La Palestine dans un plat

15 Mars, 2019 -

Comment la cuisine et la culture s'affrontent pour préserver l'histoire d'un peuple


wafa-shami-main-dishes-851.jpg

Wafa Shami est une Palestinienne née à Ramallah et arrivée aux États-Unis en tant que jeune étudiante diplômée. Nous nous sommes rencontrées pour la première fois il y a de nombreuses années à Los Angeles, lorsqu'elle était directrice du projet d'éducation sur le Moyen-Orient, géré par le bureau de Los Angeles de l'American Friends Service Committee, dans le centre-ville. À l'époque, j'étais le codirecteur de la Open Tent Middle East Coalition et le groupe de Wafa faisait souvent partie de notre coalition à l'échelle de la ville pour favoriser la compréhension entre les diverses communautés culturelles et religieuses qui souhaitaient résoudre le conflit israélo-palestinien dans la paix et la justice. Plus tard, Wafa a déménagé au nord, à San Jose, où elle a commencé à bloguer des recettes palestiniennes.

Ayant consacré une grande partie de sa vie à l'expression des valeurs culturelles palestiniennes, il est logique que Wafa ait trouvé le moyen d'utiliser la nourriture comme une sorte de langage commun entre les gens. Elle dit que son "histoire remonte à la Palestine, à maman et à ses repas authentiques". Comme l'écrit Wafa sur son blog, Palestine in a Dish, "je suis une humaniste, une féministe et une mère passionnée par la nourriture, qui aime cuisiner et partager avec les autres. J'ai grandi dans une ville appelée Ramallah et j'ai déménagé aux États-Unis à l'âge adulte pour poursuivre mes études et obtenir un master en études internationales. J'ai aimé travailler avec des organisations à but non lucratif pendant la majeure partie de ma vie professionnelle."

wafa-and-her-son-faris.jpg

Wafa attribue à sa mère le mérite d'avoir inspiré ses habitudes alimentaires saines. Palestine in a Dish lui est dédié. "Ce blog est consacré aux recettes authentiques de ma mère, que j'ai mangées en grandissant. Je n'ai jamais vraiment réalisé mon intérêt et ma passion pour la cuisine jusqu'à ce que je déménage aux États-Unis et que les repas de ma mère me manquent. J'ai donc commencé à expérimenter et à cuisiner moi-même, tout en recevant toutes les instructions de ma mère par téléphone. Dans notre culture, la nourriture occupe une place importante. Nous venons de familles nombreuses et nous aimons manger ensemble, que ce soit pour des occasions particulières ou non. J'aime cuisiner et inviter mes amis. Les commentaires que je reçois de mes amis m'ont encouragée à écrire Palestine in a Dish. Et j'ai aussi pensé qu'il serait bien de conserver les recettes de ma mère pour les transmettre et les partager avec ceux qui aiment la cuisine palestinienne. Il y a aussi des occasions où je présente mes propres recettes."

J'ai demandé à Wafa comment elle voyait la nourriture palestinienne aider les Américains à comprendre ce qui se passe en ce qui concerne le conflit.

"Je pense que lorsque vous vous connectez avec les gens à un niveau personnel, cela montre une perspective complètement différente. Et c'est l'objectif que je me suis fixé ces dernières années : comment mettre en lumière une autre facette des Palestiniens plutôt que de parler de politique et de montrer les Palestiniens comme des victimes. Nous sommes des gens pleins de talent, notre culture est très riche, y compris notre cuisine, nous avons tant à offrir. Et je crois que lorsque les Américains verront cela, cela ouvrira la voie à des connexions à tant d'autres niveaux et ouvrira la discussion."

Ces dernières années, alors qu'Israël tentait de lutter contre la publicité négative résultant de son projet de colonisation en Cisjordanie et du siège de Gaza, il a investi des millions de dollars dans le relookage de la culture israélienne, ce qui s'est traduit par la cooptation de recettes palestiniennes (notamment le hummous, le falafel et le shakshouka) en tant que "nourriture israélienne". Wafa dit que cela l'inquiète, elle et de nombreux Palestiniens qui ont déjà le sentiment d'avoir beaucoup perdu, mais en fin de compte, elle ne dépense pas d'énergie sur Palestine in a Dish pour défendre ses recettes et celles de sa mère, qui parlent d'elles-mêmes.

En ce qui concerne la culture actuelle, soucieuse de sa santé et souvent végétalienne, Wafa note que "les Palestiniens sont vraiment proches de leur terre ; ils grandissent tous en mangeant beaucoup de fruits et de légumes frais et de saison. C'est pourquoi je suis très soucieuse de ma santé et j'ai toujours tendance à utiliser des légumes frais, mais bien sûr, il m'arrive d'utiliser des légumes surgelés."

Pour l'instant, elle dit qu'il n'est pas prévu d'ouvrir un restaurant à San Jose, mais si cela devait se faire, Wafa déclare qu'elle voudrait certainement inclure le mot "Palestine" ou "palestinien" dans son nom.

Et ses recettes préférées ?

"Je pense que tout ce que j'affiche sur mon blog, je l'aime", dit-elle, "mais quelques favoris sont les feuilles de vigne, le musakhan, le harriseh, et toutes les salades." Et si vous vous demandez comment concocter le délicieux pain pita qui va si bien avec la cuisine palestinienne, Wafa propose une recette de cuisson du pain arabe.

Si les images de Palestine in a Dish sont si attrayantes, ce n'est pas un hasard, car Wafa est une fan de photographie et prend un grand plaisir à styliser ses plats et à les photographier. "Je suis très enthousiaste à propos de ce travail et je m'y plais beaucoup", ajoute-t-elle. "J'ai l'impression d'avoir enfin trouvé quelque chose qui me passionne, en plus de la cuisine - je suis amoureuse du stylisme et de la photographie culinaires."

Les salades Wafa de Palestine dans un plat

Jordan Elgrably est un écrivain franco-américain d'origine marocaine dont les œuvres ont été largement publiées aux États-Unis et en Europe. Il est l'ancien cofondateur et directeur du Levantine Cultural Center/The Markaz (2001-2020) à Los Angeles. Il a fondé The Markaz Review en 2020, qu'il édite depuis Montpellier. Suivez Jordan sur Twitter @JordanElgrably.

invité

0 Commentaires
Feedbacks de Inline
Voir tous les commentaires