2005) et Omar (2013).

 

(Le Présent n'a pas remporté la statue le 25 avril ; l'Oscar est allé à Deux Etrangers Distants).

Jordan Elgrably

Malgré la diversification croissante de l'industrie cinématographique dans le Hollywood libéral, il y a de fortes chances que le film The Present de la scénariste et réalisatrice Farah Nabulsi remporte l'Oscar du meilleur court métrage dimanche. Ce n'est pas parce que son histoire de 24 minutes (désormais disponible sur Netflix) n'est pas percutante, car les spectateurs sont confrontés à l'exaspérante réalité de l'occupation militaire de la Cisjordanie par Israël. Nous assistons avec colère et déception au spectacle d'un père palestinien humilié qui emmène sa fille faire du shopping et qui doit ramper à travers des postes de contrôle tenus par des soldats à la gâchette facile. Mettant en vedette le talentueux Saleh Bakri et l'enfant acteur Maryam Kanj, The Present mérite un Oscar, mais les Palestiniens ont déjà reçu des hommages de l'Académie et ont été snobés le jour-J.            

En 2006, Paradise Now de Hany Abu-Assad a remporté le Golden Globe du meilleur film étranger et a été nommé dans la même catégorie aux Oscars. C'était la première fois que l'Académie des arts et des sciences du cinéma reconnaissait un film des « Territoires palestiniens » sur la culture palestinienne. Paradise Now a perdu face au long métrage sud-africain Tsotsi. Abu-Assad a reçu une deuxième nomination aux Oscars pour son long métrage de 2013, Omar, mais a perdu face au film italien The Great Beauty. La première fois qu'Abu-Assad a été nommé aux Oscars, plusieurs groupes israéliens et juifs ont adressé une pétition à l'Académie pour qu'elle modifie l'entrée de « Palestine » en « Territoires palestiniens », comme pour dire que l'identité palestinienne est une chose, mais qu'un État en est une autre — ne nous emballons pas.

Farah Nabulsi est une cinéaste britannique d'origine palestinienne qui vit aux États-Unis. Son producteur, Ossama Bawardi, nommé aux Oscars, est un producteur indépendant qui travaille en Palestine et en Jordanie. Bawardi a toujours soutenu les films narratifs palestiniens, notamment en travaillant avec Abu-Assad sur Paradise Now et Annemarie Jacir sur Salt of This Sea.

 « Ma principale préoccupation a toujours été que la plupart des gens ne connaissent pas suffisamment la réalité que vivent les Palestiniens (si tant est qu'ils la connaissent) », déclare Nabulsi. « Même lorsqu'ils le savent, ils ne se sentent pas nécessairement assez solidaires des Palestiniens — ils n'ont pas assez d'empathie. » Néanmoins, elle rapporte qu'elle a déjà vu sa carrière boostée rien que par la nomination aux Oscars. « Cela semblait ouvrir des opportunités même à partir du moment où nous sommes arrivés sur la liste des finalistes, sans parler d'une nomination. La nomination aux BAFTA et la victoire récente ont également suscité un grand intérêt et un élan. J'ai écrit mon premier long métrage, The Teacher, que j'espère réaliser bientôt. J'espère que la nomination aux Oscars contribuera à ce que cela se fasse le plus tôt possible. »

Le fait de remporter l'Oscar du Présent ferait-il quelque chose pour les Palestiniens que des décennies de militantisme n'ont pas réussi à obtenir ? 

Hany Abu-Assad, qui s'exprime depuis sa maison à Amsterdam, ne fait pas de paris. Il est d'accord avec l'axiome de William Goldman selon lequel à Hollywood « personne ne sait rien » et que l'industrie évolue. « D'après mon expérience, ce que vous savez aujourd'hui ne sera plus exact demain », a-t-il déclaré. Mais quant à savoir si un Oscar décerné à un film sur l'occupation et l'oppression des Palestiniens pourrait être le signe d'un changement radical ?

