Groupe de livres de langue anglaise

Le groupe de lecture Markaz Review, animé par le rat de bibliothèque jordanien (et éditeur/traducteur) Rana Asfour, se réunit en ligne chaque dernier dimanche du mois.

 

Sélection du groupe de lecture du 20 novembre 2022 Je ne verrai plus jamais le mondepar Ahmet Altan

 

Le destin que j'ai décrit dans mon roman est devenu le mien. Je suis maintenant arrêté comme le héros que j'ai créé il y a des années. J'attends la décision qui déterminera mon avenir, tout comme il attendait le sien. J'ignore mon destin, qui a peut-être déjà été décidé, tout comme il ignorait le sien. Je subis le tourment pathétique d'une profonde impuissance, tout comme lui.

 

1Comme un oracle maudit, j'ai prédit mon avenir il y a des années sans savoir que c'était le mien.

 

Confiné dans une cellule de quatre mètres de long, emprisonné pour des motifs absurdes et kafkaïens, le romancier Ahmet Altan est l'un des nombreux écrivains persécutés par le régime oppressif de Recep Tayyip Erdogan. Dans cet extraordinaire mémoire, écrit depuis sa cellule de prison, Altan réfléchit à sa peine, à une vie réduite à une cour couverte de barreaux, et à l'espoir et au réconfort que l'esprit d'un écrivain peut apporter, même dans les endroits les plus sombres. Ces dernières années, la Turquie est devenue l'un des plus grands oppresseurs d'écrivains, d'universitaires et d'intellectuels, avec la plus grande population carcérale de détenus politiques d'Europe continentale. Erdoğan, consolidant son pouvoir, a licencié plus de 5 000 universitaires et 50 000 enseignants, dont la politique progressiste ou l'héritage kurde lui déplaisaient, ou qui, en tant que journalistes/rédacteurs/éditeurs, s'étaient montrés trop francs, comme Ahmet Altan, 72 ans, romancier et rédacteur en chef de journaux largement traduit. Auteur d'œuvres internationalement admirées comme les romans de son Quatuor ottoman, Altan a été condamné à la prison à vie en 2016. Il a passé quatre ans derrière les barreaux mais a été libéré de manière inattendue l'année dernière. Il a déclaré récemment : "La prison n'a pas éteint mon désir d'écrire."

 

Retrouvez-le sur Goodreads.

 

Dimanche 27 novembre. Pour participer, envoyez un message à books@themarkaz.org.

 

Le choix du groupe de lecture du 20 octobre est Le dernier homme blanc, de Mohsin Hamid.

 

Le Guardian qualifie le nouveau roman de Mohsin Hamid de "fable raciale hypnotique", dans laquelle "des Blancs se réveillent soudainement en peau brune et sont contraints de se confronter à des vérités inconfortables sur le pouvoir et l'identité".

1
Le dernier roman de Mohsin Hamid était Exit West.

 

"Un matin, Anders, un homme blanc, s'est réveillé pour découvrir qu'il avait viré à un brun profond et indéniable." Ainsi commence le nouveau roman inventif de Mohsin Hamid, Le dernier homme blanc. Il s'avère qu'Anders n'est pas un cas isolé. Dans une ville sans nom, d'autres personnes commencent à changer, dont Oona, professeur de yoga et amie d'Anders. La violence éclate inévitablement autour d'eux. Des gangs de justiciers blancs terrorisent les transformés, tandis que certains refusent obstinément d'accepter la fin de la blancheur.

Au fond, il s'agit d'un roman sur le fait de voir, d'être vu, de perdre et de lâcher prise. La perte du privilège que représente le fait d'être perçu comme blanc, et le fait de ne plus être capable de voir le monde à partir de la blancheur, sont quelques-unes des angoisses examinées ici.

 

(Extrait de la critique du Guardian par Guy Gunaratne).

 

Dimanche 30 octobre. Pour participer, envoyez un message à books@themarkaz.org.


 

La sélection du groupe de lecture de septembre 2022 était The Unlasting Homepar Mai Al-Nakib

 

Quand on vit dans une société conservatrice, on court le risque d'être censuré. Jusqu'où un professeur de philosophie doit-il aller pour faire valoir son point de vue ? Seriez-vous prêt à tout risquer dans la poursuite de la vérité ou de la justice, ou de ce qui vous guide dans vos intentions ?

 

1
Disponible auprès de Harper Collins/Mariner Books.

An Unlasting Home, de la nouvelliste primée Mai Al-Nakib, s'ouvre à l'été 2013. Sara Tarek Al-Ameed, professeur de philosophie à l'université du Koweït depuis onze ans, est en pleine préparation d'un document argumentant l'importance de compléter le programme religieux par une introduction précoce à la philosophie au niveau de l'enseignement primaire public au Koweït. Cependant, un enregistrement téléphonique réalisé par l'une des filles munaqaba dans son cours d'introduction à la philosophie (dans lequel on l'entend soutenir que "Dieu est mort") a été transmis au membre le plus conservateur du Parlement koweïtien - un salafiste - qui a porté plainte. Sara est arrêtée à son domicile et accusée de blasphème, un crime capital assorti de la menace d'exécution, en vertu du code pénal koweïtien récemment modifié. Dans la note de l'auteur, Al-Nakib explique que bien qu'un tel amendement ait effectivement été adopté par une large majorité du parlement élu en 2013, l'émir du Koweït, qui détient l'autorité sur tous les amendements de lois, l'a rejeté. Cette œuvre de fiction, explique l'auteur, imagine le contraire. (D'après la critique de Rana Asfour).