« Nous aimons l'idée que les films peuvent faire la différence, mais au bout du compte, ce ne sont pas les films qui font la différence dans l'ensemble, c'est la politique, et la politique utilise parfois les films pour vendre des idées, donc plus vous avez d'argent, vous savez, plus vous pouvez vendre des idées. »

Abu-Assad est d'avis que les États-Unis sont dans une telle tourmente politique et économique qu'ils se dirigent vers un effondrement majeur. Il a également suggéré que, malgré toute sa puissance militaire et économique, « Israël est à présent dépassé... L'Israël et la Palestine n'ont pas d'importance dans le tableau d'ensemble lorsque vous regardez le fait que nous sommes au bord de l'effondrement, pour tous les humains, en termes d'environnement et le fait que nous avons une économie mondiale basée sur la corruption et la cupidité. Pouvez-vous imaginer ? Notre économie est fondée sur la cupidité — comment puis-je être plus riche que vous ? Quel génie s'attend à ce que cette économie soit durable ? »

Nous savons que le capitalisme est totalement insoutenable, ce qui explique en partie pourquoi l'Europe a mis en place des filets sociaux plus solides que les États-Unis, où la cupidité est le culte de la classe milliardaire. Pendant ce temps, la justice pour les Palestiniens, suggère Abu-Assad, doit prendre un ticket et faire la queue, alors que le monde fait face à un effondrement certain, et à un désastre.


En tant qu'Américain, vous voulez comprendre la nature du conflit israélo-palestinien, qui se poursuit sans relâche depuis 1948 et coûte des milliards de dollars aux contribuables américains. En tant que juif, vous avez un récit reçu sur l'héroïsme qui a accompagné la création d'Israël, et comment l'indépendance israélienne a entraîné plusieurs guerres israélo-arabes, suivies des intifadas palestiniennes de 1987 et 2000. En tant qu'Arabe, vous considérez la fin de l'existence de la Palestine comme une défaite écrasante, que les Palestiniens eux-mêmes appellent la Nakba, ou catastrophe ; et avec la Nakba est né le problème des réfugiés palestiniens, l'exil palestinien, et l'occupation militaire israélienne de 1967 de la Cisjordanie et de Gaza.

Les écrivains et réalisateurs palestiniens Hany Abu-Assad et Sameh Zoabi (d) avec Jordan Elgrably, à Los Angeles.
Les écrivains et réalisateurs palestiniens Hany Abu-Assad (g) et Sameh Zoabi (d) avec Jordan Elgrably à Los Angeles.

Avec la reconnaissance des films de Hany Abu-Assad, Paradise Now et Omar, l'industrie du divertissement a reconnu qu'il n'y a pas qu'un seul récit, que l'histoire israélo-juive doit faire place aux histoires des Palestiniens sur eux-mêmes. Mais les questions d'identité et d'identification sont rarement sans complexité, et Abu-Assad est le premier à le reconnaître. Pendant des décennies, les Israéliens et certains Juifs de la diaspora n'ont pas reconnu les Palestiniens en tant que peuple, mais cela a commencé à changer, non seulement en raison de l'évolution du discours politique, mais aussi en partie grâce à la culture populaire qui fait prendre conscience d'un autre récit palestinien.     

Lors d'une conversation que j'ai eue avec Abu-Assad en 2006, alors que Paradise Now gagnait des prix, il a déclaré : « Je ne fais pas de films pour sensibiliser. Je fais des films pour résister. Il existe une manière civilisée de résister, en utilisant l'art pour raconter son histoire, ou une manière violente et non civilisée. Je ne crois pas aux balles. Je fais des films pour raconter des histoires, et pour avoir un dialogue, mais sans nier les droits des autres à avoir leurs histoires. » À l'époque, il avait déclaré : « Israël, en tant qu'État, nie nos histoires ; ses dirigeants utilisent la peur pour rendre les autres inhumains et poursuivre cette injustice. Et vous savez, je ne comprends pas cette peur ? Quand vous êtes plus fort que moi, et que vous avez peur de moi, dit-il, vous n'avez pas besoin de la politique pour résoudre vos problèmes ; vous avez besoin d'un psychanalyste. » 

Aujourd'hui, l'auteur-réalisateur, dont le prochain film, Le Salon de Huda, parle également de la vie palestinienne contemporaine, déclare : "J'utilise la Palestine comme une métaphore de, disons, l'expérience humaine... La Palestine est pour moi la girouette, la boussole, c'est ainsi que je vois la Palestine aujourd'hui. Si vous voulez savoir si quelqu'un est intelligent et intègre, et s'il est aussi un homme politique courageux, un homme ou une femme, un artiste courageux, vous lui demandez son avis sur la Palestine. S'il est corrompu, il n'osera pas vous donner son opinion honnête sur ce qui se passe là-bas. Si vous voulez tester quelque chose dans le monde, il suffit de demander la Palestine, et vous saurez... C'est le seul cas dans le monde où si vous êtes honnête à ce sujet, vous serez puni. Tout le monde le sait."

Les militants BDS de #Humboldt3, Ronnie Barkan, Stavit Sinai et Majed Abusalama, à Berlin en 2019 (Photo d'Andreu Jerez, courtoisie de Truthout).
Les militants BDS de #Humboldt3, Ronnie Barkan, Stavit Sinai et Majed Abusalama, à Berlin en 2019 (Photo d'Andreu Jerez, courtoisie de Truthout).

 

Conversation avec les militants BDS Stavit Sinai et Ronnie Barkan

Nous voici 15 ans plus tard, et l'occupation militaire israélienne de 1967 n'a fait que s'enraciner davantage. Gaza reste assiégée (ce qui fait penser au ghetto de Varsovie pendant la Seconde Guerre mondiale), les colonies illégales de Cisjordanie se sont étendues et la vie des Palestiniens en Israël ressemble plus à l'apartheid sud-africain des années 1980 qu'à la démocratie du XXIe siècle. Et comme l'a souligné Abu-Assad, nous sommes pénalisés lorsque nous en parlons.

En réponse à la mainmise d'Israël sur toutes les terres s'étendant du Jourdain à la Méditerranée, le mouvement de Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS ) a pris une telle ampleur que l'État d'Israël s'est inquiété et ne cesse de repousser les activistes pro-BDS, aux États-Unis et en Europe. Les discours critiques à l'égard d'Israël sont très contrôlés en France, par exemple, et ses détracteurs sont parfois accusés d'antisémitisme. Malgré cela, le mouvement BDS semble gagner du terrain, comme l'a fait le mouvement anti-apartheid pour réformer l'Afrique du Sud.

Le cas des #Humboldt3 en Allemagne n'est qu'un exemple de la tentative d'un État de faire taire les critiques d'Israël. En juin 2017, les militants BDS Majed Abusalama, Stavit Sinai et Ronnie Barkan étaient présents à l'université Humboldt de Berlin pour protester contre la présidente de la Knesset israélienne Aliza Lavie, qu'ils identifiaient comme l'un des dirigeants israéliens responsables de l'assaut de 2014 sur Gaza. Les trois personnes ont été arrêtées par la police allemande et traduites en justice deux ans plus tard.

Pour moi, en tant qu'écrivain, rédacteur et défenseur de la liberté d'expression, l'oppression de la liberté d'expression — qu'il s'agisse de ceux qui s'expriment contre l'apartheid israélien et la persécution des Palestiniens, de l'injustice de la police américaine à l'égard des personnes de couleur, du silence marocain et français sur le mur de séparation de 2700 kilomètres entre le Maroc et les Saharaouis, ou de toute autre violation des droits de l'homme — ce qui arrive aux militants et aux journalistes aujourd'hui est vraiment décourageant. Et le maintien de l'ordre et l'oppression de la liberté d'expression n'ont fait qu'empirer au cours de la pandémie, comme l'a souligné un article du Washington Post.