 

Dimanche 25 septembre, avec la romancière Mai Al-Nakib.

 


 

La sélection du groupe de lecture du mois d'août 2022 était Le juif beau gosse, d'Ali Al-Muqri, traduit par Mbarek Sryfi.

 

1
The Handsome Jew est disponible en version imprimée et Kindle.

The Handsome Jew est un roman stimulant et provocateur qui incite/invite les musulmans et les juifs à se contempler et à considérer l'autre à travers une histoire d'amour vouée à l'échec. Ce roman puissant raconte la saga tragique de deux amoureux, Salem, un juif, et Fatima, une musulmane, qui tombent dans un amour interdit, intense et passionné contre toutes les circonstances destinées à les diviser dans une société liée par la religion. Cette histoire d'amour qui dépasse les frontières incarne la relation condamnée entre juifs et musulmans au Yémen, éclaire la façon dont chaque communauté voit l'autre, interroge les barrières religieuses et sociales et prouve que, contre toute attente, l'amour peut tout conquérir - OU jusqu'à ce que la mort sépare le couple. (Goodreads).

La sélection du groupe de lecture de juillet 2022 était Le meilleur endroit sur terre, par Ayelet Tsabari.

 

Le dimanche 31 juillet, nous avons parlé des nouvelles d'Ayelet Tsabari dans... Le meilleur endroit sur terre.

 

Confiantes, originales et humaines, les histoires de The Best Place on Earth sont peuplées de personnages à la croisée des nationalités, des religions et des communautés : expatriés, voyageurs, immigrants et locaux.

 

Dans le récit d'ouverture "Tikkun", d'une grande force d'impact, la rencontre fortuite d'un homme et de son ancien amant les fait passer d'une quasi tragédie à une paix inattendue. Dans "Casualties", Tsabari nous entraîne dans l'armée - un monde que chaque Israélien ne connaît que trop bien - avec une jeune femme soldat brusque et sexy qui falsifie des formulaires de congé médical pour joindre les deux bouts. Poètes, soldats, frères et sœurs et dissidents, les protagonistes sont pour la plupart des Israéliens d'origine mizrahi (Juifs d'origine moyen-orientale et nord-africaine), dont les histoires ont rarement été racontées en littérature. En illustrant la vie de ceux dont les identités oscillent entre un patriotisme féroce et une mondialisation puissante, The Best Place on Earth explore l'histoire d'Israël et met en lumière les liens ténus - forgés, effilochés et parfois détruits - entre les cultures, entre les générations et à travers le fossé de la transformation et de la perte.[Goodreads]

 


 

La sélection du Groupe de lecture de juin 2022 était les nouvelles de TMR 22. 

 

1

The Markaz Review gère un club de lecture international qui se réunit sur Zoom chaque dernier dimanche du mois. Les lecteurs, de Los Angeles à Abu Dhabi, partagent leurs réflexions et leurs idées sur la sélection du mois. Souvent, l'auteur (et parfois son traducteur) se joint au groupe pendant la deuxième moitié de l'heure. Notre groupe de lecture se réunit toujours le dernier dimanche à 13 heures (heure de l'Est).

Le dimanche 26 juin, nous avons parlé des nouvelles incluses dans TMR 22 - STORIES, par des écrivains tels que Hanif Kureishi, Joumana Haddad, Karim Kattan, Ahmed Naji, Mai Al-Nakib, Nektaria Anastasiadou, Sarah Kahly-Mills et d'autres.

 


 

La sélection du groupe de lecture de mai 2022 était The Go-Between, un mémoire d'Osman Yousefzada.

 

1
De Canongate au Royaume-Uni.

"Un livre magnifiquement observé et drôle" Guardian "Convaincant et humain" Sathnam Sanghera

Une histoire de passage à l'âge adulte qui se déroule à Birmingham dans les années 1980 et 1990, The Go-Between ouvre une fenêtre sur une communauté fermée de migrants vivant dans un quartier chaud du mauvais côté de la voie ferrée.

 

Le monde des adultes est vu à travers les yeux d'Osman enfant : sa propre communauté patriarcale pachtoune dévote, avec sa division entre le monde des hommes et celui des femmes, vivant côte à côte avec des communautés parallèles de migrants. Les orthodoxes fréquentent une mosquée en bas de la rue où se trouvent les prostituées et les proxénètes. Les enfants trouvent un équilibre entre les enseignements scolaires occidentaux et les traditions culturelles.

 

Revue de livres : "The Go-Between" par Osman Yousefzada

 


 

Le choix du groupe de lecture d'avril 2022 était Le chaos monotone de l'existence, histoires de Hisham Bustani.