J'ai parlé avec Stavit Sinai et Ronnie Barkan l'autre jour. Tous deux sont des Israéliens qui vivent à Berlin et organisent régulièrement des manifestations critiques à l'égard de leur patrie. Stavit Sinai a fait son doctorat en sociologie avec une spécialisation en sociologie de la connaissance. Son livre , Connaissance sociologique et identité collective (Routledge, 2019) examine le lien entre la sociologie israélienne et le sionisme. Ronnie Barkan, qui travaillait auparavant dans l'informatique et enseignait les mathématiques, reste un activiste BDS non rémunéré qui tire sa subsistance d'investissements en crypto-monnaies. Voici un extrait de notre conversation via Zoom : 

Stavit Sinai : Le tribunal [allemand] a voulu me représenter comme quelqu'un de déséquilibré, alors que ce jour-là, nous protestions contre quelqu'un qui a commis des crimes [à Gaza en 2014 avec l'opération « Bordure protectrice »] à une échelle psychopathique... Le fonctionnaire israélien contre lequel nous protestions était l'un des responsables de l'anéantissement de 89 familles à Gaza... Ce qui est pertinent, c'est que les criminels de guerre se promènent sans avoir à rendre de comptes, et c'est notre rôle en tant qu'acteurs civils de les affronter. Ils persécutent les militants qui protestent contre les crimes contre l'humanité commis par Israël.

Jordan Elgrably : Pourquoi l'Allemagne est-elle si catégoriquement pro-Israël ? Bien sûr, il y a toujours la culpabilité de l'Holocauste, mais c'est une vieille histoire. Comment se fait-il qu'aujourd'hui, alors que l'Allemagne est une démocratie avancée, elle ne reconnaisse pas les droits de l'homme des Palestiniens ; pourquoi les Allemands ont-ils tant cru à la hasbara ? 

Ronnie Barkan : Tout d'abord, comme vous l'avez dit, ils se sentent coupables de l'Holocauste... mais à part cela — et de toute évidence, s'il y a une leçon à tirer de l'Holocauste, c'est de ne pas soutenir un État fondé sur la race, qui, par principe, fait une distinction entre ce qu'il considère comme des surhommes et des sous-hommes, sur la base de caractéristiques raciales ou ethniques. L'autre chose, je pense que pour les Allemands, c'est une solution de facilité de soutenir Israël — de soutenir aveuglément l'État sioniste — parce que cela leur permet aussi de ne pas se regarder dans le miroir, de ne pas faire face à leur racisme inhérent, profondément enraciné.

JE : Avez-vous le sentiment, en vivant à Berlin comme vous le faites, que les Allemands peuvent être racistes aujourd'hui, si ce n'est contre les Juifs, contre les Turcs ou les musulmans ou les Africains, les réfugiés... ?

RB : Je pense que le racisme en Allemagne est une chose très présente, pas envers nous mais envers d'autres minorités comme les musulmans etc, et aussi dans la psyché allemande, tout comme les sionistes qui voient tout comme s'ils étaient meilleurs et plus dignes que les autres personnes, je pense que c'est aussi lié au volk allemand, mais Stavit en sait beaucoup plus sur la société allemande que moi.

SS : Il y a le fondement Herrenvolk en politique — d'ailleurs, la même base qui permet l'apartheid, en tant qu'ethnocratie, donc il y a un contexte historique similaire depuis le 19ème siècle. C'est juste pour dire que... l'Allemagne est une démocratie ethnique, elle a donc une base ethnocratique, ethnocentrique qui constitue en fait sa vie politique, et cela signifie que les hommes blancs protestants sont le groupe dominant, et que tout découle de cela. La politique allemande repose donc sur une base ethnocratique fondée sur la race qui n'a pas été fondamentalement remise en question depuis le 19e siècle. C'est similaire à l'apartheid israélien à l'heure actuelle.

JE : C'est un bon point du point de vue historique et académique, mais à un niveau personnel, avez-vous observé, entendu, vu, ressenti du racisme à Berlin ?

SS : Eh bien, je suis une femme blanche privilégiée et bien que je reçoive parfois des réactions ou des interactions désagréables lorsque je m'adresse aux services publics ou à la bureaucratie, cela revient à dire qu'il y a une sorte d'aliénation envers les étrangers. Pourtant, je suis une femme privilégiée dans la société, mais lorsque je fréquente mes amies, qui ne sont pas blanches et privilégiées comme moi, je constate qu'elles sont traitées de manière horrible. Je parle de mes amies qui sont nées et ont grandi ici en Allemagne et qui sont des personnes de couleur. Et il ne s'agit pas d'un cas isolé ; il existe un racisme structurel dans la société allemande, c'est certain.

RB : Deux amis allemands d'origine arabe, un Palestinien et un Palestinien-Iranien, sont nés et ont grandi en Allemagne. Il leur a fallu du temps pour comprendre qu'on leur disait qu'ils n'étaient pas pleinement allemands, ils ont vécu avec cette ambiguïté pendant si longtemps. Ils ont grandi en Allemagne mais ont découvert qu'ils n'étaient pas considérés comme de vrais Allemands par la société.

JE : Pourriez-vous me dire comment, en tant que juifs israéliens nés et élevés, vous êtes tous deux des militants pro-palestiniens ? Comment cela s'est-il produit ?

SS : C'est difficile à résumer en quelques mots, car c'est un processus continu et cela a pris de nombreuses années. Je pense que même avant de rencontrer Ronnie, j'avais quelques notions sionistes libérales que Ronnie m'a aidé à déconstruire. Mais d'abord, j'ai esquivé l'armée. J'ai dit que j'étais suicidaire et ils m'ont laissé partir après quelques semaines. À l'époque, je n'étais pas politique, j'étais sioniste ; je voulais simplement éviter l'armée parce que cela ne correspondait pas à mon style de vie. Je n'ai pas subi l'endoctrinement et le lavage de cerveau que subit la majorité de la population, et puis au lieu d'aller à l'armée, je suis allé à l'université où j'ai rencontré des radicaux, et des étudiants qui étaient impliqués dans le mouvement des Anarchistes contre le mur et d'autres coalitions, donc j'ai été exposé aux crimes israéliens. Avant l'université, je ne savais même pas où était la Palestine ; il n'y avait aucune remarque à ce sujet, la carte était comme une entité, un bloc, du fleuve à la mer. C'était au début des années 2000.

JE : La carte d'Israël, pour autant que vous le sachiez, incluait la Cisjordanie, toute la Palestine ?

SS : Je n'avais aucun souvenir d'une quelconque ligne verte. Et je crois toujours que si vous allez dans les écoles sionistes [aujourd'hui], elles ne montreraient pas la ligne verte. D'ailleurs, je pense que cela n'a plus d'importance maintenant, je pense que cette ligne est en fait inculquée pour des raisons de propagande. Il y a la petite occupation de 67 et la grande occupation de 48, et celle de 48 est la plus significative et celle dont nous devons nous occuper. Non, il n'y avait qu'un pâté de maisons et comme tout le monde autour de moi, j'étais juste un suprémaciste blanc qui pensait avoir droit à tout. Il n'y avait aucune sorte de démarcation dans ma conscience, mais lorsque je suis allé à l'université et que je me suis radicalisé, j'ai été exposé à un cas horrible où, en 2006 je crois, un soldat des FDI a tué une jeune Palestinienne et est allé vérifier l'exécution. La procédure est appelée « exécution après la mort », et cela m'a vraiment choqué. Je ne pouvais pas le croire, et j'ai rejoint un groupe d'étudiants qui protestaient contre cela... Ronnie m'a aidé à comprendre que l'occupation n'est pas le vrai problème. Israël a commis ce crime non seulement en 67, mais aussi en 48 et au-delà, et c'est ce que vous devez garder à l'esprit — non pas les crimes commis en 67, mais toute l'étendue de l'entreprise génocidaire.