 

1
Publié par Mason Jar Press.

Les histoires contenues dans The Monotonous Chaos of Existence de Hisham Bustani explorent la transformation turbulente des sociétés arabes contemporaines. Avec une touche adroite et poétique, Bustani examine l'interpersonnel avec une lentille globale, relie ce qui semble contradictoire et explore les façons dont les conflits internationaux peuvent déchirer les individus qui peuplent son monde - tout en poussant la forme narrative sur un terrain nouveau et inattendu.

 

"Ces histoires rappellent les rythmes de la poésie, offrent l'intimité des mémoires et ressemblent souvent plus à des films qu'à des fictions. The Monotonous Chaos of Existence m'a fait penser aux diseurs de vérité semi-surréalistes et extatiques Denis Johnson et Chester Himes, une comparaison qui devra être faite pour le moment, car je suis encore étourdi et je n'ai pas vraiment les idées claires après avoir lu ces interrogations sur la cruauté et l'absurdité de l'occupation et du soi-disant post-colonialisme. Un récit personnel/politique au regard clair qui est passionnant, déséquilibré et stimulant."

 

Brandon Soderberg, co-auteur, I Got a Monster : L'ascension et la chute de la brigade de police la plus corrompue d'Amérique.

 


 

Le choix du groupe de lecture du mois de mars 2022 était Something Strange, Like Hunger, Short Stories de Malika Moustadraf.

1

 

 

Malika Moustadraf (1969-2006) est une icône féministe de la littérature marocaine contemporaine, célèbre pour son interrogation brutale sur le genre et la sexualité en Afrique du Nord. Quelque chose d'étrange, comme la faim* est la collection complète des nouvelles publiées par Moustadraf : des histoires obsédantes et viscérales écrites par un maître du genre. Une adolescente subit un rite de passage dystopique, un homme atteint d'une maladie rénale tente désespérément d'obtenir un traitement et une mère s'arrange pour que sa fille réussisse un test de virginité. Avec des détails sensoriels vibrants et un argot riche, Moustadraf jette un regard sans complaisance sur le corps sexué, la classe sociale, la maladie, les doubles standards et le désir, tels qu'ils sont vécus par des personnages divers. Blood Feast est une provocation acerbe au pouvoir patriarcal et une célébration de la vie et du génie de l'un des plus grands écrivains du Maroc.

 

 

* Le titre américain est Blood Feast.

 


 

La sélection du groupe de lecture de février 2022 était Les hommes de la fortune, de Nadifa Mohamed.

 

1Finaliste du Booker Prize, le roman de Nadifa Mohamed Les hommes de la fortune est basé sur un événement réel, l'histoire d'un meurtre, d'une erreur judiciaire et d'un homme trop innocent pour son époque - "une chanson de blues qui vient directement du cœur... rendue vivante avec un art subtil et une humanité déchirante" (Walter Mosley, auteur à succès de Le diable en robe bleue). À Cardiff, au Pays de Galles, en 1952, Mahmood Mattan, un jeune marin somalien, est accusé d'un crime qu'il n'a pas commis : le meurtre brutal de Violet Volacki, une commerçante de Tiger Bay. Au début, Mahmood croit pouvoir ignorer les doigts pointés sur lui ; il est peut-être joueur et petit voleur, mais il n'est pas un meurtrier. Il est père de trois enfants, sûr de son innocence et de sa foi en la justice britannique. Mais à mesure que le procès se rapproche, sa perspective de liberté s'amenuise. Mahmood doit maintenant mener un combat terrifiant pour sa vie, avec tous les atouts contre lui : une enquête bâclée, un système judiciaire inhumain et, surtout, un racisme omniprésent et profondément enraciné à chaque étape. À l'ombre de la corde du bourreau, Mahmood commence à comprendre que même la vérité ne suffira peut-être pas à le sauver. Récit obsédant d'une justice mal rendue, ce livre jette un regard glaçant sur les recoins sombres de notre humanité.

 


 

Les anciens titres lus par le groupe de lecture de TMR incluent :

 

  • Le roman d'Ayad Akhtar Élégies de la patrie
  • Le roman de Malu Halasa Mère de tous les porcs
  • Laila Lalami Citoyens conditionnels
  • Le court roman de Hassan Blasim Dieu 99
  • Dima Alzayat Alligator et autres histoires
  • Le roman de Sahar Mustafah La beauté de ton visage
  • A Land Like Youde Tobie Nathan (revue dans TMR ici)
  • Against the Loveless World de Susan Abulhawa (revue dans TMRici)
  • Voices of the Lost de Hoda Barakat (revue dans TMR ici)
  • I'jaamde Sinan Antoon
  • L'étrange paradis d'Omar El Akkad
  • Le paradisd'Abdulrazak Gurnah

    Pour rejoindre le BookGroup (gratuit, tout le monde est bienvenu), envoyez votre nom à
    books@themarkaz.org aujourd'hui. Le groupe est dirigé par Rana Asfour, rédactrice en chef des livres de TMR.