RB : Je pense que nous avons tous de la chance, d'une certaine manière, de surmonter le lavage de cerveau de tout ce qu'on nous a dit, certainement en grandissant dans l'état racial sioniste (c'est un état racial dès le départ)... Je me souviens quand j'allais chercher mes nièces à la maternelle et que vous entrez dans leur classe et qu'il est écrit Mon Israël, vous avez la carte, qui n'a évidemment pas de frontières, c'est le pays tout entier, aussi une imagerie très stéréotypée sur la carte. Dans le Néguev, vous avez le Bédouin symbolique, des choses comme ça, et nous avons l'hymne qui est une sorte d'hymne raciste et vous avez le premier ministre et le chef d'état-major et tout cela est très... le lavage de cerveau commence très tôt. Il y a des militaires partout... J'ai réfléchi à l'idée de servir dans l'armée ou non, pendant environ six ans, en même temps que je me demandais si je devais manger des animaux, devenir végétarien ou non, puis je suis devenu végétalien, et je pense que dans les deux cas, après avoir vécu longtemps dans cette sorte de dilemme, quelque chose a fini par se produire, il y a eu une sorte de moment eurêka, quand j'ai réalisé, j'ai été enrôlé dans l'armée israélienne, parce que je ne pouvais pas me convaincre que je ne serais pas une sorte de parasite, ou de traître, parce que c'est ce que nous avons appris à croire. Si vous êtes une bonne personne et que vous voulez servir votre société, vous devez servir dans l'armée, c'est une sorte d'évidence. J'ai été appelé sous les drapeaux, mais au-delà de tout, j'ai réalisé que j'étais avant tout un être humain, et la seule chose en laquelle je croyais était quelque chose d'universel. Donc la seule chose dont je pouvais être le traître était un traître à l'humanité... 

JE : Comment avez-vous quitté l'armée ?

RB : J'ai combattu le système pendant environ un an et demi, parce que j'étais déjà dans le système. Je n'étais pas assez intelligent, comme Stavit, pour sortir de l'armée en premier lieu, et une fois que vous entrez dans l'armée, il est beaucoup plus difficile d'en sortir. Je n'ai donc jamais rien fait en tant que soldat, c'était juste un long processus pour convaincre les autorités de me libérer, d'être exempté. Je suis allé voir des médecins et des spécialistes de la santé mentale et j'ai essayé de les convaincre, mais je leur disais que je ne faisais pas partie de tout ça, que je ne faisais pas partie de votre jeu.

SS : [Pour revenir au procès #Humboldt3] Ronnie et Majed ont été acquittés après trois séances au tribunal, dans un procès qui a duré plus de deux ans, et j'ai été condamné à une amende minimale de 450 euros. En tant qu'acte de désobéissance civile, je refuse de la payer, je devrais donc passer 30 jours en prison. Mais ils n'ont pas encore émis l'amende, alors j'ai hâte de continuer à m'engager avec eux.

JE : Ils peuvent juste laisser tomber. Mais promets-moi que si tu vas en prison, écris à ce sujet. Je veux dire 30 jours dans une prison allemande pour être un activiste israélien, pro-palestinien ? C'est presque un film.

SS : À mon avis, ils ne délivrent pas l'amende parce qu'ils savent ce qui est en jeu.

JE : Ils ne veulent pas de publicité négative.

SS : Ils préfèrent me salir avec des mensonges, en disant que j'étais le violent alors que j'étais la victime [qui a reçu un coup de poing au visage]. Ils ont mis toute l'histoire à l'envers. Je suis plus que désireux de continuer à les défier sur le principe de la désobéissance civile... Vous ne pouvez être sioniste que si vous êtes trompé.

JE : En ce qui concerne ce qui s'est passé à Humboldt, il y a des témoins, des vidéos, etc., il semble donc difficile de vous dépeindre comme le méchant de l'histoire.

SS : Pour moi, tout le procès a été illégal et cela parce qu'ils m'ont déclaré coupable d'un crime dont ils ne m'ont pas accusé, il n'y a donc aucune corrélation entre l'accusation et la punition, ce qui est totalement illégal. [Ce procès malencontreux] n'a fait qu'intensifier notre travail de militants. Nous avons en fait intensifié nos actions depuis, et nous allons aller encore plus loin.

 

Autres lectures
Le blog Humboldt 3.
Comment les déclarations d'apartheid font évoluer l'opinion politique à Washington.

Laissez un commentaire

Votre adresse électronique ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *.